Ce n’est pas facile d’être un homme après avoir voyagé dans le futur | It's Not Easy to Be a Man After Travelling to the Future | 穿越未来之男人不好当
A+ a-
Chapitre 43 : Expérimentation de la mort !

Ling Lan avait d’abord pensé qu’elle devrait rester dans cette forêt virtuelle pendant deux ou trois ans avant de s’y habituer et de voir des résultats… mais en réalité, les humains étaient des créatures extrêmement intelligentes et adaptables. Surtout pour ceux qui étaient déjà équipés de capacités offensives et défensives, s’adapter à ce milieu dangereux était encore plus facile que prévu. En moins d’un mois, Ling Lan pouvait maintenant se déplacer librement à travers la forêt.

Ling Lan n’avait jamais été une personne téméraire, donc quand l’instructeur Numéro Un avait disparu, elle avait été très, très prudente dans chacun de ses pas. Après tout, n’ayant jamais été en milieu sauvage avant, la forêt était une pénombre inconnue à ses yeux. De plus, elle croyait fermement que cette forêt était un endroit terrifiant. Sa première pensée ne portait donc pas sur la chasse, mais plutôt sur la façon dont elle pourrait survivre pour voir la lumière du jour suivant.

La réalité prouvait qu’elle était encore trop naïve et qu’elle avait sous-estimé les dangers de la forêt. Elle ne s’était même pas rendue jusqu’à la nuit du premier jour avant d’avoir été mordue par des insectes venimeux inconnus cachés dans l’herbe. Ce fut sa première expérience de la mort — dans l’argot de son monde précédent, sa mort vierge.

Franchement, la mort vierge de Ling Lan n’était pas du tout sympathique. On pourrait même dire qu’elle était sanglante, capable de retourner l’estomac de quiconque la voyait — la scène de sa mort était incroyablement horrible.

Pour le reste de sa vie, Ling Lan ne voudrait jamais revivre ce genre de mort. Le venin des insectes avait été puissant et vicieux, causant une immense douleur à sa victime. Cette douleur était encore pire que la douleur qu’elle avait endurée à cause de sa maladie dans sa vie précédente, encore plus pénétrante que la douleur qu’elle avait endurée pendant les bains médicinaux de cette vie — parce qu’en plus de la douleur, il y avait une démangeaison incontrôlable à laquelle on ne pouvait résister… Elle ne l’oublierait jamais.

Pendant trois jours entiers, Ling Lan avait souffert et avait souffert de démangeaisons. Elle s’était vue personnellement arracher la chair sanglante de son corps peu à peu, et tout ce qu’elle avait ressenti alors était un soulagement et une sorte de plaisir pervers, jusqu’à ce que son corps ait été réduit à des bouts de tissues et de chair accrochés à un squelette presque vide. Ce n’est qu’alors qu’elle avait respiré son dernier souffle.

À l’époque, elle pensait que c’était la fin de tout, qu’elle serait enfin libérée des tourments de cette forêt, libre de retourner à la réalité. Mais quand elle avait ouvert les yeux une fois de plus, elle était de retour là où l’instructeur Numéro Un l’avait d’abord jetée, toujours dans la forêt. C’est alors que Ling Lan réalisa que ce monde virtuel créé par l’espace d’apprentissage n’était pas aussi simple qu’elle l’avait supposé : elle ne pourrait pas revenir à la réalité en attendant simplement.

Elle était liée à une mission — donc, jusqu’à ce que la mission soit terminée, elle était coincée ici, incapable de revenir.

Ainsi, même si elle était encore traumatisée par sa première expérience de mort, pour revenir à la réalité, Ling Lan n’avait pas d’autre choix que de se relever et de se forcer à continuer à explorer la forêt afin de compléter sa mission. Ling Lan n’avait pas oublié ce que l’instructeur Numéro Un avait dit — ses paroles avaient clairement indiqué qu’elle devait apprendre à chasser.

Cependant, quand Ling Lan avait réussi à tuer une des créatures forestières plus faibles qu’elle, l’espace d’apprentissage n’avait pas réagi du tout. Cela avait indiqué à Ling Lan qu’elle ne serait pas en mesure d’accomplir cette mission sur ce point de formalité — elle aurait très probablement à tuer une bête féroce plusieurs fois plus forte qu’elle pour qu’elle compte.

Et elle avait commencé à défier cette forêt sauvage. Elle avait rencontré de nombreux dangers en cours de route — certains qu’elle avait réussi à échapper, tandis que la plupart des autres avaient naturellement entraîné sa mort.

Elle avait été dévorée par un essaim de fourmis, dévorée vivante jusqu’à ce qu’elle ne fût plus que des os. Elle avait été prise en embuscade par un animal à l’air adorable, petit mais vicieux, terminant comme son repas. Elle était également morte accidentellement en mangeant des fruits toxiques, et avait été mordue par des moustiques nuisibles, mourant finalement des ravages de la maladie.

Cependant, toutes ces morts innombrables n’avaient pas été pour rien — Ling Lan avait progressivement appris à survivre dans cette forêt primordiale. Elle avait absorbé toutes les connaissances qu’elle avait acquises de ses morts, rejetant les émotions agréables et douces qui n’étaient pas nécessaires ici, et gardant seulement la tête froide et son caractère impitoyable. À partir de ce moment-là, toutes les créatures de la forêt n’avaient que deux étiquettes à leurs yeux : « menace » ou « nourriture ».

À travers tout cela, Ling Lan était progressivement passée de son moi timide et incertain initial à son personnage actuel, calme et autonome. Elle pouvait maintenant affronter n’importe quel danger sans crainte, et la confiance coulait de tous ses pores. La forêt entière était comme son propre jardin maintenant — elle connaissait tous les animaux et les dangers ici comme la paume de sa main.

Cette fois, elle avait décidé de chasser le roi du marécage après beaucoup de réflexion et de considération. Même si le terrain ici était plus dangereux que bien d’autres zones de la forêt, cela signifiait aussi que le roi du marécage avait une garde beaucoup plus basse que les autres rois de la forêt. En raison d’un manque de compétition, le roi du marécage était aussi relativement plus faible, et bien que le terrain était à son avantage, ce n’était pas nécessairement un inconvénient pour Ling Lan non plus.

Ling Lan avait tendu un piège. Ses premières tentatives se soldèrent toutes par un échec, où elle finit souvent comme les excréments du roi du marécage, ne parvenant qu’à échapper une poignée de fois. Cependant, chaque échec s’ajouta à son expérience et Ling Lan commença lentement mais sûrement à saisir les habitudes de chasse du roi du marécage. Pour donner au roi du marécage un faux sentiment de sécurité, bien que Ling Lan ait été en embuscade tous les jours, elle n’avait pas fait un mouvement pendant plus d’une semaine…

Ling Lan pouvait encore se souvenir de la réprimande de l’instructeur Numéro Un, disant qu’elle ne savait pas comment mêler des feintes dans ses attaques, que les attaques sournoises continuelles n’étaient plus vraiment des attaques sournoises. Et Ling Lan ne voulait pas faire la même erreur deux fois.

Enfin, aujourd’hui, Ling Lan avait vu une occasion rare. Peut-être parce que Ling Lan n’avait pas attaqué du tout cette semaine, le roi du marécage semblait penser qu’il avait tué tous les animaux stupides qui osaient le menacer. De plus, il venait de s’emparer de sa collation préférée de serpent d’eau tendre et juteux, le mettant de bonne humeur, et avait donc inconsciemment baissé la garde…

C’était quand Ling Lan avait frappé. Cette fois-ci, Ling Lan avait finalement réussi à infliger un magnifique coup mortel, ce qui était également la preuve que Ling Lan avait vraiment maîtrisé l’art de cacher son aura meurtrière, capturant avec succès sa proie.

Tandis que le roi du marécage tombait mort raide devant elle, Ling Lan ferma les yeux et pensa à la façon dont elle s’était sentie lorsqu’elle avait porté le coup fatal. Il n’y avait pas eu d’agitation, pas d’excitation, seulement de la patience et de la concentration — Ling Lan avait apprécié la différence entre ses attaques précédentes et celle-ci, et avait compris qu’elle avait été trop hâtive avant, trop préoccupée par le résultat final pour maintenir son sang-froid. Au moment où le bassin immobile de ses émotions s’était décomposé, son aura meurtrière avait fait rage.

Ling Lan riait tandis que ses mains se serraient en poings. Peut-être pourrait-elle rentrer maintenant et quitter cet endroit abandonné. Même si Ling Lan n’avait plus peur de la forêt primordiale, cela ne voulait pas dire qu’elle aimait cet endroit. C’était trop solitaire ici – il n’y avait personne à qui parler, personne pour lui offrir un peu de chaleur – elle était sur le point d’avoir une dépression due à la solitude imposée. Heureusement qu’elle avait une grande force mentale, sinon elle serait déjà devenue folle.

À ce moment, Ling Lan avait senti un changement dans son environnement, venant de juste derrière elle. Elle ne se retourna pas, mais sa posture changea de façon minutieuse afin d’être prête à se défendre et à riposter à tout moment.

“Pas mal du tout !” Une voix familière retentit derrière elle, et Ling Lan ressentit la rage monter en elle, même si en même temps elle ressentait un profond soulagement.

Sans réfléchir, elle s’était élancée en arrière avec un plongeon de haut vol, se penchant en arrière pendant qu’elle volait dans les airs, s’était retournée dans un saltimbanque, puis, faisant face à cet homme, elle avait lâché résolument sa jambe dans un coup de pied sauvage dirigé dans sa direction…

Bon sang, Numéro Un, espèce de bâtard ! Je vais te mettre à mort ! La Ling Lan, qui avait souffert depuis longtemps, ne pouvait plus rester calme.

L’instructeur Numéro Un était inexpressif, comme toujours. En voyant l’attaque de Ling Lan, il n’avait même pas bougé les pieds, se contentant de tendre deux doigts et de les pointer vers le pied entrant de Ling Lan.

« Bam ! » Les deux se rencontrèrent, produisant un son plutôt étouffé, et Ling Lan avait senti une énorme vague d’énergie du bas de son pied. Tout son corps avait été projeté vers l’arrière, et ce pied délicat qui avait été capable d’écraser le crâne du roi du marécage s’était senti un peu engourdi, perdant toute capacité de combat en un instant.

Ling Lan avait pris le contrôle de son corps dans les airs avec une torsion de la taille, lui permettant d’atterrir sur ses pieds juste en arrière de l’endroit où elle avait commencé son attaque, sur la tête du roi du marécage mort.



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 42 : Chasser et être chassé ! Menu Chapitre 44 : Résoudre un problème potentiel