Néo-Life
A+ a-
Chapitre 48 – Interrogatoire

« Bon, si tu le veux bien, on va commencer par des questions simples et j’aimerais que tu restes concis dans tes réponses. »

Than, le dirigeant de la cité de Forgeciel, faisait face à Marlon qui était enfermé dans une cellule de roche dont il ne pourrait s’échapper sans avoir recours à sa magie.

Ne sentant aucune menace émaner de l’homme, Marlon se dit qu’il ferait mieux de jouer franc jeu avec lui, mais une chose le turlupinait tout de même.

« Je veux bien répondre à toutes vos questions, mais avant cela, j’aimerais savoir ce que vous avez fait de Luna ? »

Les yeux de l’homme s’agrandirent sous l’effet de la surprise et il hocha la tête en signe de compréhension.

« Je comprends. Tout le monde n’a pas l’occasion d’acquérir une telle chimère, il est donc naturel que tu t’inquiètes. Ne t’en fais pas, elle va bien. Sous sédatif et dans une pièce similaire à celle dans laquelle tu te trouves. Réponds maintenant. Qui es-tu et pourquoi avoir détruit la station de Delia ? »

La dernière partie fut dite sur un ton bien moins avenant que le reste, et le runiste ne put s’empêcher de déglutir avant de répondre.

Il n’avait cependant rien à cacher de ce côté-là et il commença à raconter le combat qui s’était déroulé dans la capitale d’Erengar, omettant seulement les passages concernant sa folie et l’intervention de Loki.

Ce faisant, il remarqua qu’on lui avait retiré sa gemme et le geste qu’il fit en portant sa main sur sa nuque n’échappa pas au Forgeur Céleste.

« Nous te rendrons ton autre familier lorsque tes réponses nous aurons satisfait. Il est dans un sale état mais rien d’irréversible…peut-être est-ce dû à son état, mais nous n’avons pas réussi à l’identifier…»

La réponse de Than fut comme du baume sur le cœur saignant de Marlon, car il impliquait que Loki n’avait pas disparu et pouvait même se rétablir. Qui plus est, ils ne pouvaient voir qu’il était catégorisé comme Dieu et Transcendant, ce qui aurait pu facilement signer l’arrêt de mort de Marlon.

« Alors tu as été poursuivi et détruire la station était le seul moyen de ne pas te faire rattraper…je veux bien y croire, mais pourquoi ces gens t’en voulaient-ils ? »

Pendant quelques instants, ce jeu de questions-réponses continua et Marlon raconta la tentative d’assassinat, le tournoi, l’interrogatoire par l’envoyé de l’Ordre, presque tout ce qui lui était arrivé.

Il évita bien sûr de parler du fait qu’il n’était pas de ce monde, et que Niclos le traquait à cause de cela.

Quand il parla de Marcus, l’interrogateur de l’Ordre, il lui sembla que le regard de Than se durcit presque imperceptiblement, mais il n’était pas sûr que cela ait un rapport avec son récit.

Pendant quelques secondes, l’homme resta pensif et silencieux, mais il finit par se tourner vers Marlon avec un léger sourire.

« Jusque-là, ce que tu me racontes concorde avec le rapport de Delia. Cet homme, Niclos, a éliminé des dizaines de gens en provoquant une explosion dans un quartier peuplé de la ville afin d’attirer l’attention de la garde ainsi que les renforts disposés en stationnement dans les postes alentours. Je trouve étrange que cette personne ait mobilisée tant de moyens seulement pour se venger d’un assassinat raté, mais je ne suis pas dans sa tête. Ce qui m’importe, c’est ce que toi tu fais ici. Pourquoi Forgeciel ? »

« Honnêtement ? Parce que je n’avais pas énormément d’autres moyens de m’échapper qu’en utilisant l’écluse. J’étais à bouts de force, un bras arraché, je me vidais de mon sang, il me fallait une solution rapide et efficace… »

« Un bras arraché ? Et peut-on savoir comment tu a guéri ce genre de choses, haha ? »

Marlon haussa les épaules et répondit d’un ton léger, presque badin.

« Comme vous avez donné vie à ces boules de métal ou soigné mes engelures, grâce aux runes… »

Le choc parut sur le visage de Than et il se redressa immédiatement, une aura meurtrière prenant presque forme autour de lui alors que ses yeux s’étrécissaient et qu’une des bagues à sa main se mit à briller d’une lueur violacée.

Puis un éclair parut passer dans ses yeux et il s’interrompit, l’aura disparaissant aussi vite qu’elle était apparue. Il tourna le dos et sortit du champ de vision de Marlon en marchant à grande vitesse.

Le jeune homme entendit des voix au loin, comme s’il parlait avec des gardes, mais ne put comprendre ce qu’ils se disaient entre eux, trop loin pour qu’autre chose que des murmures inintelligibles ne lui parvienne.

Il fallut quelques minutes d’attente à Marlon avant que Than ne réapparaisse dans son champ de vision, tenant dans une de ses mains ce qui ressemblait à un gros carnet et dans l’autre un crayon de papier.

Intrigué par ce que l’homme ramenait avec lui, il garda tout de même le silence alors que ce dernier posait le carnet et le crayon au sol et les fit passer sous les barreaux.

« Dessine trois runes que tu connais sur ce croquis, et ne joue pas avec ton mana sinon je serais obligé de devenir bien moins aimable… »

Le ton du Forgeur s’était fait plus sec, plus cassant, et ses yeux étaient devenus froids. La transition entre les deux personnages était brutale, et Marlon s’interrogea sur la faute qu’il avait commise, décidant de suivre les instructions de Than. Il sentait que s’il n’écoutait pas, son sort ne serait pas plus enviable que s’il était resté sur la barge au milieu du froid polaire.

L’air chaud qui stagnait dans la cellule faisait transpirer le jeune homme et la sueur commençait à imbiber ses vêtements, le stress de la situation ne faisant qu’exacerber tout cela.

Le runiste attrapa le crayon de papier et le carnet de croquis et fit jouer les muscles de ses mains pendant quelques secondes avant de se mettre à dessiner.

Oubliée la douleur due aux engelures et ses tremblements incontrôlables. Sa main dessina les trois runes avec aisance et facilité, courant sur le papier comme elle le faisait sur les supports en parchemin qu’il avait l’habitude d’utiliser habituellement.

Cela ne lui prit que quelques secondes, et suivant les recommandations de Than, il évita d’injecter du mana ou d’activer sa compétence [Main Véloce].

Une fois fini, il arracha la page du carnet et tendit la feuille à l’homme qui la prit d’un geste sec et ne parut se détendre qu’une fois après avoir vu les dessins runiques faits par Marlon.

Il soupira longuement, et ses épaules s’affaissèrent quelque peu, signe évident de la tension qui quittait son corps.

« Tu es un Runiste Draconique…excuse mon comportement étrange… »

C’était la deuxième fois que Marlon entendait ce terme, et après avoir pesé le pour et le contre, il posa finalement la question au colosse qui lui faisait face.

« Que…vous attendiez-vous à autre chose ? »

Le regard de Than reprit son air sérieux et il parut peser le pour et le contre intérieurement. Ayant apparemment fait son choix après quelques secondes, il répondit au jeune homme.

« Il y a plusieurs types de Runes, chacune ayant leurs forces et leurs faiblesses. A Forgeciel, nous pratiquons un certain type de Rune, qui est répandu partout, dans nos usages technologiques, magiques, partout. C’est notre fierté, mais aussi notre force. La plupart des gens ne peuvent comprendre les Runes, et nous gardons jalousement tout ce qui y a trait. Quand tu as parlé de runes, j’ai cru que tu étais…et bien, un espion, pour faire court. »

« Mais ces runes ne sont-elles pas compréhensibles uniquement par ceux qui en ont les compétences ? C’est le cas pour les miennes, en tout cas. Tout le monde ne peut pas les apprendre. »

C’était une leçon qu’il avait retenue avec Djilany, le mage runiste de Delia. Un mage n’ayant pas la classe de Runiste pouvait apprendre une ou deux runes, trois au maximum, avant que son esprit ne surcharge et refuse d’en apprendre plus, pouvant rendre fous ceux qui s’acharnaient et même causer de graves lésions cérébrales dans le pire des cas.

La hiérarchie des classes et professions dans ce monde était des plus particulières, et même après qu’on lui ait expliqué, le jeune homme n’en avait pas encore saisi complètement le principe.

« Théoriquement, oui. Mais certaines personnes sont prêtes à prendre le risque de devenir handicapées juste pour dévoiler certains de nos secrets, aussi nous méfions-nous énormément de tous les nouveaux arrivants. Mais ton récit ainsi que le rapport de Delia m’ont satisfait, et je ne crois pas que tu représentes un danger pour Forgeciel. Nous allons pouvoir t’intégrer à la cité pleinement, c’est une bonne chose. Et je pense que pas mal de gens seraient potentiellement intéressées pour en apprendre plus sur tes runes… »

Marlon fronça les sourcils devant l’ubiquité de la situation et rétorqua d’un air légèrement ironique :

« Vous voulez garder vos runes secrètes mais voulez en apprendre plus sur les miennes ? »

Un rire franc et rocailleux sortit de la bouche de Than, le Forgeur, et il s’esclaffa pendant quelques secondes avant de retrouver son sérieux.

« D’ailleurs, en parlant de cela, je serais curieux de savoir comment tu as accédé à cette Classe…nous donnons à nos jeunes des expériences diverses avant leur seize ans pour que le potentiel soit sublimé par les choses qu’ils ont vécu, mais même avec dix mille ans d’existence, nous n’arrivons pas à en faire des Forgeurs à coup sûr…alors une Classe rare comme la tienne… »

Marlon retint ce que venait de dire le Forgeur Céleste, car il n’avait jusque là jamais entendu comment les gens acquéraient leur classe normalement, croyant jusque là que seule l’ADN jouait, comme Loki l’avait expliqué, mais il eut une sueur froide en cherchant un mensonge plausible à sortir à Than.

« Honnetement je n’en sais rien. Il paraît que je suis un Descendant, mais je ne l’ai appris que récemment… »

Une lueur de compréhension traversa le regard du Forgeur et il hocha la tête d’un air entendu avant de reprendre.

« Je comprends mieux tes compétences du coup…j’en suis un également, donc je ne t’embêterais pas avec les implications de tout cela. Savoir que tu as un potentiel énorme me suffit largement si tu le mets au service de Forgeciel.Maintenant que je suis sûr que tu n’es pas un espion, je n’ai aucun souci à te laisser intégrer la société de Forgeciel. De toute façon, ce n’est pas comme si tu pouvais quitter la cité comme bon te semble. Nous allons t’intégrer à l’Académie, un endroit prestigieux où tu recevras un enseignement complet de magie et des arts de notre cité. Cela comprend bien sûr la théorie et la pratique de nos runes. »

Marlon se dépêcha de parler avant que le Forgeur ne se lance dans un monologue d’explication sur le fonctionnement de sa cité dont il semblait très fier.

« Je pratique aussi l’épée et le tir à l’arc…pensez-vous pouvoir me laisser pratiquer ces arts de combat ? »

Than grogna devant le côté sans-gêne du jeune homme, mais il se dit qu’après tout quelqu’un capable d’embarquer sur l’écluse au mépris du danger et de ce qui l’attendait se devait d’avoir une forte personnalité et ne serait pas limité aux domaines couramment appris par les gens plus simples.

« Je veillerais à ce que ton apprentissage soit complet. A Forgeciel, un cycle complet dure entre trois et huit ans. Suivant tes progrès, tu seras autorisé à sortir ou non de la cité pour accomplir des quêtes et récupérer des ressources nécessaires au bon fonctionnement de cette dernière. Mais ne t’inquiètes pas, tout te sera expliqué par ton binôme. »

Than se leva et sortit de sa poche un trousseau de clés imposant, empli de dizaines de clés de formes et de couleurs différentes, avant de déverrouiller la serrure de la cellule de Marlon et de pousser la grille vers l’intérieur de la pièce, se poussant pour laisser le jeune homme passer devant lui.

« Un…un binôme ? »

« Oui, vu que tu es un étranger, je vais t’assigner un binôme qui pourra t’aider dans ton intégration et sera également capable de me faire des rapports quotidiens quant à ton intégration et tes divers progrès. Nous accordons beaucoup d’importance à la motivation personnelle et aux efforts, cela ne devrait pas trop te déranger au vu de ton profil. »

Plusieurs choses dérangèrent fortement Marlon, mais il se garda bien d’en parler avec Than, n’oubliant pas son statut de chef de la ville, probablement l’instigateur des règles drastiques que le runiste venait d’entendre.

Tout d’abord, il ne pourrait quitter la cité sans autorisation, ce qui avait l’air de pouvoir durer très longtemps, suivant la progression de son intégration.

Ensuite l’attribution d’un binôme, qui ne manquerait pas de rapporter ses moindres faits et gestes à qui de droit.

Vu le niveau de surveillance élevé qui semblait être de mise dans la cité, au vu de l’escadron d’artefacts l’ayant accueilli et du régiment de soldats qui l’attendait au débarcadère, Marlon se demanda brièvement s’il ne s’était pas mis dans une situation inextricable.

Mais il mit rapidement ces pensées de côté, préférant voir le côté positif de la chose.

Tout d’abord, il n’était pas mort, ce qui suffisait à embellir considérablement la situation.

Ensuite, il pourrait toujours réfléchir à un moyen de se faufiler hors de la cité par ses propres moyens, au besoin.

Mais il n’était pas pressé. Forgeciel avait l’air d’être remplie de secrets à découvrir et de nouveautés à apprendre, ce qui ne pouvait que renforcer les compétences de Marlon et l’aider à écraser toute adversité qu’il pourrait rencontrer à l’avenir.

Il avança dans le couloir en suivant la direction que lui indiqua Than et passa devant plusieurs cellules semblables à celle dans laquelle il avait été enfermé.

Il entendit un grognement dans l’une d’elles et en tournant la tête il vit Luna, recroquevillée dans un coin, le poil hérissé et les crocs apparents. Elle semblait groggy, ce qui devait être dû aux sédatifs dont avait parlé le Forgeur précédemment.

Marlon se tourna vers Than et lui demanda :

« Maintenant que vous avez décidé que je n’étais pas un espion, pourriez-vous libérer ma chimère ? »

Than hocha la tête et répondit avec gentillesse mais fermeté au jeune homme.

« Bien entendu, mais elle ne pourra pas se promener en liberté. Nous avons un quartier réservé aux familiers de ce genre, et tu pourras lui rendre visite de temps en temps et passer du temps avec elle sur ton temps libre. Ton familier pourra également t’accompagner dans tes quêtes extérieures quand tu seras autorisé à en accomplir. »

Le Forgeur fit un signe à l’un des soldats en faction devant ce qui semblait être la sortie de la prison, et celui-ci s’avança vers le Than et hocha la tête alors que ce dernier lui donnait des instructions pour transférer Luna dans la partie réservée de la cité.

Mais Marlon était de plus en plus inquiet devant le rigorisme non camouflé dans lequel la cité semblait être empêtrée. Il devait bien y avoir une raison à cela, mais il ne connaissait pas Than et ne pouvait pas décemment aborder ce sujet avec lui. Il allait être patient et grapiller toutes les bribes d’informations qui passeraient à sa portée pour se faire une idée plus juste de ce qu’était vraiment Forgeciel.

« Than, vous vous êtes présenté comme le Forgeur Céleste de la ville. A part le titre évident de chef, y a-t-il une autre signification à cette appellation ? »

L’homme hocha la tête alors qu’il se remettait en route et que les gardes s’écartaient pour laisser Marlon et leur chef passer la porte d’entrée principale de la prison, une grille massive très semblable à celles qui fermaient les cellules, si ce n’était sa taille impressionnante, plusieurs mètres de haut.

« Oui, mais tu en apprendras bientôt plus, ne t’inquiètes pas. L’Académie se fera une joie de te renseigner sur tous les aspects de notre société. Et dis-toi que maintenant, c’est également ta société. Apprends, intègre-toi, évolues, et toutes les portes te seront ouvertes. »

Le runiste n’osa pas demander ce qui se passerait si jamais il ne s’intégrait pas à cette société, mais il le devina aisément.

S’admonestant au calme le plus absolu, car après tout il fallait être patient, le jeune homme se concentra sur ce qui l’entourait plutôt que de laisser son esprit élaborer de folles théories.

Ils étaient maintenant dans ce qui semblait être une grande antichambre, avec plusieurs soldats portant l’uniforme rouge semblant être de rigueur. Le plafond était très haut, et l’ensemble de la pièce était taillée dans la roche, comme toutes les pièces qu’avait vu Marlon jusqu’à présent.

Les militaires semblaient simplement être de surveillance dans cette pièce gigantesque sans faire quoi que ce soit de particulier, certains étant assis derrière des bureaux de roche et le regard perdu dans le vide. Voyant le regard dubitatif de Marlon, Than gloussa et expliqua au jeune homme ce qu’il voyait.

« Ce sont ces soldats qui dirigent les sphères que tu as déjà vu. Beaucoup d’autres pièces sont similaires à celle-ci, et tous retransmettent leurs visions au travers d’artefacts que nous appelons Sangsues. Ce système est presque parfait et permet une réaction extrêmement rapide. »

Il pointa le doigt vers une sphère qui voletait au-dessus de leurs têtes en souriant légèrement.

« S’il se passait quoi que ce soit ici, cela serait relayé immédiatement à d’autres groupes de soldats qui enverraient des renforts en moins de cinq minutes ici. »

Le runiste apprécia l’explication, mais il sentait que cela faisait également office d’avertissement.

Du style, essaies toujours de t’enfuir ou de jouer un sale coup, mais tu n’arriveras à rien.

Il avait du mal à cerner la personnalité de Than, qui semblait très aimable mais n’hésitait à étaler l’avantage écrasant qu’il possédait sur Marlon pour le soumettre totalement et effacer toute trace de velléité de sa part.

Ils s’enfoncèrent ensuite dans un couloir, et marchèrent à un rythme soutenu, Marlon ne se sentant pas oppressé car le passage rocheux était très large et haut de plafond.

Ils passèrent plusieurs intersections et le jeune homme ne put s’empêcher de remarquer que quelqu’un avec un mauvais sens de l’orientation pourrait facilement se perdre. Puis il remarqua les glyphes gravés à même les parois de roche.

Il ne les comprenait pas, mais il vit que c’étaient les mêmes types de runes présents sur les sphères métalliques. Ces inscriptions devaient servir de guide pour se diriger dans les méandres de ces allées longues et sinueuses qui pouvaient s’apparenter à un labyrinthe pour les non-initiés.

Tout était très bien éclairé, les lampes magiques disposées sur les plafonds diffusant une lumière jaune orangé puissante, reproduisant presque la luminosité du soleil.

Alors qu’ils avançaient, il demanda à Than :

« Le soleil ne vous manque jamais ? Je n’ai pas pu m’empêcher de remarquer que presque tout à l’air souterrain, ici. »

« Ce n’est qu’une partie de la cité. Tu verras plus tard que bien des parties sont à l’air libre et sont accessibles aux citoyens méritants. Qui plus est, la partie souterraine permet de bien mieux contrôler les flux de personnes ainsi que les allées et venues des différentes castes citoyennes. »

Encore une pique dissimulée.

Presque trente minutes plus tard, Ils débouchèrent sur une autre cavité, jurant énormément avec tout ce que Marlon avait vu jusque-là. Ils passèrent une sorte de point de contrôle où des soldats stationnaient. Voyant le Forgeur Céleste, ils s’écartèrent et laissèrent passer le duo.

De grands bâtiments en roche blanche étaient disposés proprement, les uns à côtés des autres, dans ce qui ressemblait à un gigantesque parc troglodyte.

Des plantes aux airs étranges fleurissaient et portaient de nombreuses fleurs multicolores, du rouge au bleu en passant par le bleu turquoise le plus intense qu’ait jamais vu Marlon.

Des odeurs de jardin embaumaient l’atmosphère, et des nombreuses tables flanquées de bancs parsemaient les allées de graviers qui semblaient ceindre l’entièreté de la cavité aux dimensions gargantuesques.

Des personnes déambulaient le long de ces allées, seules ou en groupe, et toutes semblaient respirer le bonheur, sourire aux lèvres ou concentrées sur des ouvrages divers sous les feuilles de ces plantes multicolores.

Les bâtiments se dressaient sur deux étages et étaient très anguleux, faisant penser à une accumulation de formes géométriques que l’on aurait assemblées et posées les unes contre les autres.

Des fenêtres étaient visibles à intervalles réguliers, mais l’on ne voyait pas à tra vers.

Marlon s’arrêta et regarda bouche bée ce décor qui semblait être tout droit sorti d’un livre d’images dessinées sous influence. Il se ressaisit rapidement et continua à avancer, suivant le Forgeur qui n’avait pas ralenti le moins du monde son rythme.

Mais il lui sembla apercevoir un sourire apparaître en réaction à l’étonnement de Marlon.

Tous semblaient surpris en voyant Than parcourir les sentiers de graviers s’enfonçant dans la grotte interminable et s’écartaient du passage. Ce dernier saluait absolument chaque personne qu’il croisait, et ceux-ci rendaient leur salut poliment et religieusement au chef de Forgeciel.

« Vous ne passez pas souvent dans ce quartier, n’est-ce pas ? »

« En effet, il est réservé aux apprentis. Pourquoi ? »

Regardant les dizaines de gens qui continuaient de se mettre sur les côtés du sentier pour laisser passer le duo, Marlon faillit émettre un gloussement ironique mais parvint à se retenir de justesse.

« Non, rien, simple curiosité… »

Finalement, Than tourna et se dirigea vers l’entrée d’un des édifices blancs avant de cogner fermement sur la porte par trois fois avant de se reculer et de se tenir droit comme un ‘i’ sur le seuil du bâtiment.

Quelques secondes s’écoulèrent avant que quelqu’un ne vienne ouvrir la porte, et Marlon détailla attentivement l’individu.

Plutôt petit, il portait un bandana marron dans ses cheveux, qui étaient bouclés et si noirs qu’on les aurait dits teints. Le reste de ses vêtements étaient de la même couleur que son bandana, et un air surpris était ancré sur son visage alors qu’il dévisageait le Forgeur qui lui faisait face.

Son visage harmonieux aurait pu être beau si ses lèvres pincées ne donnaient pas une sévérité accrue à ses traits. Pas un mot ne sortit de sa bouche alors qu’il fixait sans gêne aucune Than, la surprise faisant place à une expression plus dure à laquelle Marlon ne put donner une interprétation correcte.

Un cocard était encore très présent autour de son œil droit et sa lèvre inférieure était fendue au milieu, contrastant avec l’air sévère qu’il arborait.

« Bonjour, Palkor. Je suis venu te présenter ton nouveau binôme, dont tu seras en charge. Il t’incombera de l’éduquer et de me faire un rapport quotidien. Cela ne rajoutera que quelques minutes de compte-rendu comparé à celui que tu me faisais auparavant, aussi j’espère pouvoir compter sur toi. »

Sans dire un mot de plus, Than se retourna, salua Marlon d’un signe de tête et s’éloigna d’un pas raide et décidé.

Le dénommé Palkor maugréa et balança une seule phrase, éclairant immédiatement Marlon sur leur relation.

« Toujours un plaisir d’avoir affaire à vous, Père… »

❤️Soutenez le novel sur Tipeee Cliquez pour lire Néo-Life en avant - première


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 47 – Arrivée Glaciale Menu Chapitre 49 – Binôme