Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 120 – L’œuf d’oiseau

Livre 1 chapitre 120 – L’œuf d’oiseau

Cloudhawk reprit conscience et ouvrit les yeux pour se retrouver face contre terre. Le cri d’un oiseau lui déchira les oreilles, et il sentit de multiples choses poilues bouger au-dessus de lui. L’un d’eux lui tendit la langue et le lécha.

« C’est quoi ce bordel ? ! »

Il se secoua et se mit en position assise, les yeux écarquillés. Ses mouvements soudains provoquèrent la dispersion d’un troupeau de créatures ressemblant à des oiseaux. Bien qu’effrayées, les créatures n’avaient pas fui loin. Elles se rassemblèrent à une dizaine de mètres de là et continuèrent à regarder cet étranger qui avait dégringolé du ciel.

Dans quel enfer s’était-il retrouvé ? Ce n’était pas le désert. Il n’y avait pas de ruine… c’était une sorte de forêt. Il était stupéfait par la vue. Les créatures étaient partout, des milliers d’entre elles. Il n’avait jamais vu autant d’animaux rassemblés dans un seul endroit. Il était assis parmi eux, aussi nu que le jour de sa naissance et couvert dans un liquide collant. Une odeur médicinale piquante s’échappait de lui, qui était probablement ce qui attirait ces créatures.

Elles n’étaient pas grandes. Les plus petites ressemblaient à des écureuils et faisaient à peu près la moitié de la taille de sa paume. Les plus gros ressemblaient à des suricates et ne devaient peser que quelques kilos. Il y avait aussi des oiseaux, comme des hiboux, qui l’observaient depuis les arbres et pouvaient tourner la tête à deux cents degrés. Ils étaient un peu plus grands que son poing. Petits ou grands, ils étaient tous adorables et interagissaient paisiblement entre eux. C’était un revirement choquant par rapport à ses origines, puisque les terres désolées étaient remplies de choses vicieuses qui vous tueraient.

Il se leva et remarqua que le sol était jonché de coquilles de noix et d’enveloppes de fruits. La forêt devait être riche en nourriture. Pas étonnant qu’il y ait autant de créatures.

C’était peut-être aussi pour cela qu’ils étaient si dociles. Du moins pour le moment, il n’avait pas senti qu’ils étaient une menace. « Qu’est-ce que tu fais ?

Allez ! Va te faire foutre ! » Une fois qu’ils avaient vu qu’il n’était pas violent, plusieurs petits animaux avaient essayé de grimper sur son dos. Il tapa sur les choses floues pour les tenir à distance. « Petites merdes irritantes ! »

« Continuez à vous foutre de moi ! »

« Voyez si je ne vous prendrai pas pour le dîner ! » Vous pourriez sortir le garçon des terrains vagues, qu’il resterait leur enfant. Il était toujours aussi grossier et grognon, et les créatures des bois n’avaient jamais rencontré une bête aussi obstinée. Les créatures offensives étaient à quelques mètres assises sur leurs pattes arrières en le fixant. Cet endroit était bizarre !

La forêt était luxuriante et peuplée de plantes, dont certaines étaient chargées de fruits à l’odeur délectable. Un arbre, en particulier, attira son attention.

Il était un ancien de la forêt avec des créatures qui entraient et sortaient des trous dans son tronc. Il devait servir de maison à de nombreux animaux.

En regardant autour de lui, il vit qu’il n’y en avait pas qu’un seul. De nombreux arbres énormes étaient répartis de manière égale dans la région, chacun d’entre eux mesurant au moins 150 mètres de haut. Dix personnes ne pouvaient pas en entourer un complètement avec leurs bras tendus tout autour. Bien que la distance entre eux soit très faible, c’était la canopée qu’il trouvait la plus intrigante. La couronne de chaque arbre était parfaitement ronde et suspendue au-dessus de lui en une demi-sphère presque parfaite. Le sol était couvert d’herbe et de feuillage, mais alors qu’il écarquillait les yeux vers l’horizon, il pouvait voir des centaines de ces arbres. Ils ressemblaient presque à des champignons géants. Chacun avait la même forme, la même taille, et ils étaient régulièrement espacés… Quelle forêt naturelle avait des dispositions aussi soignées ?

Les animaux entraient et sortaient en rampant de trous qui, pour lui, ressemblaient beaucoup à de vieilles fenêtres placées dans les troncs d’arbres. Il imaginait que cet endroit aurait pu être un village il y a quelque temps, où vivaient des créatures intelligentes. Pour une raison inconnue, la société avait disparu et les animaux s’y étaient installés. Avec le temps, l’endroit était devenu une forêt.

Sa peau brûlait et démangeait encore, à cause des dommages résiduels causés par les drogues dans lesquelles il était maintenu. Il s’était gratté de façon absente, mais n’avait pas fait attention à la sensation. Au lieu de cela, il se mit à arracher quelques feuilles énormes des arbres pour se confectionner une jupe de fortune. Il dut couvrir ses petits morceaux avant que les créatures ne les prennent pour des baies.

Heureusement, les habitants du village des arbres s’étaient montrés inoffensifs. Il y avait une abondance de noix et de fruits dont ils pouvaient profiter, alors il sentit qu’il pouvait se détendre autour d’eux. Il restait cependant vigilant, car ce n’est pas parce qu’il ne sentait pas le danger tout de suite qu’il n’y avait pas de danger au coin de la rue !

Chaque fois que la pierre l’avait transporté, elle l’avait amené dans un endroit différent. La seule chose que ces destinations avaient en commun était qu’elles abritaient toutes une vie intelligente ou des lieux habituels. Mais, pour des raisons qu’il n’avait jamais pu comprendre, ils semblaient tous avoir été abandonnés pendant des milliers d’années et laissés derrière eux des ruines qui lui avaient fait imaginer ce que la vie devait être.

Là où la civilisation avait abandonné le contrôle, les animaux sauvages étaient revenus pour revendiquer leurs droits. Il était étrange, qu’il n’ait vu aucun animal carnivore, mais il devait bien y en avoir, n’est-ce pas ? Sinon, comment l’écologie pouvait-elle rester en équilibre ?

Après avoir erré pendant un certain temps, il tomba sur plusieurs os étranges éparpillés sur le sol avec des touffes de poils. La scène semblait confirmer l’hypothèse du profane : quelque chose ici était l’ennemi naturel des paisibles créatures de la forêt. Quoi qu’il en soit, il devait trouver un endroit sûr pour se cacher. Ici, sans armes et sans défense, il était un repas facile pour n’importe quel prédateur jusqu’à ce que les sédatifs se dissipent.

Pourrait-il y retourner ? Inacceptable ! Il refusait de se faire rattraper et de redevenir le rat de laboratoire de l’académicien !

« Bougez ! Allez, dégagez le passage ! »

Un flot d’animaux s’était déversé des arbres pour regarder ce nouveau venu bizarre. Ils tendaient le cou par la fenêtre, pendaient aux branches des arbres et tournaient autour de ses pieds. Partout où il regardait, tout ce qu’il voyait, c’était des têtes qui bougeaient et aucun chemin ouvert. Il était clair qu’ils ne craignaient pas l’homme, et s’il le voulait, Cloudhawk pouvait en arracher un du sol sans résistance. Il avait l’impression que s’il n’était pas prudent, il en écraserait un tas juste en essayant de marcher.

C’est alors qu’un faible pouls attira son attention.

C’était un pouls qu’il avait appris à connaître : l’énergie d’une relique. Pourrait-on en trouver une à proximité ? Lors de son précédent transfert, il en avait trouvé deux, donc en croiser une autre ici ne serait pas si étrange.

Il était nu et seul, alors peut-être que cette relique pourrait l’aider dans cette situation ! Sans y réfléchir davantage, il essaya de trouver la source de la résonance.

Elle le conduisit à un arbre différent des autres, deux fois plus grand, avec une porte assez grande pour qu’il puisse la traverser. Il en franchit le seuil sans hésitation. L’intérieur était plus spacieux qu’il ne le pensait, et plusieurs milliers de petits animaux y avaient élu domicile. Les fruits et les noix étaient rassemblés en tas comme dans un entrepôt caché… attendez, les animaux travaillent-ils ensemble pour stocker de la nourriture ?

La résonance provenait d’une des piles de nourriture. Il commença à creuser sans tenir compte du travail minutieux des créatures de la forêt, en se mettant de temps en temps une baie ou une noix dans la bouche. Elles étaient juteuses et sucrées.

Ces animaux avaient de la chance de vivre ici.

Creuser dans le tas était un processus épuisant, mais vers la moitié, il repéra la source des pulsations. Pourtant, il la regarda d’un air confus. C’était une relique ? Cet œuf d’oiseau ?

L’œuf était doré, de la taille de son poing, et rayonnait une faible lumière.

Tendrement, il le souleva de la pile avec ses deux mains, certain que la résonance provenait de lui. D’après ce qu’il avait pu voir, il semblait être fait d’or, et il y avait des lignes étranges gravées sur sa surface, probablement décoratives.

Ce qu’il ne comprenait pas, c’était quel être vivant naturel produisait des œufs de ce genre ? Il était certainement perdu, mais indépendamment de sa confusion, cette découverte était bonne pour lui.

Soudain, il sentit que quelque chose n’allait pas. Son environnement bruyant était soudain beaucoup plus calme. Lorsqu’il leva la tête pour regarder autour de lui, en tenant l’œuf dans ses mains, il remarqua qu’il faisait nuit. Les créatures de la forêt n’étaient plus fringantes ici et là mais restaient en pierre exactement là où elles se trouvaient.

« Qu’est-ce que c’est ? Ils dorment ? »

Non, elles ne dormaient pas. Alors que la lumière s’éteignait, leurs yeux changeaient, tout comme leurs corps. Ils avaient commencé à devenir plus grandes, plus imposantes et plus fortes. De petites griffes étaient devenues des poignards aiguisés et des crocs avaient jailli de leurs lèvres.

« Putain de merde ! C’est quoi ce bordel ? ! »

Il se mit à observer les silhouettes sombres qui s’étaient rassemblées autour de lui, et elles lui fixèrent les yeux rouges et brillants. Ils étaient spéciaux, ces créatures de la forêt. En plein jour, ils étaient paisibles et amicaux, mais à la nuit tombée, ils étaient entrés dans une frénésie meurtrière !

Des cris de faim et des craquements de colère s’élevaient tout autour de lui. Tout d’un coup, les joyeuses créatures amicales étaient devenues des monstres mangeurs de chair ! Sans crier gare, ils s’étaient mis à s’attaquer violemment les uns aux autres !

Un grand nombre de ces créatures folles avaient posé leurs yeux sur lui.

« Fils de… »

Il était entouré, et ils l’avaient attaqué comme une armée de fourmis. Elles étaient sur le point de l’envahir quand la pierre contre sa poitrine brilla d’une lumière et – pouf ! Cloudhawk avait disparu.

Pan !

Il toucha le sol du laboratoire. La tête qui tournait, il était retombé sur ses pieds.

Qu’est-ce qui se passait avec ces trucs ? Ça n’avait pas d’importance. Ce n’était pas le moment ! Il désespérait de découvrir qu’il était de retour à la base de Blackwater, dans les laboratoires qu’il avait tenté de fuir. Heureusement, ce n’était pas la salle des réservoirs. C’était un endroit différent.

La pierre mystique était silencieuse. Quelque chose lui disait qu’il lui faudrait un certain temps, une moitié de mois peut-être, avant de pouvoir l’utiliser à nouveau.

Alors qu’il se creusait la tête pour trouver un plan, il entendit des bruits venant de la salle. Des gardes en patrouille, pensait-il. Ils entendaient des bruits venant de l’intérieur et étaient venus enquêter.

« Qu’est-ce que c’est ? »

Deux grandes feuilles d’arbre avaient été jetées par terre. Ils savaient que de telles feuilles ne provenaient pas de la base de Blackwater. Bon sang, il n’y avait rien de tel dans les marais, ni même dans l’avant-poste du Groenland. Alors comment avaient-ils atterri ici ?

C’était tout à fait inhabituel.

Les deux gardes examinaient attentivement les feuilles quand soudain, une silhouette se jeta dessus. Elle les attrapa par la tête et les frappa ensemble, très fort. Crack ! Leurs deux crânes avaient été cabossés par l’impact.

Il n’était pas sûr qu’ils étaient vivants ou morts.

C’est à ce moment qu’il découvrit qu’il était beaucoup plus fort qu’avant. Son pouvoir s’était sensiblement amélioré après des jours de torture. Il mit les deux corps dans un coin et dépouilla l’un de son uniforme et de son arme.

Il devait trouver un moyen de sortir d’ici, sauf qu’il savait que le laboratoire était très bien gardé. Il devait y avoir aussi plusieurs des guerriers transformés de l’académicien. Il n’allait pas se battre pour sortir.

Il ne se faisait pas d’illusions sur le fait que ses chances de s’échapper étaient minces, mais même si elles étaient d’une sur un million, il devait essayer. Il prit une respiration, se calmant, car il savait que plus il céderait à la peur, plus il deviendrait irrationnel. Il devait planifier soigneusement son prochain mouvement et faire tout ce qu’il pouvait pour augmenter ses chances de survie.

Cloudhawk attrapa un des gardes et le secoua pour le réveiller.

« Où gardent-ils Hellflower ? Parlez ! »

Le garde bégaya et essaya de parler même si son cerveau était secoué, « Elle est gardée dans le secteur 2. »

Il frappa le cou du garde avec sa main, l’assommant.

Hellflower n’était pas loin. Il s’était glissé hors de la pièce, déguisé en garde, et s’était dirigé dans le couloir vers l’endroit où elle était retenue.

Même si il savait que la libérer était sans doute sans espoir, s’il trouvait un moyen de la sauver, il y aurait peut-être de l’espoir pour lui.

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Alexis
  • 🥈2. PascalW
  • 🥉 3. Yorushima
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • Alexis
  • Yorushima


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 119 – Excitation Menu Chapitre 121 – Un accord