La Renaissance d’un Maitre Démoniaque | Reverend Insanity | 蛊真人
A+ a-
Chapitre 33 – Allez rouspéter ailleurs

«Hmm?» Mo Yan fronça les sourcils, puis sa rage éclata presque instantanément lorsqu’elle réalisa qu’elle avait été trompée par Fang Yuan.

– «Tu es extrêmement courageux pour oser me mentir!»

Tout en parlant, elle tendit la main droite pour attraper Fang Yuan.

Ce dernier ne bougea pas. Il leva la tête et rit:

– « Tu ferais mieux de réfléchir, Mo Yan! »

La jeune fille arrêta net son geste et, debout devant la porte, la main suspendue en l’air, parut hésiter. Le ressentiment se lisait sur son visage.

Au sein du clan, il existait des règles. Les étudiants étaient protégés, et nul ne pouvait pénétrer dans le dortoir sans autorisation dans l’intention d’enlever des élèves. Mo Yan voulait seulement donner une leçon à Fang Yuan et lui faire goûter une petite dose de souffrance. Elle ne voulait certainement pas risquer d’être punie pour avoir enfreint les règles.

Si ce n’est que moi qui enfreint les règles, ça ira mais si ça affecte ma famille ou l’honneur de grand-père… En pensant à cela Mo Yan laissa retomber son bras à contrecœur. Elle regarda Fang Yuan avec des yeux injectés de sang. Si son regard meurtrier pouvait se transformer en feu, ce dernier aurait été réduit en cendres en une seconde.

– «Je ne t’ai jamais menti. J’ai dit que je te conduirais à Fang Yuan et tu l’as effectivement trouvé. Il semblerait que tu aies quelque chose à me dire », déclara Fang Yuan avec un léger sourire.

Les bras derrière le dos, ignorant la pression d’un Maître Gu de rang deux, il fixait sans crainte le regard furieux de Mo Yan.

Il n’était qu’à un pas de la jeune fille qui se tenait sur le seuil alors que lui était dans la pièce. Mais cette distance lui semblait aussi éloignée que l’Est pouvait l’être de l’Ouest.

– «Hehehe, oh Fang Yuan, tu as sûrement bien étudié les règles du clan », dit Mo Yan, réprimant sa colère, avec un sourire sinistre. Elle ajouta: «Malheureusement pour toi, même si tu comptes sur les règles, elles ne t’aideront qu’à gagner du temps. Tu ne vas pas pouvoir rester éternellement caché dans les dortoirs. Voyons combien de temps tu pourras tenir. »

Fang Yuan rit et regarda Mo Yan avec dédain.

– « Cela tombe d’autant mieux que je suis curieux de voir combien de temps tu pourras rester là à me déranger. Ah, il est déjà tard, j’ai un lit pour dormir, mais qu’en est-il de toi? Si je ne me présente pas demain et que les aînés enquêtent, que penses-tu que je dirai?

«Tu….! » Furieuse, Mo Yan, qui avait peine à se contenir, le pointa du doigt: «Penses

– tu vraiment que je n’oserai pas venir te tirer de ton lit? »

Fang Yuan ouvrit en grand les portes de la chambre, les lèvres relevées en un sourire, les yeux sombres comme l’abîme et, sur un ton plein de confiance comme si la situation était à sa portée, il défia Mo Yan :

– «Alors montre-moi. »

– «Hehehe…» En voyant cela, Mo Yan se calma aussitôt. Elle plissa les yeux, regarda Fang Yuan et répondit: «Pensais-tu que j’allais céder à ta provocation ? »

Fang Yuan haussa les épaules. Il avait déjà cerné la personnalité de Mo Yan.

S’il avait fermé la porte, ne serait-ce qu’à demi, il y avait au moins 50% de chances pour qu’elle s’introduire dans la pièce. Mais le fait de l’ouvrir à dessein l’ayant calmée et mise sur ses gardes, il n’y avait presque plus aucune chance pour qu’elle y pénètre.

Cinq cents ans d’expérience l’avaient rendu pleinement conscient de la nature humaine et de ses faiblesses.

Il se retourna pour exposer son dos à Mo Yan. Si celle-ci frappait en cet instant, elle serait certainement capable de le capturer en une seule action rapide. Cependant, la jeune fille restait immobile devant la porte, comme si une montagne invisible lui barrait le chemin.

Même après que Fang Yuan se fut assis dans son lit, elle se contenta de le regarder, furieuse, en grinçant des dents. Mais malgré cela, elle ne bougea pas.

C’est le côté pathétique de l’homme , se dit Fang Yuan en regardant Mo Yan qui restait dehors comme une imbécile. Parfois, les choses qui empêchent les gens d’agir ne sont pas des difficultés physiques, mais plutôt les restrictions qu’ils se sont imposées inconsciemment.

Étant donné leurs niveaux respectifs de cultivation, Fang Yuan, pour le moment, était incapable de rivaliser avec elle. Mais même avec son niveau de cultivation de rang deux, elle ne pouvait que regarder Fang Yuan et n’avait pas le courage d’agir. Elle n’était plus qu’à quelques pas et la porte était grande ouverte. La seule chose qui la restreignait vraiment, c’était elle-même.

L’humanité cherche sans répit le savoir pour comprendre le monde , ses règles et finalement les utiliser. Lorsqu’on est constamment lié par les règles, on se retrouve limité par les connaissances mêmes que l’on recherchait, c’est la tragédie ultime.

Fang Yuan jeta un dernier regard à Mo Yan avant de fermer les yeux et de laisser sa conscience s’enfoncer dans l’Océan Primitif.

Ce Fang Yuan ose cultiver devant moi! Il n’en fait qu’à sa guise!

Mo Yan, en voyant cela, sentit un tel sentiment de frustration surgir de sa poitrine qu’elle eut presque envie de vomir du sang.

Elle aurait tellement voulu se précipiter sur lui et lui donner quelques coups de poing!

Mais elle savait qu’elle ne le pouvait pas.

Mo Yan eut soudain un soupçon de regret. Debout devant la porte, elle se sentit embarrassée de ne pas pouvoir faire machine arrière.

Elle était indignée à l’idée d’abandonner et se sentait terriblement humiliée. Elle avait mobilisé ses serviteurs dans l’intention de venir donner une leçon à Fang Yuan et finalement, c’était elle qui se trouvait ridiculisée.

Surtout qu’un serviteur la regardait.

Bon sang! Fang Yuan est trop peu coopératif! Il est bien trop rusé! Se dit Mo Yan, furieuse.

Elle se mit alors à le provoquer par toutes sortes d’insultes, dans l’espoir de le forcer à sortir de la pièce.

– «Fang Yuan, gamin, sors si tu es un homme! »

« En tant qu’homme, tu dois assumer tes actes. N’as-tu pas honte d’être un lâche qui se cache dans cette pièce? »

«Cesse de faire semblant de m’ignorer, sors si tu sais ce qui est bon pour toi! »

«Espèce d’idiot, lâche et sans fierté! »

Fang Yuan fit la sourde oreille et ne répondit pas.

Après l’avoir houspillé un moment, loin d’avoir déchargé toute sa colère, elle se sentit encore plus irritée. Elle commençait à se sentir comme un clown ou une musaraigne: bloquer la porte était bien trop embarrassant.

«AHHHHH, ça va me tuer! » Sur le point de devenir folle, Mo Yan abandonna finalement l’idée de provoquer Fang Yuan.

– « Tu peux te cacher Fang Yuan, mais tu ne le resteras pas toujours!» Lança-t-elle en tapant du pied, indignée. Mais avant de partir, elle donna un dernier ordre: «Gao Wan, reste là et surveille-le! Je doute fort qu’il ne tente pas de sortir. »

– «Bien Maîtresse! » Répondit aussitôt Gao Wan, le serviteur musclé.

Mais au fond de lui, il se sentait amer – la montagne était froide la nuit et il y avait du vent. S’il devait monter la garde tout ce temps, il pourrait facilement s’enrhumer. Ce n’était pas une tâche facile.

Swish swoosh …

Au sein de l’Océan Primitif, le flux et le reflux des marées faisaient rage.

L’essence de cuivre vert se rassemblait comme de l’eau, forçant un raz de marée. Sous la direction mentale de Fang Yuan, les vagues s’écrasaient continuellement vers les murs d’ouvertures environnants.

Les murs d’un Maître Gu du premier stade du niveau 1 ressemblaient à une barrière blanche. En les balayant, l’essence de cuivre verte produisait des ombres de lumière, générant un sentiment indescriptible.

Le temps passant, le niveau de l’Océan primitif de cuivre vert diminua lentement.

De 44%, il était passé à 12%.

Si un Maître Gu veut augmenter son niveau de cultivation, il lui faudra dépenser son essence primordiale pour nourrir son ouverture. Les maîtres Gu de stade initial ont pour murs d’ouverture des barrières lumineuses , les maîtres Gu de stade intermédiaire des barrières d’eau et ceux du stade supérieur des barrières de pierre. Pour pouvoir passer du stade initial au stade intermédiaire, je vais devoir nourrir ma barrière de lumière jusqu’à ce qu’elle devienne une barrière d’eau.

De ses cinq cents ans de souvenirs, Fang Yuan connaissait parfaitement les étapes actuelles de la cultivation, et les méthodes étaient aussi claires que le jour pour lui.

Il ouvrit lentement les yeux, et s’aperçut que la nuit était déjà bien avancée.

Le croissant de lune, suspendu haut dans le ciel nocturne, émettait une lumière aussi brillante et pure que de l’eau.

Ce clair de lune qui pénétrait dans la pièce par la porte rappela à Fang Yuan un célèbre poème de la Terre:

Par une nuit tranquille, j’ai vu le clair de lune devant mon lit et je me suis demandé s’il ne s’agissait pas de givre sur le sol. ***

Les vents nocturnes apportaient une pointe de froideur.

Fang Yuan, qui n’avait que le corps d’un enfant de quinze ans et ne possédait pas de Gu de type chaleur, ne put s’empêcher de frissonner légèrement.

La nuit dans la montagne était très froide.

Le voyant réveillé, Gao Wan qui se tenait à la porte, sortit de sa torpeur:

– «Scélérat, tu as enfin ouvert les yeux. Combien de temps comptes-tu cultiver ainsi? Sors, tu seras puni malgré tout. Tu as frappé notre jeune maitre Mo Bei aussi ce n’est qu’une question de temps avant que ma maîtresse ne te donne une leçon. »

Fang Yuan plissa les yeux. Apparemment, le Maître Gu de rang deux était parti?

Constatant que Fang Yuan ne réagissait pas, Gao Wan ajouta d’un ton menaçant:

– «Scélérat, m’as-tu entendu? Dépêches-toi de venir ici! Tu as une chambre et un lit pour dormir, mais moi, j’ai dû rester ici toute la nuit. Si tu ne sors pas, crois-tu que je ne pourrais pas y faire irruption? »

Fang Yuan restait imperturbable.

« Sors et rends-toi! Tu as offensé la famille Mo, tes plus beaux jours se terminent», poursuivit Gao Wan.

Mais Fang Yuan n’écoutait rien. Il sortit une pierre de son sac de stockage, la serra dans sa main et ferma les yeux.

Voyant qu’il s’apprêtait à reprendre séance de cultivation, Gao Wan devint nerveux.

«Tu n’es qu’un simple talent de grade C qui ne pourra jamais dépasser le rang deux ! Qu’y a-t-il à cultiver ? Tu n’es pas à la hauteur de la famille Mo! Gamin es-tu sourd ? as-tu écouté un seul mot de ce que j’ai dit?! »

NDT: *** Tiré de Li Bai, l’un des plus grands poètes chinois de la.

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. PascalW
  • 🥈2. Maxime
  • 🥉 3. Cesar
🎗 Tipeurs récents
  • Maxime
  • Cesar
  • PascalW


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 32 – Se jouer d’elle Menu Chapitre 34 – Une raclée punitive!