Vision Transcendante | Tranxending Vision | 超品透视
A+ a-
Chapitre 89 – L’attaque des belles jambes

Tôt le lendemain matin, Xia Lei et Liang Si-Yao s’étaient rendus à la parcelle numéro treize après le petit déjeuner. Dans la voiture, Liang Si-Yao téléphona pour appeler les travailleurs qu’elle avait recrutés dans les écoles techniques afin de les rassembler.

« Si-Yao, notre usine n’a pas encore été construite. Pourquoi leur dis-tu de se rassembler ? », dit Xia Lei.

« Ce sont tes employés, tu dois donc les rencontrer. De plus, il devrait y avoir un plan de construction pour l’usine, non ? Si on demande à une société d’architecte de nous le faire, cela coûtera de l’argent. Ces travailleurs n’ont de toute façon rien à faire. Qu’ils nous présentent un plan de construction et nous pourrons faire des économies. »

Xia Lei rit : « Ce sont des étudiants en sciences et en ingénierie, pas en architecture. Peuvent-ils concevoir un plan pour une usine ? »

« Ils ne peuvent certainement pas faire quelque chose de trop compliqué, mais nous ne demandons pas grand-chose. Selon la nature de notre entreprise, je pense que nous n’aurons besoin que d’ateliers, de dortoirs, d’une cantine et d’un immeuble de bureaux. Ce ne sont que des constructions simples. Je pense qu’ils peuvent le faire », déclara Liang Si-Yao.

Xia Lei réfléchit un peu et déclara : « En fait, j’ai une idée à laquelle je pense depuis un certain temps et c’est de ne pas construire une structure en briques, ce serait trop long à réaliser. Nous pouvons utiliser de nouveaux matériaux de construction pour les bureaux et les dortoirs, et des tôles d’acier et de fer galvanisé pour les ateliers. La construction ne prendra pas plus d’un mois si nous faisons cela. »

« Tu as donc déjà un plan. Nous sommes donc sur la même longueur d’onde. Faisons comme tu l’as dit, faisons tout construire le plus vite possible. », dit Liang Si-Yao en souriant.

Ils parlèrent et bavardèrent tant qu’ils arrivèrent à la parcelle numéro treize avant de s’en rendre compte.

Xia Lei vit plus de dix jeunes avant de sortir de la voiture. Le groupe était composé de garçons et de filles et plusieurs scooters électriques étaient garés à côté d’eux. On aurait dit qu’ils étaient venus sur ces scooters électriques. En ville, les scooters électriques arrivaient toujours à destination avant les voitures.

« Ce sont les étudiants que vous avez recrutés à l’institut technique », demanda Xia Lei.

« Mm. Ce sont tous les derniers diplômés et camarades de classe. L’usine sera plus animée à les voir tous travailler ensemble », déclara Liang Si-Yao.

« Allons jeter un coup d’oeil. »

Xia Lei se dirigea avec la jeune fille vers le groupe de nouveaux venus.

Quelqu’un repéra Xia Lei et Liang Si-Yao dit : « La Grande Sœur Liang est ici. »

Le groupe de jeunes cessa de bavarder et s’avança. Ils saluèrent Liang Si-Yao un par un et se  montrèrent très aimables. Certains avaient aussi salué Xia Lei, mais avaient abandonné parce qu’ils ne savaient pas qui il était. Un certain nombre d’entre eux regardaient aussi Xia Lei de haut en bas, essayant de deviner son identité.

« Mes amis, laissez-moi vous présenter. L’homme à côté de moi est le président de la Manufacture du Cheval Fracassant, le président Xia Lei. Notre président Xia est également le meilleur machiniste et ingénieur soudeur de notre pays. Il peut utiliser des tours normaux pour traiter des pièces de haute précision qui, autrement, ne pourraient être importées que d’Europe et d’Amérique. Il est sans égal dans ce domaine en Chine. »

Les jeunes avaient été enthousiasmés d’entendre cela et crièrent « Président ! Président ! » encore et encore. Ils n’avaient pas caché leur adoration pour lui. Ils s’étaient tous comportés comme s’ils rencontraient une célébrité.

« Wow, notre président Xia est si jeune et si beau ! », dit doucement une fille à son ami.

« Usinage manuel de pièces de haute précision ? C’est de la bombe. J’aimerais être aussi incroyable que le président Xia », dit un gars.

Xia Lei ne semblait pas extérieurement ému par leurs paroles. Il sourit en les saluant, serrant les mains une par une.

Xia Lei savait bien que l’une des raisons pour lesquelles ces personnes étaient prêtes à rejoindre la Manufacture du Cheval Fracassant, encore à construire, était leur admiration pour ses compétences. Une autre raison aurait pu être la beauté de Liang Si-Yao. De nombreux jeunes hommes étaient prêts à travailler dans une entreprise parce qu’ils pouvaient y voir leur déesse.

« Quand commençons-nous officiellement à travailler, Président Xia ? »

Une jeune fille à lunettes se tenait devant Xia Lei. Elle avait l’air un peu nerveuse et son visage pâle rougissait légèrement.

« Dans un mois tout au plus. Nous vous avons tous réunis aujourd’hui pour vous faire participer au processus de construction. J’aimerais que vous conceviez un plan pour l’atelier. Pouvez-vous  faire cela ? », dit Xia Lei.

La fille à lunettes s’apprêtait à dire : « Nous sommes des étudiants en sciences et en ingénierie », mais elle s’était finalement retenue.

Les autres n’avaient pas non plus osé s’exprimer.

« Je sais ce que vous avez étudié, mais la conception de machines et l’industrie de la construction ne sont pas si différentes. Nous construisons un bâtiment pour la fabrication de machines et le traitement des pièces et nous n’avons pas besoin de conceptions complexes de bâtiments comme celles des industries chimiques. Nous n’avons besoin que d’un simple atelier, de dortoirs, d’un immeuble de bureaux et d’une cantine. Je prévois d’utiliser de nouveaux matériaux de construction et des tôles galvanisées. Je crois que vous pouvez le faire. », dit Xia Lei en souriant.

Liang Si-Yao ajouta : « Vous ferez également de la paperasserie dans l’immeuble de bureaux et vivrez dans les dortoirs. Ne voulez-vous pas pouvoir concevoir vos propres bureaux et dortoirs ? »

La jeune fille à lunettes rassembla son courage et dit : « Je vais essayer. »

« Moi aussi », un accord fut vite trouvé.

Xia Lei regarda la jeune fille à lunettes et lui demanda gentiment : « Quel est ton nom ? »

« Je m’appelle Guan Ling-Shan », répondit la fille à lunettes.

Elle semblait être perpétuellement timide.

« Tu seras donc la responsable de cette affaire », dit Xia Lei.

« Moi ? »

La petite bouche de Guan Ling-Shan s’ouvrit avec étonnement.

« Oui, toi. As-tu confiance en toi ? » demanda Xia Lei.

Guan Ling-Shan hocha la tête très fortement : « Oui, Président Xia, je vais certainement réussir. »

Xia Lei regarda ensuite un garçon et sourit : « Quel est ton nom ? En quoi es-tu le plus doué ? »

Le garçon était plutôt spirituel, il sourit tout en disant : « Je m’appelle Yin Hao, Président Xia. Je me suis spécialisé en conception électrique. »

« Pas mal. La compagnie fera appel à ta spécialité à l’avenir et tu auras l’occasion de montrer tes compétences », déclara Xia Lei.

Yin Hao fit un signe de tête : « Merci, Président Xia. »

Xia Lei demanda les noms et les spécialités de chacun séparément. Il était gentil et facile à vivre – pas du tout comme un patron traditionnel.

Après avoir discuté un peu avec le dernier jeune nommé Han Bo, Xia Lei reprit la parole : « Je crois que vous pouvez voir que je ne suis pas beaucoup plus âgé que vous. Nous sommes un groupe très jeune et notre entreprise est également une entreprise en plein essor. Croyez en moi et croyez en vous. Nous allons sûrement construire une grande entreprise sur ce terrain ! »

Les jeunes souriaient, leurs yeux étaient également pleins d’espoir et d’anticipation.

En effet, le groupe hétéroclite d’employés de la Manufacture du Cheval Fracassant devant lui ne devait probablement pas avoir une moyenne d’âge supérieure à 24 ans. C’était un groupe très jeune, plein de vigueur et d’énergie, ainsi que de passion et d’enthousiasme pour l’avenir. Personne ne pouvait prédire quel genre d’entreprise Xia Lei allait construire avec ce jeune groupe, mais leur avenir était porteur de beaucoup d’attentes.

« Président Xia, je vais chercher des outils de mesure pour mesurer notre terrain maintenant, puis commencer à élaborer les plans. Je vous le remettrai dans trois jours. »

Guan Ling-Shan semblait impatiente de commencer.

« Bien sûr, n’hésitez pas à m’appeler si vous avez besoin de quoi que ce soit », déclara Xia Lei.

« Nous irons aussi vous aider », dit Yin Hao.

« Allez, allez », dit Xia Lei.

Les jeunes partirent sur leurs scooters électriques.

Ils étaient tous fraîchement diplômés et pleins d’espoir pour l’avenir. Xia Lei leur avait donné une opportunité d’exprimer leur créativité et beaucoup de place pour l’imagination. Cela leur suffisait. Ils ne se souciaient pas que Xia Lei conduise une voiture de fabrication locale d’une valeur de quelque 10 000 yuans et ne se souciaient pas non plus qu’ils n’aient temporairement que 500 yuan par mois de frais de subsistance. Seuls de jeunes diplômés comme eux, qui n’avaient pas encore intégré la société, seraient comme ça. S’il s’agissait de vieux roublards qui avaient travaillé pendant des années, ils ne regarderaient même pas une petite entreprise comme la Manufacture du Cheval Fracassant, et même s’ils y adhéraient, ils auraient des exigences pour ceci et cela.

Xia Lei regarda les jeunes partir sur leurs scooters électriques et soupira : « Ils sont géniaux ».

« J’ai délibérément évité de recourir aux sociétés de recrutement. Ces gens ne pensent qu’à la marge de profit pour eux-mêmes et non pour l’entreprise. Ces jeunes diplômés, eux, n’ont peut-être pas d’expérience, mais qui a une expérience professionnelle dès le départ ? Leur donner une chance, c’est aussi nous donner une chance à nous », déclara Liang Si-Yao.

« Bien dit. Merci pour tout ce que tu as fait. », dit Xia Lei en souriant.

« C’est tout ? »

Liang Si-Yao regarda Xia Lei d’un air enjoué : « Tu dois aussi manifester tes remerciements ? »

« Qu’est-ce que tu veux ? », demanda Xia Lei.

« Allons d’abord à l’entreprise de matériaux de construction et commandons nos matériaux. Tu pourras m’inviter chez toi plus tard et m’offrir un bon repas, d’accord ? », dit Liang Si-Yao. 

Elle voulait vraiment voir à quoi ressemblait l’appartement de Xia Lei. Elle avait été interrompue par Jiang Ru-Yi la dernière fois, elle voulait une invitation formelle de Xia Lei cette fois-ci.

Xia Lei s’était mis à rire : « Qu’est-ce que ça veut dire ? Bien sûr, allons-y. Nous allons d’abord aller à l’entreprise de matériaux de construction. »

« Mm, puis au supermarché pour faire les courses. Je veux gouter à tes côtes de porc aigre-douce, prenons aussi du maïs au miel, du poisson et des aubergines… Oh, et des fruits de mer. »

Liang Si-Yao avait déjà commencé à commander des plats.

Xia Lei sourit avec ironie : « Tu n’as pas peur de grossir après avoir autant mangé ? »

Liang Si-Yao haussa les épaules : « Pourquoi ? Ta cuisine est-elle vraiment si délicieuse ? »

« Très bien, très bien, je vais cuisiner tout ce que tu veux. Es-tu satisfaite maintenant ? »

Xia Lei se retourna et se dirigea vers le bord de la route.

Liang Si-Yao avait soudainement donné une claque sur la nuque de Xia Lei.

Sentant une brise à l’arrière de son cou, Xia Lei s’était avancé et esquiva l’attaque furtive de Liang Si-Yao juste à temps.

Liang Si-Yao fit un pas en avant et sa jambe blanche, semblable à du jade, jaillit de sous sa jupe courte, exécutant un coup de pied visant l’entrejambe de Xia Lei.

Celui-ci pressa ses genoux pour emprisonner la belle jambe de jade.

Liang Si-Yao essaya vainement de retirer sa jambe. Son mollet pâle, sa cuisse pâle et sa culotte en dentelle noire étaient visibles sous sa jupe de bureau courte. Inutile de préciser que cette position paraissait extrêmement aguicheuse.

Un homme avec les jambes jointes et une femme avec la jambe tendue dans un coup de pied – cela donnait une scène à la fois particulière et excitante.

La vision de Xia Lei était normale, mais la vue soudaine de la culotte en dentelle noire l’avait fait changer. Son œil s’était tordu de façon incontrôlable et un paysage magnifique et mature entra dans sa vision. Il fut immédiatement stupéfait – oups…

« Ha ! »

Liang Si-Yao poussa un cri clair et son poing atterrit sur la poitrine de Xia Lei.

Un coup de poing retentit. Xia Lei fut frappé et rejeté en arrière. Une douleur intense l’avait secoué. Il toussa avec douleur.

Liang Si-Yao s’était avancée pour l’aider à se relever, avant de lui demander avec inquiétude : « Est-ce que ça va ? Tu aurais pu largement éviter cela. Pourquoi ne l’as-tu pas fait ?

Xia Lei répondit un peu nerveusement : « Euh… Tu es allé trop vite. »

Après une pause, il détourna son attention de Liang Si-Yao.

« Au fait, pourrais-tu éviter de faire ce genre d’attaques furtives à l’avenir ? »

Liang Si-Yao secoua obstinément la tête.

« Non, je ne peux pas. Tu ne pratiques pas les arts martiaux depuis longtemps. Si je ne te supervise pas et ne t’entraîne pas, quand nous vaincras-tu, mon père et moi ? »

« Pourquoi dois-je vous vaincre, toi et ton père ? »

« Parce que c’est ta tâche. »

Xia Lei était sans voix.

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. PascalW
  • 🥈2. j
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • j


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 88 – Apprentissage des vraies formes Menu Chapitre 90 – L’anniversaire de mon entreprise