Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 42 – Grosse Mama

Livre 3, Chapitre 42 – Grosse Mama

Comme l’avait dit le vieil ivrogne, il y avait un marché noir dans le quartier des poissonniers, comme ils n’en avaient jamais vu. Tant que votre marchandise était bonne, peu importe d’où venez l’article, vous pouviez trouver un acheteur. Tant que vous aviez de l’argent, tout était à vendre. Le marché noir était la plus grande attraction pour les étrangers.

On y trouvait d’innombrables trésors, un véritable chemin pavé d’or. Partout où l’on regardait, il y avait des opportunités de richesse et les tentations abondaient. Cloudhawk suivait les balises de l’ascenseur, qui les menaient à l’avenue très fréquentée. Il n’y avait presque pas de place pour se déplacer d’un étal à l’autre.

Il y avait toutes sortes d’habitants des terres désolées, vêtus de vêtements excentriques ou de vêtements de fantaisie. Ils avaient leurs marchandises dans des stands ou sur des couvertures, et même lui fut surpris par ce qu’il vit.

Un homme sans prétention au teint sombre était assis devant une couverture dont les canons de toutes sortes de fusils dépassaient du fond. Un support d’armes érigé derrière lui présentait un certain nombre d’autres outils : outils électriques, tronçonneuses, lance-flammes, et ainsi de suite.

De l’autre côté de la rue, un homme corpulent était accroupi devant un tapis. Il avait toutes sortes de grenades à main accrochées sur lui, et le tapis débordait d’autres explosifs.

Il choisit au hasard l’une des grottes qui servaient de vitrine et y pénètra. Il fut accueilli par un petit entrepôt de robots en métal rouillé à des prix exorbitants.

En dehors de ce genre de choses, la technologie archaïque d’époques révolues était également relativement courante, notamment des lance-roquettes, des lames à particules et même des fusils laser. Des matériaux rares et des fragments d’artefacts étaient empilés avec d’autres objets mystérieux et inconnus. Il en profita pour acheter des armes à feu, des munitions ou des fragments de reliques. Il pensait que les revendre au Sandbar lui rapporterait beaucoup d’argent.

Autumn avait du mal à contenir son irritation.

Ce connard était-il ici pour réapprovisionner sa propre boutique ou pour l’aider dans sa mission ? Il achetait les armes et les balles, comme s’il l’avait complètement oubliée ! Le pire, c’est qu’il dépensait son argent !

« Hé, ne m’en veut pas. » Il posa ses mains sur le côté de sa tête, vexé par l’ampleur des choses. « Cet endroit est énorme, putain. Il n’y a presque aucun intérêt. Le temps que tu le trouves, les sables auront englouti cet endroit. »

Elle garda un visage impassible et ne crut pas aux absurdités de Cloudhawk. Au lieu de cela, ses traits délicats étaient fixés avec détermination. « Je dois le trouver. Quoi qu’il arrive. »

« Putain, tu es têtu. Dis-moi au moins ce qu’on cherche pour qu’on puisse se renseigner. Tu t’attends à ce qu’on se promène dans une échoppe au hasard et qu’on le trouve ? »

Cela donna à Autumn une pause. C’était une tâche monumentale rien que pour arriver ici, et si elle voulait avoir ne serait-ce qu’une demi-chance de réussir sa mission, elle avait besoin de l’aide de cette canaille. Il allait apprendre ce que c’était de toute façon. Elle pouvait aussi bien le lui dire maintenant. « Je suis à la recherche d’une flûte de pan. Elle a été volée à ma tribu il y a cinq ans par un renégat de notre peuple nommé Brier. »

« Une putain de flûte ? Combien ça peut valoir ? »

« Ce n’est pas qu’une flûte. C’est un artefact qui nous a été accordé par notre dieu protecteur ! » La réponse désinvolte de Cloudhawk semblait vraiment la mettre en colère. Ce vulgaire ruffian n’avait vraiment que le profit en tête ! Comment l’or pouvait-il mesurer la valeur d’un cadeau des dieux ? « La flûte est appelée ‘l’appel de la déesse du berger’. Vous, les chasseurs de démons, l’appelleriez une relique. »

Une relique, hein ? Pas étonnant.

Il secoua la tête. « Si c’est le cas, arrêtons de perdre du temps. Rien ici ne correspond à ce que tu cherches. »

Elle le regarda d’un air sceptique. « Tu n’as même pas regardé. Comment peux-tu le savoir ? »

« Je le sais, c’est tout. »

C’était le talent unique de Cloudhawk, mais Autumn ne comprenait pas.

Il fit un circuit autour du marché avec elle derrière. Il sentit la résonance de quelques fragments de reliques, mais rien d’entier – et certainement rien qui mériterait le nom de « l’appel de la déesse du berger ». Il ne trouva rien non plus sur le Crimson One ou ses plans. Les deux voyageurs étaient désemparés.

Soudain, il fut frappé par un éclair d’inspiration. Il l’entraîna après lui.

Le secteur où il la mena était différent des autres. Des biens vivants étaient vendus ici – des esclaves.

« Hé les amis, cette fille est-elle à vendre ? »

Un marchand d’esclaves se mit sur son chemin et lui bloqua la route. C’était une femme ronde avec un visage sauvage. Cloudhawk n’avait jamais vu une femme aussi grande. Elle avait un visage en forme de lune avec une grande bouche. Un ensemble d’yeux de fouine étaient enchâssés dans des bourrelets de graisse, et sur sa tête se trouvaient des cheveux agités avec des dizaines de tresses négligées qui les faisaient ressembler à un nid de serpents. Un regard sur son visage était suffisant pour dire qu’elle n’était pas une bonne personne. Elle regardait Autumn avec des yeux affamés. Des années d’expérience à vendre des gens pour gagner sa vie lui avaient dit que celle-ci atteindrait un bon prix.

Le simple concept donna une crise à Autumn. Mais qu’est-ce que c’était ? Est-ce que c’était la place de ce vaurien ? Il avait prétendu l’aider et la vendait maintenant comme esclave ?

Cloudhawk ne lui laissa pas l’occasion de s’énerver. Il sourit avant qu’elle ne puisse ouvrir la bouche, et demanda : « Combien offrez-vous ? »

« Jeune homme, la fille est une marchandise de premier choix, mais tu n’as pas la fibre d’un marchand. Tu n’obtiendras pas un bon prix, pas comme moi. Je fais ça depuis longtemps. Demande autour de toi. Tu ne trouveras pas une seule personne dans cet endroit qui ne connaît pas Mama Jade. Je connais beaucoup de gens qui cherchent une jolie esclave, des gens qui paieront le prix fort. Je suis celle que tu veux, ehm … pour gérer tes biens. »

Dans les terres désolées, les femmes n’avaient pas souvent de statut, surtout les marchandes. Cette marchande d’esclaves, Mama Jade, était aussi grosse et aussi laide qu’elle pouvait l’être. Mais, la riche qualité de sa robe en disait long. Le collier de bijoux niché dans son menton en disait aussi long. Chacun de ses dix doigts en forme de saucisse portait un anneau de pierres précieuses. Son visage était peint de plusieurs couches de maquillage ostentatoire. Lorsqu’elle bougeait, l’odeur de son parfum envahissait les narines comme si elle s’était baignée dedans. Cela n’avait pas d’importance, bien sûr. Un porc est un porc, peu importe comment on l’habille.

S’il y avait une chose qu’il savait sur les terres désolées, c’était de ne jamais sous-estimer les gros. Les bourrelets de Mama Jade mettaient autant en valeur ses capacités que les riches vêtements qu’elle portait.

« Il y a deux façons d’y arriver, fils. D’abord, tu peux me donner la fille, et j’utiliserai mes contacts pour trouver une bonne affaire. Je garderai 40 % de la somme, et tu auras le reste. La deuxième méthode est beaucoup plus pratique, si je peux me permettre. Si attendre un acheteur est trop difficile, je serais heureux de t’échanger vingt jolies filles contre celle-ci. Bon stock, facile à vendre. Débarrasse-toi de celles que tu n’aimes pas et garde en quelques-unes pour toi. Tu t’en vas avec un gros sac d’or – probablement plus que si tu essayes de vendre la fille directement. »

Grosse Mama était vraiment une femme d’affaires avisée.

Cloudhawk secoua la tête avec un sourire. « Je n’accepte que du liquide. Si tu peux te le permettre, on a un marché. »

Grosse Mama se renfrogna. Le troc était la méthode préférée dans ces régions. C’était les terres désolées, après tout. L’argent n’était pas la norme. Elle réfléchit un moment. « Combien penses-tu ? »

Cloudhawk leva un seul doigt.

« Une centaine d’or ? »

Il secoua la tête.

Cent or pour une seule esclave, ce n’était pas donné. Les esclaves de taille moyenne se vendaient pour dix pièces d’argent, plus ou moins. Les jolies filles ou les mâles avec un bon physique partaient pour une ou deux pièces d’or. Cent pièces d’or, c’était élevé mais faisable pour un objet de qualité supérieure.

« Mille pièces d’or ? »

Mama Jade avait une expression aigre sur le visage, comme si elle avait senti quelque chose de mauvais. Mille pièces d’or était à la limite de ce qu’elle pouvait supporter. À ce prix, peu importait l’excellence d’un esclave. Elle n’allait pas faire de profit. En fait, c’était un risque important. Mais, elle savait aussi qu’un spécimen rare comme cette fille était difficile à trouver. La valeur ne se mesure pas seulement en termes de profit, après tout. Si elle trouvait le bon acheteur, elle pouvait prouver qu’elle était un bon pourvoyeur et qu’elle méritait plus d’affaires à l’avenir. C’était un avantage qu’aucune quantité d’or ne pouvait acheter.

Mais Cloudhawk secoua la tête.

« Tu ne peux pas dire dix mille or ? ! »

Elle grogna ouvertement contre lui maintenant. Cet homme était fou ! Il décida qu’il était temps de mettre fin au jeu. « Je dis un million d’or. Et je n’accepterai pas un cuivre de moins. »

Mama Jade devint rouge, et son horrible visage se tordit d’incrédulité. Elle lui lança en colère : « Arrête de jouer avec moi, mon garçon ! »

Il gloussa devant sa colère comme pour dire, qu’est-ce que tu vas faire ? « C’est ce qu’elle vaut. Si tu ne peux pas te la payer, ne m’en veux pas. »

Cloudhawk n’avait pas peur d’une vache. Il détestait les esclavagistes et leur espèce de toute façon. Il aurait presque souhaité qu’elle tente quelque chose. Comme ça, il aurait une excuse pour sortir son épée. Combien d’ennuis pourrait lui causer un colporteur de chair, même avec un commanditaire ? Ces derniers jours, il avait tué le chef des bandits, Visage rouge, et avait réussi à énerver toute l’équipe des bandits de grand chemin. Il n’allait pas faire suer une grosse salope.

Mama Jade n’était pas arrivée là où elle était aujourd’hui par chance. Elle avait peut-être l’air grincheuse et déraisonnable, mais intérieurement, elle était froide comme la glace. Elle semblait savoir ce qu’il pensait, et son cœur surmené battait la chamade dans sa poitrine. Elle le regarda de plus près, vit l’armure derrière une ouverture dans sa cape, et sut où était sa place. Elle était une femme intelligente et savait comment le monde fonctionnait. C’était une armure de chasseur de démons.

Alors, c’était bien lui ?

Mama Jade fut prise par surprise. Pas étonnant qu’il soit si arrogant. La colère disparut de son visage et elle lui lança un petit rire bon enfant. « Les affaires sont les affaires, nous n’avons aucun problème ici. Mais, le Tigre venimeux n’est pas quelqu’un que tu veux offenser – personne ne veut avoir des problèmes pour un simple échange. Écoute, mon garçon, tu as besoin de quelque chose, tu viens voir Mama Jade. Si je n’ai pas ce dont tu as besoin, je suis sûre que je connais quelqu’un qui l’a. »

Le Tigre venimeux était le gouverneur du quartier des poissonniers. Rien que son nom indiquait à Cloudhawk qu’il n’était pas une proie facile.

Le nom n’était pas seulement un moyen de dissuasion pour effrayer les rivaux potentiels. “Venimeux” était un surnom intentionnel. C’était le genre d’homme qui prenait ce qu’il voulait, consommait sans hésiter. Il était aussi immensément paranoïaque et gérait la ville avec ce qui ne pouvait être décrit que comme une main de fer. Sa présence expliquait comment cette ville pouvait être un mélange de serpents et de dragons et pourtant rester sur un pied d’égalité.

” Tu changes d’attitude plus vite que je ne peux ramasser mon cul. Il y a quelque chose pour laquelle tu peux m’aider, en fait. » Cloudhawk changea d’avis sur l’esclavagiste. Il ne fallait pas causer des problèmes avant la fin de sa mission. « J’ai entendu dire qu’un groupe de missionnaires est passé par là récemment. Que peux-tu me dire sur eux ? »

Mama Jade hésita. « Laisse-moi réfléchir une seconde, maintenant… »

Cloudhawk sortit de sa poche un cristal Ebonycrs que Oddball avait picoré. Il le fit délibérément rouler dans sa main. « Juste quelques informations, rien de sérieux. Je pourrais toujours demander à quelqu’un d’autre si ça ne t’intéresse pas… »

« Pourquoi se donner tant de mal ? » Mama Jade tapa sur son ventre rond. « Je peux trouver tout ce dont tu as besoin. »

« Bon, un type nommé Brier pourrait aussi être passé par là récemment. Si tu sais quelque chose sur lui, tu me le diras, d’accord ? »

Cloudhawk lui jeta l’Ebonycrs. « Tu as vingt-quatre heures. Obtiens ce que je veux et l’Ebonycrs est à toi. Sinon, et j’en ai rien à foutre du chat venimeux ou quel que soit son putain de nom, je ferai en sorte de faire du grabuge. Compris ? »

« Compris, fiston. »

Après avoir appris qu’il était chasseur de démons, Mama Jade n’était pas assez bête pour le sous-estimer. Il voulait juste des informations, de toute façon. La ville comptait cinquante mille habitants, mais après avoir exercé si longtemps son métier, il n’y avait rien qu’elle ne puisse découvrir.

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Alexis
  • 🥈2. PascalW
  • 🥉 3. Yorushima
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • Alexis
  • Yorushima


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 41 – Le quartier des poissonniers Menu Chapitre 43 – La clinique de l’Hermite