Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 74 – Circonstances imprévisibles

Livre 2, Chapitre 74 – Circonstances imprévisibles

Le monstre anormal qu’était Naberius avait une foule de défauts flagrants : vanité, suffisance, folie. À présent, il était convaincu qu’il avait le dessus, que le rythme était sous son contrôle. C’était un chat jouant avec une souris.

Alors pourquoi Cloudhawk était-il si calme ? Ses tours étaient épuisés. Sa mort était proche !

Cela déstabilisait Naberius. C’était comme coucher avec une belle femme pour qu’elle reste immobile sous vos pieds, aussi réactive qu’un cadavre. Cela tuait l’ambiance.

« Le regard dans tes yeux me tape sur les nerfs. » Naberius était sûr qu’il n’avait aucun moyen de se défendre. Lorsqu’ils retombèrent au sol, Cloudhawk se plaqua contre un arbre pour éviter une autre attaque. Il dirigea sa dague vers l’œil gauche du sauvage. La précision du fou était étrange, et ses mouvements rapides étaient sûrs de faire sortir l’œil du jeune homme de son crâne. « Je pense que je vais en prendre un ! »

Alors que la pointe de la dague se dirigeait vers lui, le cœur de Cloudhawk était rempli d’une froide hilarité. Putain d’abruti, tu veux mon œil ? Il attrapa le poignet du blond entre ses mains, arrêtant la dague à quelques centimètres de son visage.

Le dos de Cloudhawk était contre l’arbre, bloqué pendant qu’ils se battaient pour l’arme.

Naberius s’esclaffa devant la bêtise du jeune homme. Les griffes de sa main gauche se tendirent, cette fois pour s’enfoncer dans son abdomen. Aussi près et avec ses mains occupées, il ne pouvait pas l’arrêter. Il pouvait presque le sentir – la peau douce qui se séparait, les muscles durs qui laissaient place à des boyaux chauds et frétillants. Il allait les attraper et les sortir pour que son jouet puisse les voir.

Le moment était venu.

Naberius lança toute sa concentration et sa force dans l’attaque, convaincu qu’il ne pourrait pas résister. Il ne vit pas la pierre autour du cou de sa victime s’animer, ni la lumière pâle et la puissance qui l’entouraient.

Naberius sentit toute résistance s’évanouir. La dague dans sa main droite fut projetée vers le visage de sa victime en même temps que sa main gauche plongeait dans son abdomen. Avec un bruit sourd, sa dague s’était plantée dans l’écorce dure de l’arbre. Ses cinq griffes acérées avaient frappé quelque chose de dur.

« Non… non, ce n’est pas bon ! »

Il les avait vues traverser, mais il n’y avait pas de déchirure.

Naberius était un expert en contrôle corporel et un maître sculpteur autoproclamé du corps humain. Il savait ce que l’on ressentait lorsque les muscles se déchiraient et que la peau cédait. Il savait ce que l’on ressentait à l’instant lorsque sa dague et ses mains nues frappaient. C’était comme s’il n’avait touché que de l’air.

Cloudhawk fit un petit pas sur la gauche et sourit.

« A mon tour. »

Avec un grognement, sa jambe droite s’abattit comme un marteau, faisant tomber Naberius de ses pieds. Ce dernier percuta deux arbres avant de s’arrêter. Ça n’allait pas le tuer, mais ça allait sûrement lui faire mal. Il était certain qu’il ne serait pas aussi agile après un tel coup de pied.

En effet, bien que le corps du blond soit robuste, il n’était pas facile de se remettre de ce coup. Il sentait que plusieurs de ses côtes avaient été cassées et que ses poumons avaient été endommagés. Il ne pouvait plus bouger aussi adroitement qu’avant.

Cloudhawk sauta dans les airs, aussi souple qu’un chimpanzé, et tournoya comme un plongeur expert. En retombant, il tendit son pied droit pour donner un coup de hache écrasant. Ce n’était pas un coup de pied normal – c’était aussi mortel qu’un grand homme brandissant un marteau de guerre. S’il atterrissait, il pourrait très bien couper quelqu’un en deux. Naberius se dégagea du sol et se remit sur ses pieds, léger comme une plume. Il esquiva le coup de pied, le talon du sauvage heurtant la terre. Il balaya ensuite sa jambe et envoya un nuage de terre et de pierres dans le visage de son ennemi.

« Espèce de salaud ! »

Les deux hommes s’étaient frappés en même temps. La force de chacun d’eux avait fait exploser les particules de terre.

Naberius tituba en arrière. Il était doué pour la vitesse alors que Cloudhawk était plus complet. Il était rapide et fort, ne laissant aucune faiblesse à exploiter. Sans sa vitesse pour l’aider, il devait compter sur sa seule force, et il ne pouvait pas se mesurer à Cloudhawk.

Les os de son bras gauche lui faisaient mal. Le coup de poing avait endommagé quelque chose dans son épaule.

Il refusait d’admettre la défaite. Sans tenir compte de sa blessure, il s’était élancé aussi vite qu’il le pouvait, mais sa dague l’avait une fois de plus traversé sans dommage. Encore ? Comment cela avait-il pu se produire ? Cloudhawk esquiva et donna un coup de poing. Normalement, Naberius aurait pu facilement esquiver, mais ses blessures l’avaient arrêté net. Il se contenta de regarder le poing du jeune homme le frapper à l’estomac. Alors qu’il se dédoublait, un autre dropkick l’enterra dans la terre.

« Tu as une relique… comment ?! » Le visage tordu de l’homme était un masque de rage et d’incrédulité. Il se débattait et crachait des bouchées de sang dans le sol. Son bras gauche, sa poitrine, son rein et sa rate étaient blessés. Aussi robuste qu’il était, ce type l’avait presque mis hors d’état de nuire après seulement quelques coups.

« L’instructeur n’a jamais dit que le jeu déloyal était interdit dans la Vallée des Enfers. Il a juste dit qu’il fallait s’assurer de ne pas se faire prendre. »

Cloudhawk était calme et franc avec l’homme qui venait d’essayer de le tuer. Il n’avait eu aucun avantage contre le monstre, et c’était uniquement grâce à la pierre de phase qu’il n’avait pas été étripé. Sans elle, il aurait été obligé de rester en défense et d’espérer le bon moment.

Mais, avec la pierre de phase, il n’avait pas peur.

Bien que le pouvoir de la pierre ne soit pas invincible, pour la combattre, il fallait plus de puissance qu’il n’en possédait. Grâce à ses capacités uniques, il était capable de porter un coup surprise et de neutraliser la vitesse supérieure de son ennemi.

Naberius n’avait pas envisagé la possibilité que son ennemi ait une carte cachée à jouer. Non préparé, il fut pris complètement par surprise, et cela lui coûta. De plus, il n’avait jamais entendu parler d’une relique aussi puissante que celle-ci, qui transformait les gens en fantômes. Maintenant, sa seule option était d’essayer de fuir, car la gravité de ses blessures ne ferait qu’empirer jusqu’à ce que fuir devienne impossible.

Cloudhawk savait ce que l’homme blond pensait. « Tu n’étais pas un peu trop sûr de toi ? Pourquoi t’enfuis tu maintenant ? »

Naberius ne répondit pas. Il s’était levé d’un bond et s’était enfui dans la forêt.

Il le poursuivit. Alors qu’ils évitaient les arbres, le visage de Naberius s’était adouci. Les angles aigus et les muscles tordus avaient laissé place à la douceur familière d’avant. Gabriel, presque timide, était revenu.

« Hé, hé ! Tu vas me laisser m’occuper de ton bordel ? ! »

Gabriel n’était pas content, mais le corps lui appartenait maintenant.

Cloudhawk gagnait du terrain sur lui, alors Gabriel mettait toute son énergie à essayer de rester en tête. Bien qu’ils partagaient le même corps, Gabriel n’avait pas le même contrôle que son homologue plus sombre. Il ne parvenait à atteindre qu’environ quatre-vingts pour cent de sa vitesse potentielle, et dans l’état où se trouvait son corps, il était encore plus lent. Il n’avait plus l’avantage de la vitesse.

Gabriel lui cria par-dessus son épaule alors qu’il courait : « Attends, je ne veux pas te tuer. J’ai juste laissé Naberius sortir pour s’occuper du Boucher. Je suis désolé pour ce qui s’est passé après ! C’était Naberius. Ça n’a rien à voir avec moi ! »

« Ce sont ses excuses ? Sans mes tours, je serais déjà mort. »

Cloudhawk le découpait en morceaux et s’excusait après l’avoir tué. Il serait curieux de savoir si Gabriel accepterait ses excuses à ce moment-là.

Gabriel s’était plaint de son sort. On lui avait dit que c’était une « mission sans importance », mais Frost de Winter avait manifestement mal jugé. Ce n’était pas qu’il avait sous-estimé Cloudhawk, mais plutôt que personne ne savait à quoi s’attendre dans la Vallée des Enfers. Sans reliques, lui et le Boucher se battaient avec une main attachée dans le dos !

Il n’était pas du genre à se laisser attendrir. Ces deux-là avaient été envoyés pour le tuer, et il n’avait aucune raison d’avoir pitié d’eux. Il était déterminé à tuer Gabriel, ne serait-ce que pour s’épargner des ennuis plus tard !

Il maintint le rythme, mais après plusieurs minutes, il n’était toujours pas assez près. Il serra les dents et réfléchit un moment avant d’attraper une pierre pointue en courant.

Whoosh ! Il frappa le mollet de sa proie.

Gabriel fut surpris et alarmé par ses ruses. Il heurta le sol avec un grognement, et son poursuivant en profita pour se rapprocher. Il s’était abattu sur lui avec un poing comme une étoile filante, un coup de poing qui, s’il était reçu, lui ouvrirait le crâne. Même si la tête de Gabriel était en acier, ça ne l’aurait pas sauvé. Mais, alors que le poing de Cloudhawk n’était qu’à deux mètres, Oddball poussa un cri. Il hésita un instant, car à ce moment-là, une silhouette élancée surgit. L’étranger sauta d’un tronc d’arbre à sa gauche et lui envoya un coup de pied.

Cloudhawk s’était retourné et avait levé les bras pour bloquer le coup. La force du coup l’avait projeté 4 à 5 mètres plus loin, vers un autre arbre. Il attrapa une branche et l’utilisa pour se redresser. Les yeux serrés, il fixa le nouvel attaquant.

Claudia lui rendit son regard. Elle jeta ensuite un regard vers l’homme au sol. « Tu vas bien ? »

Gabriel était soulagé et ravi d’avoir été sauvé. Il se mit sur ses pieds. « Merci ! »

Elle retourna son regard, rempli d’une juste colère, sur Cloudhawk. « Les chiens ne peuvent pas s’empêcher de manger de la merde, hein ? Et te voilà en train d’essayer de tuer d’autres innocents ! »

Cloudhawk se sentait comme un enfant à qui on aurait retiré ses bonbons et qui aurait été accusé de les avoir volés. C’était un sentiment nauséabond.

Fils de pute ! C’était absolument déconcertant que cet assassin vaincu puisse continuer à vivre. Comment se fait-il qu’elle apparaisse toujours au moment le moins opportun ? N’avait-elle pas peur qu’il la tue ?

Attendez… quelque chose n’allait pas.

Soudainement, tout semblait éteint. Il ne pouvait pas vaincre Claudia, pas ici.

C’était une combattante à bout portant, capable de vitesse et de force. Mais en tant que chasseuse de démons, elle avait une énergie psychique médiocre. Cloudhawk avait réussi à la battre facilement à Skycloud parce qu’il avait ses reliques pour l’aider.

Sans leurs outils, dans un pur combat à mains nues, Cloudhawk n’était pas sûr de pouvoir la battre.

Claudia était marquée par les coups de fouet qu’elle avait décidé de recevoir en punition de sa dignité. Du sang frais traçait des chemins le long de ses bras et dégoulinait du bout de ses doigts. Le dos de sa robe était noirci par les taches de sang. Ces fouets étaient une affaire sérieuse, elle devait donc souffrir, ce qui signifiait également que ses capacités de combat devaient être affectées. C’était une pensée gratifiante pour Cloudhawk.

En se relevant du sol, Gabriel fixa son regard sur lui.

Les choses allaient de mieux en mieux, n’est-ce pas ?

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Alexis
  • 🥈2. PascalW
  • 🥉 3. Yorushima
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • Alexis
  • Yorushima


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 73 – Une sombre personnalité Menu Chapitre 75 – Dépoussiérage