Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 142 – Partir à jamais

Livre 1 chapitre 142 – Partir à jamais

Cloudhawk n’avait pas obtenu toutes les réponses qu’il cherchait, mais le soldat avait indirectement révélé quelque chose d’important. Il était considéré comme un traître pour avoir vécu parmi les blasphémateurs.

Il comprenait qu’on le qualifiait de traître. Ces visiteurs de la ville sainte avaient supposé qu’il était un chasseur de démons. Par “blasphémateurs”, il fallait entendre les chercheurs qui s’étaient essayés à la vieille technologie, ceux qu’ils considéraient comme des pêcheurs.

Utiliser ces choses souillées était, pour eux, un affront impardonnable.

Le “blasphémateur” Cloudhawk était censé être de mèche avec les chercheurs de la base de Blackwater. Était-ce leur raison ? Étaient-ils déjà passés par là ? Est-ce que Hellflower allait bien ? !

Il avait joué un petit rôle dans quelque chose de bien plus grand, et ils avaient quand même envoyé deux chasseurs de démons et une centaine de soldats pour le traquer. Il ne voulait pas imaginer ce qui était arrivé à la base, et ce n’était pas le moment. Le jeune soldat, dans ses derniers instants, l’avait donné aux autres. Ses compatriotes seraient bientôt là.

« Je suis désolé. » Il regarda les deux soldats morts en silence pendant un moment, puis commença à les dépouiller de leur équipement. Heureusement, le plus petit garde avait à peu près la taille de Cloudhawk. Cependant, il était plus trapu et son armure ne lui allait pas parfaitement quand il l’enfilait. Curieusement, après qu’il eut mis la dernière pièce, l’armure commença à se reformer par une série de clics et de pressions. Par la suite, elle s’était ajustée autour de sa personne, comme si elle avait été faite pour lui sur mesure !

Alors qu’il déplaçait les corps pour les cacher, un bout de papier était tombé d’un de leurs vêtements. Il le ramassa et le déplia avec précaution. L’image d’une fille était dessinée à la peinture lumineuse. Elle était délicate et belle avec des fleurs sur tout le corps. La peinture dégageait un parfum agréable, et bien qu’il ne s’agisse que d’une image, elle était aussi détaillée que si elle était là, juste devant lui.

Sur le côté gauche, quelque chose était griffonné : Pour mon amour.

C’était un cadeau, que le jeune soldat n’offrirait jamais. Il se sentait en conflit avec cette découverte.

Lorsque la jeune fille découvrirait que son amant était mort, elle serait certainement triste. Elle serait une nouvelle personne qui haïrait Cloudhawk pour le reste de sa vie. Un sourire amer apparut sur le visage du garçon. J’avais quelque chose d’autre à supporter. La haine d’une autre personne à ajouter aux innombrables autres. Le nombre de personnes ayant des griefs contre lui ne cessait d’augmenter avec le temps. Mais que pouvait-il faire ? Il n’était qu’un personnage mineur, qui ne voulait que vivre. C’était tout ce qu’il voulait !

Mais, il n’y avait pas de personnage mineur dans ce monde, pas vraiment. La force ou la faiblesse n’était déterminée que par comparaison. Pour les amoureux, la famille et les amis, même la plus petite personne était un géant. Quand un tel géant tombait, tout le monde qu’il tenait sur ses épaules tombait avec lui.

Il empocha l’image et s’occupa ensuite des corps. Peu après, le bruit des pas avait précédé l’arrivée de deux soldats qui avaient vu la fusée. Ils avaient repéré l’armure tachée de sang avant de noter son visage. Il faisait trop sombre pour distinguer autre chose. « Qu’est-ce qui se passe ? Où est le traître ? ! »

« Juste ici ! » Quand ils s’étaient assez approchés, il enfonça une paire de poignards dans leur gorge. Leur mort avait été rapide et sans incident, et soudain, il y avait deux autres cadavres à cacher. Il avait regardé leurs corps qui s’agitaient, sans rien voir.

Depuis quand son cœur était-il devenu si engourdi ? Il se rappelait la peine qu’il avait ressentie la première fois qu’il avait tué un autre humain. Maintenant, ça semblait si naturel…

Il était dégoûté par le changement qu’il voyait en lui. Seulement, c’étaient des changements qui lui avaient permis de rester en vie. Peut-être que tous ceux qui avaient survécu ici s’étaient transformés en quelque chose de méprisable.

Quelques minutes plus tard, le capitaine Brontes était arrivé à l’endroit où la fusée avait explosé. La première chose qu’il avait vue, c’étaient les cadavres, alignés au sol, neuf d’entre eux au total. Tous étaient ses soldats. La colère l’avait submergé, le faisant trembler. « Qu’est-ce que c’est ? Quelqu’un peut-il m’expliquer comment ces soldats ont tous été tués si facilement ? »

Un de ses subordonnés s’était approché et avait donné le rapport, « Ils semblent tous avoir été pris par des attaques sournoises. Je suis presque certain que le traître est déguisé en l’un d’entre nous et qu’il a attaqué notre peuple alors que leur garde était baissée. C’est la seule façon d’en tuer autant. »

Les mains du capitaine Brontes étaient enroulées en poings blancs.

Le renégat avait été frappé par le bâton d’exorciste de Maîtresse Claudia. Ils le savaient. Il n’avait jamais entendu dire que quelqu’un pouvait encaisser un tel coup et continuer à se battre avec autant de vigueur. Cette racaille n’était pas forte, mais c’était une canaille habile – il n’y avait pas une once d’honneur en lui, pas une ligne qu’il ne franchirait pas. Sa principale tactique était d’attaquer depuis l’ombre, et les hommes de Brontes mouraient parce qu’ils n’étaient pas préparés.

« S’il est habillé comme nous, on ne peut pas savoir s’il est encore là ou non. Devrions-nous continuer à le chercher ? »

Le capitaine Brontes ferma les yeux de frustration. Les soldats de Skycloud n’étaient pas des boulets. Leur cible ne devrait pas pouvoir échapper complètement à la détection ou aux blessures, même s’il s’appuyait sur des tactiques sournoises. Il devait y avoir quelque chose de spécial chez lui. Il devait être plus qu’un simple renégat, et il ne pouvait pas non plus être aussi blessé qu’ils le pensaient. Ses hommes étaient fatigués. S’ils continuaient les recherches dans ces conditions, cela ne ferait qu’augmenter le nombre de morts.

« Retournez à l’avant-poste ! »

« Hein ? Pourquoi ?! »

Les yeux du capitaine Brontes s’étaient ouverts. Il donnait l’impression d’un joueur désespéré qui se mettait à courir après la ruine. « Vous souvenez-vous de ce que Maître Raith a fait pour l’attirer ? Le traître est manifestement friand de ces vers méprisables. Si nous retournons les exterminer, nous pourrons peut-être le faire sortir de sa cachette ! »

Cloudhawk se cachait tout près. Quand il entendit le plan de l’homme, son visage sombra. C’était mauvais. Il n’avait pas d’affection particulière pour l’avant-poste de Lighthouse, mais il était fatigué de toutes ces morts.

Tuer. C’était le choix des faibles et des pitoyables. C’était le moyen le plus définitif de régler un problème aussi bien que le plus lamentable.

Il n’avait même pas réfléchi. Il avait simplement disparu dans la nuit. Il n’allait pas donner sa vie pour sauver Lighthouse, mais, au mieux de ses capacités, il allait en sauver autant que possible d’une tragédie inutile. Il avait atteint l’avant-poste avant les soldats, et quand il était arrivé, la scène l’avait choqué.

La petite communauté tranquille avait changé au point d’être méconnaissable. Le phare central était en ruine. Les maisons étaient en flammes. Tout était dans le chaos et recouvert d’un brouillard de fumée âcre.

« T-Tu… qu’est-ce que tu fais ici ! ? »

« N’avons-nous pas assez souffert ? ! »

Les blessures de Cloudhawk n’étaient pas entièrement guéries, et son retour précipité le laissait à la fois fatigué et faible. Quand les citoyens de l’avant-poste le virent, ils étaient en colère et effrayés. Ils le regardèrent avec de grands yeux lorsqu’il entra.

« Que s’est-il passé ici ? » Il s’était soutenu à l’aide de la robuste arme Skycloud qu’il avait volée. Il essaya de parler avec une certaine autorité, « Où est Coppertooth ? »

“Coppertooth” ? Il nous a trompés ! »

« Les Élyséens ne sont que des démons brutaux ! »

« Nous convaincre de vénérer ces animaux… il méritait une mort bien pire que celle qu’il a eue ! »

C’est alors que Cloudhawk leva la tête. Il était consterné de voir le cadavre se balancer des ruines du phare. Il n’était autre que l’honnête, gentil et rusé vétéran de Skycloud. Il avait été terriblement blessé par les soldats, mais depuis lors, quelque chose d’encore plus terrible s’était produit. Il n’y avait pas un centimètre de lui qui n’avait pas été touché. Son corps était couvert de brûlures. Il était pendu au phare par le cou, se balançant tristement dans la brise.

Personne ne connaissait son vrai nom. Ils savaient seulement comment on l’avait appelé : Dents de cuivre. Il avait été leur chef, celui qui leur avait apporté la foi et la sécurité. En fin de compte, c’étaient les siens qui l’avaient brutalisé, torturé et pendu à l’édifice qui avait autrefois symbolisé leur foi éternelle.

« Vous n’êtes pas le bienvenu ici ! »

« Foutez le camp d’ici ! Partez, aussi vite que vous le pouvez ! »

Un groupe de jeunes agitateurs s’était rassemblé autour. La colère avait obscurci leur esprit, et ils brandissaient des armes rudimentaires dans l’intention de les utiliser.

« Calmez-vous, bon sang ! » Toutes sortes d’émotions amères faisaient rage au sein de Cloudhawk, surtout après avoir vu ce qu’était devenu Coppertooth. Il les détestait pour ce qu’ils avaient fait, mais il avait fait sortir les mots par les dents : « C’est fait ! Votre haine ne changera rien, et en ce moment même, ces soldats reviennent pour finir le travail. Si vous voulez vivre, dégagez de cet endroit ! »

Thud-thud  !

Deux flèches avaient jailli sur le corps de Cloudhawk. Les flèches auraient pu le tuer s’il n’avait pas porté les l’armure qu’il avait volée. L’attaque furtive était comme un appel aux armes, et tout d’un coup, la foule lui fonça dessus avec ses armes rudimentaires.

Il avait été chassé de la ville, frappé par les masses en colère tout le long du chemin, le visage déformé par le désespoir et la colère. Ils l’avaient battu en noir et bleu, même à travers l’armure.

À ce moment, quelque chose dans son cœur était mort.

Dans le désert, il s’était retourné pour contempler les restes brûlants de Lighthouse. Des flammes oranges et des nuages noirs s’élevaient dans le ciel, donnant une image obsédante. La chaleur faisait tourner l’air autour d’elle comme si le mal s’était emparé d’elle. Il essuya le sang de son visage et regarda fixement, les poings tremblant à ses côtés. Puis, il se retourna et se prépara à partir.

« S-sir… monsieur ! »

Il s’était retourné pour voir un morceau de roche repoussé des murs de l’avant-poste. Une petite figure, petite, frêle et couverte de crasse, s’était glissée hors de la cachette. Celle d’une jeune fille.

« Asha ? »

« Coppertooth est mort. Tout le monde est devenu fou, alors je me suis cachée dans les tunnels. J’ai eu trop peur de sortir de toute la journée. »

« N’aie pas peur. Je t’emmènerai loin d’ici. »

Tous deux s’étaient éloignés, pour finalement disparaître à l’horizon.

Cette nuit-là, Cloudhawk et Asha avaient campé au sommet d’un grand ensemble de ruines. En regardant vers Lighthouse, ils pouvaient encore voir la fumée et le feu, même de cette distance. Parfois, quand le vent tournait, ils pensaient pouvoir entendre des cris. La puanteur du sang était indéniable.

Cloudhawk posa tendrement sa main sur la tête de la jeune fille. « Est-ce que tu me détestes ? »

Mais Asha le regarda et secoua la tête. « Je déteste ce monde. »

Cloudhawk pouvait-il dire qu’il n’avait jamais ressenti la même chose ? Mais maintenant, son temps dans ce monde touchait à sa fin !

Ils étaient maintenant proches des terres élyséennes.

Asha le regarda avec curiosité. « Où allons-nous aller maintenant ? »

« Quelque part, très loin. » Il la regarda en retour. « Nous allons quitter cet endroit. Nous allons le quitter et ne jamais, jamais revenir. »

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Alexis
  • 🥈2. PascalW
  • 🥉 3. Yorushima
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • Alexis
  • Yorushima


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Livre 1 chapitre 141 – L’esprit Élyséen Menu Chapitre 143 – Épilogue – Échec