Crazy Detective|狂探
A+ a-
Chapitre 309 – Quoi ? Group Blind Date ?!

“Dépêche-toi, allons à l’hôpital !” La mère de Zhao Yu a attrapé la main de Zhao Yu et l’a traîné. “Comment est-ce possible ? Ta tête est chauve, tu n’as pas de cheveux ! Ton visage est gonflé ! Oh, mon fils !” La vieille dame avait l’air effrayée. “Pourquoi a-t-il fallu que tu sois policier ? Je t’ai dit de courir et de te cacher quand il y a du danger. Pas étonnant que tu ne sois même pas revenu pour le festival des bateaux-dragons ! Aiya, dépêche-toi ! Allons à l’hôpital au cas où il y aurait un problème avec ta tête…” La mère de Zhao Yu traînait Zhao Yu dehors et Daheng aboyait sur la vieille dame.

“Maman, mamaan…” Zhao Yu semblait agité alors que la vieille dame lui donnait des ordres. “Écoute-moi, ce n’était pas le travail. Je suis tombé accidentellement, je le jure ! Ne fais pas ça, ne fais pas ça, ne fais pas ça… Je reviens juste de l’hôpital. J’ai déjà vu un médecin ! Hé, Daheng ! C’est bon. Encore un aboiement, et j’aurai de la viande de chien…” Soudain, la maison était en proie au chaos. Zhao Yu transpirait de partout.

Après une lutte acrimonieuse, Zhao Yu a finalement forcé la vieille dame à s’asseoir sur le canapé. Mais elle n’est pas restée assise longtemps avant de se mettre à râler : “Fils, essaies-tu de mener une vie difficile ? Pourquoi as-tu quitté les dortoirs gratuits pour louer une maison ici ? C’est une si bonne unité, le loyer doit être cher !”

“Non… non…” Zhao Yu ne savait pas du tout comment répondre. Il ne s’était jamais senti aussi impuissant, même lorsqu’il avait été confronté à des criminels.

“Aiyo. Pourquoi nous avoir envoyé autant d’argent si tu loue une maison ! Fils, vite, tu as assez d’argent ? J’en ai apporté…” Elle a sorti son sac à main et lui a passé de l’argent.

“Non, non, non… J’ai assez…” Zhao Yu l’a rapidement arrêtée. Mais entendre ce que la vieille dame a dit l’a bouleversé, et il a eu envie de pleurer. Cela faisait très, très, très longtemps que quelqu’un ne s’était pas soucié de lui à ce point ! Ce que la vieille dame a dit était simple, mais cela montrait l’amour et l’attention qu’une mère avait pour son fils. Ses émotions ont surgi comme les marées, et il ne s’était pas senti comme ça depuis très longtemps.

“Maman… Je vais bien, vraiment ! J’ai de l’argent !” Zhao Yu s’est étouffé. En pensant à sa vie passée, il n’avait jamais reçu les soins affectueux d’une mère. Ce qui se passait devant ses yeux le rendait chaleureux et flou.

“Aiya…” La mère de Zhao Yu a vu la blessure sur sa tête et a dit anxieusement : “Toi, dis-moi, que devons-nous faire ? Qu’est-ce qu’on doit faire ? J’ai déjà fixé une date !”

“Maman, qu’est-ce que tu veux dire par qu’est-ce qu’on doit faire ?” Zhao Yu était excité mais perplexe. Il ne savait pas pourquoi la vieille dame paniquait.

“J’ai réservé un créneau pour toi. 8h15 au café Ting Ting pour un rendez-vous arrangé !” La vieille dame a dit anxieusement. “Mais ta tête, qu’est-ce qu’on peut y faire ? Pourquoi ne pas te donner une casquette ? Ah oui, c’est vrai. Je me souviens que les policiers portent des casquettes, non ? Dépêche-toi et va la mettre !” ( Mdr elle arrive à peine et hop ! )

“Qu’est-ce que c’est…” Zhao Yu était confus. “De quel rendez-vous arrangé tu parle ? Je ne t’ai jamais entendu en parler ?”

“Mon cher fils, tu dois m’écouter cette fois-ci !” La mère de Zhao Yu a attrapé la main de Zhao Yu et lui a dit strictement : “Je me fiche de savoir si tu es très occupé, tu dois assister au rendez-vous arrangé ! Au café Ting Ting, c’est un rendez-vous collectif. Je suis sûr que tu vas trouver quelqu’un ! Je te garantis qu’elle sera plus belle que ces salopes d’en face…”

“F*ck !” Zhao Yu tapota la tête de Daheng et dit d’un ton maussade : “Maman ! Pour être franc, j’ai vraiment une affaire très importante à résoudre ! Je ne peux pas !”

“Je savais que tu allais jouer cette carte ! Sais-tu quel âge tu as maintenant ? Tu sais que si tu ne t’installes pas avec quelqu’un, ton père et moi allons devenir fous ? D’accord !” La vieille dame a sorti un morceau de tissu blanc et a dit : “Si tu ne pars pas, je vais nous préparer une robe blanche pour que tu nous envoies au ciel, ton père et moi ! Aiyo ! Ma pauvre vie. Si pitoyable…”

“Aiya, maman ! Ne dis pas ça ! Toi… F*ck…” Zhao Yu a tiré sur le tissu. Son cerveau bourdonnait. Il pensait, “Maintenant je sais d’où vient ma bêtise !”

“Huit heures ! Il est déjà sept heures maintenant !” La vieille dame a dit : “Mets des vêtements, mets ton uniforme de police ! Fais-toi beau. Dépêche-toi et va me chercher une belle-fille ! Ton frère a déjà deux filles. Je compte sur toi pour nous donner un petit-fils !”

“Oh mon Dieu !” Les jambes de Zhao Yu se sont senties faibles. “C’est… c’est quoi ce bordel !!!”

“Aboiement… Aboiement…” Daheng ne savait pas ce qui rendait Zhao Yu fou, mais il s’est joint au chaos. Ensuite, sous la contrainte de la vieille dame, Zhao Yu a été obligé de se raser et de porter de beaux vêtements. Il n’a pas eu d’autre choix que de la suivre dehors. Zhao Yu a voulu prendre un taxi mais la vieille dame a insisté pour marcher deux kilomètres et prendre un bus public.

Dans le bus, la vieille dame a sorti une brochure et l’a montrée à Zhao Yu. Il y avait des hommes et des femmes très beaux. “Fils, jette un coup d’oeil. Trouve-en une bonne, tu auras une cible plus tard !”

“Maman ! Ils sont soit photoshoppés, soit ils ont eu recours à la chirurgie plastique. Comment peux-tu croire ça ?” Zhao Yu s’est plaint.

“Faux !” La mère de Zhao Yu a dit : “Je ne suis pas 6un enfant de trois ans. Je suis très stricte avec les gens ! Laisse-moi te dire que ce blind date de groupe a été organisé par la fille de ton troisième oncle. S’ils ont voulu me tromper, ils ne pourront pas s’échapper ! Et, et…” Puis, la vieille dame a feuilleté une page où se trouvait une femme portant une robe jaune. “Celle-là, je l’ai choisie pour toi ! J’ai fait des recherches sur elle. C’est la fille de la deuxième tante de Tante Xiao Qin. Une femme de bureau, elle travaille dans une grande entreprise. Regarde, regarde ! N’est-elle pas une beauté ?” Zhao Yu a jeté un coup d’oeil. La dame habillée en jaune était vraiment très belle, comme une célébrité.

“Qu’en penses-tu ?” La mère de Zhao Yu a poursuivi : “Ton Ba Zhi est aussi assorti au sien ! Regarde son visage, elle a des joues larges, ce qui signifie qu’elle est une femme très indulgente, un lobe d’oreille plein, ce qui signifie qu’elle pourrait donner naissance à un fils ! Et, et, regardez ses sourcils, c’est ce qu’on appelle les sourcils réconfortants, ils portent chance au mari !” ( Mdr sayer, Zhao Tu a déconnecter )

Oh… Zhao Yu s’est alors rappelé que sa famille avait récupéré la physionomie transmise par ses ancêtres. Sa mère avait été influencée à un très jeune âge, elle pouvait donc être considérée comme une sorte d’experte. Mais… elle ne semblait pas être si précise…

En regardant la foule, Zhao Yu a paniqué. Il voulait juste en finir pour pouvoir retourner enquêter sur l’affaire. “Si tôt le matin, pourquoi… oh…” a-t-il réalisé. Il s’est soudainement souvenu : “Oh oui ! J’ai reçu un hexagramme ‘Xun-Li’. Xun’ représente la famille, et donc ma mère est venue, mais ça s’est passé comme ça…”

Au début, Zhao Yu avait peur de ne pas pouvoir se détendre ! Mais quand il a vu la vieille dame s’affairer, il n’a plus eu d’inquiétude. “Peu importe si c’est cette vie ou ma dernière, cette vieille dame est ma mère, une mère irremplaçable !” a-t-il décidé.

Le bus s’est arrêté juste à l’entrée du café Ting Ting. Quand Zhao Yu est descendu, il a réalisé qu’il était situé dans le centre ville, et qu’il était vraiment proche de l’endroit où il avait poursuivi Zhao Qing ! Il est même passé devant le même café !

Le café était plein de bavardages animés, tous des jeunes gens venus pour le blind date de groupe. Le climatiseur était à fond et Zhao Yu a éternué en entrant !

“Oh mec…” a-t-il pensé. Zhao Yu avait un mauvais pressentiment. S’il n’avait pas la grippe, il devait se passer quelque chose de grave. “Blind date, blind date ! C’est trop bizarre !” Il n’était jamais allé à une blind date. Il a trouvé cela intéressant alors qu’il regardait autour de lui, ne sachant pas quoi faire.

“Fils, va vite t’inscrire là-bas et prends un numéro !” La vieille dame avait bien fait ses devoirs. Elle a dit : “Oh, et quand tu t’inscris, regarde quel est le numéro de Jin Yuanyuan. N’oublie pas de la chercher en premier ! J’ai le sentiment que cette fille sera ma belle-fille !”

“Aiyo…” Zhao Yu était à court de mots. Il voulait jurer mais il ne pouvait pas le faire devant sa mère, il a donc dû suivre son ordre et s’enregistrer au comptoir.

En s’enregistrant, il a trouvé les informations d’enregistrement de Jin Yuanyuan. Zhao Yu a jeté un coup d’œil à son numéro d’identification et à sa date de naissance. Il a souri tristement quand il a réalisé que Jin Yuanyuan avait neuf ans de plus que lui ! Zhao Yu a souri, impuissant, et a voulu annoncer cette nouvelle à sa mère pour qu’elle oublie cette Jin Yuanyuan.

À ce moment précis, le téléphone de Zhao Yu a sonné. Miao Ying l’appelait,

“Zhao Yu, tu fais quoi ?” Miao Ying avait l’air vraiment sérieux au téléphone.

“Rien, pourquoi ? Y a-t-il des nouvelles ?” Zhao Yu a demandé.

“Ce n’est pas moi qui devrais te demander ça ?” Miao Ying a dit solennellement. “Zhao Yu, dis-moi, pourquoi es-tu allé à cet endroit ?”

“Hein ? Quoi ? Où ?” Zhao Yu ne comprenait pas ce que Miao Ying voulait dire. Il était confus.

L’animateur a soudainement parlé dans le microphone : “Mesdames et messieurs, le blind date de groupe va commencer très bientôt, veuillez compléter votre inscription dès que possible, et…”

“Quoi ? Un blind date de groupe ?” Miao Ying a entendu et a demandé, “Zhao Yu, tu… es allé à un blind date ?!”

“Non, c’est ma mère…”

“Quoi ? Ta mère est allée à un rendez-vous arrangé en groupe ?” Il pouvait voir que Miao Ying était furieuse au téléphone. Elle a dit en colère : “Zhao Yu, je croyais que tu étais allé à la pâtisserie pour trouver quelque chose ! D’accord, vas-y avec ton rendez-vous alors !” Elle a raccroché le téléphone.

“Quoi ?!” Zhao Yu était si confus. “Qu’est-ce qui se passe ? D’où sort cette pâtisserie ?” Il se demandait.

“Boutique de gâteaux… Boutique de gâteaux…. Attend une minute…” Soudain, Zhao Yu s’est souvenu de quelque chose et il a pris une grande inspiration !



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 308 – Ma mère ! Menu Chapitre 310 – Assez misérable