Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 59 – Retourner la faveur

Livre 2, Chapitre 59 – Retourner la faveur

Le système de tunnel était aussi sombre, silencieux et lugubre que jamais.

Une souris trottait, scrutant son environnement à la recherche d’un danger. Elle glissait dans l’obscurité, se rapprochant sans le savoir de la silhouette tapie dans l’ombre. Elle était immobile, silencieuse, ne donnant au rat aucun signe de sa présence. Puis, juste au bon moment, elle frappa.

Le rat couina de terreur.

Un jeune homme tenait fermement le rongeur, mais ne lui laissait pas la possibilité de se débattre. Il serra ses dents dans le dos du rat, dans sa viande, et à travers sa colonne vertébrale. Du sang chaud et frais remplissait sa bouche.

«  Hooaagghh  ! »

Le jeune homme n’avait pas la capacité d’un sauvage de manger quoi que ce soit. Avant même qu’il ait pu avaler, l’odeur et la saveur nauséabonde l’avait fait vomir. Seulement, après des jours de famine, la seule chose qui remontait était l’acide gastrique.

Dans son esprit, la situation était claire. Il devait persister s’il voulait survivre. Mourir ici n’était pas une option, pas s’il voulait se venger, faire ce qu’il avait à faire. Réprimant son dégoût, il prit une autre bouchée, et cette fois, il avala.

Soudain, une lumière apparut quelque part derrière lui. Comment pouvait-il y avoir de la lumière ici ?

La tête du jeune homme s’était retournée, et la lumière avait révélé ses traits. Des cheveux longs et emmêlés dépassaient dans toutes les directions, encadrant un visage sale qui pourrait être beau sous la crasse. Des yeux injectés de sang brillaient à travers la lumière vive. Sa bouche était couverte d’un mélange de sang, de vomi et de fourrure. Il avait l’air aussi sauvage que repoussant. Des chaînes cliquetaient, reliées aux entraves de ses mains et de ses pieds. Des blessures couvraient son corps.

Sa voix rauque et profonde croassait à travers une gorge desséchée, « Qui est là ! »

Celui qui tenait la lumière était un jeune homme, habillé tout en noir – bottes noires, pantalon noir, gants noirs, et une capuche noire. Même son visage était couvert d’un masque noir qui cachait ses traits, ne montrant que des yeux noirs qui regardaient vers l’extérieur. Même en tenant la lumière, l’étranger était comme une ombre vivante et sinistre.

Atlas ne répondit pas. Tendant la main derrière lui, l’assassin sortit sans bruit une dague noire de son fourreau. Sa lame sombre ne reflétait aucune lumière mais suintait la malice.

Tout le corps de Squall se raidit. Il devina que cette personne avait dû être envoyée par Skycloud pour le tuer. Il essaya de reculer, de s’enfuir.

Mais Atlas s’était jeté sur lui.

Crack-clang  !

Son agresseur était si rapide qu’il n’avait même pas vu ce qu’il avait fait. Soudainement, ses mains et ses pieds se sentirent plus légers, et ensuite, ses chaînes tombèrent sur le sol. Finalement, un sentiment de liberté presque oublié était revenu. Atlas avait alors fait claquer son poignet gauche et avait projeté quelque chose vers lui. Squall s’était déporté sur le côté juste à temps pour que quelque chose passe à toute vitesse. Clank. Il s’était alors retourné pour voir un tuyau de fer logé dans le mur.

Squall reconnut ce qu’Atlas lui avait lancé quand il le vit. Un bâton d’exorciste, le genre utilisé par les chasseurs de démons. Il ne comprenait pas les intentions de l’homme en noir. Lorsqu’il posa un regard interrogateur sur lui, il vit Atlas se tenir silencieusement à la frontière de la lumière. La lumière ondulait sur lui, comme si les ombres se battaient pour le récupérer. Sa dague noire, cependant, était toujours aussi claire et promettait du sang.

« Retire-la. »

Atlas ne semblait pas habitué à parler. Ses mots étaient brusques, et sa voix rauque, ce qui rendait difficile de dire son âge. Mais Squall comprit. Il lui donnait une chance de se défendre.

S’il voulait se battre, alors il le ferait !

Alors qu’il retirait le bâton du mur, Squall sentit son cœur s’emballer avec la volonté de survivre et la soif de vengeance. Il attaqua le premier, se précipitant sur Atlas comme le vent. Malgré plusieurs jours de famine dans l’obscurité, il avait encore une vitesse et une force impressionnantes.

Il avait une certaine compétence, au moins plus que le soldat moyen. Cependant, même après une demi-douzaine de coups de bâton, Atlas restait indemne. Il volait dans les ombres comme une plume, à peine réel. Il n’avait même pas touché un morceau de vêtement.

Atlas n’avait fait qu’un demi-tour avec Deathstalker.

Une douleur insupportable traversa l’épaule de Squall. La lame noire de l’assassin était enfoncée dans sa peau.

Il s’était arrêté et avait fixé la blessure, mais seulement pendant un instant. Avec un rugissement, il avait repoussé la petite épée et avait donné un autre coup à la gorge d’Atlas. L’attaque avait été facilement déviée et suivie d’un coup de couteau dans la poitrine de Squall. L’ancien marchand et ancien chasseur de démons avait lutté contre ses blessures pour continuer son attaque. Un troisième coup l’avait touché à la jambe.

Ils avaient fait l’aller-retour sept ou huit fois. Se battant de toutes ses forces, il ne s’était jamais approché de son assaillant. À chaque échange, Atlas lui infligeait une nouvelle blessure pour sa peine. Cependant, aucune d’entre elles ne mettait sa vie en danger. Le fossé entre leurs capacités était évident, alors pourquoi Atlas ne l’avait pas simplement tué ? Allait-il torturer le garçon à mort ?

Squall n’était pas un idiot. Il savait qu’il n’avait aucune chance. Mais, il n’allait pas mourir comme un lâche.

Atlas décolla paresseusement du sol, balayant sa jambe en un arc de cercle. Le bâton d’exorciste de Squall s’était brisé.

Il luttait pour respirer, aspirant une bouffée d’air fétide. Les blessures étaient douloureuses, et il titubait sous leur poids, à peine capable de se tenir debout. Mais, il tint bon, alimenté par sa seule colère. Il rugit sur l’homme en noir comme une bête mourante.

Atlas se tenait face à lui, immobile. Depuis le début de leur échange jusqu’à maintenant, il n’avait pas bougé de cet endroit. Il était douloureusement évident qu’il s’était bien occupé de lui. Les yeux noirs erraient sur le jeune homme sauvage sans une lueur d’émotion dans leur profondeur, mais ce n’était pas froid. C’était une indifférence absolue, sans aucune pitié ni malice.

« C’est tout ce que tu peux supporter ? »

Alors qu’il rompait le silence, Deathstalker s’était complètement réveillé. Une brume violette caustique flottait autour du tranchant de la lame comme une flamme. Dans les sombres tunnels, on aurait dit que l’arme de la mort était venue le réclamer. Bien qu’il ne connaisse pas le pouvoir de Deathstalker, il l’avait immédiatement reconnu comme une relique, et une relique forte en plus.

Cet homme était un chasseur de démons ?

Tout au long de leur combat, non seulement il avait retenu ses compétences, mais il n’avait même pas utilisé une fraction de ses capacités. Le désespoir s’était emparé de lui. Il n’y avait pas moyen d’échapper à ce tueur.

« Si tu es si faible… » Atlas brandit son épée et s’approcha lentement. « …alors tu n’es d’aucune utilité vivant. Je vais te renvoyer chez toi. »

La trépidation s’empara de Squall alors qu’il regardait, impuissant. Il savait qu’il ne pouvait rien faire. Était-ce son destin, de mourir ici aux mains de ce chasseur de démons ? Le déni remplissait sa bouche d’une saveur amère. Sa vie ne pouvait pas se terminer si inutilement dans ces tunnels.

Il saisit la baguette d’exorciste. Atlas conserva la même vitesse languissante tandis qu’il s’avançait vers lui. Mais, la vitesse était relative. Pour Atlas, il ne faisait presque aucun effort, mais pour Squall, il semblait aussi rapide que l’éclair. Il eut à peine le temps de lever son bâton que l’attaque mortelle s’abattit sur lui. Un indicible sentiment de péril emplissait son esprit. Il ne savait rien de l’arme, mais il savait que chaque relique était remarquable. Un coup était tout ce qu’il fallait.

C’était ça, son moment de vie ou de mort.

Avec un autre rugissement, Squall sentit clairement une puissance mystérieuse monter en lui. Il rugissait dans son corps comme une vibration étrangement en accord avec son arme. Puis, la baguette d’exorciste se mit à tourner. Il hurla comme un cyclone et la friction engendra une pluie d’étincelles.

Le pouvoir d’une relique ! Il avait réveillé le pouvoir du bâton !

Squall n’avait jamais montré un quelconque potentiel en tant que chasseur de démons, mais il n’avait jamais suivi d’entraînement approprié. Il n’avait jamais non plus utilisé de relique, mais il était quand même capable d’invoquer le pouvoir du bâton. Il y avait peu de personnes dans la ville qui pouvaient le faire sans entraînement.

Mais, rien de tout cela ne traversait son esprit. La mort se rapprochait. Il n’avait pas le temps de s’étonner.

Il leva son arme de toutes ses forces vers Atlas. Le bâton et l’épée se rencontrèrent et…

La Deathstalker s’arrêta. Le bâton d’exorciste de Squall lui avait été arraché des mains.

Le bruit métallique de leur collision résonna dans la chambre hermétique.

D’énormes fissures apparurent lorsque le bâton d’exorciste frappa à nouveau le mur. L’énergie psychique dont il l’avait remplie fut libérée d’un seul coup dans la pierre. Il était resté là, abasourdi, car il pensait que l’attaque était assez forte. Mais, pour Atlas, ce n’était même pas la peine d’y penser.

La lame sombre avec sa flamme violette rampante se rapprochait de sa gorge.

« C’est la fin ! Ma vie s’arrête ici ! »

Tous ses espoirs furent réduits en miettes alors qu’il attendait la mort, mais la douleur qu’il attendait ne vint jamais. L’épée d’Atlas s’était arrêtée à moins d’un centimètre de son cou.

Pourquoi ?

Les feux violets s’éteignirent lentement, ainsi que son aura mortelle.

Atlas remit la relique dans son fourreau. « Ramasse ton arme. »

Squall n’avait pas compris. « Quoi… »

« Je vais le dire à nouveau. Ton arme. Ramasse-la. » Atlas continuait de le fixer avec ces yeux sans vie. « Trois jours, je vais t’apprendre. Tout ce que tu apprendras dépendra de toi. »

Il n’en croyait pas ses oreilles.

Bien qu’il n’ait jamais appris le nom de l’homme, ses compétences seules prouvaient qu’il n’était pas un chasseur de démons typique. Sans aucun doute, il devait être un maître, mais ce genre de mission ne donnerait pas d’éloges à quelqu’un comme lui ou à quelqu’un comme Frost. Pourquoi lui proposer de l’enseigner ? Quelle était la logique ? C’était un criminel !

« Ne demande pas. Ne pense pas. Ne remercie pas. Contente-toi de suivre les ordres. » La voix d’Atlas était aussi douce que la caresse d’une ombre. « Je devais une faveur. C’est mon remboursement. »

Qui oserait faire confiance à quelqu’un comme ça ? Mais, ça n’avait pas d’importance. Il avait épargné sa vie. Il avait même proposé de lui enseigner. En droit, c’était au-delà de tout ce qu’il pouvait espérer !

Il savait qu’après tout ça, il ne serait jamais un chasseur de démons. Cette voie lui était fermée, mais son étrange nouveau maître pourrait peut-être lui donner l’entraînement dont il avait besoin.

« Que vas-tu m’apprendre ? »

« Le temps est limité. Je vais t’apprendre à survivre. »

Le cœur de Squall tonnait dans sa poitrine, et il serrait ses poings. Survivre était exactement ce qu’il voulait apprendre.

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Alexis
  • 🥈2. PascalW
  • 🥉 3. Yorushima
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • Alexis
  • Yorushima


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 58 – Mission complète Menu Chapitre 60 – Le plan