Chroniques des Dieux Déchus | The Godsfall Chronicles | 陨神记
A+ a-
Chapitre 101 – La caserne

Livre 2, Chapitre 101 – La caserne

Deux assistants instructeurs conduisirent les étudiants et deux équipes de vétérans vers la zone désignée. Là, ils avaient commencé à expliquer les règles de la vallée des enfers.

« Un. Obéir à tout ordre qui vous est donné par le personnel militaire. »

« Deux. Pas de fraternisation entre les sexes. »

« Trois. Ne contredisez pas vos supérieurs. Adhérez à la loi militaire. »

« Tout le reste est écrit ici. Je ne vais pas le répéter. Assurez-vous de vous familiariser. » L’un des assistants lança impatiemment un volume vers Cloudhawk. « N’oubliez pas que vous êtes le capitaine ici. Ils vous suivent, et cela signifie qu’ils sont sous votre responsabilité. Tout éloge ou punition vous incombe aussi. »

C’était des conneries. Cloudhawk pouvait à peine se gérer lui-même, et encore moins les autres. Comment était-il censé s’assurer que les règles soient respectées ?

« Vous n’êtes pas là pour vivre une expérience agréable. N’oubliez pas ça. » L’assistant sembla penser à quelque chose, puis reporta son attention sur Cloudhawk. « A partir de maintenant et jusqu’à votre départ, chacun de vous fait partie d’une unité militaire spéciale. Vous vous entraînerez avec d’autres équipes et vous les rejoindrez en mission. Vous devriez donner un nom à votre équipe. »

« Tartare. Que dites-vous de ça ? »

Cloudhawk s’était tout de suite fixé sur ce nom, un hommage à son époque dans les terres désolées.

« À toi de voir. Si tu veux appeler ton équipe les « merdeux de chiens », alors c’est comme ça qu’on va vous appeler. Très bien, c’est ici que vous allez poser vos têtes pour le moment. »

Une série de camps de fortune avaient été construits parmi les ruines de l’avant-poste. Vu d’en haut, on pouvait voir que l’endroit s’était transformé en un village de tentes. Les autres officiers militaires avaient disposé leurs tentes en cercle autour de l’équipe Tartare, qui était stationnée dans ses propres baraquements en toile de jute.

L’assistant ne donna pas plus d’explications. Il était impatient de partir.

« Attendez ! » Quelqu’un appela de la foule. Claudia s’avança avec une expression de mécontentement. « Nous dormons dans la même tente que les hommes ? »

Environ un quart de leur équipe était composé de jeunes femmes. Elle exprimait toutes leurs préoccupations. Étaient-elles censées s’entasser dans la même tente, manger et dormir ensemble ?

« Qui vous a dit de parler ? Êtes-vous le capitaine ? Qu’est-ce qui vous fait croire que vous avez le droit d’ouvrir votre putain de bouche ? » L’assistant lui lança un regard noir. « Sors d’ici. Deux coups de fouet ! »

Plusieurs soldats s’avancèrent pour l’attraper. Cloudhawk était sur le point de jubiler quand il sentit qu’on lui arrachait les mains dans le dos.

Les deux assistants avaient sorti leurs fouets et avaient rapidement donné deux coups chacun. Chacun d’entre eux lui mordait la peau, plus sauvage qu’un coup d’épée. Cloudhawk avait déjà échappé à plusieurs reprises à une raclée, pour en subir une maintenant.

« Putain, pourquoi vous me frappez ? ! »

« Tu es puni pour avoir échoué à maintenir la discipline de ton équipe. » Les yeux froids de l’homme se tournèrent vers les autres. « Rappelez-vous, nous n’avons rien à foutre de l’équipement que vous avez entre les jambes. Si vous m’embêtez encore avec cette merde de bébé, vous nous supplierez de vous donner seulement deux coups de fouet ! Maintenant, on se casse d’ici. »

Les stagiaires échangèrent des regards silencieux. Les assistants et les soldats étaient partis.

Les mains dans les poches, Gabriel s’approcha de Cloudhawk et lui demanda comment il allait. Le sauvage s’était relevé d’un bond. Ce n’était que deux coups de fouet, après tout. Mais ces deux coups lui avaient ôté tout sens de l’accomplissement. S’il avait su ce que signifiait être capitaine, il n’aurait pas accepté.

A cause de Claudia, Cloudhawk dut subir la piqûre de leurs fouets. Elle n’avait montré aucun signe de regret quand elle avait regardé dans sa direction ou quoi que ce soit qui ressemble à des excuses. Elle l’avait juste fixé.

Cloudhawk étouffa un rire.

« Pourquoi tu ris ? »

« As-tu besoin de demander ? Toi, évidemment ! » Claudia était sur le point de se jeter sur lui, alors il leva les mains pour l’arrêter. « Arrête ça. Tu sais que tu ne peux pas me battre, et c’est contraire aux règles militaires. La prochaine fois, ce ne sera pas seulement deux coups de fouet, et tu le sais. Que ça te plaise ou non, on est colocataires pour quelques années. Tu ne peux pas montrer un peu de respect à ton supérieur ? »

Les mains de Claudia étaient recroquevillées en poings blancs, et son froncement de sourcils creusait des sillons profonds dans son visage. Mais elle n’avait dit aucun mot et s’était dirigée vers la caserne.

Cloudhawk marmonnait en partant : « Tu sais, tu me rappelles une amie. La reine… tu ne lui arrives pas à la cheville, bien sûr. Seulement, tu es peut-être encore plus têtue. Je ne pense pas avoir rencontré quelqu’un de plus têtu que toi. »

« Assez ! Qu’est-ce qui est si bien chez ton amie, hein ? Ne me compare pas à elle ! »

Claudia ouvrit la porte de la tente et entra d’un pas lourd.

Gabriel s’était approché avec un sourire en coin. « Celle-là, c’est sûr qu’elle veut te voir mort. Tu n’es même pas un peu inquiet ? »

« Si elle veut essayer de me tuer, elle le fera en face de moi. Je n’ai pas peur. » Cloudhawk épargna un regard pour l’homme aux cheveux blonds et son timide sourire en coin. « En fait, c’est toi qui m’inquiètes. Je sais ce que tu peux faire, et ce que tu caches. »

Gabriel haussa les épaules. « Frost voulait ta mort », avait-il dit impuissant. « Je ne l’aimais pas beaucoup, mais Naberius et moi nous sommes pris d’affection pour toi. Comme je ne retournerai pas à Skycloud de toute façon, j’ai choisi d’abandonner la mission. Sincèrement. »

L’intérieur de la caserne était plus grand qu’il n’y paraissait de l’extérieur. Il y avait assez de lits pour un peloton militaire standard. Trente personnes ne le remplissaient pas, il y avait donc beaucoup d’espace pour jouer des coudes. Avec cet espace supplémentaire, ils avaient choisi de diviser la tente en deux : les hommes à gauche et les femmes à droite. L’espace central où ils devaient se laver devait être partagé. D’une part, il n’y avait pas beaucoup d’eau, et d’autre part, aucune des salles de bain n’était privée.

En tout cas, c’était le mieux qu’il pouvait faire pour les femmes de son équipe, et elles appréciaient ses efforts. Quelques-unes avaient demandé à Claudia comment elle l’avait connu et d’où il venait. Elle gardait un visage vide et ne répondait pas.

Tous les autres avaient continué à ignorer Cloudhawk.

Il n’y avait pas de raison. La plupart des stagiaires étaient issus de la noblesse ou de familles militaires. Une famille aussi prolifique que les Lunae avait des membres qui étaient gouverneurs, officiers, ou bien occupaient d’autres postes élevés. Les nobles sous la tente avaient une vingtaine d’années en moyenne. Quelques-uns étaient plus jeunes. Pour avoir autant de talent à un si jeune âge, ils étaient certainement l’avenir du domaine de Skycloud. En tant que tels, pourquoi se soumettraient-ils à quelqu’un comme lui ?

Il était de basse naissance et sans nom parmi l’élite. À part Claudia, personne n’avait jamais entendu parler de lui, jusqu’à présent. C’était aussi le plus jeune d’entre eux. Qu’il soit nommé capitaine était complètement inattendu. Il serait étrange que ces Élyséens hautains choisissent de le suivre.

« Hey, Cloudhawk, tu ne vas pas faire quelque chose ? » Drake retira sa lourde armure et partagea un mot avec lui. Sa voix était encore rauque. Il semblait que la blessure que Cloudhawk lui avait infligée n’était pas encore entièrement guérie. Mais, il devait admettre qu’il ne comprenait pas vraiment. Faire quoi ?

Drake se pencha et murmura, « Les gens ici sont tous des nobles ou des gens avec du talent. Fais-en des compagnons d’armes, des frères et sœurs du champ de bataille. Sois leur chef. Si tu le fais bien, cela t’aidera à long terme ! Après tout, tout le monde ici va faire de grandes choses quand nous quitterons cet endroit. Ne gaspille pas l’opportunité de créer un réseau ! »

Drake était plutôt direct, et sa logique était solide.

Mais Cloudhawk bâillait et maintenait son attitude désintéressée. Il était sans ambition, du genre à suivre le courant. On pourrait peut-être même le considérer comme une cause désespérée. Il n’avait aucun intérêt à écrire une légende pour lui-même ou à accomplir de grandes actions. Il n’avait certainement pas envie d’être une sorte de héros. Un réseau ne signifiait rien pour lui. C’est pourquoi il ne s’inquiétait pas d’offenser quelqu’un.

Mais… Si Drake voulait qu’il dise quelques choses, alors il pouvait le faire.

« Très bien tout le monde, écoutez. »

« Puisqu’aucun d’entre vous ne pouvait faire mieux, ils ont fait de moi le capitaine de notre équipe. Vous pouvez tous continuer à chercher des moyens de me faire tomber. Tous ceux qui veulent essayer peuvent le faire. Bon sang, je l’encourage. Mais, si je donne un ordre et que vous décidez de ne pas le suivre, ou si vous essayez de m’emmerder, je ne vais pas laisser passer ça. Vous entendez ce que je dis ? »

Drake était mortifié. Ce n’était pas ce qu’il avait en tête.

Il suppliait pratiquement les gens de le défier, il les menaçait même. Il devait réfléchir à quel genre de personnes étaient ces stagiaires. Ses menaces allaient seulement les mettre en colère.

« Assez de conneries. En tant que votre capitaine, je vais donner mon premier ordre, alors écoutez bien. » Cloudhawk retira ses bottes et s’appuya sur son lit. Il portait toujours son armure, et son épée reposait lâchement dans sa main. « À partir de maintenant, vous gardez vos vêtements quand vous dormez. Vos armes ne vous quitteront plus. »

« C’est tellement inconfortable ! » Une femme au visage de bébé et à la queue de cheval lui gémit dessus. « Qui es-tu pour nous dire comment dormir ? »

« Ouais ! » Un homme efféminé et maigre s’était joint aux plaintes. Il cria d’une voix de canard douloureuse. « Tu fais de la microgestion. »

Tout le monde semblait perplexe face à sa décision.

« Vous voulez que je vous dise pourquoi ? » Cloudhawk leur répondit en soufflant : « Parce que moi, votre capitaine, je déteste dormir. Je déteste particulièrement dormir dans des lits. Et si je n’aime pas ça, alors aucun de vous n’aime ça. C’est aussi simple que cela. Quiconque n’est pas d’accord viole la loi militaire. Gabby va prendre des noms pour que les assistants sachent qui fouetter demain matin. Vous, là. La tapette. Vous avez vu ce que je peux faire. Vous voulez tenter votre chance ? »

« Qui tu traites de tapette ? » s’écria la tapette.

Cloudhawk entendit le bourdonnement d’une relique avant de voir des gouttes d’eau commencer à se rassembler autour de l’homme frêle. Chacune était de la taille d’un ongle, mais il y en avait vingt à trente au total. Chacune était infusée de pouvoir et était sûre de frapper avec la force d’une balle.

Gabriel roula des yeux. Il ne savait pas ce qu’il allait faire de Cloudhawk et de son attitude.

« Tout le monde, écoutez ! » Drake n’en pouvait plus d’entendre ça. Il se leva. « Le point de vue de Cloudhawk est que nous devons être prêts à tout et à tout moment. Nous devons être capables de répondre à toute menace. Je suis un soldat. J’ai été à la tête de huit cents hommes et je sais comment on traite les nouvelles recrues. Nous serons rassemblés à tout moment, et vous savez maintenant comment ils traitent les traînards ici. Mieux vaut être sûr que désolé. »

L’homme efféminé était silencieux, mais les gouttelettes d’eau continuaient à tourner autour de son corps.

« Caspian Black, montre-moi un peu de respect. »

« Hmph. » L’androgyne appelé Caspian roula des yeux. « Pour toi, non. Mais, je vais montrer mon respect pour la famille Thane. »

Il agita dédaigneusement la main. Les gouttes d’eau éclaboussèrent le sol.

Sauf qu’elles ne l’avaient pas fait. À la surprise générale, les gouttelettes avaient rebondi comme des balles en caoutchouc à un demi-mètre du sol. Elles avaient sautillé pendant un petit moment avant de se fondre dans une piscine.

Les autres stagiaires avaient jeté des regards bizarres. Quel étrange pouvoir. Il était manifestement un chasseur de démons de type eau.

Cloudhawk lui avait à peine jeté un coup d’œil, mais à l’intérieur, son esprit s’était mis à tournoyer. « Merde… putain de chochotte. »

Gabriel bailla théâtralement. « Ça suffit comme ça. Dors, on y va. »

Claudia n’avait aucun respect pour Cloudhawk ou ses ordres mais les suivait tout de même. Elle s’allongea docilement sur le lit, entièrement vêtue, avec son arme à proximité. Elle s’appuya sur le lit de camp dur et étira ses jambes.

Alors qu’elle s’apprêtait à fermer les yeux, une voix douce lui chuchota à l’oreille : « Claudia… qui est ce type ? Vous semblez avoir une histoire tous les deux. »

La fille semblait avoir environ seize ans, l’une des plus jeunes. Elle avait un visage de bébé, était mince et avait une queue de cheval de chaque côté de sa tête. Ses grands yeux et ses traits innocents la faisaient paraître tout à fait inoffensive. Mais à Skycloud, on la surnommait « chaton démoniaque ». Sous son apparence adorable se cachait une personne capable de tuer sans ciller ses grands yeux magnifiques. Claudia n’avait aucun intérêt à se rapprocher d’elle. Elle était déjà trop proche pour être confortable.

« Il n’est pas bon. Mieux vaut le laisser tranquille. »

« Oh… »

Felina cligna lentement ses grands yeux en fixant Cloudhawk avec curiosité.

Cloudhawk ne faisait pas attention à elle ni à personne d’autre. Il était allongé sur son lit de camp, les mains croisées derrière la tête et une jambe croisée sur l’autre.

Il avait maintenant Drake et Gabriel dans son coin. Ensemble, ils seraient capables de gérer tout ce qui n’était pas un maître chasseur de démons. En tant que tel, personne n’allait faire un geste inconsidéré. Ils n’allaient pas gagner un combat. Rester à l’écart des problèmes et en rester là, voilà ce à quoi tout le monde pensait.

Les lèvres de Felina se transformèrent en un doux sourire. « C’est vraiment un type intéressant. »

Vu son apparence, elle supposa qu’il avait peut-être quelques années de plus. En réalité, ils avaient à peu près le même âge.

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Alexis
  • 🥈2. PascalW
  • 🥉 3. Yorushima
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • Alexis
  • Yorushima


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 100 – Qui d’autres ? Menu Chapitre 102 – Talent