Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 40 – Étrange petit oiseau

Cloudhawk chercha à savoir exactement ce qu’était la vallée des enfers. Pour faire simple, c’était un lieu d’entraînement secret.

Réputé pour être un endroit dangereux où les meilleures familles et organisations envoyaient chaque année leurs jeunes membres les plus brillants. Certains étaient des héritiers familiaux à fort potentiel. D’autres étaient des membres particulièrement talentueux des rangs inférieurs d’une organisation.

Il n’y avait qu’une seule chose qui était certaine.

Tous ceux qui avaient été envoyés à la vallée des enfers étaient plus que compétents. Ils étaient prêts à mourir. Le taux de mortalité au cours du processus de culture était incroyablement élevé, mais tous ceux qui survivaient devenaient un outil finement aiguisé pour celui qui les avait envoyés.

L’espoir qu’il survive pour devenir un puissant soldat était la raison pour laquelle Skye Polaris l’avait sauvé. Une telle décision, pour un homme comme Skye Polaris, ne se prend pas à la légère. Les avantages et les inconvénients avaient été pesés, et au final, il avait choisi de faire l’investissement.

Il pensait que le camp d’entraînement serait dangereux, mais le degré l’avait pris par surprise. Skye Polaris ne lui rendait pas service, car s’il mourait là-bas, cela ne ferait aucune différence. S’il vivait, le Général était sûr de trouver un moyen de le garder sous sa coupe.

Mais, il n’avait pas le choix.

Cloudhawk n’était pas prêt de changer de camp et de rejoindre Arcturus Cloude. S’il essayait de fuir la famille Polaris, il brûlerait les ponts sans pouvoir se racheter – personne à Skycloud ne l’accueillerait. Skye Polaris était le chef de toutes les forces armées, aussi il n’avait aucune raison de soupçonner qu’il n’y avait aucune méthode que le commandant n’utiliserait pas pour obtenir ce qu’il voulait.

Quant au poison qu’ils lui avaient injecté ? Il n’était pas trop inquiet. Ces deux derniers jours, il avait senti le Trespasser s’activer dans son corps.

Quelle que soit cette substance, il était certain qu’elle pouvait arrêter la propagation du poison. Il ne savait pas si cela pouvait neutraliser entièrement la toxine, mais au moins Skye Polaris n’allait pas pouvoir utiliser cette ruse pour le contrôler aussi facilement.

L’évasion n’allait pas se faire de toute façon. Où irait-il ?

Au début, il était motivé par l’idée de s’échapper des terres désolées. Il voulait désespérément aller dans un endroit où il n’y aurait ni meurtre ni cruauté, mais il avait découvert que ses hypothèses concernant les terres élyséennes étaient une chimère. Partout où il y avait des gens, l’environnement était le même. La seule façon d’y échapper était de vivre une vie d’isolement. Sinon, il était condamné à le suivre comme une malédiction. Il n’y avait aucun moyen d’y échapper.

Cette prise de conscience le plongea dans la dépression, et il s’assit dans son lit sans dormir.

Pour une raison quelconque, un objet dans sa poche attira son attention et il y plongea la main. Quand il la retira, l’œuf en or de sa dernière aventure dans l’autre monde était niché à l’intérieur.

Il l’avait presque oublié. Il se souvenait du moment où il avait trouvé l’œuf dans ce pays étrange. En le transportant tout ce temps, il était facile de le négliger – il était petit et inerte, mais d’une certaine façon, il savait qu’il avait un lien avec les reliques.

Il pensait que les reliques des chasseurs de démons devaient avoir été créées par une méthode mystérieuse dont il ne savait rien. C’était peut-être quelque chose que seuls les dieux et les démons comprenaient vraiment, destiné à rester à jamais un mystère pour les humains. Chaque relique qu’il avait rencontrée avait une cadence et un son particuliers qu’il pouvait utiliser pour déterminer où elles se trouvaient et en quoi elles étaient différentes.

Il y en avait de toutes sortes. Il ne semblait pas que les reliques aient des exigences de forme.

Il pouvait sentir une résonance similaire provenant de l’œuf, il avait donc pensé qu’il devait s’agir d’une sorte de relique. Seulement, il était très différent de toutes les autres reliques qu’il avait rencontrées. Cela faisait déjà deux mois qu’il le transportait et il n’avait toujours aucune idée de ce qu’elle faisait.

Peut-être, pensa-t-il, qu’il était temps de l’essayer.

Il s’installa sur le sol, les jambes croisées, et prit l’œuf dans ses paumes. Il concentra son énergie psychique pour se mettre au diapason de l’œuf, mais peu importe ce qu’il faisait, l’œuf absorbait son énergie comme une éponge. Il avalait tout ce qu’il lui envoyait, mais n’offrait aucune réponse. Il n’avait aucun retour.

« C’est toujours pareil ? » Il avait déjà essayé au cours des deux derniers mois avec des résultats similaires.

A chaque fois, ses efforts s’étaient heurtés au silence. L’œuf avait simplement bu son énergie psychique et l’avait gardée piégée à l’intérieur. Cet œuf de la taille d’un poing agissait comme un récipient sans fond.

Il était sceptique. Bien sûr, il ne répondait pas à ses tentatives d’utilisation, mais il essayait quand même. Pendant plusieurs minutes, il avait persévéré, en y mettant toute sa concentration, jusqu’à ce qu’il doive s’arrêter. Il s’était effondré, étourdi par l’effort, ayant atteint sa limite. L’œuf ne faisait toujours rien.

Quel était l’intérêt de cet œuf ?

Cloudhawk était si frustré qu’il voulait le jeter contre le mur.

Juste à ce moment-là, il sentit la pierre suspendue à son cou se réveiller. Une vague d’énergie se répandit de l’intérieur comme une mer de nuages, dix fois plus forte que tout ce qu’il pourrait produire. Il était assis dans un silence stupéfait. Il savait qu’il y avait plus dans la pierre qu’il ne le pensait et qu’elle ne révélait ce pouvoir que dans certaines circonstances. Il n’était pas sûr de ce qui l’avait réveillé cette fois.

L’étrange écriture gravée sur tout l’œuf commença à briller.

Il réagissait enfin !

Maintenant, Cloudhawk comprenait que le problème n’était pas avec l’œuf. C’était son énergie psychique qui avait été trop faible. Il n’en avait pas assez pour atteindre le seuil requis, mais après plusieurs tentatives et avec l’aide de la pierre, cela semblait avoir changé. Enfin, ça marchait !

Il pouvait sentir l’énergie psychique de la pierre jaillir comme une rivière déchaînée. Au même moment, la mer tumultueuse d’énergie commençait à s’évaporer. Au fur et à mesure que l’œuf baignait dans ce pouvoir, les gravures brillaient de plus en plus. Il était devenu chaud au toucher jusqu’à ce qu’enfin, Cloudhawk soit obligé de le laisser tomber.

La coquille d’œuf de couleur bronze foncé était devenu or brillant puis blanc scintillant. En fin de compte, il rayonnait comme une ampoule. Cela n’avait pas duré longtemps, peut-être trois ou quatre minutes. Ensuite, le son net de craquements s’était produit et des fissures étaient apparues à la surface de l’œuf, se propageant rapidement.

Il avait même essayé de casser l’œuf une fois.

Il lui tira dessus et le frappa avec une hache, mais rien ne laissa de trace. Voir les fissures dessus le choqua maintenant, mais il découvrit rapidement que sa surprise venait juste de commencer. Quelque chose à l’intérieur commença à bouger. Quelque chose là-dedans était vivant.

Cloudhawk se frotta les yeux et regarda comme s’il regardait une apparition.

C’était une créature, qu’il n’avait jamais vu auparavant. Il faisait environ un tiers de la taille de sa paume et était nu de la tête aux pieds. Dès le moment où il avait éclos de l’œuf, il ressentit une résonance qu’il n’avait jamais ressentie auparavant. Différente de toutes les autres reliques qu’il avait rencontrées, cette créature avait un air émotionnel riche. Cela l’avait rempli d’un sentiment d’affection.

La première chose que cette petite chose chauve, laide et minuscule faisait après sa naissance avait été de commencer à picorer les coquilles d’œufs éparpillées sur le sol. Les morceaux étaient plus durs que le fer et brillaient toujours d’une faible lumière comme s’ils venaient tout juste de sortir d’un four. La chaleur les avait rendus cassants, donc à chaque fois que l’étrange petit oiseau picorait un morceau, la coquille de l’œuf se brisait et il l’avalait.

L’oiseau était lent et méticuleux, car il mangeait chaque morceau de la coquille. Cinq minutes plus tard, il ne restait plus rien.

Pendant tout ce temps, Cloudhawk resta assis silencieusement à regarder. Surpris, il regarda les plumes dorées scintillantes germer sur tout son corps pendant qu’il mangeait. Immédiatement, la chose laide s’était revêtue d’un magnifique plumage. C’était un joli petit oiseau mystérieux.

Il avait essayé ses ailes pendant un moment avant de décoller finalement dans les airs. Son voyage inaugural était maladroit, mais il passa devant le visage de Cloudhawk, laissant des traînées de lumière dorée. Puis, il y avait eu une forte détonation comme si une balle avait été tirée par une arme à feu. Quand il se retourna pour regarder, il vit que l’oiseau s’était écrasé dans une colonne.

La chose était rapide !

Il regarda de plus près et vit qu’un morceau avait été retiré du pilier et que la tête du petit oiseau maladroit était logée dans le trou. Ses petites jambes se retournaient et se débattaient alors qu’il tentait de se libérer. Il avait finalement réussi à tirer la tête après un effort considérable. À partir de là, il vola avec plus de prudence, effectuant quelques circuits dans la pièce et prenant le coup de ses nouvelles ailes.

Il se posa sur son épaule. L’oiseau secoua la tête, le regardant d’abord d’un œil, puis de l’autre.

Il avait été surpris, car il avait vu ce qui s’était passé si cet oiseau n’avait pas atterri. Il avait frappé la colonne comme une balle. Imaginez ce que cela ferait à son épaule. S’il pouvait percer la majeure partie du chemin à travers la pierre et sortir correctement, le corps de l’oiseau devait être comme de l’acier. Ce petit gars avait le potentiel de causer des dommages.

Une fois de plus, cet étrange flot d’énergie émergea, et il savait que cet oiseau n’avait aucune hostilité à son égard. En fait, l’oiseau semblait dépendre de lui, comme un chiot le ferait de son maître.

Quelque chose amena Cloudhawk à se sentir inconsciemment à l’aise. Alors qu’il regardait le petit oiseau sur son épaule, la lumière de celui-ci s’était atténuée et il pouvait mieux le voir.

C’était une chose minuscule, à laquelle il fallait s’attendre puisqu’elle venait de naître, environ un tiers de la taille d’un poing. C’était une petite chose très étrange, contrairement aux oiseaux qu’il avait déjà vu.

Premièrement, il avait des yeux de mammifères brillants et pleins d’intelligence. Son crâne était parfaitement rond, un peu comme une tête de hibou mais avec un large bec en forme de canard. Il était un peu gonflé, mais ses ailes étaient courtes, ce qui rendait mystérieuse la façon dont il pouvait même voler. Avec ses ailes repliées, il ressemblait à un petit lapin de poussière sur des échasses. C’était vraiment plutôt mignon.

C’était un oiseau qui avait en fait éclos d’une relique ! Il doit considérer Cloudhawk comme son maître, car il avait filtré son énergie psychique à travers lui.

Il ne savait rien de cette petite créature, mais cela ne l’avait pas empêché de spéculer. Les reliques qu’il avait vues jusqu’à présent n’avaient pas de forme standard : livres, épées, pierres, bijoux, tissus – pourquoi pas un animal ? Cloudhawk pensait que cet oiseau était peut-être une sorte de relique spéciale, comme la différence entre un couteau et une bête dressée. Un gars avec une épée pourrait tuer. Un animal aussi.

Les couteaux étaient des outils de guerre et les créatures pouvaient également être entraînées à se battre, à l’exception du fait qu’elles étaient des armes vivantes. Ce petit oiseau provenait d’un œuf de relique, il devait donc s’agir d’une sorte de relique spéciale elle-même. Seulement, un qui était vivant et intelligent.

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Alexis
  • 🥈2. PascalW
  • 🥉 3. Yorushima
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • Alexis
  • Yorushima


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 39 – Chercher une faveur Menu Chapitre 41 – Ce que l’on entend et ce que l’on voit