Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 75 – Dépoussiérage

Livre 2, Chapitre 75 – Dépoussiérage

L’ennemi de l’ennemi était l’ami de l’ennemi.

Cloudhawk se battait seul, mais heureusement, il avait la pierre de phase pour renforcer sa confiance.

L’union de ces deux-là au moment critique allait être une situation difficile à gérer pour lui. Néanmoins, avec le champ d’énergie de la pierre qui l’entourait, il était effectivement séparé du monde physique. Les seules attaques qu’il devait craindre étaient celles qui pouvaient dépasser les limites de la puissance de la pierre. Toute autre attaque serait inefficace et il pourrait l’éviter complètement.

Le problème était que, de la même façon que les autres ne pouvaient pas lui faire de mal, il ne pouvait pas non plus faire de mal à qui que ce soit tant qu’il était incorporel. Il devrait abandonner le pouvoir de la pierre avant d’essayer de se défendre, et contre une seule personne, il pourrait choisir le bon moment. Tout comme Naberius, il s’agissait d’esquiver puis de contre-attaquer.

Mais, lorsque ses ennemis commençaient à se multiplier, les choses se compliquaient.

Activer la pierre prenait du temps. La galvaniser et la lâcher constamment créait plus d’opportunités d’erreurs. S’ils pouvaient maintenir un assaut continu, s’ils avaient une attaque spéciale ou un moyen spécial de surmonter sa défense, gagner cette rencontre allait être très difficile pour lui.

« Rappelle-toi qui je suis. » L’esprit de Cloudhawk s’affolait, cherchant le moindre moyen de retourner la situation dans son sens. Mais, en apparence, il restait calme. Lorsqu’il tourna son regard vers Claudia, un rictus méprisant s’inscrivit sur son visage. « Par deux fois, tu as essayé de me tuer avec tes attaques sournoises, et tu as échoué les deux fois. Maintenant, te revoilà. Es-tu une sorte de sadique ? Hé, tu ne m’aimes pas, n’est-ce pas ? »

L’accusation la rendit furieuse. Elle ne l’aurait pas envisagé même s’il était la dernière personne vivante sur terre !

Cloudhawk se frappa le front comme s’il était assailli par un fait irritant. « C’est juste une honte que tu aies grandie dans la laideur. Je veux dire, tu le sais. Ton visage ressemble à une crêpe. Tu n’as pas de poitrine, et ton cul a une drôle de forme. Une femme comme toi n’a aucun intérêt pour moi, tu n’es tout simplement pas mon type. Je ne le ferais même pas par pitié, vraiment, alors tu devrais juste chasser cette idée de ton esprit. »

En fait, si Claudia n’était pas aussi belle que Sélène ou Aurore, elle était tout de même l’une des plus belles filles de Skycloud. Sa silhouette n’avait pas le même feu séduisant que Hellflower, mais les parties qui devraient être grandes étaient grandes, et les parties qui devraient être petites étaient petites. Dans l’ensemble, elle était très standard.

Gabriel comprenait ce qu’il essayait de faire.

C’était une petite merde rusée. Ce qu’il disait était un tas d’idioties, mais ça rendait la fille folle. Plus elle était en colère, plus ce serait difficile de garder la tête froide, et cela leur faisait perdre leur avantage.

Claudia ne se précipita pas pour agir. Gabriel ne se précipita pas non plus.

Ils étaient dans une impasse. Les attaques verbales de Cloudhawk étaient devenues plus audacieuses et plus effrontées, puisant dans les nombreuses choses grossières qu’il avait apprises lors de son séjour dans les terres désolées avec les mercenaires. Naturellement, elles étaient devenues de plus en plus répugnantes. Comment une âme noble autoproclamée des terres élyséennes pouvait-elle accepter une telle obscénité au cœur noir ? Il n’était rien de plus qu’une crapule, et c’est exactement ce qui lui donnait l’avantage sur n’importe quel Élyséen. Il ne se souciait pas des apparences, alors le flot d’injures et d’obscénités ne cessait de déferler. C’est ainsi qu’il avait pu se déshabiller devant deux cents personnes sans la moindre hésitation. Quel Élyséen pourrait faire la même chose ?

Le visage de Claudia prit plusieurs teintes de rouge, et ses jointures craquèrent alors qu’elle tenait ses poings le long de son corps. C’était comme si une mer de lave bouillonnait juste sous sa peau, menaçant d’éclater à tout moment.

Son plan semblait fonctionner.

Mais Claudia ferma les yeux, prit une profonde inspiration, et quand elle les rouvrit, Cloudhawk fut surpris de voir que ses yeux étaient de parfaits bassins bleus de tranquillité. En fait, il n’y avait aucune émotion dans ses yeux ou dans sa voix lorsqu’elle parla. « Tu te rabats sur de vieux trucs. Tu ne te lasses pas de toi-même ? »

Qu’est-ce que c’est ? Tout ce souffle gaspillé et aucune réaction ? Cloudhawk l’avait cataloguée comme une tête brûlée, mais sa réaction aujourd’hui était exactement le contraire.

Dans les terres désolées, Claudia n’avait pas perdu contre lui, elle avait perdu contre elle-même. À l’époque, elle avait un net avantage sur lui au combat, mais elle avait laissé ses émotions prendre le contrôle. Elle avait abandonné son pouvoir et l’avait laissé mener par le bout du nez.

Elle avait pris l’échec de sa mission comme une leçon. Elle était une personne émotive, mais elle pouvait apprendre à séparer son humeur de son comportement. Elle avait effectivement deux visages. Il y avait des avantages dans le succès, mais il y avait aussi des leçons dans l’échec. Ce qui lui était arrivé dans les terres désolées n’était pas si mal.

C’est pourquoi les ennemis et les adversaires étaient si importants !

Les ennemis étaient le fouet qui vous poussait en avant. Les adversaires étaient le miroir avec lequel on examinait constamment la vérité sur soi-même. La personne qui était capable d’éviter de haïr purement ses adversaires, qui pouvait voir au-delà de son inimitié pour voir la valeur de ses ennemis, cette personne était destinée à la grandeur.

« Bien… très bien. Tu as grandi. » Cloudhawk laissa tomber son personnage détestable. La férocité dans ses yeux fit place au calme et il parla doucement, « Mais, tu es toujours déterminé à me combattre ?”.

La voix de Claudia semblait portée par un vent de montagne glacé, froide et impérieuse. « Je ne veux simplement pas voir les méchants gagner. Je ne peux pas rester sans rien faire pendant qu’un autre chasseur de démons perd sa vie à cause de ruses méprisables. N’importe quel Élyséen ferait le même choix que moi, car chaque Élyséen porte en lui un cœur vertueux. Un sauvage comme toi ne comprendrait jamais, alors tu utilises n’importe quelle méthode pour obtenir ce que tu veux. N’importe quelle méthode pour obtenir le pouvoir. Sans la foi, jusqu’où peux-tu vraiment aller ? »

Le visage de Gabriel se crispa. Son cœur se mit à battre plus vite. Cela se produisait à nouveau.

Une fois que son rythme cardiaque atteignait un certain seuil, Naberius sortait à nouveau. Le sermon moralisateur de Claudia le provoquait.

« Tu es prêt à prendre une décision sans tous les détails ? Vous autres, connards suffisants, êtes prêts à aller massacrer librement, et le plus triste, c’est que vous pensez encore avoir les mains propres. Mettez-vous sur ce piédestal lumineux là ou je pense. Si c’est le genre de choses que les dieux enseignent à votre peuple, alors s’ils tombent aujourd’hui, ce ne sera pas assez tôt. » Cloudhawk se pencha. Il n’allait pas perdre son temps à discuter de religion. S’ils devaient se battre, ils pouvaient aussi bien en finir. « Très bien. Si c’est comme ça que ça doit se passer, alors je vous affronterai tous les deux. »

Claudia était furieuse. Ce bâtard avait osé insulter les dieux ? ! Si les humains existent encore, c’est grâce à la protection des dieux. Ce païen méritait d’être brûlé sur le bûcher !

Il s’était résigné au meurtre. Il n’avait pas prêté attention à Claudia dans le passé parce qu’il n’y voyait pas beaucoup de valeur. Maintenant, il semblait y avoir plus de potentiel qu’il ne le pensait.

Elle était un problème, précisément le genre de problème qu’il était fatigué de gérer. S’il la tuait ici, la famille Lunae ne pourrait pas remonter jusqu’à lui. Gabriel était une aberration dangereuse dont il devait aussi s’occuper. Cloudhawk s’était battu avec acharnement pour prendre l’avantage sur lui, et il ne s’agissait que de ses capacités physiques. Le psychopathe avait également de fortes capacités psychiques. Le tuer à n’importe quel autre moment où des reliques étaient impliquées pouvait être impossible.

C’était comme un os coincé au fond de sa gorge. Il ne pouvait plus se retenir. Il devait nettoyer ce bordel.

Alors que l’intention meurtrière l’inondait, le visage pâle de Claudia blanchissait encore plus. Elle avait même fait un pas en arrière inconsciemment. Le sauvage était rusé et méchant, voire fou. D’après son aura résolue, elle savait qu’il n’allait pas s’arrêter avant que l’un d’entre eux ne soit mort.

Claudia s’adressa à l’homme à côté d’elle à voix basse, « Celui-ci n’est pas un adversaire facile. Si nous travaillons ensemble »

Avant qu’elle n’ait pu terminer sa phrase, un frisson intense lui parcourut l’échine.

Son visage s’était effondré, et quand elle s’était retournée, l’affable homme blond avait disparu, et elle était face à face avec la folie.

Les griffes de Naberius, semblables à des poignards, pouvaient déchirer la fourrure d’un animal mutant, et encore plus la chair laiteuse de la gorge de Claudia. Mais alors qu’elle semblait sur le point de se faire couper la tête, elle prouva sa valeur en tant que chasseur de démons spécialisé dans la mêlée. Son corps s’était immédiatement tendu, et elle bondit hors du chemin. Lorsqu’elle atterrit plusieurs mètres en arrière, elle sentit son cou brûler. Elle leva sa main, et quand elle la regarda, elle était couverte de sang.

Ses pieds rapides lui avaient évité d’avoir une artère coupée, mais la blessure était encore profonde.

« Tu… »

Elle ne put prononcer qu’un seul mot avant que Naberius ne soit de nouveau sur elle. Ses blessures étaient sérieuses, mais sa vitesse ne devait pas être sous-estimée.

Claudia était confrontée à la rage meurtrière bouillonnante de ce psychopathe qui voulait soudainement la déchirer en plusieurs morceaux. Elle n’avait aucune idée de ce qui se passait. Était-ce une sorte de tour qu’il avait organisé ? Seulement, quand elle s’était montrée, elle avait clairement vu qu’elle l’avait pris par surprise.

Naberius s’était jeté sur elle en riant de façon maniaque. « Tuer dix mille fanatiques comme toi ne peut pas étancher ma soif ! Les dieux, le Temple, la foi, tout ça c’est des conneries ! Tu crois que ces sornettes se soucient du commun des mortels ? ! Je vais te tuer à moins que les dieux ne te sauvent ! »

Claudia ne savait pas comment mettre des mots sur ce qu’elle ressentait. De la colère ? C’était loin d’être une description. En plus de cela, il y avait l’humiliation et le désespoir. « Comment cela a-t-il pu se produire ? C’est un chasseur de démons ! »

Cloudhawk était ravi.

Gabriel… ou Naberius ou quel que soit le nom que ce monstre se donnait… semblait avoir une histoire à lui.

« Toute la journée à invoquer les noms des dieux. Qui penses-tu être ? ! » La férocité de Naberius augmenta. « Ce monde est fou ! Tout le monde est fou ! »

Claudia repoussa son offensive, mais non sans mal. Plusieurs blessures sanglantes parsemaient son corps.

Pendant tout ce temps, Naberius continuait à hurler comme un fou. « Je couperai chaque morceau de viande sur ton corps comme je l’ai fait à ce satané oracle ! »

« Il a tué un oracle ? »

C’est comme si une bombe avait explosé dans son cerveau. Ses pensées étaient devenues vides.

Les oracles étaient des membres ecclésiastiques du Sanctuaire, ce qui était différent d’une église. Il y avait de nombreuses églises, principalement des institutions religieuses pour les gens ordinaires. Seuls les évêques de ces organisations pouvaient prétendre communier avec les dieux.

Les oracles, par contre, étaient des conduits légitimes ayant un accès direct aux dieux. Bien que les oracles n’aient aucune autre capacité, ils étaient des membres infaillibles de la société élyséenne. Tout l’art, l’équipement, la nourriture et la boisson dont ils jouissaient leur étaient offerts par les dieux. Chaque année, ils recevaient d’autres reliques ou technologies du ciel afin de maintenir la prospérité du royaume. Les oracles servaient de pont entre le peuple et leurs divinités.

« Il a tué un oracle ? C’est plus que fou ! »

« Se pourrait-il que ce chasseur de démons ait complètement renoncé à son dévouement à la lumière ? Il s’est complètement abandonné aux ténèbres ? Bon sang… qu’est-ce que j’ai fait ? »

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Alexis
  • 🥈2. PascalW
  • 🥉 3. Yorushima
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • Alexis
  • Yorushima


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 74 – Circonstances imprévisibles Menu Chapitre 76 – Torsions et retourner