Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 49 – Limites

Livre 2, Chapitre 49 – Limites

Tout ce qu’Aurore connaissait du monde avait volé en éclats. Le choc que cela lui avait causé avait été intense, non pas parce qu’elle avait une faible constitution mentale, mais parce que ce que Cloudhawk avait montré était incompréhensible.

Elle n’avait jamais entendu parler de quelqu’un capable de sentir le pouvoir d’une relique sans même la toucher. Si tout le monde avait accès à une telle capacité, l’Ordre des chasseurs de démons ne gagnerait pas d’argent. Il était également inédit que quelqu’un puisse utiliser autant de types de reliques différents – Ses talents semblaient être sans limite. Il était capable de faire appel au pouvoir de n’importe quelle relique qu’il touchait.

Peu importe qu’il soit de basse extraction. Peu importe qu’il ne soit pas fort. Ces deux faits étaient suffisants pour que personne à Skycloud ne puisse le négliger. Ces compétences le rendaient spécial. Il était aussi remarquable que n’importe quel autre talent de la ville.

Une fois l’énergie psychique de Cloudhawk dépensée, le golem s’était brisé de lui-même comme la neige par une journée ensoleillée. Après seulement quelques secondes, la pierre reprit sa forme de poing et, comme si elle savait qui était son maître, revint dans sa main.

« Tu veux faire un essai ? »

Il ferma les yeux sur le choc d’Aurore et lui jeta la pierre.

Elle l’attrapa à deux mains et la laissa se poser dans ses paumes. Alors qu’elle l’examinait, l’excitation l’emporta sur le choc, et le puissant pouvoir psychique d’Aurore se répandit. Une fois de plus, le rocher se transforma rapidement.

Boum !

Cette transformation était plusieurs fois plus rapide que lors de son essai. Une bosse importante avait été laissée sur le sol à l’endroit où elle avait atterri. En plus de se transformer plus rapidement, il avait aussi immédiatement gonflé jusqu’à atteindre la taille d’un éléphanteau avant de prendre des caractéristiques humanoïdes. Une fois la transformation terminée, un homme de pierre de deux mètres quarante de haut occupait le centre de la pièce. Il les dominait de manière imposante.

Si le golem invoqué par Cloudhawk était un chimpanzé, celui-ci était un gorille !

Il avait également trouvé intéressant que ce golem soit beaucoup plus épais, comme s’il était recouvert d’une armure de pierre. Il portait également un marteau de guerre de deux mètres de long dans sa poigne graveleuse.

« Incroyable ! Il fabrique aussi ses propres armes ! »

Aurore s’était exclamée, surprise et ravie, en contrôlant le golem grâce à leur connexion. Il s’avança, leva ses bras massifs et abattit le marteau sur un mannequin de bois. Toute la zone d’entraînement trembla intensément à cause de l’impact. Le sol s’était fissuré et le mannequin avait été réduit en miettes.

C’était spectaculaire à voir.

Aurore Polaris avait ordonné au golem de se promener pendant qu’elle s’entraînait à le contrôler. Il pouvait voir que la profondeur de ses capacités était impressionnante puisqu’elle était capable de le maintenir aussi longtemps sans aucune perte de force du golem.

« Testons le troisième objets ! »

Il plongea la main dans la dernière boîte et en sortit l’épée en or noir. Elle semblait fine, légère et très ancienne. Elle semblait également avoir été fabriquée entièrement à partir d’une seule pièce de métal. Il n’y avait aucun endroit visible où les pièces étaient jointes, et elle était plus lourde qu’elle n’en avait l’air.

Le nom était inscrit sur son côté : « Carnage Silencieux » !

« Merde, c’est quoi ce nom ? Rien que le nom prouve que c’est une relique démoniaque ! »

Il n’y avait pas beaucoup de différence entre les reliques démoniaques et les reliques divines, à part le fait que les reliques démoniaques étaient plus sombres et plus féroces. Aucun des deux ne savait ce qu’il devait en attendre.

Alors qu’Aurore faisait errer le golem de pierre, il souriait. Il chercha la résonance de la lame, s’y associa, et la relique se mit à vibrer.

Bien sûr, cette vibration était imperceptible pour les autres. Aurore vit le bras de Cloudhawk se lever, lame en main, et fendre l’air. Une demi-lune d’énergie noire avait été projetée. Son tranchant pouvait être ressenti même de loin.

Le golem s’était raidi. Puis, sans aucun signe avant-coureur, sa grosse tête roula de ses épaules. Son cou, où l’attaque était passée, avait été rasé comme un miroir. Le seul bruit présent était celui de la tête du golem frappant le sol.

Absolument aucun son n’était venu de l’épée ou de l’énergie qu’elle crachait. Même quand elle fendit la roche, rien.

Du début à la fin, seul un silence de mort régnait, il semblait donc que l’arme avait une capacité d’amortissement du son. Chaque attaque était brutale mais absolument silencieuse, comme son nom l’indiquait. Ce n’était pas une grande épée – un mètre de long environ – ce qui la rendait pratique à transporter. Elle convenait particulièrement bien à son style de combat.

Il n’y avait pas de quoi s’extasier, mais la relique était bien meilleure que quelque chose comme une baguette d’exorciste. Il ne manquait pas de reliques, sauf qu’aucune d’entre elles n’était conçue pour le combat direct. Carnage silencieux convenait parfaitement à ses besoins. Ce n’était pas très fort, mais c’était plus fort qu’un bâton. C’était aussi plus rapide et, bien sûr, totalement silencieux.

Il reposa l’épée. « Et voilà. Tests terminés. »

Peut-être pour la première fois de sa vie, Aurore ressentit une profonde admiration. En général, la Maison des Chasseurs de Démons ne vendait aux enchères que dix reliques dignes de ce nom par an, mais cette fois-ci, ils en avaient obtenu trois. C’était un butin sans précédent, d’autant plus surprenant que la précision de Cloudhawk était parfaite pour chacune d’entre elles. Si ce type anormalement doué continuait à visiter la vente aux enchères, ils devraient mettre la clé sous la porte.

L’accord prévoyait de partager les biens moitié-moitié, mais cela n’allait pas être facile avec trois reliques. Aurore voulait le Bouclier de Concussion et la Pierre de Titan, mais elle savait aussi que c’était lui qui les avait gagnés. Elle ne pouvait pas vraiment justifier le fait de profiter aveuglément à ses dépens.

C’était presque incroyable que cette femme autoritaire et tyrannique de la famille Polaris pense à quelqu’un d’autre. Aujourd’hui était certainement le jour des premières fois.

Il vit l’expression de son visage et lui fit gracieusement un signe de la main. « Prends-les. Paie-moi la différence en pièces. »

Aurore était ravie. Elle s’empressa de dire : « Je n’aime pas profiter des gens. »

L’agacement de Cloudhawk commença à se faire sentir. « Bien, alors j’en prends deux. »

« Hmph ! Quelle chance ! » Soudain, elle changea d’avis. « Je n’aime pas profiter des autres. Mais avec toi, je n’ai aucun problème. »

Il n’avait pas les mêmes sentiments de convoitise envers les reliques que les autres. À proprement parler, il était tombé par hasard sur la plupart de celles qu’il possédait : la pierre de phase, la cape d’invisibilité, l’Évangile des Sables, et l’épée qu’il avait peut-être un peu payée (mais ce n’était pas très différent).

Grâce aux pouvoirs phasiques de la pierre et à sa capacité naturelle à entendre les reliques, il ne pensait pas avoir à se soucier d’en trouver d’autres. C’est ainsi qu’il pouvait être si généreux. Maintenant, Aurore lui devait encore plus et cela, pour lui, cela valait bien quelques reliques. D’ailleurs, les deux qu’elle avait prises ne lui étaient pas très utiles.

Le bouclier de concussion était solide, et sa fonction était juste, mais son style était mieux adapté à quelqu’un qui vivait des combats à plus grande échelle. La pierre de titan était une excellente pièce, mais il avait déjà l’Évangile des Sables. Il avait vu le démon l’utiliser pour invoquer un golem similaire, les deux reliques se recoupaient donc. L’Évangile était clairement plus puissant que la pierre de titan, alors pourquoi s’embêter à avoir deux exemplaires de la même chose ?

Après réflexion, il était clair que ce dont il avait besoin était de l’argent et l’aide d’Aurore pour faire des choses comme récupérer de la nourriture pour Oddball.

Aurore glissa le bouclier sur son dos et la pierre dans sa poche. « Votre maîtresse est de bonne humeur. Je vais t’offrir un verre. Viens ! »

Avec toute la prestance d’une héroïne de fantasy, Aurore entra dans une autre pièce du pub. Elle s’était royalement jetée sur un canapé, avait commandé à voix haute une douzaine de pichets de vin de guerre, puis avait choisi quelques plats dans le menu.

« Prends ce que tu veux. C’est moi qui paie ! »

Aurore était vraiment de bonne humeur. Le jeune homme commençait également à ressembler de moins en moins à un dégénéré à ses yeux.

Il mangeait de telle manière qu’il paraissait lent mais, en réalité, consommait un gros volume. Il se bourrait la bouche et mâchait soigneusement chaque bouchée pour ne pas avoir l’air à moitié affamé. En l’observant, Aurore s’était rendu compte que le gars ne se souciait pas beaucoup du goût. Il était juste intéressé par tout ce qu’il pouvait trouver comme nourriture.

Une vie difficile dans les terres désolées lui avait appris à apprécier chaque bouchée de nourriture. C’était doublement vrai pour chaque gorgée d’eau.

Aurore Polaris l’observait avec intérêt. « Tu n’es pas un grand garçon. Comment peux-tu manger autant ? Une de tes assiettes suffit à me nourrir pendant trois jours. Si je mangeais comme toi, mon estomac exploserait ! »

« Une assiette signifie que je n’ai pas à manger pendant trois jours. Je ne pense pas que tu puisses en dire autant. »

Il y avait de nombreuses raisons pour lesquelles il mangeait autant, mais c’était effectivement l’une d’entre elles.

« Personne de normal n’erre hors des terres désolées ! » Elle soupira avant de poursuivre son questionnement. « Alors, c’est quoi ton histoire ? »

« Rien à raconter. »

« Ennuyeuse. Refuser une jolie femme est impoli, tu sais ? Surtout quelqu’un d’aussi intelligente et séduisante que moi ! »

« Pas une once de modestie. »

« C’est la vérité ! » Aurore tapa sur la table et s’empara d’une carafe d’alcool. « Tu sais à quel point c’est dur de partager un verre avec une belle femme ? Allez. Bois avec moi si tu penses pouvoir le faire. »

Il lui jeta un regard par-dessus son assiette de nourriture. « Pourquoi voudrais-je faire ça ? »

« Je suis là, une belle femme avec de l’alcool à la main, et tu poses une question stupide comme ça. » Aurore montra sa poitrine bien dotée. « Si tu peux boire plus que moi, tu peux faire ce que tu veux avec moi. A toi de voir ! Qu’est-ce que t’en dis ? Une occasion rare, hein ? »

Si l’on mettait de côté la personnalité… unique d’Aurore et qu’on la jugeait uniquement de l’extérieur, elle était la deuxième plus jolie fille qu’il n’avait jamais rencontrée, juste derrière Sélène. Elle avait également une présence très différente de celle de la reine sanglante, d’une beauté exceptionnellement raffinée. Si Aurore ne bougeait pas et ne parlait pas, elle était comme la statue d’une déesse, pure et noble. Une telle apparence éveillait toujours la soif de conquête d’un homme, même avant qu’elle ne dise quelque chose d’aussi provocant.

Il regarda longuement sa poitrine délibérément annoncée. « Tu es sûr ? »

« Je tiens ma parole ! » Elle prononça ces mots d’un ton rusé et ouvrit deux cruches. « Allons-y. Je t’attends. Voyons ce que tu as dans le ventre ! »

Ce que Cloudhawk ne savait pas, c’est que la tolérance d’Aurore Polaris à l’alcool était célèbre à Skycloud. Même le général Polaris ne pouvait pas faire boire sa petite-fille sous la table, alors on pouvait imaginer sa tolérance. Elle pouvait boire contre dix hommes robustes sans problème, alors toute cette affaire avec lui n’était qu’un coup monté.

« Ce n’est pas fort. Bois tout. Étanche ta soif. »

Elle s’empara d’une des carafes, rejeta la tête en arrière et l’engloutit. Presque aussitôt, ses joues blanches comme la porcelaine se teintèrent de rose. Cela lui enlevait un peu de son air pur et noble et le remplaçait par des sous-entendus coquets. Ce n’était pas une liqueur normale non plus. C’était un breuvage que seuls les chasseurs de démons pouvaient boire, appelé “Guerrier”. Comme son nom l’indique, il fallait être un guerrier pour l’ingurgiter. Ce truc était trop fort pour les gens normaux.

Un verre était suffisant pour assommer un citoyen ordinaire de Skycloud. Elle avait descendu un pichet entier sans problème.

Aurore s’essuya la bouche avec son bras, puis poussa un pichet vers Cloudhawk. « Hahaha ! Tu es réveillé ! Bois lentement maintenant. Ne te précipite pas. »

Quoi, il était supposé avoir peur d’une femme ? !

À l’instant où le produit toucha ses lèvres, son visage changea. Ce n’était pas de l’alcool. C’était du feu pur. C’était de la lave ! Il avait failli cracher sur le visage d’Aurore.

Elle tapa sur la table et gloussa. « Qu’est-ce que t’en penses ? C’est fort, hein ? »

Il grimaça et se força à l’avaler. Quand le pichet fut vide, il sentit le feu se propager de son ventre à chaque centimètre de son corps. Ses yeux étaient plissés et larmoyants. Son visage était rouge, et la sueur avait commencé à suinter de ses pores. Déjà, une sensation de flou avait commencé à envahir son cerveau, et il avait l’impression qu’il pouvait tomber à tout moment.

Il s’était fait avoir !

Le visage d’Aurore était à peine rosé, ce qui prouvait qu’elle avait une grande tolérance. Elle était inhumaine. Quelle personne normale pourrait boire plus qu’elle ?

« On n’a pas encore fini. Continue. Un autre ! »

Aurore voulait qu’il se ridiculise, elle était donc déterminée à boire jusqu’à ce qu’il ne tienne plus debout. Lui, en tant qu’homme qui n’aimait pas perdre, essayait de suivre le rythme.

« Ça fait deux. Encore ! »

Au troisième pichet, Aurore avait commencé à devenir rouge, et l’alcool avait commencé à affecter sa réflexion. Il refusa de céder et but sa troisième carafe.

Toujours debout ? Il tenait bon grâce à sa persévérance ! Aurore était convaincue qu’il était à deux doigts de s’évanouir.

Elle ne lui laissa pas le temps de respirer et lui poussa une autre cruche devant lui. La victoire était à portée de main. Qui pourrait dire combien l’un ou l’autre avait bu ? Il pouvait à peine se tenir droit, et bien qu’il ait dépassé sa limite depuis un moment, il continuait à boire.

Honnêtement, il n’était pas un grand buveur. En tant que mercenaire Tartare, tous ses frères pouvaient en supporter plus que lui. Boire comme ça n’était pas seulement une question de quantité, mais aussi de constitution. Il l’avait compris dès qu’il l’avait vue prendre son premier verre. Aurore pouvait l’anéantir même sans les reliques.

Sa force et son physique l’avaient protégée des effets néfastes de l’alcool. De plus, elle avait clairement un talent pour boire au-delà de la capacité d’une personne normale.

En réalité, une cruche était la limite de Cloudhawk, mais d’une manière ou d’une autre, il avait réussi à en descendre trois en peu de temps et ne commençait que lentement à être ivre. Il reconnut ce que cela devait être : son sang. Une fois que la teneur en alcool de son sang avait dépassé un certain niveau, les éléments de son sang avaient rapidement travaillé pour le dissoudre.

Était-ce le virus Trespasser ?

De toute évidence, plus il buvait, plus il était éliminé de son système sanguin. Ça le maintenait dans un brouillard flou, mais il n’était jamais arrivé au point de s’évanouir.

« Je ne peux pas croire ça. Encore ! »

Les cruches éparpillées sur la table se vidaient régulièrement.

Il restait sur le carreau, tandis qu’Aurore buvait de plus en plus. Et, à chaque cruche, la rougeur de son visage s’intensifiait. Ses yeux avaient commencé à se brouiller. C’était la première fois qu’elle allait aussi loin. Pendant ce temps, le gars continuait de boire ! Comment pouvait-il encore aller bien ?

C’était impossible. Il devait être aux portes de la mort. Un verre de plus – « un verre de plus, et il tomberait de ce foutu tabouret ! »

Son visage était pâle et accablé. Quelqu’un comme elle, avec toute sa fierté et son talent, ne pouvait pas accepter une défaite, même si elle était presque à bout. « Encore une fois ! » siffla-t-elle.

Une autre carafe fut vidée.

Il se balançait comme si une légère brise allait l’achever, mais il ne s’écroulait pas. La scène qui se déroulait devant les yeux d’Aurore commençait à se mélanger, et elle n’arrivait pas à garder le fil de ses pensées.

Elle était fichue !

Elle posa la septième carafe, vacilla sur le canapé, puis heurta la table avec un bruit sourd. Jamais elle n’aurait imaginé pouvoir perdre contre lui. Elle avait creusé ce trou toute seule.

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Alexis
  • 🥈2. PascalW
  • 🥉 3. Yorushima
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • Alexis
  • Yorushima


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 48 – Es-tu humain ? Menu Chapitre 50 – Une crise douteuse