Vision Transcendante | Tranxending Vision | 超品透视
A+ a-
Chapitre 92 – Colère ardente

Chapitre 92 – Colère ardente

Les pompiers avaient déjà éteint le feu quand Xia Lei était arrivé. Une épaisse fumée s’échappait des fenêtres brisées. Les spectateurs, attirés par toute l’action, se tenaient à l’écart et parlaient entre eux.

Xia Lei trouva Qin Xiang à côté du groupe de personnes, son visage aussi mauvais qu’il pouvait l’être. On pouvait voir des taches de larmes aux coins de ses yeux – il avait visiblement pleuré.

Xia Lei se dirigea vers Qin Xiang et lui donna une légère tape sur l’épaule, le consolant : « Ne sois pas triste. Et si tu arrêtais de faire de la coiffure ? Viens donc travailler pour moi. »

Qin Xiang se retourna vers Xia Lei, le regard vide, puis il plongea soudainement dans son étreinte et se mit à sangloter.

Avoir un autre homme qui pleurait dans ses bras semblait très étrange pour Xia Lei. Il ne repoussa pas Qin Xiang pour autant, car il savait que c’était le moment précis où il avait le plus besoin de réconfort.

Après une période de pleurs, Qin Xiang releva la tête de l’épaule de Xia Lei et le regarda avec des yeux remplis de larmes : « Je veux le tuer. Je vais le tuer cette fois-ci ! Le salon était tout pour moi et il l’a détruit ! »

« Ne te précipite pas. Tu tomberas dans son piège si tu agis de façon imprudente. »

Xia Lei était lui aussi plein de colère, mais il savait que le calme était le plus grand allié dans un moment comme celui-ci.

Ring ring ring, ring ring ring…

La sonnerie d’un téléphone portable s’était soudainement fait entendre.

Xia Lei sortit son téléphone – c’était un numéro inconnu. Il hésita, puis répondit.

Une voix de femme sortit du téléphone : « Pr, Président Xia… Beaucoup de mes camarades de classe ont été battus… Wuuuh… »

Xia Lei reconnut rapidement la voix de Guan Ling-Shan. Son cœur s’enfonça lorsqu’il demanda anxieusement : « Est-ce que c’est Ling-Shan ? Ne panique pas. Parle lentement. Qu’est-ce qui s’est passé ? »

La voix de Guan Ling-Shan venait du téléphone: « Mes camarades de classe et moi… Nous passions la nuit sur le site pour prendre des mesures et dessiner… Un groupe de personnes s’est soudainement précipité sur nous et a détruit notre matériel de mesure… Wuuh… Et ils ont blessé de nombreux camarades de classe aussi… Ces gens nous ont menacés… Ils ont dit, ils ont dit que si nous travaillions avec vous, ils… Ils, ils… nous battront à mort… Wuuh… »

Des flammes de colère jaillirent du cœur de Xia Lei : « Où sont-ils maintenant ? »

« Ils… ont brisé notre équipement, nous ont battus et, et sont partis… »

Xia Lei grinça des dents : « Où êtes-vous maintenant ? »

« Nous, nous sommes à l’hôpital. Nous n’avons pas beaucoup d’argent… Ils ne veulent pas nous soigner… Pleure… »

Guan Ling-Shan sanglotait pendant qu’elle parlait.

Xia Lei repoussa sa colère et la consola : « Ne pleure pas, Ling-Shan. N’aie pas peur non plus. Dis-moi dans quel hôpital vous êtes, je viendrai tout de suite et je paierai les frais. »

Guan Ling-Shan sanglota : « Nous sommes à l’hôpital du peuple. »

« Attendez-moi. J’arrive tout de suite. »

Xia Lei raccrocha.

Il était si furieux qu’il avait presque détruit son propre téléphone.

Dans un premier temps, le salon de Qin Xiang avait été incendié, puis ses employés avaient été battus. C’était évidemment une vengeance de Huang Yi-Hu suite à sa défaite aux enchères au profit de Xia Lei.

« Huang Yi-Hu a envoyé des gens pour battre tes employés ? »

Qin Xiang avait l’air surpris.

« Oui. Je vais aller sur le site maintenant pour jeter un coup d’œil. Tu restes ici. Nous parlerons demain », dit Xia Lei.

« Non, je vais avec toi. Mon salon a été détruit. Il est inutile que je reste ici », dit Qin Xiang.

Xia Lei n’y réfléchit pas à deux fois : « D’accord, allons sur le site. »

Le H6 Grand Wall rugissait sur les routes comme une bête en colère.

« Que comptes-tu faire ? »

Qin Xiang brisa le silence dans la voiture. Il regarda Xia Lei avec un air un peu inquiet.

Les yeux de Xia Lei étaient froids. « Ce chien m’a mordu, alors je vais le poignarder avec un couteau. »

« Tu vas lui faire la peau ? »

Qin Xiang avait l’air plus inquiet. Il avait voulu tuer Huang Yi-Hu lui-même plus tôt, mais il savait à ce moment-là que ce n’était vraiment pas une bonne idée.

Xia Lei ricana : « Ce serait trop facile pour lui. Je veux qu’il perde tout et qu’il souhaite sa propre mort ! »

Qin Xiang était perplexe : « Tu veux dire que tu as déjà un moyen de t’occuper de lui ? »

Xia Lei acquiesça : « Allons d’abord à l’hôpital pour voir ces enfants et ensuite nous parlerons. Surveille les distributeurs automatiques de billets sur le bord de la route et préviens-moi quand tu en vois un. J’ai besoin de retirer de l’argent. »

Qin Xiang était sur le point de hocher la tête lorsqu’il repéra un distributeur de billets. Il fit donc un signe de la main, puis le lui indiqua : « Il y en a un là-bas ! »

Vingt minutes plus tard, Xia Lei était arrivé à l’hôpital du peuple avec Qin Xiang. En entrant dans l’hôpital, il avait vite vu Guan Ling-Shan, Yin Hao, Han Bo et les autres dans le couloir des urgences. Certains d’entre eux se tenaient debout dans le couloir et d’autres étaient assis sur les chaises d’attente à l’extérieur de la salle du médecin de garde. Certains avaient des blessures à la tête et du sang sur le visage. D’autres avaient les vêtements déchirés et n’avaient plus qu’une seule chaussure. D’autres avaient des blessures sur le corps avec des contusions évidentes. Leur vigueur de jeunesse avait disparu. Ils ressemblaient à un groupe de mendiants en attente de secours, appauvris et déprimés.

« Le président Xia est là ! Le président Xia est là ! » s’écria Han Bo, dont le visage avait enflé suite à la bagarre.

Un grand groupe d’étudiants s’était rassemblé autour d’eux, les yeux pleins de soulagement et d’attente. Guan Ling-Shan se tenait devant Xia Lei. Elle avait aussi été battue. Ses lunettes étaient cassées, un côté était fissuré tandis que l’autre avait perdu son verre.

Guan Ling-Shan se mit à pleurer à la vue de Xia Lei : « Président Xia, nous… n’avons pas d’argent… l’Hôpital… »

« Viens avec moi. »

Xia Lei tira Guan Ling-Shan par la main et se dirigea vers la clinique du médecin de garde.

Il n’y avait qu’un seul médecin de garde à cause de l’heure tardive et c’était un homme d’une trentaine d’années. Il était assis dans la clinique et jouait avec son téléphone portable. Il ne regarda même pas directement Xia Lei quand celui-ci entra avec Guan Ling-Shan mais dit indifféremment : « Ne vous ai-je pas déjà dit que l’hôpital n’est pas une œuvre de charité ? Comment allons-nous vous traiter si vous n’avez pas d’argent ? »

Dès qu’il eut fini de parler, un sac en plastique frappa le bureau. De l’argent sortit de l’ouverture du sac. Il était encore tout neuf et brillait de façon tentante sous la lumière.

Le médecin de garde leva les yeux, surpris, et vit un Xia Lei furieux.

« Vous n’allez pas vous soucier de savoir s’ils vivent ou meurent s’ils n’ont pas d’argent. Comment pouvez-vous être médecin ? Votre professeur ne vous a pas appris la valeur de la vie humaine ? », dit Xia Lei avec colère.

Le médecin de garde se mit debout : « C’est la règle de l’hôpital. Comment pouvons-nous les soigner s’ils n’ont pas d’argent ? Pourquoi me criez-vous dessus ? Allez voir le chef de l’hôpital si vous avez des problèmes ! Si vous causez encore des problèmes, j’appellerai la sécurité pour vous chasser, vous pourrez toujours aller chercher un hôpital qui vous soignera gratuitement ! »

Xia Lei frappa soudainement le bureau du médecin. Le coup de poing était lourd et tout le bureau sauta sous l’impact – il y avait un trou dans le bureau quand Xia Lei en retira son poing.

Le docteur était si effrayé que son visage s’était vidé de ses couleurs.

Xia Lei pointa le docteur du doigt, les yeux glacés, directement vers son nez : « Vous feriez mieux de vous conformer ou vous finirez comme ce bureau ! »

Le docteur acquiesça timidement. Il n’avait jamais vu quelqu’un capable de percer un trou dans un bureau. De plus, le Xia Lei se trouvant devant lui ne semblait pas être une bonne personne mais un personnage irréfléchi venu du monde souterrain. Comment un petit docteur comme lui pouvait-il se permettre d’offenser une personne comme lui ?

« Qu’est-ce que vous attendez ? Soignez leurs blessures ! », rugit Xia Lei.

« Tout de suite, tout de suite… Mais apportez votre argent au caissier. Je ne collecte pas l’argent, je ne vois que les patients… Qui passe le premier ? »

Le docteur n’avait même pas essuyé la sueur sur son front, il était immédiatement passé en mode travail.

Le monde était ainsi fait : les faibles avaient peur des forts et ceux qui aimaient leur vie avaient peur de ceux qui gâchaient la leur.

Le médecin commença à s’occuper de ceux qui avaient besoin d’un traitement, sans même attendre que Xia Lei lui montre le reçu.

Xia Lei paya les frais à la caisse, puis retira 50 000 et les remit à Guan Ling-Shan.

Ce dernier regarda Xia Lei avec surprise : « Président Xia, à quoi ça sert ? Pourquoi me donnez-vous de l’argent ? »

« Prends cet argent. Achète des vêtements et des aliments pour tes camarades de classe demain. Tu t’achèteras une nouvelle paire de lunettes. Répartis le reste de l’argent à parts égales entre vous », dit Xia Lei.

« Je, je ne peux pas faire ça. »

Guan Ling-Shan essaya de rendre l’argent à Xia Lei.

Mais il arrêta sa main fermement.

« C’est de la part de la compagnie. Ne t’inquiète pas et utilise-le. Et je ne laisserai pas passer le fait que vous vous soyez fait tabasser. J’obtiendrai justice pour vous tous. »

Guan Ling-Shan s’agrippa à l’épaisse pile d’argent et fut si émue qu’elle pleura.

Les camarades de classe qui se tenaient à proximité étaient également émus. Ils estimèrent que c’était une bonne chose pour eux que de travailler pour un patron qui s’intéresse à eux et pense à eux.

« Président Xia, ces gens venaient de la pègre. Vous ne pouvez pas vous battre avec eux. Nous… Nous venons d’être battus. Ce n’est pas grave. Nous irons mieux dans deux jours. », dit Yin Hao.:

Han Bo s’exprima également : « Oui, Président Xia, vous êtes le président de notre société. Vous ne pouvez pas vous battre avec ces voyous. »

« Ne vous inquiétez pas. J’ai mes propres méthodes pour les combattre. Au fait, l’un d’entre vous a-t-il fait un rapport de police ? », déclara Xia Lei.

« Nous avons fait un rapport de police. La police est venue sur le site avant que vous n’arriviez. Ils ont dit qu’ils allaient poursuivre ces voyous et n’ont pas réapparu depuis », déclara Guan Ling-Shan.

Il était difficile de dire quelle importance la police accordait à une affaire dans laquelle un groupe de jeunes diplômés était battu par des voyous, sans pour autant avoir subi de blessures mortelles.

Guan Ling-Shan reprit la parole : « Je voulais d’abord appeler Mlle Liang, mais comme c’est une femme, j’ai pensé qu’il valait mieux ne pas lui dire, alors je vous ai appelé. »

« Vous avez bien géré la situation. Reposez-vous demain. N’allez plus sur le site », dit Xia Lei.

« Non, nous voulons y aller. Nous avons déjà mesuré ce terrain et établi des plans. Nous aurons terminé notre projet dans deux jours. Comment pourrions-nous ne pas y aller ? », dit Han Bo

« Oui, nous voulons y aller. Nous n’avons pas peur d’eux », dit quelqu’un.

Xia Lei avait été touché : « Très bien. Puisque vous êtes si insistants, je vais demander à Mlle Liang de veiller sur vous. »

« Mlle Liang ? Mais si ces voyous reviennent… »

Han Bo avait l’air inquiet.

« Tu n’as pas à t’inquiéter pour ça. Ces voyous ne sont pas de taille face à elle », déclara Xia Lei.

« Hein ? »

Les étudiants avaient l’air étonnés. Ils n’avaient aucune idée de l’autre identité de Liang Si-Yao – l’experte du Wing Chun.

Xia Lei quitta l’hôpital deux heures plus tard. La nuit était devenue plus noire, les rues étaient vides de piétons et de voitures.

« Et maintenant ? » demanda Qin Xiang.

« Allons créer des ennuis à Huang Yi-Hu », dit Xia Lei.

« Tu vas vraiment aller à la villa du village de pêcheurs ? Il aura déjà pu y tendre un piège attendant juste que nous nous y jetions. », dit Qin Xiang

Xia Lei secoua la tête.

« Je n’ai pas dit que j’irais à la villa du village de pêcheurs. Je vais à sa compagnie. »

« À sa compagnie ? »

Qin Xiang s’était figé sur place.

« Allons-y. J’ai besoin que tu utilises tes talents », dit Xia Lei.

Qin Xiang semblait avoir deviné l’intention de Xia Lei. Il haussa les épaules, puis sourit ironiquement.

« Je vais le prendre comme un compliment. »

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. PascalW
  • 🥈2. j
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • j


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 91 – Bonne cuisine et jolies filles Menu Chapitre 93 – Duo de cambrioleurs