Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 18 – Horde de loups

Livre 1 chapitre 18 : Horde de loups

Les foyers d’incendie furent tous allumés et l’avant-poste était entièrement éclairé par des lampes et des torches. La terreur balaya tout l’avant-poste comme une tempête, se propageant d’une personne à l’autre comme un fléau. On entendait partout des sanglots et des cris alors que la terrifiante vague de bête se dégageait de plus en plus.

Une horde de bêtes ! C’étaient les catastrophes naturelles les plus terrifiantes qui existaient dans les terrains vagues ! Chacune était un type de bataille pour la survie que seuls les habitants des friches rencontraient, une bataille lancée par un grand nombre de muta-bêtes affamées contre les avant-postes où se rassemblaient de nombreux humains.

Cloudhawk était arrivé il y a tout juste un mois, il n’avait donc naturellement jamais vécu personnellement une de ces vagues de bêtes. Et pourtant, il avait entendu des histoires sur les vagues de bêtes de la part de mercenaires plus âgés. On dit que la grande majorité des avant-postes humains dans les terres incultes finissent par être détruits par des vagues de bêtes. Chaque vague de bêtes annonçait un baptême du sang calamiteux. Même si l’avant-poste était assez fort pour résister à la vague de bêtes, il subirait quand même de lourdes pertes et des rivières de sang se formeraient. Blackflag allait-il subir le même sort ?

Une atmosphère de terreur et de désespoir régnait dans l’avant-poste. Même Cloudhawk se sentait plutôt nerveux. Il n’avait jamais vécu une telle calamité auparavant et n’avait aucune idée de ce à quoi il allait être confronté.

Alors que les cœurs de chacun étaient en désarroi, une série de grognements frénétiques se fit entendre dehors dans le désert. On aurait dit un glissement de terrain grondant, comme des vagues s’écrasant contre le rivage ! Ces sons terrifiants représentaient la pure soif de sang, la folie et la brutalité, tous réunis et déclenchés en un seul raz-de-marée de bruit. La pression mentale que cette vague apportait à elle seule suffisait à ébranler même les parties les plus profondes de l’âme.

Quel genre de créatures terrifiantes pouvaient bien faire des bruits aussi horribles ? Cloudhawk regardait fixement depuis sa position sur les murs et pouvait vaguement discerner quelque chose. Un grand nombre de figures noires, courtes et voûtées, avançaient à grande enjambées sous le clair de lune. Elles avaient des paires d’yeux vert foncé qui flamboyaient comme un feu abyssal en apportant une aura complètement différente au froid mordant de la nuit !

Mais qu’est-ce que c’était que ces choses ? Juste au moment où Cloudhawk réfléchissait à cette question, l’un des archers de l’avant-poste qui se tenait avec un arc dégainé dans l’un des parapets poussa un cri de terreur. « Oh, merde. LOUPS POURRISSANT !! »

« Putain, putain ! Je ne peux même pas compter le nombre de loups ! »

Chaque soldat de l’avant-poste était un guerrier d’élite soigneusement sélectionné. Ils étaient fiables tant en termes de puissance personnelle que de force mentale, mais face à un spectacle aussi terrifiant, même des gens aussi forts qu’eux ne pouvaient s’empêcher de trembler en parlant, révélant ainsi l’horreur qu’ils ressentaient. Quant aux escouades d’irréguliers ? Ils étaient encore plus terrifiés.

« Les terres désolées sont remplis de ces loups pourris. »

« Oh mon Dieu… nous sommes tous condamnés. »

« Il n’y a aucune chance que nous puissions battre autant de loups pourris. Tout le monde, courez pour sauver votre vie ! »

L’équipage hétéroclite d’irréguliers, dirigé par Lain, avait presque immédiatement commencé à s’effondrer. Les loups pourrissant étaient d’énormes loups mutants qui erraient dans les terres désertes et qui étaient ainsi nommés parce que leur chair était si putride et venimeuse qu’il n’y avait aucun moyen de la rendre comestible. La plupart des muta-bêtes normaux pesaient environ quatre-vingts kilos, mais les loups pourris ne semblaient pas avoir de limite de poids supérieure. On avait même vu des loups pourris énormes pesant cinq ou six cents kilogrammes !

Ces muta-bêtes étaient non seulement brutales, mais aussi extrêmement rusées. Chaque loup ordinaire serait à la hauteur de deux ou trois gardes de poste ordinaires, mais ce soir, au moins sept ou huit cents loups pourris étaient déjà apparus. Les choses se présentaient sous un jour très sombre. Personne ne savait combien d’autres loups pourris étaient à l’affût. Même s’il n’y en avait vraiment que huit cents, ce serait une calamité pour l’avant-poste !

Le capitaine Lain ne s’attendait pas non plus à ce que la situation soit aussi sombre. Son visage pâlissait légèrement et sa main armée commençait à trembler, mais il parlait encore de sa voix rauque pour calmer ses hommes. « Juste quelques centaines de loups, alors que nous avons plusieurs milliers de guerriers. De quoi avez-vous tous peur ? Lève-toi ! »

Mais qui pourrait maintenir son calme dans une telle situation ? Bien que l’avant-poste accueillit des milliers de guerriers et soit protégé par un périmètre défensif, qui pouvait garantir que des soldats de première ligne comme eux seraient capables de survivre ? De plus en plus de soldats commencèrent à fuir.

« Archers ! » Le capitaine Lain put constater que la situation était sur le point de devenir incontrôlable. Il leva immédiatement son épée en l’air et les six archers derrière lui dégainant leurs arcs. Les archers des tours de guet se sont également tous tournés vers lui. « Tuez-les ! »

Cloudhawk pouvait clairement entendre les cordes de l’arc tordre. La première vague de flèches n’était pas dirigée vers les bêtes à l’extérieur, mais vers les guerriers en fuite à l’intérieur de l’avant-poste. Twang  ! Twang  ! Twang ! Plusieurs soldats en fuite laissèrent échapper des cris misérables alors qu’ils tombaient à terre. Les archers, quant à eux, ont une fois de plus tiré sur leurs arcs et pointé les cruelles pointes de flèches vers les autres.

« C’est ce qui arrive aux déserteurs ! » La voix rauque du capitaine Lain résonnait dans toutes les oreilles. « Si l’avant-poste de Blackflag est détruit, pensez-vous vraiment que vous pourrez trouver un autre endroit pour vivre ? Sans l’avant-poste de Blackflag, est-ce que l’un d’entre vous pourra survivre dans ces terres désolées ? Ramassez vos fichues armes. Nous vivons et mourons avec l’avant-poste ! »

Face à ces cordes tendues, ils n’avaient pas d’autre choix que d’acquiescer en silence. Quant à Cloudhawk, il éprouvait un certain respect pour le capitaine Lain. C’était vraiment un guerrier vaillant et charismatique, et ses paroles étaient justes : une fois l’avant-poste de Blackflag tombé, pourraient-ils un jour trouver un autre endroit comme celui-ci ?

Il n’aimait peut-être pas cet endroit, mais ce n’était pas le moment de le quitter ! Il préférait mourir plutôt que de finir à nouveau comme un charognard ! Cloudhawk resserra sa prise autour de son épée courte. Il avait décidé de défendre l’avant-poste jusqu’au bout.

Les méthodes du capitaine Lain se révélèrent très efficaces pour réprimer le chaos. Il divisa les soldats réguliers et les inséra dans ses troupes, sachant exactement à quel point ses irréguliers étaient peu fiables. Non seulement ses soldats réguliers pouvaient contribuer à aplanir le niveau moyen des effectifs de chaque section, mais ils pouvaient aussi servir de sergents superviseurs une fois la bataille commencée.

La meute de loups se rapprochait de plus en plus de l’avant-poste. La nuit était remplie de leurs longs et interminables hurlements. Même la terre tremblait légèrement lorsque les loups fous et assoiffés de sang avançaient comme un vent mauvais ou une brume sombre était apparue autour du cœur des hommes qui les voyaient.

« Ils sont sur le point d’attaquer ! »

« Tuez-les ! »

« Abattez-les ! »

Les loups de la meute étaient en fait assez dispersés. Plusieurs des méta-humains d’agilité de l’avant-garde furent les premiers à agir.

Cloudhawk entendit immédiatement quelques tirs épars dans l’air de la nuit, accompagnés du sifflement des flèches qui étaient tirées. De nombreux hurlements émergèrent de la meute de loups. Apparemment, un certain nombre de loups pourris avaient été touchés. Cependant, les attaques à ce niveau étaient tout simplement inefficaces pour servir de dissuasion.

En fait, lorsque les bêtes sentaient l’odeur du sang et ressentaient la douleur émanant de leurs congénères, elles semblaient avoir été entraînées dans une frénésie encore plus grande. Les hurlements de la meute de loups devenaient de plus en plus féroces. La bataille était sur le point d’éclater !

Le capitaine Lain ordonna à ses soldats : « Tirez en volée et ne vous arrêtez pas ! Les loups n’ont pas d’ailes. Gardez-les en dehors de notre périmètre ! »

Cloudhawk était extrêmement tendu. Ce n’était qu’un groupe d’animaux sauvages, n’est-ce pas ? Rien de mal n’arriverait. Rien de mal n’arriverait ! L’avant-poste avait des défenses solides et d’innombrables experts le défendaient.

Cloudhawk ne put terminer sa pensée réconfortante avant qu’une voix terrifiée et désespérée ne retentisse juste à côté de lui !

« REGARDEZ ! Le ciel ! »

« Qu’est-ce qu’il y a dans le ciel ? ! »

La lumière de la lune était effacée par ce qui ressemblait à des nuages d’orage. Lorsque Cloudhawk leva inconsciemment la tête pour regarder le ciel, ses pupilles rétrécirent immédiatement. Non… ce n’était pas des nuages d’orage. C’étaient des masses grouillantes de créatures volantes se déplaçant à des vitesses incroyables !

Cloudhawk ne pouvait voir que d’innombrables paires d’yeux rouges clignotant dans le ciel nocturne. À en juger par leurs silhouettes, il pouvait à peine dire qu’ils semblaient être d’énormes créatures ressemblant à des chauves-souris. Au moment où la vague de loups pourris frappait le périmètre extérieur, ces étranges créatures ailées plongeaient du ciel comme un raz-de-marée imparable. Elles frappaient comme la foudre sur les gardes de l’avant-poste et sur le moral de l’avant-poste.

« Danger ! Baissez-vous ! » On ne savait pas qui avait prononcé ces mots et cela n’avait pas vraiment d’importance, toute personne rencontrant une situation comme celle-ci se couchait presque instinctivement. Cloudhawk avait l’impression qu’un coup de vent lui passait sur la tête et le monde entier semblait rempli du bruit des battements d’ailes.

« Aaaah ! » L’un des soldats de la tour de guet fut projeté en l’air. Alors même qu’il tombait, une vingtaine d’ombres noires passèrent devant son corps et le griffèrent avec une rapidité incompréhensible, chacune lui arrachant une partie de son corps. Son corps semblait aussi fragile que des tissus mouillés, pendant les cinq petites secondes qu’il passa en l’air, plus de vingt bandes de chair furent arrachées de son corps, tandis que des morceaux de sang volaient partout. Il cria alors que son sang et sa chair s’éparpillaient… puis il s’écrasa sur le sol avec un bruit sourd.

La personne atterrit devant Cloudhawk. Quand il vit à quoi il ressemblait maintenant, il ressentit un sentiment de terreur gelée au plus profond de son âme. Presque toute la chair de l’homme avait disparu et ses côtes étaient toutes clairement visibles. Les organes avaient été arrachés de son estomac et son visage avait également été arraché. Il était complètement méconnaissable.

Peut-être parce que cela s’était passé si vite, le pauvre bâtard était encore en vie, bien qu’il ait été absolument mutilé et défiguré. Un gargouillement se faisait entendre dans sa gorge, ses mains et ses jambes tremblaient comme s’il essayait de se relever.

Quelques instant plus tôt, c’était un homme fort et vigoureux. Qui aurait pu croire que ça lui arriverait en quelques secondes ? Quelle calamité !

Les étranges chauves-souris géantes tournaient en rond dans l’air au-dessus de l’avant-poste. Chaque aile mesurait plus d’un mètre et demi de long et possédait des griffes de faucon et un bec pointu aussi dangereux que des rasoirs. L’avant-poste était rempli de cris misérables car de nombreuses personnes étaient blessées en un instant.

Cette créature était une sorte d’animal sanguinaire qui adorait manger des carcasses ! Ils suivaient souvent l’odeur de la meute de loups pourris. Ces deux différents types de muta-bêtes, cependant, ne s’engageaient pas dans un combat direct l’un contre l’autre. Au contraire, ils avaient généralement un accord tacite pour attaquer ensemble certaines cibles.

Au moment où Cloudhawk se levait et faisait deux pas en avant, une chauve-souris géante plongeait vers lui à grande vitesse, le ratissant avec ses griffes pointues. Sentant le danger imminent, Cloudhawk tomba une fois de plus à terre et la chauve-souris géante le racla.

Il pleuvait du sang autour de lui, et quelques morceaux de viande et de peau tombaient de temps en temps. Les guerriers de la tour de guet qui étaient chargés de tirer sur les loups furent instantanément mit en lambeaux et brisé, tous mourant des attaques soudaines des chauves-souris géantes.

Ils étaient finis ! Le cœur de Cloudhawk s’était enfoncé dans le désespoir. Les chauves-souris mutantes lançant des raids aériens et perturbant leurs lignes arrière, il était impossible pour l’avant-poste de mobiliser ses archers et ses artilleurs pour attaquer les loups de loin. Quant aux centaines de puissants loups pourris, une fois qu’ils entreraient dans l’avant-poste, ils porteraient un coup absolument destructeur aux défenseurs !

Que pouvaient-ils faire ? Qu’est-ce qu’ils devaient faire ?

Cloudhawk fixa les silhouettes qui dansaient dans le chaos. Finalement, il comprit à quel point toute personne était faible dans une guerre. Même Slyfox ou Mad Dog ne seraient pas capables de faire quoi que ce soit à un moment pareil, sans parler de lui !

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Alexis
  • 🥈2. PascalW
  • 🥉 3. Yorushima
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • Alexis
  • Yorushima


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 17 – Vague de bêtes Menu Chapitre 19 – Le loup alpha