Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 102 – Talent

Livre 2, Chapitre 102 – Talent

Le lendemain, avant que le soleil du matin ne pénètre dans la tente de la caserne…

Une forte sonnerie d’alarme résonna. Son bruit dur brisa le sommeil des stagiaires.

Les années passées dans les terres désolées, lui avait appris le sommeil léger. Le moindre changement de lumière, de température ou de son était suffisant pour le réveiller. Il fut le premier de son équipe à sortir du lit.

Oddball s’était aussi réveillé. Il avait tourné sa petite tête bouffie à gauche et à droite plusieurs fois. Ses yeux vifs s’étaient fixés sur un point à l’extérieur de la tente de la caserne. Le compagnon semblait voir quelque chose d’inhabituel, car il se mit à gazouiller furieusement.

« Qu’est-ce qui se passe ? »

Un sentiment d’inquiétude rampant l’envahit. « Couchez-vous ! »

Les autres soignaient des courbatures gagnées par des journées de dur labeur et des lits de camp inconfortables. La brume désorientante du sommeil avait rapidement disparu au cri de Cloudhawk. Bien qu’ils ne sachent pas ce qui se passe, le bruit aigu de quelque chose sifflant dans l’air était évident. L’instinct s’était manifesté, et ils s’étaient jetés à terre.

Une flèche traversa la tente en toile de jute et se planta dans l’un des lits. Elle était passée au travers, laissant un trou important derrière elle.

Ce n’était que le début. Quelques instants plus tard, des centaines d’autres flèches suivirent, toutes aussi rapides que des balles et bien plus mortelles. Les lits étaient réduits en miettes par les flèches qui traversaient leur tente comme des lasers. Des éclats de bois avaient explosé partout.

« Tout le monde, dehors ! »

Il entraîna les autres vers la sortie, se traînant à quatre pattes sur le sol. Dehors, leurs quartiers étaient entourés de plusieurs centaines de soldats armés d’arcs. Pas étonnant qu’ils aient été attaqués par tant de monde à la fois. Il y avait tout un corps d’archer ici !

S’ils n’avaient pas dormi dans leur armure, ils n’auraient pas été capables de réagir aussi rapidement. Sans l’avertissement de Cloudhawk, beaucoup de membres de son équipe se seraient réveillés avec des flèches dans les tripes. Étourdis et blessés, ils n’auraient pas eu la moindre chance.

Cela aurait été un meurtre pur et simple !

Il se leva et appela son équipe : « En formation ! »

Les autres s’étaient disposés en quatre lignes. En quelques secondes, l’escouade Tartare était au garde-à-vous.

Le soleil ne s’était pas encore levé à l’horizon. Il devait être environ quatre heures du matin. Les soldats vétérans se tenaient déjà en rangs ordonnés, les capitaines d’équipe en tête. Les assistants instructeurs de l’escouade Tartare se tenaient également à proximité. Au milieu d’eux tous se trouvait une forteresse en forme d’homme vêtue d’une armure de la tête aux pieds. C’était l’un des géants de la vallée des enfers, Dumont.

Dumont fixait les stagiaires qui étaient déjà dans leurs lignes. Les yeux de Narrows lorgnaient dubitativement à travers la fente de son casque, mais il devait admettre que cette nouvelle fournée était particulièrement vigilante.

L’un des assistants s’éloigna d’un pas rapide. Sa voix sonore résonna dans le camp : « L’armée des enfers est rassemblée. L’ordre de marche est de cinquante kilomètres d’entraînement à travers le pays. En avant ! »

Cinquante kilomètres ? Même si c’était à travers le terrain accidenté de la vallée, ça ne semblait pas si mal. Un peu difficile peut-être, c’est tout. Au commandement de l’assistant, les équipes de vétérans se mirent en position, les unes après les autres.

Cloudhawk se permit de respirer un peu. « Vous l’avez entendu. Cinquante kilomètres d’entraînement longue distance, c’est parti ! »

« Stop ! Pas encore. »

Les assistants s’étaient approchés. Ils avaient forcé les membres de l’escouade Tartare à porter des sacs lourds. Cinquante kilomètres s’étendaient devant eux. Ils couvraient la même distance que les vétérans, sauf que leur entraînement serait différent. « Votre travail consiste à transporter ce poids sur cinquante kilomètres à travers la vallée. Vous avez cinq heures – si vous ne respectez pas le délai, vous recevrez cinq coups de fouet. La moitié de votre équipe la plus lente à arriver aura trois coups de fouet. Maintenant bougez ! »

Les visages de chacun s’étaient décomposés. Ils n’étaient pas du tout préparés à ça.

Le sac sur les épaules de Cloudhawk pesait au moins plusieurs centaines de kilos. Aussi fort qu’il soit, il ne sera pas facile de traverser un terrain montagneux avec un tel poids.

L’un des assistants avait déployé son fouet, prêt à l’utiliser.

Il n’y avait rien pour lui. Cloudhawk appela les autres : « Allons-y ! Bougez-vous ! »

Les stagiaires de l’escouade Tartare serrèrent les dents et se mirent en route.

Cloudhawk découvrit rapidement que le chargement de chacun était différent. Drake, par exemple, avait un paquetage qui était au moins deux fois plus lourd que le sien. Celui de Gabriel était légèrement plus léger. D’une manière ou d’une autre, bien qu’il ne puisse pas deviner comment, les assistants savaient ce que chaque stagiaire pouvait supporter, ils leurs donnaient un sac avec un poids à leur limite supérieure. Cela rendait certainement l’entraînement plus efficace.

C’était épuisant ! Les chemins à travers la vallée ne permettaient pas non plus de se promener facilement.

S’il ne s’agissait que d’une courte distance, l’excès de poids qu’ils portaient n’aurait pas été un problème. Cependant, cinquante kilomètres étaient tout sauf une courte distance. Ils ne pouvaient pas perdre un demi-pas dans leur foulée, sinon ils le ressentiraient. Qui pourrait supporter un tel test d’endurance ? !

Mais le fait que les stagiaires soient arrivés jusqu’ici prouvait leur persévérance.

La randonnée était éreintante, mais ils avaient tous réussi. Ceux qui avaient pris du retard avaient reçu leurs trois coups de fouet, et sans un moment de repos, ils avaient reçu la prochaine série d’exercices. Ils avaient été rassemblés dans la cour d’entraînement et participaient à un régime ardu d’exercices d’entraînement militaire physique et mental.

Le déjeuner durait quinze minutes.

La nourriture était légèrement meilleure que celle qu’ils avaient dans le trou où ils avaient été jetés dans la forêt de morte, mais seulement légèrement. Il s’agissait toujours principalement d’herbes, de racines et d’insectes mutants, ce qui n’était pas un repas normal pour l’élite hautaine de Skycloud. Pourtant, ils avaient appris à l’accepter pendant leur période d’isolement. Après un exercice aussi intense, ils étaient désespérément à la recherche de tout ce qui pouvait leur donner de l’énergie. Ils auraient presque mangé des bols de merde à ce stade.

L’après-midi avait été consacrée à l’entraînement au combat.

Il était dirigé par Eckard et ses assistants. Les duels étaient organisés au hasard ou fixés entre les stagiaires et un soldat vétéran ou un assistant. Les perdants recevaient deux coups de fouet au lieu d’un dîner.

Ils n’avaient que dix minutes pour s’enfoncer un souper de bâtons et d’insectes dans la bouche. La plupart n’avaient pas pu finir.

Au moment de la nuit, les stagiaires n’étaient pas seulement fatigués. Ils étaient morts sur leurs pieds, battus à plates coutures. Certains d’entre eux étaient aussi à moitié affamés. Les escouades de vétérans avec lesquelles ils s’étaient entraînés avaient froidement mangé leurs repas et s’étaient dispersées pour se remettre de cette journée.

Leur premier jour avait-il enfin pris fin ?

Cloudhawk se préparait à emmener les autres dans leur tente nouvellement construite lorsqu’il apprit la nouvelle. L’escouade Tartare avait encore des cours théoriques prévus le soir.

Dumont en était responsable pendant l’entraînement de base. Eckard s’en chargeait pendant l’entraînement au combat. Les cours théoriques étaient organisés par Natessa.

Avant même que les stagiaires ne sachent ce qu’ils faisaient, une feuille de test leur était tendue dans les mains. Les yeux s’écarquillaient lorsqu’ils en examinaient le contenu : entretien des reliques, théorie des armes, identification des bêtes mutantes, techniques de survie, techniques d’assassinat, simulations tactiques, gestion des troupes, et ainsi de suite. Il y avait des douzaines de questions auxquelles ils ne pouvaient même pas commencer à répondre, ce qui les avait laissés abasourdis.

« Merde, je ne suis pas un chasseur de démons. Comment suis-je censé comprendre quoi que ce soit aux reliques ? »

« Je n’ai jamais vu plus de deux créatures mutantes de toute ma vie. Qu’est-ce que j’y connais ? »

« J’ai vécu toute ma vie dans les domaines. Il n’y a aucune chance que je connaisse les armes que les blasphémateurs utilisent. Elles sont interdites ! C’est une violation de la loi que d’essayer de répondre à ces questions ! »

Natessa était assise calmement et silencieusement devant eux, les yeux fermés. Elle était comme une sculpture d’une sainte déesse. Deux heures et demie plus tard, ses yeux s’étaient ouverts et avaient dit ce qu’ils attendaient tous. « Rendez vos copies ! »

Les examens avaient été rassemblés, et ses assistants s’étaient mis au travail.

Le test avait un total de cent points. Quiconque obtenait moins de quatre-vingt-dix points était battu, ce qui était une triste nouvelle pour les membres de l’escouade Tartare. Bien qu’ils aient tous pu répondre à quelques questions, personne n’était capable de dépasser cette marge.

90 putains de points ! Mais à quoi ils pensaient ?

Un tiers d’entre elles était des questions à réponse complète sans aucun indice concernant les réponses. Se fier aux choix multiples n’était pas une option, donc obtenir un score de passage était pratiquement impossible.

Mais, tout le monde avait compris ce que l’instructeur voulait faire. Les soldats normaux ne comprenaient pas les techniques des chasseurs de démons, mais les chasseurs de démons, oui. Les chasseurs de démons n’avait pas de connaissances pointues dans l’art de la guerre, mais les soldats oui.

Les techniques de survie, les tactiques, les formations… il y avait probablement une poignée de personnes dans le groupe qui connaissaient une chose ou deux. Pour réussir le test, ils devaient se réunir et partager leurs connaissances. Le but du test était de découvrir ce qui leur manquait et de se tourner vers les autres pour obtenir des réponses. Ensemble, ils étudieraient, et ensemble, ils pourraient réussir.

Les scores avaient été rapidement comptabilisés. On avait vraiment l’impression d’être jugé devant les portes de l’enfer.

« Gabriel. Quarante-trois pour cent ! »

« Caspian Black, quarante-cinq pour cent ! »

« Drake Thane, cinquante et un pour cent ! »

« Felina Cole, cinquante-quatre pour cent ! »

La classe avait écouté la lecture des noms et des scores, espérant qu’il y aurait quelqu’un avec un score élevé sur lequel ils pourraient compter. Peut-être qu’au prochain test, ils pourraient réussir avec un peu d’aide. Cependant, la plupart des stagiaires se situaient quelque part dans les 40 %. L’espoir avait commencé à s’estomper. Si personne n’arrivait en tête, alors où étaient-ils censés trouver de l’aide ?

« Claudia Lunae, soixante-dix-huit pour cent ! »

Les yeux des étudiants s’étaient illuminés.

Soixante-dix-huit pour cent n’était rien de moins qu’incroyable. Ce n’était pas une note de passage, bien sûr, mais c’était bien mieux que tous les autres. Il y avait de l’espoir !

Les coins de la bouche de Claudia s’étaient légèrement relevés. Elle était une fille chérie de la famille Claudia, et elle avait soif de connaissance depuis qu’elle était enfant. Par chance, son père était un marchand avec une grande portée et des poches profondes, donc elle n’avait jamais manqué de matériel de lecture. Si elle n’avait pas passé ses premières années à ruminer toutes sortes de faits sans importance, elle serait probablement devenue une bien meilleure chasseuse de démons.

Le score de Cloudhawk n’avait pas encore été lu. Claudia avait hâte de le découvrir. Après tout, il était né dans les terres désolées. Il connaissait à peine l’alphabet, et encore moins les questions théoriques plus compliquées.

Peu importait le nombre de combats qu’il avait gagnés. L’apprentissage des livres n’était définitivement pas son point fort. Mais combien de points obtiendrait-il ? Dix ? Peut-être vingt ? Bon sang, peut-être juste un bon gros zéro ! L’idée qu’il doive venir la voir, la queue entre les jambes, pour lui demander de l’aide, remplissait son cœur d’une joie sadique. Ce serait une douce vengeance.

Elle se promit discrètement qu’elle ne l’aiderait pas, même s’il suppliait.

« Cloudhawk… »

Son cœur commença à s’emballer. Le moment était venu.

« Cloudhawk… »

Jusqu’à présent, l’assistant chargé de la lecture des notes avait été calme et serein. Maintenant, il semblait être bloqué sur le nom du gars. Il avait louché sur la feuille plusieurs fois pour s’assurer qu’elle était correcte. Claudia avait dû glousser pour elle-même. Son score devait être si terrible que l’assistant ne pouvait pas le croire.

Elle n’était pas seule. Tout le reste de l’équipe Tartare retenait son souffle, attendant l’occasion de lever le nez sur lui.

« Cloudhawk… » Il a dit le nom une troisième fois et puis… « Cent pour cent ! »

Ça les avait frappés comme un tremblement de terre, un tremblement de terre enveloppé d’une explosion. Et pas seulement les étudiants. Natessa était abasourdie par la révélation. Comment quelqu’un – n’importe qui – pouvait-il obtenir la note maximale ? D’un geste, elle appela l’assistant et lui prit l’examen des mains. Elle regarda la feuille de haut en bas. Son visage passa progressivement de l’irritation à l’incrédulité, puis à la stupéfaction.

Il avait vraiment écrit les réponses. Elles étaient justes !

Une analyse tactique solide, une compréhension claire des fonctions des reliques… certains de ses concepts de combat étaient même assez nouveaux. Natessa devait admettre que ce qu’il avait écrit était de première qualité. Il était impossible que les assistants conspirent pour lui donner les réponses, surtout pas devant son visage, mais c’était évident même en regardant le papier. Tout était là dans sa tête.

Natessa plia le papier et le garda avec elle. Elle s’assiérait et l’examinerait de plus près quand elle en aurait l’occasion. Il y avait certaines idées qu’elle voulait explorer plus en détail. Elle continua : « Pas mal. Les autres, mettez-vous en position pour vos coups de fouet. »

Le choc fut tout simplement écrasant pour Claudia.

Personne ne le connaissait comme elle le connaissait. Ce sauvage… comment était-ce possible ? Son espèce n’était-elle pas analphabète ? Elle refusait d’accepter qu’il soit capable de faire mieux qu’elle !

Quant aux autres, ils avaient commencé à le regarder d’un œil nouveau. Il n’y avait plus de dédain ou de gêne. Maintenant, ils le regardaient comme s’il était plus qu’humain. C’était un sauveur !

Cloudhawk s’étira paresseusement le dos comme si cela n’avait rien d’extraordinaire. Il resta ensuite assis et prit plaisir à regarder les autres recevoir leurs coups de fouet.

Vraiment, il ne savait pas comment il faisait. Cela sortait tout simplement de lui, des choses qu’il ne comprenait même pas complètement. La seule explication qui lui venait à l’esprit était le crâne et le savoir qu’il en avait hérité. L’ancien maître de la pierre de phase était très ancien. Répondre à ces questions élémentaires aurait été la chose la plus simple du monde.

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Alexis
  • 🥈2. PascalW
  • 🥉 3. Yorushima
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • Alexis
  • Yorushima


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 101 – La caserne Menu Chapitre 103 – Appelle-moi boss