La Tour des Mondes
A+ a-
Chapitre 277 : La fin des hostilités

Le sifflement continue de devenir de plus en plus menaçant et semble venir de la tempête au-dessus de moi.

Sans trop réfléchir, je lance deux couteaux de plus dans sa direction et les deux se plantent dans son ventre à côté du premier. Tark grimace quelques instants puis se remet à sourire en me fixant.

L’instant d’après, avec le vermillon, je capte un mouvement un peu différent que je ne réussis pas à interpréter, et je décide par réflexe de me jeter complètement au sol, mais malheureusement pas suffisamment vite. Mon bras droit disparaît, complètement arraché ou coupé.

« Ne t’en fais pas. Tu l’as dit, tant qu’on ne meurt pas, pas de problème, pas vrai ?! »

Tark se met ensuite à rire comme un dément en regardant au-dessus de sa tête sa canne à pêche qui devient de plus en plus floue sous la vitesse alors que le sifflement continue. La seule chose que j’imagine capable d’une telle chose est l’hameçon ou le fil de pêche. Sachant que mon bras a complètement disparu en étant arraché avec tellement de violence que je ne l’ai pas senti, je penche pour l’hameçon. Il a beaucoup trop de force… Être capable de m’arracher un bras sans même me laisser le temps de le sentir prouve qu’il a une puissance débilement grande.

Je n’ose même pas imaginer ce qu’il se serait produit si j’avais été accroché à l’hameçon… Avec cette tempête… Je mourrais probablement en quelques secondes. Mon bras n’est probablement rien de plus que de la chair écrasée contre les murs, maintenant.

Alors que je capte le mouvement de la corruption de Tark, je décide d’esquiver proprement cette fois-ci en jetant d’autres couteaux de lancer dans sa direction d’une main.

Ils se plantent bien, mais Tark semble assez résilient et continue son maelstrom. Derrière moi, le sol se fait lacérer sur plusieurs mètres, prouvant que j’ai bien esquivé à temps.

Je ne compte pas utiliser tous mes couteaux dans l’espoir de l’arrêter et je tire sur lui avec mon gantelet de félin. La griffe se plante dans sa poitrine et je commence à tirer sur le câble de toutes mes forces pour le déséquilibrer. À cause de la surprise, la canne à pêche échappe des mains de Tark et commence à s’envoler toute seule vers le haut. Sans personne pour le contrôler, l’hameçon s’accroche à un mur et je manque de prendre la canne à pêche dans la tête alors qu’elle tourne bien plus vite qu’une scie sauteuse. Elle m’érafle à peine la joue et je peux sentir que la coupure aurait pu être bien plus grave. La canne à pêche s’écrase finalement contre le mur en se brisant.

La poussière hors de contrôle commence à retomber et à se répandre dans l’arène, mais je peux encore savoir où se trouve Tark entre la corruption et le fil de la griffe.

Malheureusement pour moi, Tark tire violemment sur le fil et je me retrouve propulsé dans sa direction. Ce fichu gorille a beaucoup trop de force dans les bras.

Plutôt que d’essayer de résister, je me laisse porter en préparant un coup de pied qui atterrit sur le manche d’un de mes couteaux, l’enfonçant plus profondément dans son ventre. J’active le mécanisme pour détacher le fil de la griffe et l’empêcher de s’en servir pour m’attraper.

Je fais quelques pas sur le côté alors qu’il cherche à me frapper. L’instant d’après, je lance un nouveau coup de pied pour enfoncer un autre couteau dans son ventre.

« C’est pas drôle ! »

D’un mouvement de la main, il écarte la poussière en l’envoyant dans les airs et je finis par échanger un regard avec lui. Il a toujours l’air de s’éclater comme s’il avait attendu ce moment depuis longtemps. De mon côté, j’ai légèrement l’impression de me battre pour survivre. Perdre mon sang lentement parce que je n’ai pas le temps de me faire un garrot me laisse en plus un doute sur mes chances de victoires.

[Tu sais, tu peux te rendre.]

Et quand est-ce que tu m’as déjà vu me rendre, exactement ?

Alors que Yuu retourne à son combat, Tark cherche à me frapper et je me contente d’esquiver ce qui est probablement une attaque qui me briserait le crâne en un coup.

Nous saignons tous les deux à cause de nos blessures, mais c’est sans doute plus gênant d’avoir des couteaux enfoncés dans le ventre que d’avoir un bras en moins. Je perds en agilité à cause du changement de centre d’équilibre et le poids en moins, mais de son côté il a besoin de ses muscles abdominaux pour me frapper de toutes ses forces.

Je continue d’esquiver en prédisant ses attaques avec le vermillon, mais je vais devoir repasser à l’attaque si je veux en finir.

Je prépare un coup de pied, mais je m’arrête à mi-trajectoire en voyant le vermillon réagir pour le bloquer. Je fais plusieurs sauts autour de Tark en essayant de le feinter avant de finir par sauter au-dessus de lui en disparaissant dans l’épais nuage de poussière. Il n’a aucune ouverture dans sa garde et ça devient problématique. Je vais devoir miser sur la surprise.

Dans mon inventaire, j’attrape ma cape et je la jette dans sa direction alors que je retombe sur lui.

Il semble saisir la cape en pensant que c’est moi et j’en profite pour le frapper à la tête. Sous le choc, il est projeté au sol, mais il se relève tant bien que mal. Le bas de sa chemise est complètement recouvert de sang maintenant, et il semble avoir mal, même s’il sourit. Dans le fond, je ne suis pas mieux avec mon bras en moins, mais j’ai sans doute plus l’habitude que lui et je ne suis pas empoisonné.

Tark se jette dans ma direction et j’esquive en lui griffant le torse. L’instant d’après, il me lance un coup de genou que je prends en plein ventre et il m’attrape mon bras restant pendant que j’accuse le coup. Sans hésiter, il essaye de le briser, mais il ne fait que me déboîter le coude et semble perplexe.

Il me lâche et, en profitant de sa surprise, je lui écrase le pied en remettant mon bras en place. Il lance un coup de coude dans ma direction que j’esquive avant de lui mettre un violent coup de tête qui lui brise le nez.

Avant qu’il n’ait le temps de réagir, je lui griffe profondément le poignet au point d’atteindre les tendons. Il réagit aussitôt en m’attrapant l’avant-bras de son autre main et en serrant de toutes ses forces.

En retour, je frappe sa jambe sur le côté au niveau de son genou jusqu’à entendre un craquement. Il grimace en relâchant ce qui « était » mon seul bras valide.

L’instant d’après, il manque de tomber par terre, mais réussit à se maintenir debout.

« Je peux… encore… continuer. »

Il est essoufflé, mais apparemment ce ne sera pas suffisant pour en finir. Le plus logique serait sans doute de laisser le poison faire son effet, mais je préfère gagner sans.

Je lance un coup de pied dans son ventre en espérant enfoncer un autre couteau, mais il bloque avec son coude. Rapidement, j’en lance un autre, mais en le saisissant il réussit à me déséquilibrer et me force à tomber au sol.

Il essaye de me frapper au visage, mais j’évite le coup en lui mordant le bras au sang. C’est une autre technique que j’aurai pris l’habitude d’utiliser pendant mon entraînement avec Fae.

Avec mes jambes, je l’immobilise du mieux que je peux, mais il réussit à se libérer de ma prise de soumission en se servant de sa force et tombe sur le côté en toussant et en soufflant bruyamment.

Je me relève d’un bond, mais il me fauche une jambe avec son bras et me fait retomber par terre.

En me tournant, je lui mets un coup de pied au visage en gémissant de douleur. J’arrive à le frapper plusieurs fois avant qu’il n’arrive à m’attraper la jambe. En se servant de sa force de gorille, il me soulève et me frappe plusieurs fois contre le sol de l’arène avant de me lâcher.

Cette fois-ci, je vais avoir du mal à me relever. Même avec mon armure dorsale, je l’ai senti passer et ma tête a frappé plusieurs fois contre le sol. Tark commence alors à glousser.

— J’ai gagné… Avoue-le.

— Tu perds du sang plus vite que moi et t’es empoisonné… Ghg… Redis-moi ça dans quelques minutes…

— J’aurai pu te fracasser le crâne avec ma dernière attaque.

— Rappelle-moi ma classe et la seule chose que je n’ai pas utilisée contre toi.

— …

— …

— Ils ont gagné contre les autres ?

Je vérifie rapidement à travers le lien. Juliette me dit que c’est bon de son côté. Même si son combat s’est principalement révélé être une course d’endurance, elle a fini par mettre Korail inconscient au sommet de la tour. Il a été incapable de faire quoi que ce soit contre la capacité de Juliette à entrer dans son corps. C’est assez stupide qu’il n’ait pas trouvé de solution, mais ça me va. Je félicite Juliette qui vient définitivement de me prouver qu’elle peut se battre sans moi.

Du côté de Yuu et Micha par contre…

{Kiki ! Méchante !}

« Mais tu vas la fermer ! »

[Kiki n’est pas méchante, Micha. Kiki est juste Kiki. Pas vrai Kiki ?]

« Je vous déteeeeeeeste –

À travers les yeux de Micha, je peux voir qu’en haut des murs il y a une sorte de passerelle menant à une autre tour à escalader, bien plus haute que celle où je me trouve. Kiki est sur la passerelle et continue de se battre contre eux. Elle semble complètement déconcentrée par le duo, ce qui rend difficile pour elle d’utiliser la magie.

D’après moi, c’est difficile de savoir qui va gagner, mais Micha et Yuu n’ont clairement pas les mêmes capacités offensives qu’elle. Elle a déjà mis K.O. une bonne moitié des autres animaux. Même avec la capacité de les rendre invisibles de Yuu, qui est encore instable, difficile pour mes animaux de gagner comme ça… Laissons-les faire. On verra plus tard.

“Korail a perdu. La Sorcière se bat encore. Je gagne, même si tu n’es pas d’accord… !”

En tournant la tête, je me rends compte que Tark a perdu connaissance finalement. Je soupire en appelant les rats-ambulances qui se sont cachés dans le sas d’entrée de la zone pour échapper au maelstrom.

Micha, envoie un oiseau par ici, j’ai besoin de soigner Korail avant que le poison ne finisse par le tuer.

{Mais ! C’est le dernier !}

Mets le combat en pause. À force de la traiter comme ça, elle va être triste.

{Quoi !? Non ! Kiki pas triste ! Amie !}

De loin, je peux entendre des menaces de mort venant de la Sorcière qui crie toujours plus fort sa frustration.



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 276 : L’art de la pêche de combat Menu Chapitre 278 : Un résultat mitigé