Le Monde des Arts Martiaux | Martial World | 武极天下
A+ a-
Chapitre 238 — Jiang Lanjian

« Ce gamin est sans doute invincible en dessous de la Condensation de l’Impulsion, mais il se ferait piétiner par n’importe quel maître au-delà », commenta nonchalamment l’artiste martial aux habits noirs. Il s’appelait Jiang Lanjian, un descendant direct de Jiang Yu, le fondateur de la Faction des Épéistes. C’était également le deuxième génie des disciples directs de sa faction, juste après Jiang Baoyun.

Jiang Lanjian se trouvait déjà au sommet de la Condensation de l’Impulsion et était considéré comme l’un des meilleurs disciples des Sept Profondes Vallées.

« Il n’y a rien que le vent de mon épée ne puisse réduire à néant, continua-t-il. La vie, l’obsession, les démons du cœur, les attaques psychiques et même le pouvoir du tonnerre, rien ne peut résister à ma lame. Il pourrait avoir mon niveau de cultivation qu’il n’aurait aucune chance face à moi !

Triompher de son adversaire en l’écrasant avec sa force d’âme n’a rien d’honorable. Cela ne fonctionne qu’une période, passé un certain niveau, cela ne sert plus à rien. Développer ce genre de techniques n’est finalement qu’une perte de temps qui limitera cet artiste martial dans le futur. »

Jiang Lanjian exposa calmement son point de vue à l’homme à la tunique violette qui se tenait devant lui. Celui-ci se mit à rire à gorge déployée. Il appréciait Jiang Lanjian pour sa vision précise du monde qui l’entourait, et parce que ses analyses des capacités, des styles de combats et d’entraînement s’avéraient presque toujours exactes… Le souverain de la Faction des Épéistes lui-même le consultait fréquemment pour connaître son avis sur tel ou tel sujet.

« De toute manière, depuis quand les disciples des trente-six pays pourraient-ils rivaliser avec toi ? Qu’ils essaient déjà d’atteindre le top cent et ils auront de quoi être contents. Si l’un d’entre eux se hisse parmi les cinquante premiers, ce sera le plus bel hommage qu’il puisse offrir à ses ancêtres. Quant aux attaques psychiques, bien qu’il y ait des manières plus honorables de remporter un combat, elles valent toujours mieux que certaines méthodes peu orthodoxes. »

Jian Lanjian resta silencieux. Une capacité décente valait mieux que rien pour un artiste martial des trente-six pays, qu’importe qu’il ne suive pas la voie la plus noble.

« Allons-nous-en, la Faction Acacia déteste se faire humilier plus que n’importe quoi d’autre. Ouyang Zifeng cherchera sûrement à venger son petit frère. Ce gamin vient de se mettre dans un sacré pétrin. »

Pendant que Lin Ming affrontait Ouyang Ziyun, Long Yun avait eu le temps de boire du Lait Pierre de Sang pour restaurer sa vitalité sanguine. Il avait eu le temps de récupérer juste à temps pour assister à l’issue du combat.

Un sentiment complexe l’envahit en apprenant que Lin Ming venait d’un des trente-six pays. Les seize familles de cultivateurs martiaux possédaient elles aussi leur fierté, d’une part pour les abondantes ressources dont elles disposaient, et d’autre part pour leur indépendance et leur héritage pluriséculaire. Long Yun était un incroyable génie de la Famille Long, et pourtant, aujourd’hui, il venait de se faire éclipser par un jeune talent du Royaume du Grand Avenir. C’était d’autant plus dur à accepter que la cultivation de Lin Ming était inférieure à la sienne.

« Merci. Je m’appelle Long Yun, premier descendant de la trente et unième génération de la Famille Long », dit-il en s’avançant, les poings serrés en signe de remerciement.

Les disciples des anciennes familles de cultivateurs martiaux se présentaient généralement en indiquant la génération à laquelle ils appartenaient. C’était une manière de mettre en avant la grandeur de leur héritage. Pour ne pas retarder leur cultivation, la plupart des artistes martiaux attendaient trente ou quarante ans avant d’avoir des enfants. Ainsi, pour qu’une famille comporte trente et une générations, il fallait qu’elle existe depuis au moins un millénaire.

« Lin Ming, du Royaume du Grand Avenir. » Lin Ming se présenta formellement à son tour, avant de regagner sa place et de s’asseoir. Qin Xingxuan lui tendit gentiment un bol rempli de bouillon. Sa victoire à l’instant lui paraissait parfaitement naturelle. Ling Sen aurait lui aussi triomphé sans difficulté de ce Ouyang Ziyun.

Long Yun remarqua alors qu’elle était au milieu du Façonnage Osseux. Un tel niveau de cultivation – mis en perspective avec son jeune âge et son apparence charmante – le laissa sans voix.

Cette jeune fille ne devait pas avoir plus de quinze ou seize ans. Possédait-elle aussi un talent élevé ?

À moins qu’elle ait eu une chance incroyable lors d’une aventure, cela signifiait qu’elle détenait probablement un talent martial de grade six.

Venait-elle également du Royaume du Grand Avenir ? Depuis quand un pays de seconde zone comme celui-ci contenait-il autant de talents ?

Plusieurs personnes regardèrent à leur tour Qin Xingxuan. Lin Ming avait fort changé au cours des derniers mois, en particulier durant son périple à travers les Étendues Sauvages Australes. Les contours de ses traits s’étaient affermis et son tempérament dégageait une impression d’assurance froide et déterminée. On lui aurait volontiers donné dix-sept ans. Quant à Qin Xingxuan, elle affichait une apparence pleine de délicatesse et de raffinement. À son âge, tous ces artistes martiaux n’en étaient encore qu’à la Transformation Musculaire.

En particulier la jeune femme aux côtés de Long Yun. Un sentiment d’infériorité honteuse naquit dans son cœur lorsqu’elle aperçut Qin Xingxuan. Après tout, les jeunes filles ne comparaient pas seulement leur force et leur talent, mais également leur beauté.

Vaincue sur ces trois aspects, elle ne pouvait que soupirer en se lamentant sur sa propre incompétence. Si elle avait su, elle n’aurait jamais insisté pour venir déjeuner à la Fleur du Désert.

Long Yun ne laissa rien transparaître de sa surprise et sourit aimablement à Qin Xingxuan. Qui sait, dans quelques années cette jeune fille deviendrait peut-être célèbre à travers l’ensemble des trente-six pays.

Elle lui rendit son sourire d’un signe de tête courtois.

N’ayant aucune raison de s’éterniser davantage, Long Yun et son groupe partirent aussitôt.

« Frère Lin ! dit-il avant de s’en aller. N’hésite pas à venir sur le territoire des Long si tu es de passage dans la Nation Huoluo. Nous vivons à la frontière, près des Montagnes Fleuries. Sur ce, au revoir. »

Plusieurs heures plus tard, Faction Acacia des Sept Profondes Vallées –

La Faction Acacia était établie sur les flancs d’une montagne à la végétation luxuriante, où les plantes et les fleurs resplendissaient tout au long de l’année. Ouyang Xun, le fondateur de la faction, avait dépensé sans compter pour installer une matrice colossale capable de bloquer l’air froid des cimes. Les saisons n’avaient donc aucune emprise sur leur territoire, et le printemps se poursuivait continuellement.

Évidemment, cette matrice consommait à elle seule près de dix mille pierres de véritable énergie par an. Une telle somme aurait suffi à mettre sur la paille une grande famille de commerçants !

En arrivant dans la région, le parfum enivrant des fleurs et le chant des oiseaux n’étaient pas les seuls à vous accueillir. Des femmes magnifiques allaient et venaient partout à travers cet éden.

Dans la secte des Sept Profondes Vallées, la faction comportant le plus de femmes n’était pas – comme on aurait pu s’y attendre puisqu’elle acceptait uniquement ces dernières – la Faction de la Cithare, mais bien la Faction Acacia. Le ratio était tel que l’on comptait trois ou quatre femmes par disciple mâle.

Certaines se trouvaient ici par contrainte, mais la vaste majorité d’entre elles en avaient fait le choix. Les méthodes d’entraînement de la Faction Acacia profitaient davantage aux hommes, mais pouvaient tout aussi bien bénéficier à leurs concubines. De ce fait, il y avait même des femmes au talent de grade quatre qui, n’ayant pas réussi à rejoindre la secte en tant que disciples, décidaient d’entrer dans la Faction Acacia et d’adopter le Pouvoir Divin Acacia. Elles espéraient ainsi, grâce à l’assistance et au support que la faction pouvait leur fournir, atteindre la Condensation de l’Impulsion avant que le poids des années ne vienne avilir leurs charmes.

Non seulement elles conserveraient une apparence resplendissante si elles y parvenaient, mais leur espérance de vie s’allongerait également de plusieurs dizaines d’années. La tentation était trop grande, presque irrésistible. Nombre de ces femmes venaient de familles distinguées des trente-six pays. Leur statut était comparable à celui de Bai Jingyun ou de Murong Zi au sein du Royaume du Grand Avenir. Sans la mort inopinée d’Ouyang Dihua, Bai Jingyun aurait d’ailleurs fini par rejoindre cet endroit, devenant à son tour une de ces concubines.

Un petit groupe de femmes s’étaient réunies pour fêter leur passage encore récent à la Condensation de l’Impulsion. Elles avaient une bonne vingtaine d’années ; soit probablement la période autour de laquelle une femme est la plus fascinante et séduisante. On pouvait voir au premier coup d’œil qu’elles prenaient soin d’elles et ne laissaient rien au hasard dans leur apparence. Leur peau était douce et souple et leurs cheveux forts et brillants. Ces jeunes femmes étaient tout simplement rayonnantes de grâce et de beauté.

Mais tandis qu’elles discutaient entre elles d’un air enjoué et épanoui, elles furent étonnées d’apercevoir au loin plusieurs disciples de la faction arriver d’un pas pressé en transportant quelqu’un sur une civière. La personne en question était blafarde et traversée de tremblements, comme en pleine crise d’épilepsie.

« On dirait que ce blessé… ça ne serait pas Ouyang Ziyun ?! » L’une d’entre elles reconnut immédiatement Ouyang Ziyun. Les femmes de la Faction Acacia prêtaient une attention toute particulière à une poignée de disciples prometteurs. S’entraîner avec eux leur permettrait après tout d’obtenir davantage de ressources. Elles pouvaient même obtenir des potions très puissantes en prenant soin d’eux, potions facilitant le passage à la Condensation de l’Impulsion. Les toxines apportées par les pilules n’avaient aucune importance à leurs yeux. Le simple fait de se hisser jusqu’à la dernière étape de la Transformation du Corps leur suffisait, qu’importe que leurs capacités au combat soient déplorables.

« C’est bien lui. Mon Dieu ! que lui est-il arrivé pour finir dans un tel état ? » s’exclama une autre en se couvrant la bouche avec les mains. Que se passait-il en ce moment dans la faction ? Ouyang Dihua, le neveu d’un aîné, avait été mystérieusement assassiné il y a un peu plus de deux mois, et voilà maintenant qu’Ouyang Ziyun se faisait passer à tabac ! 

Deux hommes vinrent à la rencontre du petit groupe qui arrivait. L’empressement avec lequel ils les rejoignirent laissait à penser qu’ils avaient été prévenus de leur arrivée.

Lorsqu’il fut suffisamment proche pour voir clairement l’apparence misérable d’Ouyang Ziyun, le plus âgé des deux hommes déploya sa force d’âme et retraça rapidement le fil des évènements. La situation avait mal tourné alors qu’il essayait d’utiliser la Lance d’Os de la Flamme Pourpre. Quelqu’un semblait l’avoir attaqué avec une attaque psychique, ce qui expliquait qu’il soit inconscient. À en juger par son état actuel, il lui faudrait au moins deux semaines pour récupérer.

Sa participation au Tournoi des Factions s’en trouvait, de fait, compromise. Ce qui allait sans doute lui causer une déconvenue immense.

« Que s’est-il passé ? » interrogea-t-il dès qu’il arriva à hauteur du groupe. Cet homme était un aîné Xiantian de la Faction Acacia, et aussi le père d’Ouyang Ziyun, Ouyang Wenzong.

Près de soixante-dix pour cent des aînés de la secte portaient le nom de famille ‘Ouyang’. Il s’agissait des descendants du fondateur de la faction, Ouyang Xun. Ils bénéficiaient tout à la fois d’une position d’autorité dans la faction, de ressources importantes et d’un talent souvent supérieur à celui des autres membres. Leurs chances d’atteindre le Xiantian étaient relativement élevées.

Les disciples de bas niveau qui portaient la civière furent accablés par la puissante aura d’Ouyang Wenzong et ressentirent immédiatement une pression intense s’abattre sur leurs épaules. Ils ne pouvaient pas mentir devant lui et se mirent donc à raconter les évènements en détail, les lèvres vacillantes.

Le jeune homme qui accompagnait Ouyang Wenzong s’énerva aussitôt en les entendant.

« Un expert des attaques psychiques capable de contrôler la foudre et à même de vaincre instantanément n’importe quel artiste martial au même niveau de cultivation !? Invincible en dessous de la Condensation de l’Impulsion avec ça !? »

Ces quatre disciples essayaient simplement de rejeter la faute sur quelqu’un d’autre. Ainsi, ils venaient de dépeindre Lin Ming comme quelqu’un de brillant et de mystérieux, allant même jusqu’à le qualifier ‘d’invincible en-dessous de la Condensation de l’Impulsion’. D’un autre côté, à leurs yeux, ce titre s’appliquait déjà à Ouyang Ziyun. Et puisque Lin Ming l’avait battu, cela ne semblait pas si exagéré.

« Humph ! reprit sèchement le jeune homme. Le monde est si vaste, et pourtant ce gamin ose se prétendre invincible en dessous de la Condensation de l’Impulsion ? » Il n’était pas difficile de comprendre, au ton employé, qu’il pensait tout le contraire. Ce jeune homme se trouvait au sommet de la Condensation de l’Impulsion et était ni plus ni moins que le frère d’Ouyang Ziyun, Ouyang Zifeng.

« Ces artistes martiaux qui utilisent les attaques psychiques ne valent rien face à des adversaires un peu plus fort qu’eux. Je le vaincrai dans l’arène du Tournoi des Factions et je lui ferai payer le prix fort pour ce qu’il a fait.

     — Mm. Essaie tout de même de le faire en respectant les règles, inutile de défrayer la chronique. » 

Ouyang Wenzong souhaitait lui aussi voir son fils cadet vengé par son grand-frère. C’était indispensable pour ne pas réfréner la progression d’Ouyang Ziyun. En revanche, mieux valait prendre ses précautions pour ne pas subir de pénalités lors du tournoi.

« Ne vous inquiétez pas, père. Je sais très bien ce que je dois faire. »

Le Tournoi des Factions commença officiellement cinq jours après l’arrivée de Qin Ziya et de la délégation du Royaume du Grand Avenir dans la cité céleste. Cinq cent vingt disciples issus des trente-six pays, des seize illustres familles de cultivateurs martiaux et des sept factions de la secte convergèrent vers la Montagne Céleste, se pressant pour attendre devant les portes qui en fermaient l’entrée.

Il y avait tellement de jeunes talents rassemblés au même endroit que quelqu’un comme Lin Ming passait totalement inaperçu. Le grabuge causé quelques jours plus tôt à la Fleur du Désert lui avait valu une certaine attention, mais comparé à ces génies au milieu et au sommet de la Condensation de l’Impulsion, ce n’était qu’un gamin tout juste digne d’intérêt. Son nom n’apparaissait pas sur les lèvres, du moins pas aujourd’hui.

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Fleadly
  • 🥈2. Guillaume
  • 🥉 3. Léo
  • 4. Alexis
  • 5. Lionel
  • 6. Ba-Soma
  • 7. Thomas
  • 8. Paredes
  • 9. Wakou
  • 10. Martin
  • 11. Maxime
  • 12. Cesar
  • 13. matsu 1
  • 14. Noa
  • 15. Zovan
  • 16. Cédric
  • 17. Ronan
  • 18. PascalW
  • 19. enzo
  • 20. 94macadam
  • 21. OyaTec_Suko-??
🎗 Tipeurs récents
  • Maxime
  • OyaTec_Suko-??
  • enzo
  • Noa
  • Zovan
  • Fleadly
  • Paredes
  • Ba-Soma
  • Cesar
  • matsu 1
  • Ronan
  • Lionel
  • Thomas
  • Cédric
  • Martin
  • 94macadam
  • guillaume
  • Wakou
  • Alexis
  • Guillaume
  • Léo
  • PascalW


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 237 — Génie de la force d’âme Menu Chapitre 239 — Laissez-moi utiliser le Bassin Séraphin