Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 126 – La chute d’un génie

Livre 1 chapitre 126 – La chute d’un génie

Une mélancolie qu’il ne pouvait pas contenir inonda Hyène alors qu’il vit la matriarche loup mourir pour le sauver. La colère et la douleur qui s’ensuivirent venaient du plus profond de son âme.

Roste retomba sur ses pieds avec un certain effort, se remettant du brouillard acide. Sa tête et la plus grande partie de sa poitrine étaient en piteux état. Ses yeux avaient fondu, le laissant aveugle.

Les yeux injectés de sang et remplis de rage, Hyène chargea. Roste ne voyait pas, mais son ouïe était bonne, alors quand il entendit le métamorphe arriver, il se balança sauvagement avec son arme. Pendant ce temps, Hyène avait perdu la raison à cause de la fureur et son seul intérêt était de déchirer cet homme membre par membre. Il n’avait même pas tenté d’esquiver.

À ce moment crucial, Hellflower leva son fusil et tira. La balle prit Roste à l’épaule et arrêta son élan.

Hyène le frappa en premier avec sa jambe droite. Le coup de pied le fit monter en l’air et l’écrasa contre le mur du couloir voisin. Il enchaîna avec une rafale de coups à la tête. Chaque coup contenait assez de force pour faire s’effondrer la poitrine d’un homme normal. Roste était comme un punching-ball qui menaçait d’éclater aux coutures. Les os de tout son corps étaient brisés, et même la paroi de fer contre laquelle il était appuyé était cabossée.

Ces blessures étaient suffisantes pour tuer un homme une dizaine de fois !

« Espèce d’idiot. »

Roste refusait toujours de mourir. Le son qui provenait de ses cordes vocales écrasées ne ressemblait guère à un son humain. L’académicien saisit la main droite de Hyène à mi-course et la serra. Au milieu des craquements écœurants, son ancienne expérience fit entendre un cri strident. Sa main était détruite, mais il avait toujours sa gauche, et les griffes acérées qui en sortaient étaient enfoncées dans le thorax de son adversaire.

Elles s’étaient glissées dans la chair bouillonnante et dans le cœur du monstre.

Roste n’avait pas réagi, il donna un coup de pied dans la poitrine de Hyène, qui fut projeté à plusieurs dizaines de mètres avant de toucher le sol. Il lutta pour se relever mais n’en avait finalement plus la force.

Après avoir aligné un autre tir, Hellflower appuya sur la gâchette mais se mit à blanchir quand elle découvrit qu’elle n’avait plus de balles. Elle jeta le fusil sur le côté et tendit la main vers sa dernière arme.

Roste était déjà verrouillé sur sa position. Il leva l’épée vers elle, son tranchant acéré sifflant alors qu’elle fendait l’air. Cette fois, Cloudhawk était assez proche pour réveiller la puissance de sa relique et bloquer son attaque.

Les deux armes se rencontrèrent à nouveau, et cette fois, elles se brisèrent toutes deux sous l’impact. L’épée en canne s’était brisée en plein milieu et avait cessé ses vibrations à haute fréquence. La partie supérieure éclata en arrière et se retourna juste devant les yeux de Roste.

Hellflower avait son arme tirée et prête.

Roste sauta et rattrapa la moitié tournante de son épée brisée avec un coup de pied qui l’envoya en direction de Cloudhawk. L’arme passa à côté du garçon et fonça dans l’estomac de Hellflower qui se préparait à tirer. Le métal déchiqueté et ensanglanté la transperça avant de la clouer au mur derrière elle, tremblant de force résiduelle. Elle s’effondra sur son piquet de métal, alors qu’une mare de sang s’était rapidement formée autour d’elle.

La chair du visage de Roste était à moitié cicatrisée, mais cela ne faisait que lui donner un air plus terrible. Il tendit la main et saisit Cloudhawk à la gorge, le soulevant du sol. « J’espère que tu comprends maintenant ce qui est bon pour toi. »

Il se sentait comme un petit oiseau sans défense. Il avait beau se débattre, il ne pouvait pas se libérer. Les griffes dentelées que les ongles avaient formées dans la chair de son cou l’étouffaient. La pression avait coupé tout l’air de son cerveau.

Il suffisait à Roste de presser un peu pour que son cou se brise.

Hyène gisait au sol, trop blessé pour se tenir debout alors que Hellflower était clouée au mur. Aucun des animaux mutés ne pouvait faire quoi que ce soit pour nuire à Roste. Après toute cette horreur et ce carnage, est-ce que l’Académicien allait finalement emporter la victoire ?

Non ! Ce n’était pas fini !

Cloudhawk profita de cette rare chance, si proche de leur ennemi, pour faire quelque chose que personne n’attendait. Il enroula sa main autour d’une seringue qu’il avait gardée cachée, la souleva en hauteur et l’enfonça dans le cou de l’académicien. La chair autour du cou de Roste se remettait encore et ne pouvait pas durcir pour contrer la seringue, qui se glissa à l’intérieur alors que Clowdhawk pressait le piston avec son pouce, forçant le liquide qui se trouvait à l’intérieur à pénétrer dans le corps de Roste.

« Qu’est-ce que tu as fait ? » Il arracha la seringue de son cou. Il était aveugle et n’avait aucun sens de l’odorat, mais il craignait ce que Cloudhawk avait fait. Il savait. Il ne pouvait pas le croire. « Qu’as-tu fais ? ! »

« Ton corps est puissant, Maître Académicien. Je ne peux rien y faire… » Le cou de Cloudhawk était rouge sous ses doigts serrés, mais il souriait néanmoins. « J’étais juste curieux de savoir comment tu réagirais à une dose de ta propre drogue de lavage de cerveau. »

« Le lavage de cerveau… ? Non… non, non, non, non ! »

Du sang s’écoulait des coins de la bouche de Hellflower. Elle avait déjà perdu tout espoir après avoir été clouée au mur. Qui aurait pu s’attendre à ce qu’un revirement aussi soudain se produise juste après ? Les drogues de lavage de cerveau ! Les mêmes que Chimp avait prévu d’utiliser sur elle.

L’adaptabilité du corps de Roste l’avait protégé de ses balles. Comment une aiguille aussi fine pouvait-elle percer sa peau ? La réponse était le timing, car il savait que pendant que la chair mutilée se rétablissait, il était vulnérable. Assez vulnérable pour qu’une minuscule aiguille s’y glisse.

Il cria si fort et si férocement que le vacarme menaçait de les assourdir. Il se mit à tourner en rond et à éclater à travers la foule d’animaux, fuyant la zone de confinement avec Cloudhawk à moitié mort sous sa coupe.

L’académicien se précipita vers ses propres laboratoires où il commença à fouiller frénétiquement dans ses affaires. Plusieurs médicaments furent rapidement imbibés ou injectés, mais rien ne pouvait l’aider. Roste avait inventé le sérum. Il savait mieux que quiconque que son destin était scellé.

Ses effets s’installeraient rapidement. En quelques minutes, les dommages causés à son cerveau et à ses synapses seraient étendus et irréversibles.

Après tout son travail minutieux, il pouvait prendre une balle dans le cerveau et survivre. Cependant, même son corps parfait ne pouvait rien faire contre les dommages permanents causés par ses médicaments. Il sentait déjà que sa concentration diminuait. Il devenait de plus en plus difficile pour lui de penser, ayant l’impression d’être entraîné dans un trou noir.

Il était trop tard !

L’engourdissement le traversait. Il s’effondra au sol au milieu de son laboratoire, en prenant de grandes respirations. Il fixa le garçon avec des yeux nouvellement régénérés alors que ce dernier luttait pour s’éloigner en rampant. Jamais… jamais en cent mille ans, il n’avait imaginé que ce garçon prendrait le dessus sur lui.

Son corps continuait à guérir alors même que son esprit était détruit.

L’académicien savait que son temps était compté, et dans ses derniers moments, un calme l’envahit. D’une voix douce et délicate, il dit à Cloudhawk : « Ne lutte pas. Si je voulais te tuer, tu serais mort depuis longtemps. »

À la fin de ce conflit, Cloudhawk ressentit une grande tristesse. Il n’y avait ni colère ni animosité au sein de Roste, comme si une soudaine révélation avait épuisé toute résistance de sa part. Il regarda Cloudhawk avec des yeux verts sereins. Il n’était pas un homme capricieusement cruel. Même si ses mains étaient couvertes du sang d’innombrables victimes, il y avait une raison, un motif derrière tout cela. Le tuer inverserait-il son destin ? Telle était la vie !

Cloudhawk haletant, répondit d’un ton rauque : « C’est toi qui as provoqué ça ! »

« Peut-être. » Il réussit à trouver une expression d’autodérision. « Tu sais… quand je t’ai vu pour la première fois, tu m’as fait penser à moi à ton âge. On se ressemble beaucoup, toi et moi. »

« Oh, va te faire foutre ! Je ne suis pas du tout comme toi ! »

« Tu n’as pas encore atteint mon âge. Il est trop tôt pour dire ce que tu vas devenir. » Il avait ponctué cette pensée d’un rire amer. Il perdait rapidement le contrôle de son corps et ne pouvait déjà plus bouger ses jambes. « J’ai presque atteint ma fin, un vieil homme dans ses derniers instants. J’aimerais te confier des choses importantes. »

C’était presque risible. Il pensait que le vieil homme avait vraiment perdu l’esprit. Il avait eu très envie de mettre le vieil homme en pièces.

L’aider maintenant ne semblait pas possible.

« D’abord, après ma mort, s’il te plaît, détruis toutes mes notes. Tu ne dois pas laisser ces matériaux tomber entre les mains de Hellflower. Tu ne comprends pas… elle… elle est encore plus dangereuse que moi ! Sa soif de connaissances et son ambition sont dix fois plus grandes que la mienne ne l’a jamais été. »

« Deuxièmement, tous les animaux intelligents que nous gardons ici doivent être détruits par tous les moyens nécessaires. Les laisser partir, c’est ouvrir une boîte de Pandore de tragédie. Dans mille ans, l’histoire nous considérera comme des pécheurs et des monstres. Comprends-tu ? »

Il répondit avec un grognement méprisant. Même dans ses derniers moments, ce vieil homme était un vantard dramatique.

« Enfin, bien que j’aie atteint ma fin, la cause pour laquelle je me suis battu continuera. Je ne veux pas qu’elle se termine ainsi. Je dois te demander – »

Cloudhawk sentit quelque chose de drôle. « Mais qu’est-ce que tu racontes ? »

Soudain, le cou de Roste s’étira dans des proportions horribles. Comme une vipère, il se dirigea vers lui en fouettant sa tête et en le mordant à la gorge. Le jeune homme cria et se retourna, comme s’il avait été mordu par un serpent venimeux. Alors que la nuque de Roste se rétractait, Cloudhawk s’était écrasé et avait crié de douleur sur le sol.

La morsure l’avait infecté avec quelque chose, une sorte de toxine qui coulait dans tout son corps. Quoi que ce monstre lui ait fait, ça ne pouvait pas être bon.

Sa dernière trahison étant terminée, le corps de Roste s’était ratatiné. Ses longues années revenaient, et il était à nouveau le vieil homme flétri qu’il avait rencontré pour la première fois. Seulement, pas entièrement. Sa peau gardait cette étrange teinte bleue et ses yeux restaient verts noirâtre. L’homme tordu s’affaissa, semblant avoir vieilli de deux cents ans.

Le son de sa gorge était hagard et rocailleux. « Voici quelques… conseils. Quand je… serai mort… Part. Le plus vite sera le mieux ! »

C’était fait. Un nouveau départ se profilait à l’horizon. Tel était le monde. Un cycle sans fin. Comme une étincelle qui passait.

Des mains tremblantes avaient tiré le collier en os de doigt de sa poche, et Roste le tenait tendrement. Des doigts comme des branches mortes caressaient chacun d’entre eux alors que ses souvenirs émergeaient. Il pensait à son ancien professeur et regrettait de n’avoir jamais pris un élève sous sa guidance. Dans tous les vastes terrains vagues, il n’avait jamais trouvé personne digne d’hériter de son savoir.

dix minutes plus tard, Hellflower était passée en trébuchant avec une main appuyée sur la blessure de son abdomen.

Le garçon se tordait de douleur. Des flacons brisés et des potions caustiques jonchaient le sol tout autour d’eux. Roste était assis placidement sur le sol, son collier à la main, mais toute sa concentration avait quitté ses yeux et il marmonnait des bêtises. Il avait perdu l’esprit.

Hellflower se tenait dans l’embrasure de la porte, regardant Cloudhawk alors qu’il se débattait et Roste alors qu’il marmonnait de façon incohérente.

Le lavage de cerveau n’avait pas été effectué avec une seule dose de médicament. La piqûre qu’il avait reçue n’était qu’une première étape. Plusieurs autres processus étaient nécessaires, et compte tenu des particularités du corps de Roste, le médicament l’avait affecté différemment. Il n’était pas surprenant que cela l’ait rendu fou.

« Comment vas-tu ? »

« Putain ! Il m’a mordu ! Je crois que je suis empoisonné ! »

Hellflower s’arrêta et regarda autour de lui. Avec toutes les drogues éparpillées, il était probable qu’au moins certaines étaient des biotoxines. Il serait logique qu’il le punisse dans ses derniers instants. Cependant, il ne semblait pas être en danger de mort.

Roste restait sur le sol, caressant son collier en os. Il continuait de marmonner avec des mots que personne ne comprenait.

Hellflower ne voulait même pas s’encombrer avec lui. Elle appuya la bouche de son arme contre l’arrière de la tête du vieil homme.

Bang !

Sa tête explosa, répandant de la matière cérébrale sur le sol alors que son corps de 80 ans s’effondrait. Alors que son collier touchait le sol, le cordon s’était rompu et avait envoyé des os blanchis se disperser dans toutes les directions, tachés par le sang de l’Académicien.

Il s’était jeté sur elle. « Tu l’as tué, juste comme ça ? »

« Roste a vécu sa vie en marchant sur le mauvais chemin. Si nous voulons sauver l’humanité, son chemin n’est pas le bon. » Elle jeta son arme sans cérémonie. « Il a été obsédé toute sa vie. C’était sa libération. »

Cloudhawk se tut. Le monde avait un fou de moins. Un monstre de moins. Un génie de moins.

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Alexis
  • 🥈2. PascalW
  • 🥉 3. Yorushima
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • Alexis
  • Yorushima


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 125 – Hystérie Menu Chapitre 127 – La boîte pandore