Le Monde des Arts Martiaux | Martial World | 武极天下
A+ a-
Chapitre 334 — Les trésors cachés de la Lune Montante

Devant les silhouettes fuyantes de Lin Ming et de Lan Yi, Zhuang Fan se tourna vers Lin Wanshan et lui dit : — Lin Ming a eu seize ans cette année, n’est-ce pas ?

     — Hum… il va avoir l’âge de se fiancer.

Comme le voulaient les traditions du Royaume du Grand Avenir, un homme devenait adulte lors de son seizième anniversaire, moment à partir duquel il pouvait s’engager auprès d’une femme avant de l’épouser une fois ses dix-huit ans révolus.

Ceci ne s’appliquait néanmoins pas nécessairement aux artistes martiaux, pour qui il n’était pas surprenant d’être encore célibataire à cent ans passés. S’agissant de Lin Ming, Lin Wanshan ignorait tout de ses projets. Il ne savait même pas s’il avait l’intention de se marier.

Pourtant, un seul mot de sa part suffisait d’ordinaire à déterminer qui un des jeunes de la Famille Lin aurait à épouser, quiconque s’opposant à son choix et à sa volonté se voyant exclure de la famille. Mais pour quelque chose d’aussi important que le mariage de Lin Ming, il n’avait tout simplement pas son mot à dire. Le choix appartenait à Lin Ming et à lui seul.

Zhuang Fan soupira en secouant la tête. Il venait de mettre le sujet du mariage de Lin Ming sur la table avec Lin Wanshan, mais le jeune dragon n’était certainement pas destiné à devenir son beau-fils. La Famille Zhuang n’était tout simplement pas en mesure d’aligner une prétendante digne de lui. De toute manière, l’ensemble des grandes familles de la capitale devaient déjà avoir leurs yeux braqués sur lui. Au moindre signe d’intérêt de la part de Lin Ming, ces familles s’empresseraient d’aligner leurs filles pour les lui ‟offrir” les unes après les autres, peu importe que ce soit seulement en qualité de concubines.

La tente de Lin Ming se dressait au centre du campement. L’aménagement intérieur, quoique des plus simples, n’en était pas moins confortable. Un solide lit de camp en bois recouvert de draps en cotons occupait une bonne partie de l’espace.

Lin Ming invita Lan Yi à s’y asseoir.

     — Je m’appelle Zhou Xinyu, Monsieur Lin. Lan Yi est simplement un surnom qu’on me donnait dans mon enfance… La jeune femme ne lui avait pas donné son vrai nom pour dissimuler son identité autant que possible. Mais puisqu’elle s’apprêtait à lui demander quelque chose, un effort d’honnêteté s’avérait indispensable.

     — Zhou Xinyu… répéta Lin Ming à demi-voix en fouillant dans sa mémoire. Il y avait bien une fille avec ce nom sur les listes du programme d’entraînement conjoint de l’Île du Phénix Divin. C’était l’un des cinquante talents du rang humain. — Mademoiselle Zhou est une disciple de la Lune Montante ?

La jeune femme hésita un instant, avant d’acquiescer d’un signe de tête. Elle n’avait plus aucune raison de cacher son identité. Et de toute manière, ce n’était pas difficile à deviner.

     — Excusez-moi d’aborder ce sujet douloureux, Mademoiselle Zhou, mais pourriez-vous me dire qui est responsable de la destruction de votre secte ? Lin Ming employa un ton aussi doux et bienveillant que possible en lui servant une tasse de thé, de sorte à ne pas aggraver ses blessures.

Un air de haine mêlée de chagrin apparut aussitôt dans les yeux de Zhou Xinyu à l’évocation de la destruction de sa secte. Elle se souvenait encore trop bien de ce jour sanglant lors duquel son maître avait connu une mort tragique.

     — C’était tous des maîtres Xuandan. Il y en avait sept au total, lâcha-t-elle les dents serrées.

De toute la secte de la Lune Montante, seul le Premier Aîné était parvenu à approcher le Xuandan, sans pour autant l’atteindre pleinement. Ainsi, même avec plusieurs dizaines de maîtres Xiantian, ils furent bien incapables d’empêcher le carnage de ces sept forces de la nature – dont l’un se trouvait au milieu du Xuandan.

Le cœur de Lin Ming s’assombrit. Face à un groupe de tueurs pareil, les Sept Profondes Vallées auraient connu un destin tout aussi tragique, et des sectes comme la Montagne du Paon ou le Nuage Descendant auraient subi des pertes considérables.

Laissant échapper un long soupir, Lin Ming reprit : — Et de quoi vouliez-vous discuter avec moi, Mademoiselle Zhou ?

     — Hum… eh bien, je… j’aimerais rejoindre l’Île du Phénix Divin. Je voulais savoir si Monsieur Lin accepterait de me recommander. Je souhaiterais simplement avoir une chance d’étudier les méthodes de cultivation principales du Phénix Divin. Vous n’imaginez pas à quel point je vous en serais reconnaissante. 

D’abord embarrassée, Zhou Xinyu finit par formuler sa requête de but en blanc. Elle pensait d’abord essayer de sympathiser avec Lin Ming pour amener sa demande petit à petit, mais vu la situation, cela n’aurait servi à rien de tourner autour du pot.

     — Vous voulez étudier les méthodes de cultivation principales du Phénix Divin ? répéta Lin Ming en fronçant les sourcils. Il aurait pu facilement l’aider s’il s’agissait simplement de l’introduire auprès de la secte. Avec ses capacités, rejoindre l’Île du Phénix Divin n’aurait pas été un problème pour Zhou Xinyu.

Quant à la recommander pour l’étude des méthodes de cultivations principales, il n’était pas ici en mesure de faire quoi que ce soit.

L’Île du Phénix Divin possédait deux manuels primordiaux, les Chroniques Divines Interdites de l’Oiseau Vermillon et le Code Spectral du Luan Bleu. C’était là leur héritage de l’ancien Clan Phénix. 

Leur valeur était tout simplement inestimable. En conséquence de quoi ces deux méthodes de cultivation étaient uniquement transmises aux disciples principaux. Les disciples ordinaires devaient eux se contenter d’un simple aperçu. Même Lin Ling, qui n’appartenait pas encore officiellement à la secte, n’avait reçu que le premier échelon des Chroniques Divines Interdites de l’Oiseau Vermillon. Pourtant, Mu Qianyu n’avait pas hésité à lui demander de s’engager sur son cœur des arts martiaux à ne rien révéler à quiconque.

Tout simplement pour préserver les nombreux secrets et mystères que renfermaient les Chroniques Divines Interdites de l’Oiseau Vermillon et le Code Spectral du Luan Bleu. En tant que l’héritage de l’ancien Clan Phénix, on racontait que celui qui parviendrait à les maîtriser jusqu’au royaume le plus élevé obtiendrait un corps pareil à celui du phénix, capable de renaître dans un nirvana de flammes, immortel et indestructible.

Un héritage antique aussi précieux attisait naturellement toutes les convoitises, et ce malgré les nombreux passages manquants.

Si les Chroniques Divines Interdites de l’Oiseau Vermillon et le Code Spectral du Luan Bleu étaient difficiles à cultiver pour quiconque ne possédant pas le sang de l’Oiseau Vermillon ou du Luan Bleu, cela ne voulait pas dire que c’était impossible pour autant. Un artiste martial rompu aux arts démoniaques avait un jour enlevé une Sainte de l’île pour lui voler son Yin Primordial et cultiver les Chroniques Divines Interdites de l’Oiseau Vermillon avec elle, plongeant l’Île du Phénix Divin dans une des crises les plus graves de son histoire. Mais cette lourde erreur leur avait servi de leçon, et depuis lors, les Aînés de la secte contrôlaient rigoureusement ces secrets.

     — Je suis désolé, je ne peux pas vous aider, répondit abruptement Lin Ming. Les méthodes de cultivation principales de l’Île du Phénix Divin ne sont transmises qu’aux disciples principaux. Si vous parvenez à obtenir ce statut, vous n’aurez tout simplement pas besoin de mon aide pour les étudier.

Décontenancée par cette réponse, Zhou Xinyu sentit la déception l’envahir. Disciple principale… avec son talent, elle n’irait pas plus loin que ‟disciple de cercle extérieur.” Elle n’avait aucune chance de se mesurer aux disciples de cercle intérieur de l’Île du Phénix Divin, et encore moins aux disciples principaux.

Obnubilée par la vengeance qu’elle devait à son maître et à sa secte, Zhou Xinyu demanda avec désespoir : — Les disciples de cercle intérieur n’ont pas accès aux méthodes de cultivation principales ?

     — Non, répondit Lin Ming en secouant la tête. Ils n’ont accès qu’aux premiers échelons. Les Aînés de l’Île du Phénix Divin sont particulièrement stricts dans la transmission de leurs méthodes de cultivation principales. Je suis désolé, mais je ne suis tout simplement pas en mesure de vous aider…

     — Monsieur Lin… je… Zhou Xinyu affichait une expression implorante, mais les mots venaient sans qu’elle puisse les prononcer. 

Elle pensait à la base lui offrir des Pilules Ouverture du Paradis en échange de son aide. Mais cela lui semblait désormais bien inutile. Lin Ming n’en manquait pas. D’après ce qu’elle avait entendu, il en détenait même déjà trois. Sans compter qu’il en obtiendrait sans doute davantage une fois arrivé au Houtian.

Un disciple principal de l’Île du Phénix Divin recevait probablement un traitement similaire au sien. Dans ces conditions, échanger une poignée de Pilules Ouverture du Paradis contre le même statut apparaissait bien naïf.

Zhou Xinyu était bien consciente qu’elle ne pourrait pas dépasser le statut de disciple de cercle intérieur avec son talent. Elle n’aurait donc jamais aucune chance d’étudier la version complète des méthodes de cultivation principales et de prendre pied dans le domaine Xuandan.

Allait-elle vraiment devoir mettre ‟ça” en jeu ?

Elle parviendrait sans doute à l’échanger contre une place de disciple principale si elle le donnait à Mu Qianyu… mais était-elle prête à payer ce prix ?

Le trésor qui avait survécu à la destruction de la Lune Montante représentait l’espoir de son maître, ainsi que l’espoir d’une résurrection future de leur secte.

Sans lui, elle pouvait bien devenir disciple principale de l’Île du Phénix Divin et étudier les méthodes de cultivation principales, elle ne réussirait pas à atteindre le Xuandan.

D’un autre côté, le garder pour elle revenait à faire une croix sur le Xuandan puisqu’elle ne pourrait pas mettre la main sur une méthode de cultivation de haut niveau. Et si elle n’atteignait pas le Xuandan, elle ne serait jamais en mesure de venger son maître et de reconstruire la Lune Montante.

Toutes ces pensées la tiraillaient…

     — Je vous ai dérangé pour rien, Monsieur Lin. Excusez-moi. Et avec un sourire discret, Zhou Xinyu quitta la tente en silence.

Alors qu’elle partait, Lin Ming l’observa de dos et, relâchant les épaules dans un soupir, il déclara après un bref moment d’hésitation : — J’en toucherai deux mots à Mademoiselle Mu de l’Île du Phénix Divin. Mais je ne vous garantis rien. La décision lui appartient…

Zhou Xinyu sentit son cœur s’alléger d’un seul coup. 

     — Merci Monsieur Lin ! Votre gentillesse sera à jamais gravée dans mon esprit.

La jeune femme le remercia encore, puis elle s’en alla tandis que Lin Ming secouait la tête avec émotion. La route d’un artiste martial était semée de passions et d’embûches. Des talents comme Zhou Xinyu passaient pour des dieux auprès de simples mortels, mais en réalité, il leur fallait payer un prix considérable pour espérer atteindre un jour le Xuandan.

Pour obtenir quelques ressources, un artiste martial ordinaire était prêt à s’aventurer sur des terres regorgeant de bêtes féroces et de dangers, soit prêt à risquer sa vie pour une poignée de matériaux précieux. D’une autre manière, les naïves et jolies jeunes filles qui rejoignaient la Faction Acacia des Sept Profondes Vallées étaient prêtes à tout pour atteindre la Condensation de l’Impulsion et allonger leur vie de quelques décennies, jusqu’à échanger leur virginité pour s’affranchir du poids des années. Et tous ces grands talents que le reste du monde observait avec envie, pour s’élever dans les cieux, ceux-là n’avaient pas d’autre choix que de saisir chaque occasion qui se présentait à eux, quand bien même ce serait la dernière…

La voie des arts martiaux semblait rayonnante et attractive, mais une fois que vous vous y engagiez, elle se révélait pleine d’épines et de dangers.

Zhou Xinyu était animée par sa volonté de venger son maître et son désir de reconstruire sa secte. Sa volonté était en tout point digne du respect de Lin Ming. Cependant, ce dernier ne pouvait guère faire plus qu’évoquer le sujet auprès de Mu Qianyu ; il ne pouvait pas l’aider concrètement.

Évacuant ces pensées de son esprit, Lin Ming referma les auvents de sa tente avant de sortir un anneau spatial. Cet anneau spatial était celui de Bi Luo. Lin Ming le lui avait pris après l’avoir tué, mais il n’avait pas encore eu le temps de fouiller à l’intérieur.

Bi Luo possédait un statut limité au sein des Sept Profondes Vallées. Lin Ming n’avait donc pas grand espoir d’y trouver quoi que ce soit de véritablement précieux. Mais puisqu’il n’avait rien à perdre et tout a gagner, il entreprit de sortir les objets les uns après les autres.

Il y avait plusieurs trésors du degré humain de grade intermédiaire, ainsi qu’une poignée d’épées et d’armures du degré humain de grade supérieur. À cela s’ajoutaient des bouteilles de pilules utiles à la cultivation d’un artiste martial Houtian, un peu plus de mille pierres de véritable énergie et quelques feuillets de jade.

Les objets tels que les armures flexibles ne lui servaient à rien. Pour Lin Ming, ces trésors étaient tout juste bons à être offerts. Les pilules de cultivation ne valaient pas beaucoup plus, mais elles pourraient peut-être lui servir, d’autant plus qu’elles avaient probablement été remises à Bi Luo par Ouyang Boyan. S’agissant des pierres de véritable énergie, c’était toujours ça de pris.

Après ce premier tri, Lin Ming entreprit de jeter un rapide coup d’œil aux feuillets de jade. Alors qu’il parcourait les documents avec ses sens, il fut rapidement surpris parce qu’il découvrit.

Hum ? On dirait une technique secrète auxiliaire du degré terrestre de grade intermédiaire ?

Les techniques secrètes représentaient généralement l’identité d’une secte, en plus de composer son héritage. C’était par exemple le cas des Chroniques Divines Interdites de l’Oiseau Vermillon pour l’Île du Phénix Divin, ou le Pouvoir Divin Acacia pour la Faction Acacia, qui n’étaient pas directement associées à un grade.

Mais il existait une autre catégorie de techniques secrètes qui n’étaient plus liées à aucune secte et qui s’étaient par conséquent vues attribuer un grade. Un feuillet de jade avec une méthode de cultivation du degré terrestre de grade intermédiaire équivalait à un bon trésor du degré terrestre de grade intermédiaire en termes de valeur.

Le ‟Poing Briseur d’Os Déchirant le Corps” que Lin Ming avait étudié à la Maison Martiale des Sept Véritables était à l’origine une compétence martiale incomplète du degré terrestre de grade intermédiaire. Ce qui ne l’avait pas empêché d’en extraire des principes abstraits d’une grande profondeur. Ainsi, même d’une valeur inférieure, une technique secrète auxiliaire du degré terrestre de grade intermédiaire n’en restait pas moins immensément précieuse. À elle seule, elle valait bien deux Pilules Ouverture du Paradis.

Ce Bi Luoil comptait probablement échanger cette technique contre deux Pilules Ouverture du Paradis une fois arrivé au sommet du Houtian. Dire qu’il s’imaginait déjà au Xiantianquelle ambition !

Lin Ming ne s’attendait pas à trouver un trésor aussi précieux dans les biens de Bi Luo.

Le jeune homme n’était pourtant pas au bout de ses surprises… Alors qu’il parcourait le contenu de la méthode de cultivation, il sentit son cœur bondir dans sa poitrine. C’était un jeu de techniques de camouflage et de dissimulation !

Voilà donc pourquoi Bi Luo était aussi doué en changement d’apparence et en déguisement !

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Fleadly
  • 🥈2. Guillaume
  • 🥉 3. Lionel
  • 4. Léo
  • 5. Alexis
  • 6. Cesar
  • 7. Noa
  • 8. Ba-Soma
  • 9. PascalW
  • 10. OyaTec_Suko-??
  • 11. Thomas
  • 12. Paredes
  • 13. Kyshin
  • 14. Wakou
  • 15. David
  • 16. Martin
  • 17. enzo
  • 18. Maxime
  • 19. matsu 1
  • 20. Zovan
  • 21. Cédric
  • 22. Ronan
  • 23. 94macadam
🎗 Tipeurs récents
  • David
  • Kyshin
  • Maxime
  • OyaTec_Suko-??
  • enzo
  • Noa
  • Zovan
  • Fleadly
  • Paredes
  • Ba-Soma
  • Cesar
  • matsu 1
  • Ronan
  • Lionel
  • Thomas
  • Cédric
  • Martin
  • 94macadam
  • guillaume
  • Wakou
  • Alexis
  • Guillaume
  • Léo
  • PascalW


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 333 — La requête de Lan Yi Menu Chapitre 335 — Technique de dissimulation