Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Livre 1 Chapitre 5 : Le mystérieux joyau

Cloudhawk avait tout juste pu s’échapper, mais il avait réussi à trouver un coin tranquille pour se cacher et se reposer. Sa poitrine s’enflammait de douleur. Lorsqu’il pressa sa main contre sa poitrine, celle-ci se détacha et se retrouva recouverte de liquides collants. Bien qu’il ne puisse pas dire à quel point il avait été blessé, la blessure était définitivement grave. De telles blessures étaient extrêmement dangereuses, même s’il ne mourait pas d’une perte de sang, la blessure s’infecterait probablement, engendrant une mort lente.

Sans doute était-ce à cause de sa faiblesse physique, ou en raison de sa grave perte de sang, l’esprit de Cloudhawk devint de plus en plus flou. Ses paupières commencèrent à s’affaisser. Il voulait vraiment fermer les yeux et se reposer un moment, mais il savait qu’il ne pouvait absolument pas se le permettre.

Cet endroit grouillait d’innombrables créatures dangereuses, et la puanteur de son sang allait certainement attirer ces bêtes assoiffées de sang. Pour lui, s’endormir maintenant signifiait qu’il ne se réveillerait plus jamais.

Il était fatigué. Il souffrait. Il avait été battu. Sa volonté était presque épuisée. La mort serait une forme d’évasion, n’est-ce pas ?

Cloudhawk voulut faire disparaître cette pensée. Il n’avait même pas quitté les ruines, encore moins le désert. Il n’avait rempli aucune des promesses qu’il s’était faites. Comment pouvait-il accepter la mort dans un endroit comme celui-ci ? Le vieux se serait moqué de lui. Il devait survivre. Il devait vivre !

Son désir de rester en vie raviva son esprit, comme une flamme obstinée qui se mit à brûler de nouveau. Son esprit s’éveilla, Cloudhawk enleva ses vêtements tachés de sang et déchira plusieurs bandes de tissu pour panser ses blessures. Il devait trouver la sortie au plus vite. Il devait quitter cet endroit maudit !

La lumière du lichen fluorescent lui donna une vague idée de où aller.

Cependant, les souterrains étaient disposés de manière si complexe que Cloudhawk avait depuis longtemps perdu le sens de l’orientation. Il n’avait aucune idée de la direction à prendre.

Mais à ce moment-là, cette sensation étrange et subtile réapparut. C’était comme si quelque chose l’appelait vers son subconscient.

Cloudhawk n’était pas certain que ce sentiment soit réel ou illusoire, mais il n’avait plus le choix. Il décida de confier son destin à ce sixième sens et de suivre les galeries.

Sa condition physique se détériorait rapidement et cet endroit était aussi compliqué qu’un labyrinthe. Cloudhawk marcha pendant plusieurs dizaines de minutes sans pouvoir quitter les tunnels, mais cette sensation subconsciente devenait de plus en plus forte. Alors qu’il continuait à suivre son instinct, il vit finalement une sortie qui scintillait d’une faible lumière.

Il avait réussi ! Il s’était échappé ! Ce devait être la sortie. Il l’avait enfin trouvée !

J’emmerde ces excavateurs. La seule chose qui compte, c’est que je m’en sorte vivant !

Ravi, Cloudhawk accéléra son rythme. Alors qu’il s’apprêtait à atteindre la “sortie”, il s’arrêta brusquement et l’étonnement apparut sur son visage. Non. NON ! MERDE !

Il était arrivé à une intersection à cinq voies. La soi-disant “lumière” ? C’était juste la lumière qui émanait des torches qui étaient accrochées à cet endroit. Les murs étaient remplis de lances en os et d’outils divers, ainsi que d’une grande quantité de viande fumée séchée au vent et suspendue à des crochets géants. Ce qui terrifiait vraiment Cloudhawk… était le fait qu’il devait y avoir au moins trente ou quarante balayeurs !

Cet endroit n’avait pas de sortie. C’était la base des balayeurs ! Au lieu de trouver la sortie, Cloudhawk était tombé sur le cœur du labyrinthe !

Il y avait aussi quatre ou cinq charognards attachés qui avaient été capturés vivants et amenés ici. Comme des animaux attachés pour l’abattage, ils étaient totalement incapables de bouger ou de s’enfuir. Leurs visages étaient d’une pâleur mortelle de désespoir et d’horreur, mais leurs bouches étaient complètement bâillonnées, les empêchant de dire quoi que ce soit.

Compte tenu de la brutalité des balayeurs, il était certain qu’ils leur réservaient un sort terrible.

En fait, il y avait ici aussi bien des balayeurs adultes que de jeunes balayeurs. Cependant, ils se ressemblaient tous, avec leurs corps si étroitement liés avec ces étranges excroissances de chair qui les faisait ressembler à des hommes-arbres. Ces balayeurs purent se reproduire, malgré leur étrange mutation, et avaient même transmit leurs mutations à la génération suivante. Cet état de fait était vraiment très rare dans les friches.

Les balayeurs étaient rassemblés et agenouillés devant une estrade surélevée alors qu’ils marmonnaient des mots obscurs et inintelligibles. C’était presque comme s’ils étaient de pieux croyants priant une puissance supérieure.

Au sommet de l’estrade se trouvait un joyau noir qui défiait les lois de la gravité et planait simplement dans les airs. Il était fort probable que ce phénomène surnaturel ait inculqué aux balayeurs insensés un sentiment de vénération et de crainte envers le joyau, les poussant à se prosterner devant lui comme s’il s’agissait d’une relique divine.

Cloudhawk était également stupéfait. Mais qu’est-ce que c’était ? Il avait le sentiment inexplicable que les sensations étranges et subtiles semblaient provenir de ce mystérieux joyau. C’était de ce joyau qu’émanait cette étrange sonorité qui avait attiré Cloudhawk en ce lieu. Lorsqu’il le vit, il fut envoûté pendant quelques instants.

Après tout, il n’était rien d’autre qu’un humble charognard de bas étage. Quand avait-il vu un objet aussi merveilleux ?

Les balayeurs accomplirent leurs rituels de soumission. Deux d’entre eux sortirent un instrument ressemblant à une guillotine pendant que les autres traînaient les captifs ligotés. Ils soulevèrent la lame de la guillotine et pressèrent les mains d’un charognard en dessous.

« Non. NON ! » Le charognard poussa un cri… et la lourde lame de la guillotine s’abaissa avec un craquement écœurant.

Le charognard poussa des hurlements de désespoir étouffés, alors que ses deux mains étaient complètement coupées. Les quatre autres charognards étaient si terrifiés que leur corps se mit à ramollir. Ils perdirent alors le contrôle de leurs intestins. Les balayeurs remplirent un récipient avec le sang qui giclait et le versèrent sur l’un des jeunes enfants.

Ces mutants semblaient avoir une peau ayant une propriété absorbante. Une fois le sang versé sur l’enfant, il était rapidement absorbé par son corps. Les douzaines de balayeurs commencèrent à faire la fête, utilisant la guillotine pour couper les bras du charognard en plusieurs morceaux, comme s’ils coupaient des légumes. Ils reliaient ensuite la viande à des poteaux métalliques, se préparant à la fumer.

Brutal. Berserk ! Ces créatures tordues se réjouissaient de torturer d’autres êtres vivants !

Les cris fous des charognards ramenèrent Cloudhawk à la réalité. Il secoua frénétiquement la tête, reprenant rapidement ses esprits. Il était maintenant si effrayé que son corps était à nouveau couvert de sueur froide.

Cloudhawk avait vraiment envie de se gifler ! Comment pouvait-il tomber dans l’étourdissement dans un moment pareil ? Était-il fatigué de vivre ? Cet endroit était rempli de balayeurs mortels. S’il était capturé, il finirait comme ces pauvres charognards. Ils couperaient d’abord ses mains et ses jambes en plusieurs morceaux avant de le tourmenter sans fin jusqu’à ce qu’il meurt.

Mieux vaut s’enfuir tout de suite !

Cloudhawk se leva prudemment et se mit à l’abri. Mais à ce moment précis, un charognard fut libéré de ses liens. Au moment où ils s’apprêtaient à le forcer à avancer et à lui infliger des coups sévères, il sembla gagner un élan de force et de rapidité surnaturel, né de la terreur. D’une certaine manière, il se libéra des griffes des balayeurs, esquiva les balayeurs voisins et s’enfuit… tout droit vers le tunnel de Cloudhawk.

Ses efforts furent inutiles. L’un des balayeurs lui enfonca un crochet volant dans la jambe, le faisant tomber au sol. Alors qu’il était traîné vers l’arrière, du coin de l’œil, il vit Cloudhawk revenir sur la pointe des pieds dans les tunnels.

Le cœur de Cloudhawk se resserra. Il avait un mauvais pressentiment. Il retourna frénétiquement à sa cachette d’origine… mais il était trop tard.

« Sauvez-moi ! »

« Sauvez-moi ! »

« SAUVEZ-MOI !!!! »

Alors que le charognard était traîné en arrière, il griffa le sol avec ses ongles, laissant de profonds sillons dans la terre. Il criait si hystériquement qu’il ne remarqua même pas que ses ongles s’effritaient.

Il savait qu’il n’y avait aucun moyen de le sauver… mais il voulait rester en vie ! Comme un homme qui se noie, il saisissait toutes les occasions à sa portée, même les plus ténues !

Cloudhawk sentit un frisson descendre le long de sa colonne vertébrale. Une fois de plus, il ressentait cette sensation de danger incroyable !

Les balayeurs avaient cessé leurs célébrations. Ils avaient tous l’air perplexe et plusieurs d’entre eux sortirent leurs lances alors qu’ils augmentaient leur vigilance.

Mince. Il avait été découvert !

Le charognard qui avait été ramené a été tué par un seul coup de lance. Quant aux quatre ou cinq balayeurs armés de lances, ils commencèrent à se diriger lentement vers l’emplacement de Cloudhawk.

Le garçon pouvait sentir le danger l’envelopper, ce qui lui rendait la respiration difficile. Il ne pouvait pas s’empêcher de trembler lorsqu’il retira son tesson de métal pointu de sa ceinture. Pour l’instant, c’était la seule arme dont il disposait.

Devrait-il se défendre ? Il était impossible qu’un si petit morceau de métal constitue une menace pour ces balayeurs. N’importe lequel d’entre eux serait capable de le tuer facilement !

Devrait-il s’enfuir ? Il n’y avait aucun moyen pour lui de distancer les balayeurs. La dernière fois, il ne s’était échappé que grâce à une stupide chance. Il n’y avait aucune probabilité qu’il soit à nouveau aussi chanceux… et il n’avait même pas l’énergie nécessaire pour courir !

Était-il censé attendre la mort ici ? !

La mort n’a pas toujours été terrifiante. Cependant, attendre la mort tout en étant complètement incapable de se défendre était vraiment insupportable !

Cloudhawk n’avait aucun plan et aucune idée pour faire face à la situation qui l’attendait. À chaque pas des balayeurs, la mort se rapprochait de plus en plus.

Les balayeurs étaient également tous très perplexes. Ils n’avaient entendu aucun bruit. Y avait-il vraiment quelque chose de caché ici ? Quoi qu’il en soit, ils devaient au moins fouiller la zone !

Les balayeurs se rapprochaient de plus en plus. Cinq mètres. Quatre mètres. Trois mètres…

Le cœur de Cloudhawk était gelé de peur. Il n’osait même pas respirer, il ne pouvait que prier désespérément. Ne venez pas jusqu’ici. S’il vous plaît, quoi qu’il arrive, ne venez pas ici !

Mais des prières comme celles-ci étaient inutiles. Les balayeurs continuèrent leur progression.

Cloudhawk saisit fermement son tesson de métal, son corps tout entier tendu. S’il allait mourir quoi qu’il arrive, il allait tomber en se battant !

Les balayeurs avaient la peau extrêmement dure, n’est-ce pas ? Alors il poignarderait les yeux !

Dans deux pas, les balayeurs seraient en mesure de le voir…. Cloudhawk était déjà prêt à attaquer… mais à ce moment précis, le son d’un tir clair et retentissant éclata d’un autre tunnel. Le bruit des coups de feu était exceptionnellement perturbant, du fait que cet endroit était clos.

C’était le gros homme !

Cet homme sacrément rusé. Il utilisait les charognards comme appât pour attirer l’attention des balayeurs. Après que les charognards furent tous morts, ils suivirent les traces jusqu’au camp des balayeurs, puis lancèrent une attaque surprise !

Qu’il soit maudit ! Qu’il soit maudit ! Ce salaud de traître ! À cause de lui, des dizaines de charognards sont morts de façon misérable. À cause de lui, Cloudhawk lui-même avait failli mourir.

Cependant…, Cloudhawk devait le remercier !

Deux coups de feu retentirent à proximité alors que le gros homme menait ses forces en chargeant le camp des balayeurs. Comment ces derniers pouvaient-ils les ignorer ? Ils levèrent immédiatement leurs armes et se déplacèrent pour engager le combat avec les attaquants. Quant aux balayeurs qui étaient sur le point de découvrir Cloudhawk, ils joignirent également leurs camarades pour résister face à ces nouveaux envahisseurs.

Les dizaines de balayeurs partis, on pouvait entendre les bruits d’une bataille extraordinairement féroce qui se déroulait dans l’autre tunnel !

Ce gros Blanc, ce Noir musclé et leurs sept ou huit mercenaires seraient-ils capables de vaincre autant de balayeurs dangereux ? Cloudhawk haletait de douleur en quittant sa cachette, légèrement étourdi par le manque d’oxygène dû au fait qu’il avait retenu sa respiration si longtemps. Il n’avait plus qu’une seule pensée en tête : courir !

Au moment où Cloudhawk s’apprêtait à agir sur cette pensée, il hésita soudainement.

Le joyau ! Le bijou semblait tout à fait extraordinaire. Les balayeurs étaient tous partis pour combattre les mercenaires. Pourquoi ne pas prendre le risque de leur voler le joyau ?

Quand la plupart des gens fuient devant la mort, ils s’enfuient sans hésiter et ne se retournent pas. Le train de pensée de Cloudhawk était sans aucun doute inhabituel. Cependant, il était né dans la misère la plus totale et ne voulait pas abandonner une chance ou un objet qui pourrait changer son destin. Il avait déjà le vague sentiment que ce bijou possédait certaines propriétés inexplicables !

Il allait prendre le risque !

Cloudhawk chargea dans le camp des balayeurs, enjambant les corps mutilés qui jonchaient le sol. Ici, il n’y avait pas de lichen fluorescent sur les murs, ceux-ci étaient plutôt recouverts de toutes sortes d’étranges peintures.

L’une des peintures représentait un grand groupe de mutants hideux et d’apparence vile entourant une créature tout aussi hideuse. Peut-être que ces mutants ressemblant à des arbres faisaient partie de ce grand groupe ?

Quant à la créature elle-même, elle était extrêmement grande. Elle était vêtue d’une étrange armure de cuir et ressemblait presque à un général. Il dirigeait et commandait les mutants dans une guerre contre leurs ennemis. Leurs ennemis étaient des êtres humains ordinaires portant des armes à feu et les humains ordinaires étaient commandés par un être grand et resplendissant.

D’un côté, il y avait une créature qui semblait aussi vile et hideuse qu’un démon. De l’autre côté, on voyait une figure brillante et éblouissante qui ressemblait à une divinité.

D’un côté, il y avait les mutants hideux et dégoûtants. De l’autre côté, il y avait les êtres humains ordinaires !

Cette scène était clairement une bataille entre l’obscurité et la lumière, une bataille finale entre le mal et le bien.

Il y avait trop de peintures et Cloudhawk n’était pas d’humeur à toutes les regarder. Il s’élança frénétiquement vers l’estrade pour s’emparer du joyau et s’enfuir. Il ne se souciait de rien d’autre !

Du moins, c’était le plan. Alors que Cloudhawk était sur le point de monter sur l’estrade, il sentit une fois de plus un grand danger imminent. Il s’arrêta immédiatement et soudainement… au moment où il s’arrêta, un javelot fusa vers lui à grande vitesse.

Swoosh !

L’arme le manqua de peu, en passant devant son nez. Si Cloudhawk ne s’était pas arrêté brusquement, il aurait probablement été transpercé de part en part!

Bien qu’il ait réussi à esquiver le spectre de la mort, il ressentait toujours un sentiment de terreur. N’ayant rien remarqué, il ne s’attendait pas à ce qu’il reste des balayeurs. Cette fois, il n’avait vraiment plus d’endroit où se cacher !



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Livre 1 Chapitre 4 : Les balayeurs Menu Livre 1 Chapitre 6 : Passer par-dessus