Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 61 – Les cadeaux généreux d’Aurore

Livre 2, Chapitre 61 – Les cadeaux généreux d’Aurore

Skye Polaris lut le rapport trois fois, puis éclata de rire comme une énorme baleine. ” Bien ! Tu as bien travaillé. La Cour et le gouverneur ont été battus haut la main – tu as fait honneur à notre maison. Magnifique ! »

Aurore Polaris avait obtenu d’excellents résultats dans les tunnels sous la ville, ayant tué plus d’une centaine de condamnés évadés et en ayant capturé une centaine d’autres. Plus impressionnant encore, ceux qu’elle avait capturés étaient des délinquants violents du donjon – les plus dangereux du lot.

Sa petite-fille, impétueuse et lunatique, s’était très bien débrouillée.

Skye avait remarqué une certaine maturité en elle au cours des derniers jours. Elle ne cherchait pas à créer des problèmes et faisait consciencieusement ce qu’on lui disait. C’était un changement bienvenu, bien qu’inattendu.

« Que veux-tu comme récompense ? » demanda rapidement Skye. « Pas Cloudhawk. Ne le suggère même pas. »

Aurore lui lança un regard noir. « Qui se soucie de ta récompense ? »

Skye la regarda se retourner pour partir. « Où vas-tu ? »

« Le Temple ! »

« Pourquoi t’y vas ? » cria-t-il, confus. « Assure-toi qu’il soit prêt à partir ! On l’envoie dans quelques jours seulement. Ne tergiverse pas ! »

Aurore fronça les sourcils mais ne répondit pas.

Plusieurs dizaines de personnes se tenaient à la station de transit, chargées de marchandises.

Cloudhawk regarda les survivants de Bloomnettle. « Même avec le pardon du général, la cité Skycloud ne peut plus vous accepter. Partez et trouvez un autre endroit dans le domaine pour vous installer. Vivez vos jours en paix. Ne dites rien qui puisse vous attirer des ennuis. Vous êtes tous Élyséens, donc vous le savez mieux que moi. Je ne pense pas que vous ayez besoin de plus de bêtises de ma part. »

Il restait environ quatre-vingts survivants de Bloomnettle. Ils avaient de la chance d’avoir survécu après un tel désastre !

Mais Lotus et les autres avaient l’air abattu. Étaient-ils une fois de plus destinés à errer sans foyer ? Cela semblait être le meilleur choix !

« Hé, sortir vivant de cet enfer était une chance. Pourquoi faire la gueule ? Des jours meilleurs se profilent à l’horizon, non ? » Il vit leurs expressions anxieuses et confuses. « Quelque chose ne va pas ? »

Lotus était inquiète pour l’avenir. Tout s’était passé si vite au quartier général, et ils avaient été jetés en prison avec seulement les vêtements qu’ils portaient. Maintenant, leur maison était fermée, et tous leurs biens avaient été confisqués.

S’assurer qu’un groupe aussi important reste en bonne santé et uni n’allait pas être facile !

Lotus était médecin, mais ses compétences n’étaient pas exceptionnelles. Les autres villes ne pouvaient pas non plus offrir autant que Skycloud. Comment était-elle censée prendre soin de tout le monde ? Comment pouvait-elle s’assurer que les enfants grandissent bien ? Avec une enfance comme celle-ci, aucun d’entre eux n’obtiendrait de bons emplois et ne pourrait devenir des soldats ou des chasseurs de démons.

« Ne t’inquiète pas, j’ai pensé à tout. » Il tendit un sac lourd. « Prenez-le ! C’est l’argent que j’ai économisé. Je ne peux pas le dépenser ici de toute façon. Utilise-le pour que toi et les autres puissiez vivre heureux. »

Elle le prit, et à en juger par le poids, elle devina qu’il y avait environ une centaine de pièces. Quand elle tira sur le cordon et regarda à l’intérieur, ses yeux s’étaient immédiatement écarquillés. Elle avait raison pour le nombre, mais ce qu’elle n’avait pas deviné, c’est que le tas était entièrement en or. Cent pièces d’or !

Combien d’années la société Bloomnettle avait-elle dû économiser pour en accumuler autant ? Il lui avait donné sans sourciller !

Il lui lança un regard interrogateur. « Qu’est-ce que c’est ? Ce n’est pas assez ? »

« Oh, c’est suffisant. Plus que suffisant. » Lotus s’empressa de refermer le sac. « Je ne sais pas comment te remercier. »

« “Merci” fonctionne, et que ce soit la fin de tout ça. Oubliez tout ce qui s’est passé et tout ce qui a trait à moi. Vivez simplement vos vies. »

Il ne se souciait pas de ce qu’il abandonnait. Pour les gens normaux, cent pièces d’or étaient une fortune, mais pour lui, cela ne signifiait pas grand-chose. Aurore lui devait toujours quelque chose.

Il ne voulait plus jamais revoir ces gens. En fait, il aurait mieux valu qu’il ne les ait jamais rencontrés du tout. Il semblait que la tragédie le suivait partout où il allait. Ce genre de personnes ordinaires, au grand cœur, étaient impuissantes une fois qu’elles devenaient des victimes. Il ne se souciait pas de ce qu’il adviendrait d’eux dans le futur, qu’ils s’en sortent ou non. Il ne voulait simplement pas qu’ils souffrent à cause de lui.

« C’est tout ce que je peux faire. Le vaisseau arrive. Il est temps de dire au revoir. »

Il fit un signe de la main et, ayant dit tout ce qu’il avait à dire, les laissa rapidement sur la plateforme. Il s’éloigna sans se presser et ne se retourna pas.

Lotus et les autres l’avaient regardé partir avec un cœur partagé. S’ils n’avaient pas rencontré ce vagabond, tous les membres principaux de la compagnie seraient morts dans les régions frontalières. Cependant, après l’avoir rencontré, leurs chefs étaient partis et leurs moyens de subsistance avaient été détruits.

Mais il avait risqué sa vie pour eux, et s’il ne l’avait pas fait, ils auraient tous été confrontés à un avenir sombre et incertain. L’exil des terres élyséennes s’ils étaient chanceux.

Sa posture détendue était trompeuse. Il avait tout risqué pour eux.

Ils étaient bannis de la cité Skycloud, mais ils avaient au moins été absous de leurs crimes et avaient une chance de vivre une vie normale. Une vie tranquille et ordinaire quelque part était plus que suffisante.

Ce qui les affecterait à jamais, ce qu’ils avaient perdu et qu’ils ne pouvaient pas récupérer, c’était leur foi.

Cloudhawk n’avait pas besoin de faire tout ce qu’il avait fait, et en fait, il n’était pas sûr de savoir pourquoi il l’avait fait. Ce n’était pas un homme très charitable. Au cours des six derniers mois, il avait tué beaucoup de gens sans jamais hésiter.

Quel paysan n’avait pas les mains tachées de sang ?

Cloudhawk ne pensait pas au “bien” ou au “mal”. Le bien et le mal n’existaient pas. Soit il voulait le faire, soit il ne voulait pas – c’est ainsi qu’il prenait ses décisions. Après avoir envoyé Lotus et les autres sur la plate-forme, ses responsabilités étaient terminées. L’affaire, en ce qui le concerne, était réglée.

Il siffla sur le chemin du retour au manoir. Quand il arriva, il constata qu’elle n’était pas là. S’ennuyant, il décida de passer le temps en s’entraînant.

Sur les trente-six postures que Sélène Cloude lui avait enseignées, il pouvait maintenant en faire vingt-sept ou vingt-huit d’affilée. Cela montrait qu’il s’était amélioré. Au fur et à mesure qu’il effectuait les mouvements, il ne se sentait pas nécessairement fatigué, mais il commençait à avoir de plus en plus chaud. À la fin, il était trempé de sueur.

Le temps passait vite, et avant qu’il ne le sache, la nuit était tombée. Une voix avait interrompu son entraînement.

« Idiot, ce n’est pas le genre d’entraînement que tu devrais faire sans aide ! » Cloudhawk n’avait pas besoin de regarder pour savoir qu’Aurore était de retour. « Je suppose que Sélène ne t’a jamais dit qu’un entraînement direct comme celui-ci peut endommager le corps ?”.

Il s’arrêta lentement et se tourna pour lui faire face. « Qu’est-ce que tu veux dire ? »

« C’est une méthode de forgeage du corps pour les chasseurs de démons, mais si tu en fais trop, tu peux tendre ou endommager tes muscles et tes tendons. Tu es censé compléter ta pratique avec des herbes médicinales. Sinon, si tu ne fais pas attention, tu pourrais te blesser et même subir des dommages permanents. » Aurore se tenait devant lui, les bras croisés, une expression critique sur le visage. « Je vois que Sélène n’avait vraiment pas votre sécurité à l’esprit. Elle essayait de faire de toi un infirme. Tu ne devrais vraiment plus rien avoir à faire avec cette femme vicieuse. »

« Jusqu’où va la méchanceté entre ces deux-là ? Quelle tentative maladroite de creuser un fossé entre nous. »

Les avertissements d’Aurore n’étaient vraiment qu’à moitié sincères. Une pratique incorrecte était responsable de beaucoup de blessures, mais dire qu’elle allait l’estropier était une exagération sans fondement.

Cloudhawk ne croyait pas que Sélène essaierait de le blesser de cette façon. Il n’y avait aucune sorte de médicament qu’il pouvait utiliser dans les terres désolées, mais il se remettait rapidement de ses blessures. Jusqu’à présent, son développement avait été bien équilibré, et il n’y avait pas eu de danger.

Aurore lui fit signe d’un geste de la main. « Viens dans ma chambre. J’ai quelque chose à te donner. »

Elle avait fait un tour au Sanctuaire et ramené quelques objets pour son nouvel ami. Parmi elles, il y avait un millier de boulettes ressemblant à du jade, qu’elle avait expliqué être de la nourriture pour les bêtes divines. Sans les relations de sa mère, ils n’auraient jamais pu mettre la main dessus.

Il en prit une et la posa à côté de Oddball.

L’étrange petit oiseau s’était immédiatement réveillé et l’avait englouti. Au vu de la vague de bonheur qui traversait leur connexion psychique, il savait que c’était exactement ce dont son compagnon avait besoin.

« Ce lot de nourriture a coûté deux mille pièces d’or », révéla-t-elle. « J’ai également préparé quelques médicaments pour toi. Certains sont destinés à te guérir. D’autres pour te rendre plus fort, et d’autres encore pour améliorer ton pouvoir psychique. Au total, ils ont également coûté deux mille pièces d’or. Puisque je te suis redevable, disons que tu dois en rembourser trois mille, d’accord ?”.

Elle étala un tas de bouteilles de jade contenant des élixirs élyséens spéciaux. Il y en avait trois : Élixir d’apaisement du corps, Élixir de purification de l’âme, et Élixir de guérison sacrée. L’élixir d’apaisement du corps était utilisé pour tempérer les capacités physiques d’une personne. L’élixir purifiant l’âme renforce l’énergie physique. Comme son nom l’indique, le dernier, l’élixir de guérison sacré, est une potion de guérison de haute qualité qui restaure à la fois les dommages physiques et l’endurance. Il s’agissait de formules spéciales fabriquées par le Sanctuaire que même les citoyens riches ne pouvaient pas acheter. En outre, il y avait plusieurs autres aliments et baumes, dont aucun ne semblait ordinaire.

Il ouvrit la bouche pour protester. « Comment se fait-il qu’ils soient si chers ? Tu as décidé de tout cela par toi-même. Je n’ai jamais dit que je voulais tout ça. »

« Sale petit ingrat, tu veux te faire rosser ? ! » Elle le frappa si fort avec son poing qu’il en avait presque vomi du sang. Elle lui avait grogné dessus de façon menaçante. « Laisse-moi te dire. C’est un prix d’initié. Les médicaments comme celui-ci ne sont utilisés que par les personnes de sang noble. C’est du gaspillage pour une crapule comme toi. N’importe qui d’autre pourrait supplier pour dépenser cet argent et se voir refuser ! Si ce n’était pas pour ma mère, Tu n’aurais rien eu de tout cela. As-tu la moindre idée de ce que j’ai dû sacrifier ? »

Elle pensa à ce qu’elle avait dû promettre pour qu’il ait tout ça. Sa mère lui avait fait jurer de se retirer pendant un an dans le Temple. Elle allait passer douze longs mois à s’entraîner, à se cultiver et à se prosterner devant les dieux. Elle aurait tout aussi bien pu demander à Aurore de se suicider. Un an sans alcool, sans viande, sans divertissement d’aucune sorte ! C’était la même chose que de mourir.

Alors, qu’il soit si ingrat ! Bien sûr, elle serait furieuse.

« Je dis juste. Tu es trop brutal. Heureusement, mes os sont solides. » Il frotta doucement sa poitrine douloureuse à l’endroit où elle l’avait frappé. Il n’aimait pas devoir quelque chose à quelqu’un. « On va bientôt aller à l’Ordre des chasseurs de démons ? Tu veux que j’aille chercher des trésors ? Je dois me débarrasser de cette dette pendant que je suis encore en ville. »

« Peu importe, ils n’ont pas des ventes aux enchères tous les jours. De toute façon, avec ton œil, y aller de temps en temps est déjà bien. Si on continuait à foutre en l’air leur système, l’Ordre commencerait rapidement à te détester. Voler n’était pas non plus un plan à long terme. »

« Qu’est-ce que je peux faire alors ? »

« Payer avec ton corps ? »

Il la regarda de haut en bas. « Tu es sûre ? »

Son visage est immédiatement devenu rouge. « Mais à quoi tu penses ? Qui voudrait de ton corps de cette façon ? Je dis que tu devrais être mon servant. Mille or par an, qu’en dis-tu ? C’est plutôt bien pour me suivre partout et s’amuser, tu ne crois pas ? »

« Pas question ! »

« Espèce de petite merd… Très bien, tu me le dois alors. Tant que tu me seras redevable, je sais que tu n’iras nulle part. » Elle secoua la tête. « Ah oui, tu vas partir dans quelques jours. Alors ne meurs pas avant de m’avoir remboursé ! »

Extérieurement, elle était obstinée et grossière, mais il savait qu’elle était une femme sensible à l’intérieur. « Je te le promets », avait-il répondu.

« Il est encore tôt. » À ses yeux, Aurore semblait un peu mal à l’aise. Elle avait agité sa petite main. « Allons-y. C’est l’heure de boire un verre !

Il la regarda en clignant des yeux. « Tu as toujours envie d’un verre ? »

« Juste boire », répondit-elle. « Je n’ai pas envie de me mesurer à nouveau à un monstre comme toi. Tu viens ou pas ? »

« Allons-y ! » Les deux avaient quitté le manoir ensemble.

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Alexis
  • 🥈2. PascalW
  • 🥉 3. Yorushima
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • Alexis
  • Yorushima


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 60 – Le plan Menu Chapitre 62 – Ennemis et départs