Le Système Technologique d’un Etudiant Hors Pair | Scholar's Advanced Technological System | 学霸的黑科技系统
A+ a-
Chapitre 34-Ne pas accorder d’importance à l’argent 

Lu Zhou était légèrement choqué. Il sortit son téléphone et vit que Mme Yang lui avait effectivement envoyé un message. 

[Professeur Lu, mes excuses. J’ai une réunion au bureau et je ne peux pas rentrer. Il pourrait être dix heures jusqu’à ce que je revienne. Je vous paierai le double de votre salaire pour votre dérangement. J’espère que vous pourrez me pardonner.] 

Double salaire … 

Ce qui veut dire 400 yuans l’heure? 

Lu Zhou prit une grande respiration en pensant : “Madame, ne soyez pas polie. Vous n’avez même pas besoin de revenir ce soir !” 

Il savait évidemment que cela n’arriverait pas. 

Han Mengqi passa sa tête hors de la cuisine, regarda Lu Zhou et demanda: “Tu manges du poulet ou du bœuf aromatisé … Il n’y a que des sandwichs dans le frigo … Cette femme a fermé la porte pour qu’on ne puisse pas commander de nourriture.” 

Lu Zhou regarda les sandwiches surgelés dans sa main et ne put s’empêcher de demander, “Tu manges ça pour le dîner ?” 

“Y a-t-il un problème?” demanda Han Mengqi. Elle s’en fichait complètement. 

Bien sûr qu’il y a un problème! 

Lu Zhou soupira. Il se leva du sofa et se dirigea vers la cuisine. 

Han Mengqi demanda d’un air suspicieux: “Mais que fais-tu?” Elle fit un pas en arrière. 

“Je vais faire à manger.” 

“Vous pouvez cuisiner?” demanda Han Mengqi. Elle fixait Lu Zhou les yeux grands ouverts, comme si elle ne le croyait pas. 

Lu Ran sourit et dit: “Ouais, tu penses que je suis pareil que toi”? 

Han Mengqi leva le menton douloureusement et demanda : “Qu’est-ce que tu insinues ?” 

“Rien du tout … Si vous n’avez rien à faire, allez lire ce que j’ai écrit dans le salon, ça vous servira” dit Lu Zhou en rinçant le bocal. Il ne tourna même pas la tête. 

Cette famille n’avait pas cuisiné depuis si longtemps qu’il y avait une couche de poussière sur le dessus de la casserole. Lu Zhou dut la laver plusieurs fois afin de bien la nettoyer. 

À part les sandwichs, le réfrigérateur avait étonnamment aussi de la nourriture fraîche. Comme Han Mengqi le disait, c’était à “cette femme” de faire des salades. 

“Je vais faire frire du chou et des poitrines de poulet avec du chili. C’est deux plats juste là. Je vais faire cuire deux tasses de riz. Si c’est trop, je mangerai plus.” 

Lu Zhou se lava les mains et plaça la planche sur le comptoir de la cuisine. Il utilisa ses mains expérimentées et hacha la nourriture. Les poitrines de poulet étaient légèrement encombrantes et il fallait d’abord les faire bouillir dans l’eau. La température ne devait pas être trop élevée, sinon la viande deviendrait résistante, la rendant difficile à mâcher. 

Cependant, ce n’était pas un problème pour Lu Zhou. 

Pendant le temps où sa mère était malade, il cuisinait presque quotidiennement pour sa famille. Bien qu’il n’ait pas été dans une cuisine depuis deux ans, il n’avait toujours pas oublié ce qu’il avait appris. 

Han Mengqi s’assit sur le canapé du salon et écouta les bruits de hachage qui provenaient de la cuisine. Elle regarda le résumé que Lu Zhou lui avait écrit et fut si contrariée qu’elle ne put se concentrer. 

Après un moment, la porte de la cuisine s’ouvrit. L’odeur de la nourriture plongea dans ses narines. 

Le nez de Han Mengqi trembla. Sa bouche se mit à s’humidifier et son ventre gronda. 

La voix de Lu Zhou l’appela.

“Viens manger si tu as faim. Ajoute le riz toi-même.”

Han Mengqi voulait dire quelques mots. Elle regarda les manuels de révision sur la table basse, puis sur la nourriture sur la table. Au final, elle décida de ne pas dire ces mots inappropriés. Au lieu de cela, elle murmura: “D’accord” et entra dans la salle de bain. 

Les gens connaissaient généralement la différence entre les bonnes intentions et les intentions malveillantes. 

Han Mengqi se lava les mains et se servit un demi-bol de riz. Elle s’assit en face de Lu Zhou. 

Elle regarda les plats cuisinés à la maison et hésita. Elle attrapa un morceau de chou avec ses baguettes et regarda soudainement Lu Zhou avec suspicion: “Tu n’as rien mis de bizarre là-dedans, hein ?” 

Lu Zhou l’entendit et faillit s’étrangler avec son riz. Il leva la tête pour regarder fixement la gonzesse avant de dire: “Es-tu folle ? Je le mange aussi.” 

Han Mengqi rougit. Elle réalisa à quel point sa question était stupide. Elle ne voulait pas admettre sa stupidité et s’entêta à dire : “N’y a-t-il pas une drogue où si tu la manges d’abord, tu es insensible au poison …” 

Lu Zhou dit impoliment : ” Tu dois être stupide à force de trop regarder la télévision. Ne le mange pas si tu ne veux pas. Va manger tes sandwiches.” 

Han Mengqi tira la langue et ne dit rien puisqu’elle continua à manger. 

Tout en mangeant, les deux n’échangèrent pas un seul mot. 

Ils mangèrent lentement. Lu Zhou finit de manger son riz et était sur le point de se lever, mais quand il vit Han Mengqi aller à la cuisine et se servir un autre bol de riz, il fut surpris. 

N’est-ce pas son troisième bol? 

Pourquoi cette canaille en mange autant? 

Lu Zhou regarda son minuscule corps incrédule. Elle n’avait pas l’air d’être capable de manger beaucoup. 

Peut-être ajoutait-elle un peu de riz à chaque fois? 

Lu Zhou s’approcha du réchaud à riz, l’ouvrit et fut instantanément choqué. 

Il n’y a plus rien? 

Lu Zhou regarda de retour Han Mengqi qui mangeait férocement. 

“Pourquoi… Tu me regardes ?” demanda Han Mengqi. Elle remarqua que Lu Zhou la regardait fixement et se sentit gênée. Elle avala la nourriture dans sa bouche et demanda : “Et si je t’en donnais un peu ?” 

“Non, merci … Tu es toujours en train de grandir, tu devrais manger davantage,” dit Lu Zhou en hochant la tête. Il plaça ensuite les couverts et les bols dans l’évier. 

Il était sur le point de finir de ranger la cuisine quand Han Mengqi entra avec son bol vide et regarda en direction de Lu Zhou pour s’exciter: “Et si je faisais la vaisselle ?”

Ce type travaillait trop dur au point que même elle était embarrassée. 

“C’est bon. Laisse-la là, c’est tout. Va profiter de ce temps pour étudier dans le salon,” dit Lu Zhou. Il fit la vaisselle et ne tourna même pas la tête. 

Encore étudier ?! 

Han Mengqi fit une drôle de grimace derrière le dos de Lu Zhou avant de se retourner et de marcher vers le salon. 

Lu Zhou finit de nettoyer la cuisine et retourna dans le salon. Il sourit en son for intérieur en voyant la créature lire ce qu’il avait écrit. Il s’assit à côté d’elle et lui demanda: “Comment c’est ? Tu peux comprendre ?” 

“Ouais… C’est trop facile.” 

“Facile? Tu as foiré pas mal de ces questions faciles,” dit Lu Zhou. Il sortit un précédent sujet d’examen et dit: “Par exemple, cette question. Elle vous demandait de déterminer la relation entre la ligne et le cercle en fonction de l’équation. D’après ce que je vois, c’était des points gratuits.”

Han Mengqi faisait la moue et se disputait: “Tu es déjà à l’université, bien sûr que c’est facile pour toi.”

“Vraiment? Je n’ai pas appris ce genre de choses à l’université Je n’ai pas touché à ce genre de question depuis un an. Je viens juste de le lire cet après-midi” répondit Lu Zhou en souriant. 

“Eh bien, c’est mon niveau en mathématiques. Fais ce que tu veux,” dit Han Mengqi. Elle abandonna, s’appuya contre le canapé et croisa les jambes. 

“Je pense que je peux encore t’aider,” dit Lu Zhou. 

“Tu n’as pas besoin de me réconforter. Je connais ma propre situation. Je n’ai pratiquement pas étudié le semestre dernier “, dit Han Mengqi, le visage sans expression, en croisant les bras. 

Lu Zhou sourit et répondit: “Tu n’as même pas le courage d’essayer?” 

“N’essaye pas de m’attirer avec ça.”

Ah … 

Il ne s’attendait pas du tout à ce qu’elle comprenne son plan. 

L’atmosphère se calma de nouveau. Han Mengqi jouait avec son téléphone. Elle ne savait pas pourquoi elle ne s’enfermait pas à nouveau dans sa chambre. Cependant, elle ne dit pas un mot à Lu Zhou. 

Le ciel devint graduellement sombre et Lu Zhou alluma les lumières du salon. 

Il réalisa à ce moment qu’avoir une grande maison n’était pas une bonne chose. 

Plus il y avait de gens, mieux c’était. C’était plutôt vide si on était seul. La maison sombre et vide semblait pouvoir aspirer l’âme de quelqu’un. 

Lu Zhou prit un livre dans les étagères et s’assit sur le canapé du salon en se mettant à lire silencieusement. 

Han Mengqi jouait sur son téléphone quand elle le regarda secrètement et murmura doucement. 

“Merci.”

“Quoi?” demanda Lu Zhou. Il tourna légèrement son visage vers elle et la regarda d’un air confus. 

“Ta cuisine … était très bonne,” dit Han Mengqi d’un ton rigide en regardant son téléphone. 

“C’est très simple… Ta mère ne les a jamais cuisinés pour toi ?” demanda Lu Zhou. 

L’expression de Han Mengqi était froide tandis qu’elle se renfrogna: “Elle … elle ne cuisine pas … Je la vois à peine” 

Pas étonnant qu’elle ait autant mangé. Elle n’avait probablement pas mangé de repas maison depuis longtemps! 

Lu Zhou pensait que ses talents de cuisinier s’étaient améliorés, mais il s’avérait qu’il avait mal compris. 

“Et ton père?”

Lu Zhou regretta instantanément d’avoir posé cette question car la réponse était évidente. 

“Il est en procès avec ma mère, mais cela devrait se terminer bientôt”, a dit Han Mengqi, le visage encore sans expression, alors qu’elle se blottit contre sa jambe, assise sur le canapé… 

Lu Zhou s’étouffa légèrement. Il ne savait pas pourquoi, mais en la voyant ainsi, il se sentait sympathique envers elle. 

Han Mengqi regarda droit devant lui et dit soudainement. 

“….à l’avenir, tu pourrais encore cuisiner pour moi ?”

Lu Zhou réfléchit un moment et dit: “Si tu étudies bien, je réfléchirai.”

“… Ouah, des conditions. Nul,” Avait répondu Han Mengqi avant de tourner la tête. 

Lu Zhou dit : “Si ta mère pense que je fais un mauvais travail, elle peut me virer, non ?”

“Il n’y a pas de solution à ça. Cette femme adore forcer d’autres personnes à faire des choses”, dit Han Mengqi. Elle baissa la tête et serra ses genoux contre elle en disant : “Je vais essayer de travailler dur, mais sans garantie”. 

“Ok,” dit Lu Zhou en souriant, “alors on s’en contentera.” 

Les deux discutèrent du travail à l’école. La tension était élevée au début mais elle devint rapidement relaxante. 

Il était environ onze heures lorsque le bruit d’une voiture retentit en bas des escaliers. 

Peu de temps après, la porte d’entrée s’ouvrit. Mme Yang arriva finalement à la maison. 

Han Mengqi regarda silencieusement sa mère et ne dit rien. Elle retourna dans sa chambre. 

Le visage de la femme resta le même comme d’habitude. Elle regarda les manuels et les résumés sur la table à café. Ses sourcils se détendirent et elle s’inclina légèrement devant Lu Zhou. Elle dit d’une voix fatiguée en s’excusant mentalement: “Je suis vraiment désolée d’avoir pris plus de temps pour attendre … Et si je te ramenais chez toi ?” 

“Pas besoin, je peux juste appeler un DiDi,” dit Lu Zhou en agitant la main. Il sourit et dit : “Restez à la maison avec votre fille. Elle a encore besoin de beaucoup de travail pour construire ses bases en mathématiques. Je lui ai donné un plan d’étude. Si elle passe du temps à l’étudier, je crois qu’elle peut rattraper son retard.” 

“Merci, Professeur Lu. Je lui rappellerai,” dit Mme Yang avec un sourire en hochant la tête. 

“Pas de problème. Je m’en vais. Oh oui, vous devriez communiquer plus. Je veux dire, en ce qui concerne les études. Après tout, on ne peut pas se précipiter pour étudier. Ça créera un effet contraire si vous la poussez trop fort. C’est mieux de la laisser trouver son propre rythme pour résoudre ses problèmes.” 

Mme Yang proposa à nouveau de ramener Lu Zhou chez lui, mais Lu Zhou refusa quand même. Il prit l’ascenseur et appela un taxi DiDi.

Après qu’il soit monté dans la voiture, Mme Yang utilisa WeChat Pay et envoya l’argent sur le téléphone de Lu Zhou. 

Les cinq premières heures étaient de 200 par heure, les cinq dernières étaient de 400 par heure, cela revenait à 3000 yuans. 

Il regarda le salaire de 3000 yuans et ne put s’empêcher de penser. 

Les gens riches n’accordent que peu d’importance à l’argent … 

Il n’avait que 3000 dans son compte en banque et il avait instantanément doublé son compte en banque. 

Sans les cours d’été où il devait aller, il travaillerait ici tous les jours …


Cliquez ici pour soutenir Popolato et lire en avant-première les chapitres suivants

Merci à tous pour votre soutien, essentiel pour la continuité du projet. Bonne lecture!

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Cindy
  • 🥈2. Romain
  • 🥉 3. JOSEPH
  • 4. PascalW
  • 5. Lawliet
  • 6. Meifumado
  • 7. Morris
  • 8. Hichiri
  • 9. Cesar
  • 10. Thezwhd4210
🎗 Tipeurs récents
  • Cesar
  • Meifumado
  • Hichiri
  • Cindy
  • JOSEPH
  • Lawliet
  • Romain
  • Morris
  • PascalW
  • Thezwhd4210


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 33-Cafard têtu  Menu Chapitre 35-Je suis un bon support