Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 50 – Pandémonium dans les quartiers

Livre 3, Chapitre 50 – Pandémonium dans les quartiers

La flûte avait sonné. Après trois cents ans, ici, dans ce lieu étranger, sa chanson avait été entendue à nouveau. Seulement, le joueur n’était pas un membre de la tribu.

L’appel du berger résonnait dans la montagne et au-delà, à mille mètres dans toutes les directions. Aucune distance ne le diminuait, et aucun matériau n’atténuait sa voix. Toutes les créatures vivantes l’entendaient résonner au plus profond de leurs âmes.

Le massacre des oiseaux voraces à l’extérieur entendait l’appel, et cela les rendait frénétiques. Ils étaient attirés dans le quartier des Poissonniers comme des papillons vers une flamme, causant des ravages et déchirant la chair sur leur passage. Les soldats s’étant retirés pour s’occuper des assassins en puissance, rien ne pouvait les empêcher d’entrer. Pendant ce temps, les bêtes domestiques de la ville étaient également hors de contrôle. Elles attaquaient leurs maîtres, détruisaient les bâtiments et piétinaient leurs enclos. L’anarchie régnait.

Le lac souterrain était le centre de la tempête. Personne ne sait ce qui y vit, à part les milliers de requins des sables nécessaires au fonctionnement de la ville. Tout à coup, des bêtes qu’ils n’avaient jamais vues auparavant s’étaient réveillées, et des créatures qui n’étaient jamais venues à la surface faisaient des brèches avec des effets terribles. Les citoyens malchanceux surpris trop près du lac avaient été attaqués avant même de savoir ce qui se passait.

Toutes sortes de créatures – qu’il s’agisse de bêtes terrestres, aériennes ou aquatiques – commencèrent à attaquer la ville. Ce n’était pas différent des batailles d’animaux affamés dans le désert. Jamais dans l’histoire des quartiers les citoyens n’avaient eu à faire face à une menace de cette ampleur.

Tout ça parce que Cloudhawk jouait de la flûte. Le cadeau du berger était un artefact spectaculaire !

Pourtant, comment Brier et Autumn pouvaient-ils accepter ce qu’ils avaient vu ? Trois cents ans et personne n’avait été capable de tirer un son de leur relique sacrée. Personne, pas même ses illustres parents ou tous les anciens de la tribu. Ce n’est qu’après sa naissance que la flûte avait commencé à résonner.

Elle était importante pour son peuple pour plus que le nom de ses parents. En trois cents ans, sa naissance avait fait ce qu’aucune autre n’avait fait. Elle était la seule âme de tout ce temps à avoir du sang divin, la seule qui pouvait faire appel au pouvoir de la flûte. Elle était destinée à diriger leur peuple.

Dans toute l’histoire de la vallée, personne n’était né avec la capacité de communier avec les bêtes, personne d’autre qu’elle. Pour cette raison, elle était considérée par son peuple comme choisie par leur dieu pour diriger. Son pouvoir et son talent inné faisaient d’elle un destin, peut-être même une réincarnation de leur berger bien-aimé.

En dérision de tout cela, un étranger avait été le premier à faire appel au pouvoir de la flûte. Celui qui était né pour perpétuer la lignée du Berger, cet avatar, avait essayé désespérément et avait échoué, tandis qu’un scélérat inconnu y était parvenu dès sa première tentative.

Tout semblait si absurde maintenant, toutes leurs prophéties et leurs croyances. Mais, c’était la dure vérité.

Brier ne pouvait plus maintenir son affectation plate. Ses yeux étaient grands et rouges, et le choc lui fit oublier le danger mortel qu’ils couraient. Il se précipita en avant et attrapa Cloudhawk par le devant de sa chemise. « Qui es-tu ? Qu’est-ce que tu es ? Comment peux-tu utiliser le pouvoir du berger ? ! »

« Hé, hé, hé ! Calme-toi, bordel ! Je peux utiliser toutes sortes de reliques, qu’elles soient divines ou démoniaques. » Cloudhawk avait toujours possédé cette capacité, mais il la gardait secrète. Qui le croirait ? Mais sous la contrainte et à bout de nerfs, il n’avait pas pu s’en empêcher une fois. « Enlevez vos sales pattes de moi ! Et remercie ton dieu de merde que je sois blessé. Sinon, je t’aurais mis une claque dans la boue. »

Une volée de balles et de flèches se dirigeait vers eux, Brier fut donc obligé d’obtempérer.

Le visage d’Autumn était le masque amer d’une femme maltraitée. Ses petites mains serraient la relique sacrée comme si elle luttait contre l’envie de la briser. Pourquoi ? Pourquoi pouvait-il le faire, mais pas elle ? Mais, ce n’était pas le moment. « Nous devons partir ! »

Durant ses années d’exil, Brier avait recruté et entraîné plusieurs dizaines de croyants pour sa cause. Les soldats suicidaires étaient redoutables mais pas invincibles. Seuls contre des centaines de soldats, ils ne pouvaient pas les retenir longtemps. Outre la disparité de leur nombre, les hommes de Tigre venimeux étaient également bien équipés ; ils avaient tout, des arbalètes à tir rapide aux fusils automatiques et même des lance-roquettes. Ils étaient effroyablement mortels.

Le vieil homme était aux prises avec son ennemi juré, le gouverneur.

Il avait perdu sa relique pendant l’assaut du manoir, mais même avec la seule baguette d’exorciste, il avait pris le dessus. Après tout, les compétences de l’infirme étaient bien plus profondes qu’on ne le pensait. Ses pouvoirs en tant que chasseur de démons n’étaient qu’un aspect, et ce n’était même pas son point fort. Les plus grandes capacités de l’ivrogne résident dans le combat martial et la manipulation de la puissance réelle. Même les balles ne représentaient pas une menace pour lui.

Cependant, il y avait une limite à ce qu’un homme pouvait faire, même un homme comme lui.

Seul contre le Tigre, le vieil homme n’avait rien à craindre. Mais deux clercs de l’Église cramoisie étaient également impliqués. Ils portaient leurs propres armes, ainsi que des bâtons d’exorciste, et lancèrent un féroce assaut combiné sur le guerrier solitaire.

Depuis quand les chasseurs de démons étaient-ils si nombreux ? Même les clercs de l’Église Cramoisi étaient des chasseurs de démons ! La nouvelle ferait sensation si elle atteignait le domaine de Skycloud.

Le titre de chasseur de démons était honorable dans les terres élyséennes. Ils devaient s’enregistrer, et tout ce qu’ils faisaient était consigné. Peu d’entre eux étaient disparus ou portés disparus. Et pourtant, ici, dans cette ville en friche, la réalité ne correspondait pas aux attentes. Non seulement le gouverneur lui-même était un chasseur de démons, mais de simples ecclésiastiques l’étaient aussi.

Comment des hommes comme eux pouvaient-ils si efficacement dissimuler leur identité et jouer les saints hommes dans les terres désolées ? Une question plus effrayante était de savoir quel était le pouvoir du Crimson One s’il s’agissait de ses subordonnés.

Contre un chasseur de démons vétéran et deux missionnaires, ainsi qu’une myriade de soldats normaux, combien de temps le vieil ivrogne pourrait-il tenir ? Cloudhawk, cependant, ne lui accorda pas la moindre attention, car il devait se préoccuper de sa propre vie. Après tout, il était dans un état trop faible pour se protéger. Il ne pouvait même pas faire appel à la pierre de phase pour le sauver. Même s’il restait derrière, il ne ferait que gêner.

Brier attrapa Autumn et l’emmena vers le lac souterrain. Il essayait de trouver un requin des sables pour leur fuite. Tout autour, c’était le pandémonium. Chaque minute qui passait les rapprochait du désastre.

Quatre hommes en rouge venaient vers eux, menés par un homme d’âge moyen. Il portait une épée longue enveloppée de flammes. Quand il arriva à portée, il lança la lame vers eux. L’arme elle-même était une relique de qualité peu commune, et les flammes vertes n’étaient autres que du feu de Castigation. C’était une arme terrifiante capable de porter les flammes.

Cloudhawk était devenu intimement familier avec la nature de ce danger. Le feu de la Castigation était mal nommé et n’était pas un feu. Il ne brûlait pas sans discernement, et la destruction qu’il causait pouvait donc être contrôlée.

À bien des égards, le feu était plus une relique qu’autre chose. Son pouvoir était dirigé par la volonté de celui qui le portait. C’est ainsi qu’il était capable de dévorer l’épée de Cloudhawk et, dans le même temps, de laisser l’arme du clerc indemne.

« Attention ! »

Le clerc d’âge moyen frappa, mais pas vers Brier ou Autumn. Sa cible était Cloudhawk. Attaquer les deux autres avait été un stratagème pour le forcer à montrer sa main. Il avait dû voir quelque chose en lui pour le reconnaître comme la principale menace et, en tant que tel, en avait fait le point de mire de son arme.

Au mieux de sa forme, il aurait pu lutter pour éviter le coup, et il n’avait plus une once de capacité mentale. L’épée traversa le ciel plus vite qu’une balle. Elle transperça l’armure du chasseur de démons. Le feu vert dansa sur les bords de la blessure qu’elle laissa derrière elle.

Autumn cria. Le prêtre riait. Un de moins.

La blessure n’était pas mortelle, mais elle n’avait pas à l’être. Le feu de la castigation a scellé le destin de sa victime. L’homme d’âge moyen ne fit pas plus attention à Cloudhawk qu’à un cadavre et se prépara à tourner sa colère contre les deux autres. Alors qu’il s’apprêtait à le faire, il entendit un rugissement de colère derrière lui, alors qu’un monstre en armure, ressemblant à une tortue, fonçait vers lui. C’était l’un des monstres surgis des profondeurs du lac.

Son épée enflammée s’élança ! Cependant, la carapace de la bête était trop dure, et l’épée ne put percer ses défenses.

Cependant, l’entaille peu profonde laissée derrière elle brillait d’un vert sinistre. Le feu restant sur la lame après avoir transpercé Cloudhawk était faible, mais pas disparu. Il était encore suffisant pour prendre la vie de la créature mutante. Ces feux grandirent et s’étendirent jusqu’à envelopper entièrement la malheureuse bête.

Le prêtre poussa un cri de triomphe. Le pouvoir de son maître était inattaquable ! Non seulement il était capable de manier un pouvoir aussi incroyable, mais il était également capable de le retourner contre ses ennemis avec un grand effet. Avec le temps, alors qu’il apprenait à le maîtriser, qui pouvait s’opposer à lui ? C’est la raison pour laquelle il avait quitté les terres élyséennes : non seulement il partageait la foi du Crimson One, mais il avait également une conviction inébranlable en ce dernier.

Même Arcturus Cloude ne pouvait s’opposer à son illustre chef ! C’était son maître qui devait détenir le titre de plus grand chasseur de démons !

Le sang afflua dans les veines du clerc alors qu’il réaffirmait intérieurement les idéaux de son maître. Quelle importance s’il devait sacrifier les idéaux élyséens de l’honneur face à une mission aussi exaltante ? Ils étaient le peuple choisi pour inaugurer un nouvel avenir pour le monde. C’était un triomphe pour lequel ils seraient à jamais loués comme des héros !

Qui étaient ces imbéciles pour se mettre en travers du chemin du maître ? Ils méritaient la mort !

Il leva son épée, prêt à prendre une autre vie pour la cause. Son éclat se reflétait dans les yeux écarquillés d’Autumn.

Le prêtre avait autrefois été un excellent chasseur de démons, et cela se voyait dans son attaque. Avec une vitesse incroyable, il avait abattu Cloudhawk, tué la créature mutante, et se retournait maintenant contre Autumn, tout cela en un clin d’œil. La jeune fille désarmée était impuissante devant un tel guerrier.

Epée levée, le prêtre cria. Et à cet instant, sa poitrine s’effondra.

Une force énorme l’avait frappé de plein fouet et l’avait projeté dans les airs. Il avait les yeux écarquillés d’incrédulité, car celui qui l’avait frappé était le jeune homme dont il était sûr qu’il était mort. D’une manière ou d’une autre, il était vivant et, en plus, il était capable de se défendre. Cloudhawk l’avait envoyé voler d’un coup de pied fracassant.

Autumn était stupéfait et confus.

Il avait réagi au coup mortel en devenant plus fort. La blessure qu’il avait reçue brûlait toujours, mais les feux s’éteignaient alors qu’elle regardait. Autumn pouvait voir que la blessure était profonde, mais même celle-ci se recousait rapidement. Le gardien ne semblait pas du tout souffrir – au contraire, il semblait presque revigoré !

Dans ses rêves les plus fous, le prêtre ne l’aurait jamais cru. Il ne pouvait pas savoir que les feux avaient en fait aidé à combattre une plus grande partie du virus Trespasser qui l’assaillait. Ainsi purifié, il était en fait prêt à faire quelques rounds de plus. D’un seul mouvement souple, il souleva une épée abandonnée sur le sol et chargea. Fer de lance ! Avant que le prêtre ne puisse réagir, l’arme était enfoncée à mi-chemin dans sa poitrine.

Juste à temps. Une faiblesse suffocante revint pour priver le gardien de sa soudaine augmentation de force.

Cloudhawk n’avait pas vraiment récupéré. Le Trespasser rongeait toujours son corps, lui volant sa capacité à se battre. Les monstres se rapprochaient, ce qui compliquait encore plus leur bataille rangée. Cependant, cela signifiait aussi plus de problèmes pour le Tigre et son peuple. Après tout, ils étaient beaucoup plus nombreux que dans son petit groupe.

Brier regarda longuement le jeune homme qui leur avait sauvé la vie par deux fois. C’ était une énigme de l’intérieur. Quels autres secrets cachait-il ?

Cloudhawk se retourna, pensant que l’occasion de s’enfuir était arrivée quand son chemin fut soudainement bloqué par un éclair rouge.

Son corps entier fut noyé dans un feu vert. Même ses yeux en étaient brûlés. Comme un démon grimpant des profondeurs de l’enfer, il lança des bras brûlants dans tous les sens pour essayer de les éteindre. Deux autres orbes de feu frappèrent une paire de soldats suicidaires de Brier et les réduisirent instantanément à néant. Un feu résiduel s’échappa des cendres laissées derrière lui, à la recherche d’une nouvelle cible : le vieil ivrogne.

« Fils de pute ! »

Cloudhawk ne pensait pas que le vieux démon arriverait si vite. Maintenant que le Crimson One était là, s’échapper serait impossible.

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Alexis
  • 🥈2. PascalW
  • 🥉 3. Yorushima
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • Alexis
  • Yorushima


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 49 – 300 ans de silence Menu Chapitre 51 – L’étreinte du berger