Je veux être Yama | Yama Rising | 我要做阎罗
A+ a-
Chapitre 14 : Toujours vivant

Chapitre 14 : Toujours vivant

Selon la légende, chaque personne avait trois lampes qui illuminaient son corps, chacune d’entre elles représentant les trois parties de son âme :

Lumière naissante,

Esprit de vigueur,

Essence cachée.

Elles étaient aussi connues sous le nom des Trois Lampes…

Dès que ces trois lampes… plutôt, les trois feux des lampes s’éteignaient, l’âme de la personne quittait son corps et elle connaissait la vraie mort. Une personne normale devrait posséder une flamme vibrante dans chacune de ces lampes. Si l’une de ces flammes s’affaiblissait ou même s’éteignait, cette personne serait généralement identifiée pour avoir trop de Yin, ou pour être tourmentée par l’énergie Yin. Si elle n’était pas traitée, cette personne vivrait une série d’expériences désagréables, telles que : une rétrogradation, une réduction de salaire, des problèmes avec sa carrière, etc.

Si l’un des quatre piliers du destin se penchait sur l’affinité Yin, il commencerait même à remarquer des événements inhabituels et impurs. D’autres légendes disaient que lorsque l’on se promenait dans la rue à minuit, ou même le soir si l’on marchait sur un chemin isolé, il ne fallait jamais tourner la tête pour répondre à l’appel d’une personne, surtout si la voix ne lui était pas familière. Dès qu’une personne tournait la tête, le fantôme éteignait un des feux sur son épaule.

C’est pour cela que l’on disait : les hommes allument des feux, mais les fantômes éteignent les flammes . C’étaient des dictons populaires aussi parmi les militaires.

Peut-être était-ce dû au fait que Qin Ye avait déjà accompli une fois l’Odyssée du Monde Souterrain, mais il lui suffisait d’y penser pour percevoir les trois lampes qui planaient au-dessus du corps de Wang Chenghao. Actuellement, bien qu’un seul jour se soit écoulé depuis leur dernière rencontre, les lampes qui tournaient autour de son corps étaient presque entièrement éteintes.

Ce n’était pas du tout un bon signe. Le fait qu’un adolescent au sang chaud et rayonnant puisse être réduit à un tel état en un seul jour signifiait que ce fantôme n’était certainement pas à sous-estimer !

« Le Royaume Souterrain et le Royaume des Mortels sont deux plans d’existence complètement séparés. Les esprits ordinaires ne pourraient jamais affecter un mortel à ce point. »

Qin Ye avait accroché la Sphère de l’Âme à son sac comme un joli ornement.

« J’avais déjà occupé un poste dans le Royaume des Mortels pendant cent ans également. Les entités représentées dans les films d’horreur mortels, comme Sadako, Churenmei et Jason sont tous des fantômes qui ont au moins cinquante ans, » Arthis ajouta prudemment.

« En ce moment, je peux déjà dire avec la plus grande certitude que le fantôme auquel nous avons affaire a obtenu l’éclat du sceau du Roi Yanluo il n’y a pas plus de six mois. Sinon, un simple mortel comme ton ami aurait déjà péri.

C’est une bonne nouvelle pour toi. »

Qin Ye fit un signe de tête en regardant Wang Chenghao, étourdi. Puis, au moment où Wang Chenghao commença à transpirer à nouveau.

« Comment l’as-tu découvert ? » demanda Qin Ye placidement.

Wang Chenghao se mordit la lèvre inférieure, alluma son téléphone et montra à Qin Ye la photographie qui était mystérieusement apparue.

Son regard s’attarda sur Qin Ye, scrutant chaque expression de son visage. Lorsque Qin Ye rendit le téléphone de Wang Chenghao, et avant même qu’il ne puisse commencer à parler, Wang Chenghao saisit immédiatement le bras de Qin Ye.

« Auparavant… je suis désolé pour tout ce que je t’ai fait auparavant ! Je ne le ferai plus jamais… s’il te plaît… s’il te plaît, sauve-moi juste cette fois-ci ! » supplia-t-il d’une voix tremblante.

C’était un adolescent imposant et bien bâti qui avait l’habitude d’étaler sa force devant les autres. Pourtant, ses pieds étaient apparemment faibles et mous, et les cicatrices sur ses lèvres montraient clairement à quel point il les avait mordus hier soir. S’il n’était pas sur la voie publique en ce moment, il se serait peut-être déjà agenouillé pour demander de l’aide à Qin Ye. Si les autres camarades de classe voyaient comment Wang Chenghao s’accrochait à Qin Ye comme à une huître à son rocher et le suppliait de l’aider, ils pourraient très bien se retrouver complètement éberlués.

« Allons parler ailleurs. »

Qin Ye releva la tête et répondit avec détermination.

Dès que Qin Ye eut fini de parler, Wang Chenghao le traîna hors de sa bicyclette.

« Allons-y… tu n’as pas pris de petit déjeuner, n’est-ce pas ? C’est moi qui régale ! Je t’achèterai tout ce que tu veux ! Et laisse ta bicyclette ici. Une fois que nous serons rentrés, je te donnerai un Pinarello[1] ! »

Les deux étudiants appelèrent un taxi. Dès qu’ils furent montés, Arthis se moqua.

« Pitié ? C’est une émotion que seuls les faibles possèdent. »

« Penses-tu que j’aurai vraiment des sentiments aussi inutiles pour quelqu’un qui ne m’a croisé depuis moins de trois ans ?

Ce n’est qu’un simple étranger dans ma vie. Cela dit, puisque cette affaire l’implique, c’est… pratique d’avoir son aide, » répondit placidement Qin Ye tout en regardant par la fenêtre.

Les deux étudiants se rendirent directement dans un petit magasin de la ville qui était considéré par tous les lycéens comme un paradis pour les rencontres . Le design de cette boutique était clairement inspiré de différentes séries d’anime populaires. Bien que la boutique existait depuis plus de dix ans maintenant, elle avait réussi à maintenir des prix bas et à conserver la qualité de ses produits. Mais surtout, les sièges de ce café étaient habilement conçus en cabines, et l’intimité offerte attirait de nombreux couples, surtout ceux qui en étaient à leurs premiers pas dans la cour.

Une fois qu’ils furent assis, Wang Chenghao remit le menu à Qin Ye, en lui demandant ses faveurs.

« N’hésite pas à commander ce que tu veux. »

Qin Ye commanda un assortiment de brochettes frites et une boisson froide. C’était tôt le matin, et le magasin n’était pas encore trop occupé. Naturellement, la nourriture qu’ils avaient commandée arriva rapidement. Qin Ye prit une gorgée de son thé glacé aux agrumes.

« Raconte-moi tout. »

Son commentaire est sorti naturellement, tout en paraissant un peu arrogant.

L’expression de Qin Ye était clairement différente de celle qu’il affichait lorsqu’il était à l’école. Cependant, Wang Chenghao ne trouva rien à redire à cela. Ses mains étaient étroitement enroulées autour du thé au lait qu’il tenait dans ses mains, tandis que ses yeux tremblaient et se remplissaient de peur. Il lui fallut plusieurs respirations profondes avant qu’il ne parvienne enfin à organiser ses pensées et à expliquer la situation.

D’une voix tremblante, Wang Chenghao commença.

« As-tu remarqué que j’ai mangé à l’école tous les jours ces derniers mois ? »

Qin Ye y pensa avant de hocher légèrement la tête.

Wang Chenghao se rétracta légèrement en marmonnant.

« C’est parce que… la nourriture à la maison est devenue complètement immangeable ! Je ne sais pas quand exactement cela a commencé, mais mon père a pris goût à la nourriture crue ces derniers temps. Il a commencé par s’intéresser à la nourriture japonaise, et j’ai apprécié sa fraîcheur. Cependant, son état a commencé à s’aggraver comme une maladie ! Rôtis, steaks et autres, il a commencé à se tourner vers le côté plus rare des choses. De moyennement bon à saignant… et enfin à bleu-saignant.

Toute la viande à la maison est complètement sanglante et crue quand on y mord ! Elle est complètement immangeable ! Et ce n’est pas tout. Mon père aussi est devenu très étrange. Depuis une dizaine de jours, j’ai commencé à détecter une très forte odeur d’eau de Cologne sur son corps. Mais… mais le plus étrange, c’est qu’il n’avait jamais porté d’eau de Cologne auparavant ! C’est vrai… c’est vrai ! Depuis la semaine dernière, mon père a même arrêté de manger du riz ! »

C’étaient des choses que l’on pouvait normalement attribuer à de simples bizarreries et manies. Cependant, sous l’influence de la paranoïa de Wang Chenghao, il commença à les relier entre elles et à y mettre tout son cœur.

« Je n’ai pas été trop préoccupé par ces choses auparavant. Après tout, je trouvais cela un peu particulier, mais rien n’était exagéré. Jusqu’à hier soir… hier soir… »

Son corps se mit à trembler de façon incontrôlable alors qu’il se cramponnait aux mains de Qin Ye. Ses mains étaient déjà couvertes de sueur.

« J’avais clairement fermé la porte de ma chambre, et pourtant cette femme était là, assise au pied de mon lit à trois heures du matin ! Quand elle est sortie, elle a même laissé une traînée d’empreintes de pas ensanglantés ! De plus… »

Il frissonna une fois de plus, et sa voix devint rauque.

« Je-je-je l’ai vue. Je l’ai vue… elle a mangé le Labrador de ma famille ! Quand j’ai quitté la maison ce matin, j’ai particulièrement tenu à jeter un coup d’oeil au chenil, et j’ai vu qu’il était vide ! Vide ! »

Tout son corps tremblait comme une balle de tamisage, et sa voix se brisait.

« C’est un fantôme… elle n’est pas humaine ! Elle doit être un mauvais esprit ! »

Qin Ye prit la cuillère dans sa tasse et remua doucement son verre pendant qu’il réfléchissait.

« Où est ton père ? »

Wang Chenghao était déconcerté.

« Comment se sont passées ses funérailles ? »

Qin Ye fronça les sourcils.

Wang Chenghao regarda Qin Ye avec étonnement.

« De quoi parles-tu ? »

Qin Ye parut quelque peu contrarié.

« Je parle des funérailles de ton père. Est-ce que ta mère s’en est occupée, ou est-ce toi qui t’en es chargé ? »

« L’enterrement de mon père… ? »

Les lèvres de Wang Chenghao tremblèrent alors qu’il serrait les mains de Qin Ye.

« Frère Qin… Ne, ne me fais pas peur comme ça… M-mon père… devrait être encore en vie et en bonne santé… »

Swish…

Le regard de Qin Ye vacillait alors qu’il regardait profondément dans les yeux de Wang Chenghao.

A ce moment, les seuls sons que l’on pouvait entendre étaient le léger bruissement des feuilles dans la douce brise du matin.

C’était calme.

Si calme qu’il était même légèrement sinistre.

En sueur, Wang Chenghao sortit son téléphone portable et composa le numéro de son père, Wang Zemin.

« Hé… Père est occupé en ce moment…. Mm… étudie bien… je raccroche maintenant… »

C’était une brève conversation, mais c’était certainement la voix de Wang Zemin.

Cela dit, il y avait encore quelque chose de particulier dans sa voix. Ses déclarations étaient quelque peu fragmentées, et ses pensées ne semblaient pas très cohérentes. On pouvait comparer cela aux paroles prononcées par une personne qui ne parlait plus depuis longtemps.

Les lèvres de Wang Chenghao tremblèrent furieusement. Les paroles de Qin Ye avaient été bien trop choquantes. Que signifiaient exactement ses mots ?

Son regard était fixé sur Qin Ye, tandis que Qin Ye fronçait légèrement les sourcils en continuant à remuer son thé aux agrumes.

C’était la première fois qu’il avait affaire à une rencontre surnaturelle en tant qu’Opérateur à part entière. Pourtant, il s’était déjà retrouvé dans une situation aussi bizarre.

Wang Zemin n’est pas mort ? Ce n’est pas possible. Il est impossible que ce fantôme soit aussi puissant que Mamie Meng. L’âme de Wang Zemin avait été subjuguée personnellement par Mamie Meng sur le pont squelettique. Il n’y a pas de doute là-dessus !

Alors… Qin Ye prit une bouffée d’air froid.

Alors… qui est exactement le père-imposteur chez Wang Chenghao ? Est-il vivant ? Ou bien… est-ce qu’il est tout autre chose ?

« Je comprends. Allons-y. Il n’osera pas émerger tant qu’il fera jour. Viens à ma boutique ce soir après 18 heures. »

La pomme d’Adam de Wang Chenghao se déplaça légèrement, et sa poitrine se souleva et retomba brusquement lorsqu’il hocha furieusement la tête. Mais il ne partit pas. Il continua à fixer Qin Ye avec anxiété.

« Peur de partir ? » Qin Ye désigna une cabine voisine. « Assieds-toi là. »

« Je… »

Wang Chenghao supplia d’une voix rauque.

« Je ne dérangerai en aucune façon ce que tu fais… ne me laisse pas… »

« Va là-bas ! »

Wang Chenghao grinça des dents sans pouvoir se résoudre à partir. Mais, à ce moment-là, Qin Ye s’agrippa soudain à son cœur et s’appuya faiblement sur sa chaise avec un visage extrêmement pâle.

« Qin Ye ! Frère Qin ! Qu’est-ce qui s’est passé ? Qu’est-ce qui t’est arrivé ?! »

Wang Chenghao faillit sursauter. Dans ce moment de crise, il ne remarquait même pas comment il avait inconsciemment élevé le statut de Qin Ye dans son cœur.

Qin Ye ne réagit pas. Juste sous la paume de sa main, son coeur avait en fait… lentement cessé de battre !

C’était un sentiment que son corps charnel pouvait clairement percevoir. C’était le sentiment que le fil de la vie s’étirait lentement vers une fin.

Son environnement semblait soudain s’assourdir. Un bruit sourd.

Baboum… Boum… baboum…

Le seul son qu’il pouvait entendre était celui de son cœur qui prélevait péniblement du sang dans chaque vaisseau sanguin de son corps, alors qu’il s’approchait de l’immobilité.

Le compte à rebours de sa vie avait commencé !

« Va… »

Le visage de Qin Ye était incroyablement pâle, mais il réussit néanmoins à maintenir son commandement antérieur à Wang Chenghao.

« Je… »

Wang Chenghao était à la fois effrayé et complètement perdu quant à ce qu’il devait faire.

« Dégage ! »

Qin Ye cria d’une voix basse alors que les veines de son front se mettaient à palpiter.

Cette fois, Wang Chenghao prit son cartable et se précipita directement vers la cabine adjacente sans aucun mot inutile.

« Fais-moi savoir si tu as besoin de quelque chose ! »

La cabine fut finalement silencieuse. Qin Ye sentait bien qu’Arthis l’appelait. Mais à ce moment précis, son ouïe était déficiente.

Son moment de faiblesse dura cinq minutes. Ce n’est qu’après que son coeur reprit peu à peu son pouls normal, et que la couleur revint sur son visage.

« Haa… »

Au bout de cinq minutes, il soupira de soulagement en avalant son thé.

C’était horrible…

Il venait d’éprouver le sentiment de la mort et il ne voulait pas en faire l’expérience une seconde fois.

« Le souvenir moribond. »

La voix d’Arthis était grave.

« Le déséquilibre des Enfers a fait voler en éclats ta source d’immortalité. Ton nom… est à nouveau apparu dans le Livre de la Vie et de la Mort. Même si les Enfers se sont effondrés et que les trésors primordiaux ont été réduits en simples éclats, certaines de ces choses continueront à fonctionner d’elles-mêmes. Par exemple, le Livre de la Vie et de la Mort.

Sinon… ce monde serait rempli d’innombrables monstruosités immortelles. Ceci est en accord avec le Dao céleste. »

Qin Ye fit un signe de tête. La mort frappait à sa porte. Son temps… s’écoulait.

« Tu peux être certain que chaque personne de sa famille est un problème. »

Arthis ne mâchait plus ses mots et gardait ses conseils succincts.

« La seule inconnue pour nous pour l’instant est de savoir comment le problème a commencé à se manifester —que ce soit par le biais de la possession… ou autrement. Ce que nous savons, c’est que le père de Wang Chenghao est la clé qui nous permettra d’éclaircir ce mystère. Il est très certainement mort. Cependant, seule son âme est morte. Son corps est toujours vivant. Il n’y a que quelques causes possibles pour de telles circonstances.

Laisse-moi maintenant te communiquer le premier principe immuable de tous les Émissaires des Enfers. Aussi bizarre que la situation puisse paraître, tout est lié à l’obsession d’un fantôme avant sa mort.

Tout fantôme naît de l’obsession. Que cette personne soit morte d’une mort violente, d’une mort injuste ou de quelque chose de complètement différent, c’est invariablement son obsession d’avant la mort qui maintient son esprit et l’empêche d’aller de l’avant. Avec le temps, ces esprits se transforment en fantômes maléfiques. Lorsque cela se produit, tu peux être certain que chaque anomalie ou particularité du lieu ou de la personne qu’il hante peut s’expliquer d’une manière ou d’une autre par l’obsession du fantôme dans sa vie antérieure. En effet, les fantômes répètent instinctivement leurs obsessions après la mort.

Ces détails peuvent être mineurs, mais ils sont très certainement la clé pour accorder la délivrance à cet esprit. »

Elle conclut par l’affirmative.

« Ce soir, quand l’horloge sonnera douze heures, je t’apprendrai à invoquer un esprit. Nous réveillerons l’esprit de Wang Zemin, et les projecteurs seront braqués sur lui. »



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 13 : Arthis Minithel Menu Chapitre 15 : L’invocation d’un esprit