Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 50 – Une crise douteuse

Livre 2, Chapitre 50 – Une crise douteuse

Cloudhawk trébucha et essaya de réveiller Aurore, mais elle était inconsciente. Elle avait l’agilité d’un sac de boue, et on aurait dit que tous ses os avaient été retirés. Avec un bras sous son cou et l’autre sous ses jambes, Il la souleva et l’allongea sur le canapé.

La chaleur irradiait de son visage, et son souffle chaud lui chatouillait le cou. Il avait un bon point de vue pour voir son ample poitrine qui se soulevait et s’abaissait, trempée de sueur et d’alcool. Chaque parcelle d’elle tentait un homme vers le péché, surtout le coin brillant de ses lèvres. Une fois que l’alcool lui avait ôté son côté vicieux, elle était charmante, presque adorable.

« Je ne suis pas ivre. Laisse-moi continuer. Deeemiii-touuur ! »

Aurore Polaris réussit à marmonner une dernière phrase avant de se taire.

Il retourna à tâtons à sa chaise et s’assit, regardant la table qui gisait en désordre. Il lutta contre la sensation de bouillonnement dans sa tête et attrapa les cigarettes fournies par le pub. Après plusieurs tentatives, il réussit enfin à en allumer une, l’enfonça dans sa bouche et tira une bouffée. Il n’avait pas une grande expérience de la cigarette, mais celles-ci avaient un goût différent. La saveur aromatique du tabac élyséen pénétrait dans ses poumons. Même ça, ici c’était différent.1

Le virus Trespasser dans son sang continuait à dissoudre l’excès d’alcool, mais il n’était pas très agressif. Il était en bien meilleure forme qu’Aurore, il n’était donc pas très pressé de bouger. Il termina sa cigarette et but un autre pichet de vin de guerrier, cette fois en sirotant.

Être saoul était plutôt génial. Il avait l’impression de flotter, et ses émotions étaient plus intenses.

Tous les sentiments qu’il gardait en réserve ressortaient sous forme de bulles grâce à l’alcool et au tabac. Il serra les poings, et une envie presque irrésistible de briser la table s’empara de lui, de crier et de maudire, de tout laisser sortir. Mais, finalement, il se retint. Son obsession totale de fuir les terres désolées lui était revenue. Puis vint la joie de ses premiers pas sur les terres élyséennes, la confusion et le désespoir qui suivirent. Toutes les passions qui l’avaient traversé pendant des mois avaient déferlé dans son cerveau. Elles s’écrasaient comme de terribles vagues qui menaçaient de le faire sombrer, mais elles finirent par s’apaiser.

Tout le monde avait une idée de ce que signifiait le paradis pour lui, mais le monde changeait sans cesse. La réalité continuait, détruisant des vies et des rêves sans se soucier de rien. À la fin, quand tout ce qui pouvait brûler avait disparu, il ne restait que la clarté. Il n’en était pas encore là, mais il sentait qu’il commençait à comprendre.

Bois le vin que tu as aujourd’hui. Apprécie la viande qui est dans votre assiette. C’était suffisant, surtout dans des moments comme maintenant, quand il était quelque part entre l’ivresse et la sobriété. Les vrais problèmes disparaissaient de l’esprit, perdus dans la brume. Même la douleur persistante disparaissait devant le contentement. Les terres élyséennes n’étaient pas ce à quoi il s’attendait, mais il pouvait toujours s’installer ici.

La première chose était de survivre. Survivre était plus important que tout.

Il connaissait la situation dans laquelle il se trouvait. Il comprenait que, pour Skye Polaris, il n’était rien d’autre qu’une pièce d’échecs, et une pièce d’échecs ne valait que par son utilité. Il pouvait être jugé insuffisant et être mis de côté, et si cela arrivait, il serait rapidement englouti par cette ville frénétique.

Ici, il n’avait aucun soutien. Avec des trésors comme l’Évangile des Sables et des gens comme Frost de Winter et la famille Cloude à ses trousses, il était une cible. Il n’avait aucun moyen de se protéger ou de se défendre.

Alors qu’il réfléchissait à son sort, Aurore Polaris sombrait encore plus dans un profond sommeil.

Il la regarda, recroquevillée sur le canapé. Endormie, elle était vraiment quelque chose à contempler. Sa peau d’un blanc éclatant était vibrante et douce, comme si on pouvait en extraire de l’eau. En vérité, des années d’entraînement avaient affiné son corps à la perfection. Elle était aussi tendue et résistante qu’un jaguar.

Il tendit le bras et passa un doigt le long de sa joue lisse, rougie par l’alcool. Cela lui donnait un charme étrange sur lequel il ne pouvait pas mettre le doigt. Elle semblait le sentir, et ses sourcils se froncèrent légèrement pour se détendre à nouveau après un moment.

Il n’était plus un gamin qui avait la tête dans les nuages. Avec l’alcool qui supprimait ses inhibitions et une belle femme posée sans défense devant lui, il était impossible pour lui de ne pas avoir les réactions que l’on attendrait d’un homme. Cependant, il n’était pas ivre au point d’avoir perdu tout sens. Ce qui l’intéressait, c’était de vivre un peu plus longtemps. Et donc, il avait fait comme s’il n’avait jamais entendu les commentaires salaces d’Aurore.

Il était temps de la ramener à la maison.

Il l’avait transportée avec son bouclier et son arme jusqu’au manoir du commandant, où il l’avait déposée en toute sécurité dans son lit. Il était ensuite retourné dans sa propre chambre et avait sombré dans un sommeil profond.

Aurore dormit d’un sommeil de plomb lorsque la chaleur la fit bouger. Elle tangua et roula jusqu’à ce qu’elle n’en puisse plus et commença à tirer sur ses vêtements pour les enlever. Elle abandonna à mi-chemin et s’évanouit à nouveau, étendue sur son lit.

Le jour suivant…

«  Aaaahhh  ! »

Un cri perçant éclata de la chambre d’Aurore Polaris.

Elle était venue et s’était découverte presque nue avec les draps tout emmêlés. Des tas de ses vêtements gisaient sur le sol en lambeaux. Les signes indiquaient un scénario qui lui faisait peur.

« Que s’est-il passé ? Que s’est-il passé ! Pourquoi ma tête me fait-elle si mal ?! »

Les souvenirs de la nuit précédente lui étaient tombés dessus comme un raz-de-marée. Ses tentatives désespérées de saouler Cloudhawk ressortaient dans sa tête palpitante. « A-t-il vraiment… ? »

Elle tourna lentement la tête, regardant les vêtements jetés sur ses jambes blanches laiteuses. Soudain, elle fut remplie de choc et de colère lorsqu’une seule pensée prit le dessus. « MERDE ! Tuez-moi maintenant ! »

Elle attrapa Terrangelica à proximité et l’arracha de son fourreau. La lumière se reflétait sur la surface lisse de la lame et dans ses yeux, qui étaient rouges d’une fureur débridée.

Cloudhawk dormait toujours dans sa chambre. Il n’était toujours pas habitué à dormir dans un lit, mais il s’était évanoui à la seconde où sa tête touchait l’oreiller. Quand il sentit soudainement l’intention meurtrière le balayer, il se réveilla, surpris. Ce qui se passait ? Il roula hors du lit au moment où la porte de sa chambre était enfoncée.

Aurore Polaris fit irruption, échevelée et furieuse. Ses cheveux sortaient dans toutes les directions et se battaient dans la brise provoquée par la porte qui s’ouvrait. Ses yeux, rouges comme ceux d’un lapin, fusillèrent alors qu’elle serrait fermement son épée. Quand elle le vit, elle se jeta sur lui sans dire un mot.

« Putain de merde ! Tu es folle ! »

Il n’était pas loin de la vérité. L’esprit de Aurore était tordu sur ce qu’elle imaginait s’être produit la nuit précédente. Cependant, elle était heureusement trop émotive pour utiliser les pouvoirs de son arme. La lame siffla en descendant vers sa tête.

Cette femme était la définition de volatile ! Hier soir encore, elle était toute joyeuse et heureuse, mais maintenant, elle essayait de le tuer !

Elle était toujours déséquilibrée et avait la gueule de bois, ce qui lui permit de s’échapper. Son pauvre lit attrapa le coup, cependant, il fut presque coupé en deux.

« Je vais te couper en morceaux, violeur éhonté ! »

Alors qu’elle se préparait à une autre grève, il chercha carnage silencieux. À l’instant où sa main trouva la prise, elle prit vie avec énergie et une lumière froide s’éleva. Son puissant pouvoir brillait alors qu’il le tirait vers le haut, se protégeant de l’assaut sauvage. Lorsque les deux armes entrèrent en collision, aucun son n’avait été entendu.

Il avait assez de présence d’esprit pour utiliser le pouvoir de sa relique, mais elle n’en avait pas. Sans la puissance de son épée, les deux étaient à égalité, et la collision les fit reculer tous les deux de plusieurs mètres.

Il comprit ce qui se passait. « Es-tu folle ? Je n’ai rien fait ! »

Elle lui répondit : « Violeur ! Tu profites d’une femme et tu n’as pas les couilles pour l’admettre ?! »

« Regarde, détends-toi un instant ! » Il était toujours habillé. Heureusement, il avait été assez intelligent pour combattre la tentation de la nuit dernière. Sinon, elle le couperait vraiment en viande hachée. « Permets-moi de te poser une question. As-tu vraiment vérifié ? »

Elle se figea. Quand elle s’était réveillée, elle avait vu ses vêtements éparpillés un peu partout et la moitié de son corps exposée, et cela avait suffi à la mettre en crise. Elle avait attrapé son arme et chargé après le supposé coupable mais ne s’était jamais arrêtée pour s’assurer qu’elle avait raison.

Cloudhawk soupira. « Allez à côté et assurez-vous. Alors reviens et “détruis-moi”, d’accord ? »

Elle regarda son expression indignée mais pressa ses jambes l’une contre l’autre. Elle n’avait rien ressenti de différent. Une partie de sa colère s’était calmée, mais elle l’avait toujours fixée avec un regard mortel. « Non. Toi. Bouge toi. »

Quelques minutes plus tard…

Quand elle revint d’à côté, son épée était de retour dans son fourreau. Son expression maladroite dit tout, mais elle lui lança un regard d’excuse et marmonna une question, la tête baissée. « Tu n’as vraiment rien fait ? Cela n’a guère de sens. Une belle femme comme moi dans cet état… tu n’es pas un homme ! »

Elle allait trouver une raison de se plaindre quoi qu’il arrive.

C’était à son tour de se mettre en colère. « Après toute l’aide que je t’ai apportée ces derniers jours, c’est ainsi que tu me traites ? Avec une épée pointée sur ma putain de tête à mon réveil ? Si j’étais plus lent, j’aurais été assassiné pour rien ! Merde, j’ai besoin de m’éloigner le plus vite possible de toi pour ma propre sécurité ! »

Elle gratta d’un air penaud son nid de cheveux platine. Après quelques instants gênants, elle parla. « J’avais juste peur. La chasteté est très importante pour les templiers. »

« VOUS aviez peur ?! Bah ! »

Cloudhawk lui lança un regard noir.

Elle vit qu’il était vraiment en colère cette fois, ce qui la fit appréhender. Peut-être pour la première fois, elle avait essayé d’expliquer son erreur. « J’étais confuse à cause de l’alcool. C’est une erreur compréhensible, non ? Ma réputation auprès du Temple était menacée. Je promets que cela ne se reproduira plus. »

Il n’avait toujours pas répondu.

Elle commença à se sentir agitée mais ne savait pas pourquoi. Ce type était juste un autre serviteur, et elle était une dame digne de la famille Polaris. Quelle raison avait-elle de se sentir timide ? Quoi qu’il en soit, ce qui s’était passé était juste parce qu’elle avait eu peur. Elle ne l’aurait pas vraiment tué s’il n’avait pas bougé. Ce n’était pas une idiote. Le tuer aurait été mauvais pour tout le monde.

Normalement, elle aurait rejeté toute l’affaire. Si elle avait fait une erreur, elle avait fait une erreur. S’il était mort, alors il le méritait sûrement. Cette fois, elle craignait vraiment qu’il ne décide de couper tout contact avec elle. Elle avait en fait commencé à prendre goût à lui après ces derniers jours. Après des années à terroriser la population de Skycloud, il était la chose la plus proche qu’elle ait jamais eue comme un ami.

Il fixa cette noble femme orgueilleuse qui le regardait avec inquiétude. Il pensait qu’il pouvait presque voir des larmes au coin de ses yeux. Avec ses cheveux en désordre et ses vêtements ébouriffés, elle pouvait presque être confondue avec quelqu’un qui était attachant. À la fin, il agita sèchement la main. « C’est la dernière fois. »

« OK OK OK ! Cela ne se reproduira plus. Dernière fois. » Elle sauta sur place comme un petit enfant.

Un de ses serviteurs était alors entré dans la pièce. « Dame. »

Elle était en train d’essayer de trouver un moyen de le rembourser pour son inconduite quand ils avaient été interrompus. « Qu’est-ce que c’est ? » demanda-t-elle avec impatience.

Le général avait une question urgente.

Soudain, son visage était tombé. Chaque fois que son grand-père l’appelait, c’était pour quelque chose de désagréable. Surtout à un moment comme celui-ci. Elle n’avait pas d’autre choix que de dire au revoir à Cloudhawk, de ranger ses cheveux et ses vêtements, de prendre Terrangelica et de partir.

La servante lui jeta un rapide coup d’œil. Un regard étrange était dans ses yeux.

Plus de quelques personnes avaient vu Aurore déchirer le manoir à moitié habillé et prête à le couper en deux. L’histoire ne tarderait pas à se propager, en particulier avec sa notoriété.

La Dame était une noble d’une illustre famille ainsi que la plus jeune templière de tous les temps. Couchait-elle avec un vagabond sauvage enlevé dans la rue ? Scandaleux ! De plus, peut-être l’avait-il méprisée après qu’ils aient couché ensemble, ce qui l’avait poussée à le poursuivre avec une épée !

C’était principalement l’histoire qui avait été rendue publique, et les citoyens avaient beaucoup d’opinions à ce sujet. Cela avait créé un tel chahut que le mot était finalement arrivé au Temple, et elle avait été forcée de se soumettre à une inspection. Les gens ne s’étaient arrêtés avec les ragots que lorsque l’on avait appris qu’elle était toujours pure.

1. Le tabagisme en Chine est une industrie massive. Les cigarettes en Chine sont également incroyablement fortes, allant jusqu’à 15 mg de goudron par rapport aux Marlboros qui sont à 6. Il n’y a pas longtemps, le tabagisme était encouragé pour lutter contre la faim et était même considéré comme thérapeutique pour la gorge. Au lieu de donner des augmentations aux travailleurs, par exemple une usine donne à ses travailleurs des rations de cigarettes gratuites à la place. Le cancer du poumon et d’autres maladies respiratoires sont un énorme problème dans cette partie du monde.

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Alexis
  • 🥈2. PascalW
  • 🥉 3. Yorushima
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • Alexis
  • Yorushima


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 49 – Limites Menu Chapitre 51 – Une mission