La Renaissance d’un Maitre Démoniaque | Reverend Insanity | 蛊真人
A+ a-
Chapitre 11 – C’est juste un jeu de pouvoir 

Fang Yuan fronça légèrement les sourcils. En se basant sur son intuition et son expérience de vie de cinq cents ans, il pouvait sentir une conspiration. 

Ses yeux brillèrent et il détendit ses sourcils. «J’ai un peu faim en ce moment, tu es venu au bon moment. Entre.» dit-il

De l’autre côté de la porte, Shen Cui sourit froidement en tenant la boîte. Mais quand elle poussa la porte, son visage afficha une expression douce et rayonnante. 

« Jeune Maître Fang Yuan, la nourriture et le vin sentent vraiment bon. Sa voix était douce et un soupçon flatteuse. Elle posa la boîte de nourriture sur une petite table et sortit la vaisselle. La nourriture était en effet très parfumée et savoureuse. Après cela, elle sortit deux coupes et y versa le vin. »

– Venez, jeune maître, asseyez-vous, votre servante a rassemblé son courage aujourd’hui et veut accompagner le jeune maître pour prendre un verre.» Elle sourit comme une fleur, se dirigeant vers Fang Yuan. Avec audace, elle le prit par la main et le tira vers la chaise près de la table.

Puis elle s’assit sur sa cuisse et appuya son corps doux contre la poitrine de Fang Yuan, agissant comme une femme attentionnée, avant de murmurer à son oreille: « Jeune Maître Fang Yuan, votre servante vous a toujours aimé. Peu importe votre grade, je souhaite toujours être à vos côtés, compter sur moi pour vous réconforter. Ce soir votre servante aimerait vous offrir son corps. »

Elle était vraiment bien habillée ce jour-là. 

Elle avait un fard à joues, ses lèvres était rouge comme de la poudre de cerise. Quand elle lui murmura à l’oreille, un souffle délicat et jeune taquina le lobe de l’oreille de Fang Yuan. Parce qu’elle était assise sur ses genoux, Fang Yuan pouvait facilement sentir sa silhouette bien formée. Ses cuisses élastiques, sa taille fine et sa poitrine douce. 

« Jeune Maître, laissez-moi vous donner du vin moi-même. » Shen Cui ramassa la coupe de vin, leva la tête et en prit une gorgée. Puis ses yeux se fixèrent sur Fang Yuan, ses petites lèvres rouge cerise un peu ouvertes, se penchant lentement vers sa bouche. 

L’expression de Fang Yuan était indifférente, comme si ce qui était sur ses genoux n’était pas une jeune fille, mais une statue. 

Quand elle vit l’expression de Fang Yuan, Shen Cui se sentit un peu mal à l’aise au début. Mais quand ses lèvres étaient à un pouce des siennes, elle était rassurée, ricanant dans son cœur. « Tu fais encore semblant… ». 

Juste à ce moment, Fang Yuan dit d’un ton dédaigneux: « C’est donc juste un jeu de pouvoir. »

Le visage de Shen Cui se raidit et elle avala le vin dans sa bouche, essayant de tirer de fausses flatteries. « Jeune Maître Fang Yuan, que dites-vous…? »

Les yeux de Fang Yuan émettaient une lueur froide. Il regarda dans les yeux Shen Cui, plaçant sa main droite sur son cou blanc comme neige, le pressant lentement avec force. Les pupilles de Shen Cui rétrécirent et sa voix était paniquée. « Jeune Maître, vous me faites mal. »

Fang Yuan ne répondit pas, mais sa prise sur son cou devint plus forte. 

« Jeune Maître Fang Yuan, votre servante a un peu peur! » Shen Cui avait déjà du mal à respirer; elle semblait troublée. Une douce paire de mains saisit inconsciemment la main de Fang Yuan, essayant de la dégager. Mais la main de Fang Yuan était forte comme du fer, incapable d’être arrachée. 

« On dirait qu’oncle et tante vous ont laissé venir pour me séduire et m’encadrer, ça veut dire qu’il y a déjà des gens en bas, hein. Fang Yuan rit froidement, et ajouta: Mais qui penses-tu être pour venir me manipuler avec ces deux tas de chair pourrie sur ta poitrine? »

Alors qu’il disait cela, sa main gauche grimpa sur sa poitrine et attrapa impitoyablement ses seins mous, les déformant de manière incroyable tout d’un coup. 

Une douleur intense jaillit de sa poitrine; Shen Cui avait les yeux ronds et grands ouverts. 

La douleur était si grande que ses yeux étaient pleins de larmes. Elle voulait crier, mais Fang Yuan lui serra la gorge si fort qu’elle ne put que sangloter quelques fois. Puis elle se mit à résister, car elle allait vraiment suffoquer! 

Mais à ce moment, Fang Yuan relâcha lentement sa prise. 

Shen Cui ouvrit immédiatement la bouche et déglutit avec avidité. Sa respiration était trop ardente, entraînant une série de toux violentes. Fang Yuan rit doucement en étirant sa paume. Il lui caressa doucement la joue, sur un ton insouciant: « Shen Cui, penses-tu que je puisse te tuer, ou pas? »

Si Fang Yuan lui criait dessus avec une voix maléfique et forte, Shen Cui pourrait en fait riposter violemment. Mais quand Fang Yuan sourit et parla d’une voix légère, sa voix douce lui demandant s’il pouvait la tuer ou non, Shen Cui ressentit une profonde peur du fond de son cœur. 

Elle était effrayée! 

Elle regarda Fang Yuan avec terreur, voyant ce jeune homme avec un sourire démoniaque sur le visage. 

À cet instant, Shen Cui s’était juré de ne jamais oublier ses yeux pour le reste de sa vie. Cette paire d’yeux n’était pas mêlée à la moindre émotion, elle était sombre et profonde, ressemblant à un profond bassin antique qui cachait une bête terrifiante. 

Derrière ce regard, Shen Cui avait l’impression d’être nue au milieu de la glace et de la neige! 

La personne devant elle, semblait belle et bien capable de la tuer… 

Oh cieux! Pourquoi suis-je venu provoquer ce genre de démon? 

Le cœur de Shen Cui était plein de remords. A cet instant, elle avait envie de se retourner et de fuir. Mais pour le moment, elle était toujours sur ses genoux; elle n’osait pas s’enfuir, ne pouvant même pas trouver le courage de faire quoi que ce soit. 

Les muscles de tout son corps étaient tendus et sa petite taille tremblait. Son visage était aussi pâle que du papier blanc et elle ne pouvait prononcer un seul mot. 

« Puisqu’en en tant que servante personnelle, tu me sers depuis tant d’années, je ne te tuerai pas cette fois. Puisque tu veux échapper à l’esclavage, va trouver mon petit frère, il est jeune et naïf. » Fang Yuan rétracta son sourire et tapota sa joue, son ton clair comme de l’eau. 

Avec un soupir, il dit finalement… 

« Tu peux partir. »

Shen Cui était aussi stupide qu’un morceau de bois alors qu’elle sortait docilement. Elle était effrayée, et ne savait pas comment elle avait réussi à quitter l’antre du diable appelé Fang Yuan. 

Les hommes cachés dans l’ombre semblaient confus quand ils virent Shen Cui sortir l’air secoué. 

« Ils ont arrangé un si beau piège, c’est encore plus novateur que dans ma vie précédente. » Hehe, oncle et tante, je me souviendrai de cette gentillesse! “

Peu de temps après que Shen Cui soit parti, Fang Yuan se leva et partit également. Quoi qu’il en soit, il ne pouvait plus rester dans cette résidence. Un homme sage voit et atténue les risques prévus, que dire de plus pour un démon? Quand la force est insuffisante, seul un idiot se met en danger. 

« Aubergiste, avez-vous des chambres? » Fang Yuan se rendit à la seule auberge du village et demanda le prix. 

– Oui, oui. Il y a une chambre au deuxième étage et au troisième étage. Non seulement c’est bon marché, mais les chambres sont également bien rangées et propres. Au premier étage se trouve le restaurant ; les clients peuvent y prendre le repas, et il y a aussi un service pour demander aux employés de l’auberge d’apporter de la nourriture dans votre chambre. » L’aubergiste manifestait pleinement son hospitalité alors qu’il divertissait Fang Yuan. 

Cette auberge était la seule du village, mais les affaires n’étaient pas très bonnes. En fait, c’était un peu désert. Ce n’était que lorsque la caravane marchande annuelle viendrait faire le commerce sur la montagne Qing Mao que l’auberge serait pleine de monde. 

Fang Yuan était un peu affamé, alors il passa deux pierres rondes et complètes à l’aubergiste. « Donnez-moi une bonne chambre, et préparer 2 pots de vin, 3 ou 4 plats différents, remettez-moi tout excédant. »

«Très bien. L’aubergiste prit les deux morceaux de pierre et demanda: Voulez-vous manger dans votre chambre ou dîner dans la salle?» 

Fang Yuan regarda le ciel. La pluie s’était arrêtée et le soir approchait. Il pouvait simplement manger dans le hall et se diriger vers la périphérie du village quand il aurait fini, continuant sa recherche du trésor du Moine. C’est pourquoi il répondit: « Je vais manger dans le restaurant. »

L’auberge avait une salle à manger; il y avait une douzaine de tables carrées entourées de quatre bancs. Entre les tables se trouvaient d’énormes et épais piliers qui soutenaient l’auberge. Le sol était recouvert de gros carreaux de marbre, mais il était humide; il était difficile de dissimuler l’humidité de la montagne. 

Il y avait trois tables avec des gens. Assis près de la fenêtre, un vieil homme buvait du vin, regardant le coucher de soleil dehors, seul. Au milieu se trouvait une table avec cinq ou six chasseurs. Ils discutaient de leurs expériences de chasse à voix haute, et à leurs pieds se trouvait une pile de différentes sortes de proies de montagne, comme des faisans et des lièvres. 

Dans un autre coin, il y avait une table avec deux jeunes, apparemment discutant en secret. Leurs silhouettes étaient cachées dans les ténèbres, il était difficile de les voir, et il était encore plus difficile de connaître leur sexe. 

Fang Yuan décida de s’asseoir à la table la plus proche de la porte. Peu de temps après, les plats furent servis. 

« Avec mon talent de grade C, pour raffiner le Gu du clair de lune, si ma chance est bonne et que ce Gu n’a pas une forte volonté je n’aurai besoin que de 5 pierres. J’aurais besoin d’emprunter des pierres primitives. Mais si il est têtu j’aurais besoin de 8 pierres. »

Les Gu sont des créatures vivantes, il est donc naturel qu’ils aient la volonté de survivre. 

Certains ont une forte volonté et résistent toujours au processus de raffinement; certains Gu avaient une faible volonté, tout au long du raffinage, ils se rendaient impuissants; une fois qu’il n’y avait plus de résistance, le processus de raffinage devenait plus tranquille. 

« Pour le moment, je n’ai que six pierres primitives  sur moi, mais j’en ai donné deux à l’aubergiste, donc il me reste quatre pierres. »

Dans ce monde, les pierres primitives sont la monnaie locale, et son pouvoir d’achat est très fort. Une famille normale de trois dépensait au plus une pierre par mois. Mais quand il s’agissait d’un Maître Gu, la consommation de pierres primitives était plus importante. Prenons l’exemple de Fang Yuan; juste en raffinant un Gu seul, il aurait besoin d’une moyenne de sept pierres primitives. Et ce n’était que sur un Gu du clair de lune, s’il avait vraiment trouvé le ver de Liqueur, juste pour le raffiner avec le talent de grade C de Fang Yuan, il aurait besoin d’au moins une douzaine de plus! 

« En d’autres termes, à l’heure actuelle, ma situation est la suivante: même si je trouve le ver de liqueur, je n’ai pas nécessairement les pierres primitives pour le raffiner. Le trésor du Moine compte surement une énorme abondance de pierres primitives. »

Ce n’était pas une déduction difficile. Le Moine Fleur de vigne était un Maître Gu de rang cinq après tout. Pour un guerrier aussi célèbre de la Faction Démoniaque, comment pourrait-il ne pas avoir de pierres primitives, qui sont les éléments indispensables dans la culture d’un Maître Gu? 

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. PascalW
  • 🥈2. Maxime
  • 🥉 3. Cesar
🎗 Tipeurs récents
  • Maxime
  • Cesar
  • PascalW


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre bonus Menu Chapitre 12 – Le vin de bambou vert est parfumé, le Maître Gu fait étalage de son pouvoir