Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 69 – Un sentiment d’incertitude

Livre 1 chapitre 69 – Un sentiment d’incertitude

Des cris désespérés retentirent pendant plus d’une heure dans la chambre d’Hydra. Puis, le silence s’installa.

Il avait donné libre cours à tous ses appétits, et plusieurs femmes portaient des blessures en guise de souvenirs. Elles gisaient à bout de souffle sur le sol, pas un pouce d’entre elles n’était indemne. Même leurs poignets étaient brutalement cassés. Plus il était excité, plus ses fantasmes devenaient violents. Pour lui, la joie et la colère étaient interchangeables, si bien que tous ceux qui l’approchaient le craignaient comme s’il était un animal sauvage.

C’était aussi un homme intelligent. Il satisfaisait ses penchants les plus sombres en utilisant des esclaves et ceux qui lui désobéissaient. Il attirait à son service ceux qui avaient le moindre talent. Cette façon de faire lui permettait de jouir d’une règle stable. Pendant huit ans, il avait recruté des élites dans son entourage tout en tourmentant des dizaines de personnes à mort.

« Sortez-les d’ici… »

Il s’habilla et mit son cache-œil, invitant les gens à son service à enlever les femmes, devenues de simples détritus sexuels. Il pouvait avoir des femmes en abondance, et celles-ci étaient définitivement brisées. Il se fichait qu’elles soient découpées et données en pâture aux bêtes, ou répandues sur les champs comme du fumier, car c’était tout ce qu’elles valaient pour lui.

Il se dirigea vers la fenêtre et se prélassa au soleil, regardant son territoire enivré de joie.

Cette oasis abondante, cette terre fertile, cette perle parfaite dans les terres désolées était difficile à égaler. Il était le souverain ici, un roi dans son royaume, avec ses plus de cinquante mille habitants, ses sujets – ou plutôt, son bétail et ses esclaves.

S’il le voulait, il pouvait tuer n’importe lequel d’entre eux ou tous. Il pouvait avoir n’importe quelle femme pour n’importe quelle raison ou sans raison. Qui oserait s’y opposer ? Il était comme un dieu dans ce lieu et c’était une sensation plus exaltante que tout. Il était ivre de pouvoir et avait envie de cette sensation comme d’une drogue.

La seule chose insatisfaisante, comme un os coincé dans sa gorge, était cette merde qui se cachait. Une fois par mois, il se présentait pour prendre la moitié de ce qui lui revenait de droit. C’était du vol, de l’extorsion. C’était une insulte !

C’était une insulte qu’il était obligé d’encaisser… mais tout serait réglé ce jour.

Il devait s’attendre à ce qu’ils sachent qu’il préparait quelque chose. Dans la bataille à venir, les vaincre ne serait pas suffisant. Il devait les exterminer, comme un cancer, ou bien il était inutile de se battre.

Pour ce faire, il avait prévu d’orchestrer l’évasion de la reine. Ce mensonge lui donnerait la couverture nécessaire pour rassembler ses meilleurs hommes, tandis que les mutants seraient forcés de venir. Tant que les balayeurs seraient attirés au bon endroit, aucun d’entre eux ne survivrait.

Leurs lieutenants seraient éliminés. L’homme de l’ombre devrait se montrer.

Avec tout l’avant-poste et la puissance du chasseur de démons derrière lui, la force de ce bâtard n’avait pas d’importance. Peu importait l’influence qu’il exerçait. Au moins, son domaine avait la capacité de se défendre !

Rester assis, c’était attendre sa propre mort. Pourquoi ne pas agir en premier et tout donner ?

Quelqu’un entra dans la pièce. À en juger par le bruit de ses pas, sa démarche et sa vitesse étaient étonnamment constantes, presque surnaturelles. Il n’avait pas besoin de regarder pour savoir qui c’était. Seules les personnes les plus proches de lui étaient autorisées à entrer ici. C’était son frère, Snaketooth.

Il était plus qu’impatient. « Comment vont les préparatifs ? »

La réponse de Snaketooth fut sinistre et ferme. « Du calme, mon frère. L’appât a été placé et nous avons quinze snipers à proximité qui garderont la situation sous notre contrôle. Personne ne passera entre les mailles du filet. »

Les snipers de l’avant-poste étaient son atout. Ils étaient entraînés pour être maîtres de leur art : les tireurs d’élite. Quinze de ces hommes cachés dans les ruines voisines seraient comme des anges de la mort.

Snaketooth continua. « Nous partons tous les huit rejoindre le chasseur de démons. »

Il se retourna soudain et regarda Snaketooth dans les yeux. « Écoute, quoi qu’il arrive, tu seras toujours mon petit frère. S’il y a quelqu’un en ce monde dont je me soucie, c’est bien toi. Ces dernières années, tu as été mon puissant bras droit ainsi que ma plus grande faiblesse. Je ne veux pas qu’il t’arrive quoi que ce soit. Tu m’entends ? »

Il désapprouva. « Je suis un soldat, mon frère. Je suis prêt à mourir pour la cause. »

« Pas de doute, tu es un sacré bon soldat. Mais surtout, tu es mon frère, alors ne fais rien de stupide. Tu ramènes tes fesses et tu fais un rapport dès que la mission est terminée. » Son ton ne laissait aucune place à la discussion. « Tout cet endroit – toute la nourriture, les boissons et les femmes – tu es le seul avec qui je suis prêt à partager. Tout ce que j’ai, tu l’as. »

Il s’inclina. « Merci, mon frère. »

Il agita la main. « Vas-y, fais attention. »

Aussi impitoyable qu’il était, chacun chérissait quelque chose. Il avait grandi avec Snaketooth parmi les charognards, leur vie n’avait pas été différente de celle de Cloudhawk jusqu’à l’âge de dix ans. Ils se soutenaient mutuellement à travers d’innombrables épreuves et maintenant, il était son bras droit.

Alors que Snaketooth réunissait ses sept compagnons et se mettait en route, Hydra fit savoir que le chasseur de démons avait été repéré et s’était échappé de l’oasis. Il envoya huit de ses meilleurs éléments pour les chasser.

Les minutes passèrent, une par une. Maintenant que l’appât était prêt, cela suffirait-il pour attirer leur proie ?

Il s’assit sur une chaise et ferma les yeux, en battant rythmiquement des doigts contre les accoudoirs, comme s’il attendait quelque chose. Et puis, il s’arrêta.

Un bruit parvint à ses oreilles : le vacarme des portes qui s’ouvrent. Les lieutenants du démon firent irruption.

« Hydra ! » L’ailé atterrit devant lui, sortit une machette et la plaça contre son cou. Il rugit d’une colère débridée. « Espèce de sale connard ! Pourquoi ne pas l’avoir dit dès que tu l’as su ?! »

« Ne vous fâchez pas, messieurs. » Ses yeux s’ouvrirent et il les regarda tous les trois avec le plus grand respect. « Je viens seulement de le découvrir. Dès que je l’ai su, j’ai envoyé huit personnes à leur poursuite. Ne vous inquiétez pas, on va les avoir. »

« Ces deux chasseurs de démons sont importants pour le maître. On ne peut pas les laisser s’échapper, et ce peu importe le prix. Mais nous n’avons pas assez de monde. » Longhorn donna un ordre directement au chef de l’avant-poste. « J’ai besoin que vous envoyiez plus d’hommes – et vous irez personnellement. »

C’était précisément ce qu’il attendait. « Bien sûr, bien sûr ! »

« Vite ! » Le vautour était visiblement impatient. « C’est la dernière fois. La putain de dernière fois ! Si ces rats s’échappent encore parce que tu as traîné ton cul, je te le ferai payer ! Tu m’entends ? »

« D’accord. Mes frères, on ne peut pas perdre de temps ici non plus. Nous avons une piste. Nous devons la suivre. » Intervint Stranger Black.

Il regarda les mutants partir, se moquant d’eux une fois qu’ils étaient partis. Léonine s’était alors approché, vêtu d’une armure, et s’adressa à lui avec respect.

« Nous avons quatre cents hommes triés sur le volet prêts à partir. »

« Allons-y. »

Ils partirent pour l’endroit où les soldats les attendaient. Ils étaient disposés en formation propre, portant de bons cuirs et des masques respiratoires. Chacun était équipé d’un fusil modifié ou d’une puissante arbalète et avait un sabre ou une machette attachée dans le dos. Comme des statues, ils se tenaient debout sans bouger, indomptables comme une véritable armée.

« Ces combattants sont l’élite la plus importante de tout l’avant-poste. » Il marchait devant, avec Léonine à ses côtés. Alors que le chef de l’avant-poste marchait, ses yeux se remplissaient de fierté et d’arrogance.

« Je me suis préparé à ce moment depuis des années. »

Ils n’étaient pas nombreux, mais ses hommes étaient lourdement équipés et se battaient comme des diables. Ils n’étaient pas moins destructeurs que les balayeurs eux-mêmes. Plus important encore, ces combattants furent triés sur le volet par nul autre que lui-même. Ils étaient loyaux et ne répondaient qu’à lui.

Il n’avait qu’un seul commandement : le suivre même dans les profondeurs de l’enfer.

Les monstres que ces mutants amenaient avec eux n’étaient pas plus de trois cents. Même dans un combat direct, il n’était pas garanti qu’ils gagneraient, encore moins quand ils ne savaient pas qu’ils allaient se faire poignarder dans le dos. Son ennemi n’avait nulle part où aller !

« Dégagez ! »

Peu de temps après le départ des balayeurs, il rassembla son peuple et traversa la vallée jusqu’à l’oasis. Lorsqu’ils atteignirent les ruines dévastées par la nature, c’était comme un labyrinthe qui s’étendait devant eux.

C’était un labyrinthe de mort, un labyrinthe qui avait fait de nombreuses victimes. Et c’était leur meilleure chance ! Il avait une chance de tuer ses seigneurs en un seul coup. Et pourtant, il ressentait un sentiment d’inquiétude.

Étrange… pourquoi se sentirait-il si inquiet ? Il réfléchit un instant et réalisa que tout avait été trop facile. Tellement facile que ça commençait à lui sembler dangereux !

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Alexis
  • 🥈2. PascalW
  • 🥉 3. Yorushima
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • Alexis
  • Yorushima


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 68 – Opération “Tueur de monstre” Menu Chapitre 70 – Changement d’ambiance