Vision Transcendante | Tranxending Vision | 超品透视
A+ a-
Chapitre 197 – Confirmation de la relation

 

Le salon était vide et calme. Xia Lei ferma la porte derrière lui. Il passa devant le salon et regarda dans la cuisine – personne. Alors qu’il se dirigeait vers le bureau, Liang Si-Yao sortit de sa chambre avec une serviette de bain autour du corps. Ses cheveux noirs étaient mouillés et elle s’essuyait les cheveux avec une serviette.

Xia Lei la regardait fixement.

« Tu… »

Liang Si-Yao s’était retournée.

« Quand es-tu revenu ? »

« À l’instant », dit Xia Lei en souriant.

Liang Si-Yao le vit se tenir les mains derrière lui et sourit.

« Qu’est-ce que tu caches derrière toi ? »

Xia Lei amena ses mains devant lui et un bouquet de roses apparut comme par magie.

« Oh ! »

Liang Si-Yao poussa un cri de joie et courut à quelques pas aux côtés de Xia Lei avec ses longues jambes, sans se soucier de savoir si elle portait des pantoufles. Elle prit le bouquet de roses et renifla. Cette série d’actions fut instantanée. On ne pouvait pas s’attendre à moins d’une descendante du Wing Chun. Elle était agile.

Xia Lei était heureux de voir qu’un bouquet de fleurs fraîches pouvait la rendre si heureuse. Il n’avait pas pensé à utiliser des fleurs pour apaiser sa petite amie jusqu’au jour où il vit Gu Ke-Wu essayer d’offrir des fleurs à Shentu Tian-Yin à l’aéroport. Cette vision lui rappela qu’il n’avait jamais offert de fleurs à Liang Si-Yao.

Gagner la faveur des filles n’était après tout pas si compliqué. Il apprenait rapidement.

Après l’avoir suffisamment embrassé, Liang Si-Yao le lâcha quand elle sentit qu’il devenait tactile. Elle renifla à nouveau les roses et sortit une carte rose du bouquet. Elle la lut à haute voix : « À ma chère Si-Yao, en te souhaitant du bonheur tous les jours. De la part de l’homme qui t’aime, Lei. »

Elle regarda Xia Lei, tout sourire.

« Je n’aurais jamais pu dire que tu écrirais quelque chose d’aussi romantique. Tu ne trouves pas que c’est un peu trop doux pour être vrai ? »

Le visage de Xia Lei se réchauffa.

« Je, euh… j’ai demandé au fleuriste d’écrire quelque chose. »

Liang Si-Yao fit la moue : « Tu veux dire que je ne suis pas ta plus chère ? »

« Bien sûr que tu l’es. Que… Je… Le fleuriste a écrit ce que j’ai dit… »

Xia Lei ne savait pas comment s’expliquer autrement. Liang Si-Yao n’avait qu’une serviette sur elle et les lignes de son corps, associées à son allure juvénile, le rendaient plutôt nerveux.

« Quel bon garçon. Bisou-bisou ! »

Liang Si-Yao lui donna soudainement un baiser.

Xia Lei était comme un petit bout de bois et Liang Si-Yao la flamme qui le consumait.

La porte de l’appartement s’était soudainement ouverte et Liang Zheng-Chun entra avec un gros sac de provisions. Il fut rapidement accueilli par la vue de sa fille et de son disciple en contact intime, et de sa fille avec juste une serviette autour d’elle en plus. Il s’était rapidement détourné et toussa maladroitement à deux reprises.

« Ahem, ahem. »

Xia Lei et Liang Si-Yao s’étaient séparés presque au même moment. Liang Si-Yao rougit et dit avec une colère honteuse : « Papa ! Pourquoi tu n’as pas frappé ? »

Liang Zheng-Chun s’arrêta.

« J’ai les clés et j’entre dans ma propre maison. Pourquoi devrais-je frapper ? »

Xia Lei était vite allé aider à ranger les courses.

« Je vais vous aider, Maître. »

Liang Zheng-Chun fixa Xia Lei du regard.

« Vous deux, j’ai vu à travers vous il y a longtemps, mais vous me l’avez caché et ne m’avez rien dit. »

Xia Lei n’osa pas répliquer et se contenta de sourire en coin. Le problème de Shentu Tian-Yin était résolu et il n’avait plus besoin de faire semblant d’être son petit ami. Il avait décidé de parler à Liang Zheng-Chun de sa relation avec Liang Si-Yao ce soir-là, mais Liang Zheng-Chun avait été le témoin inopiné de leur intimité. Cela lui avait également évité d’aborder le sujet.

« Bien, je suis déjà au courant. Va brûler de l’encens pour la femme de ton maître. Parle-lui-s’en et l’affaire est réglée. »

Liang Zheng-Chun était un homme qui ne se souciait pas des broutilles.

« Oui, tout de suite. »

Xia Lei se rendit joyeusement au salon où se trouvait un portrait de la mère de Liang Si-Yao et une petite table sur laquelle se trouvait un brûleur d’encens en bronze.

Liang Zheng-Chun regarda alors Liang Si-Yao tandis que Xia Lei brûlait de l’encens.

« Qu’est-ce que tu fais là ? Tu ne vas pas t’habiller ? Tu as tellement grandi, mais tu ne sais pas comment être timide. »

Liang Si-Yao n’était pas partie. Au lieu de cela, elle leva la main et pointa du doigt Xia Lei, qui leur tournait le dos.

« Je veux entendre ce qu’il dit à ma mère », dit-elle doucement.

Xia Lei tenait un bâton d’encens allumé lorsqu’elle dit doucement : « Chère femme de Maître, j’aime bien Si-Yao. Je prendrai bien soin d’elle, soyez-en assuré. »

Il inséra alors le bâton dans le brûleur en bronze lorsqu’il eut fini, puis se mit à genoux sur le tapis de prière devant son portrait et inclina les mains devant elle.

Les mots qu’il prononça étaient simples mais c’était son style et sa promesse. Liang Si-Yao avait un regard béat sur son visage. Elle serait retournée allumer le feu de Xia Lei si Liang Zheng-Chun n’avait pas été là.

Liang Zheng-Chun sourit aussi. Xia Lei était une personne gentille, honnête, aimable et sincère à ses yeux, il était rassuré que Xia Lei soit avec Liang Si-Yao. Xia Lei était l’un des meilleurs, que ce soit par son apparence ou ses capacités. Comment pouvait-il être insatisfait d’un futur gendre comme celui-ci ?

Cependant, Liang Zheng-Chun s’était contenté de sourire, puis il fit un visage sévère.

« Va te changer ! Quelle est donc cette apparence, hein ? »

Liang Si-Yao lui tira la langue, puis retourna avec joie dans sa chambre pour se changer.

Xia Lei se leva et apporta le sac d’épicerie à la cuisine, en disant : « Je vais cuisiner, Maître. »

« Tu la gâtes. Laisse Si-Yao le faire. », dit Liang Zheng-Chun en riant.

« C’est bon. C’est la même chose, peu importe qui le fait », dit Xia Lei en souriant.

Xia Lei entra dans la cuisine et Liang Zheng-Chun se dirigea lentement vers le portrait de sa femme. Il alluma un bâton d’encens et dit sous son souffle : « Ne t’inquiète pas. Xia Lei est un homme bon. Notre enfant Si-Yao a de la chance. Tu dois veiller sur elle. »

Après le repas, Liang Zheng-Chun appela Xia Lei dans le bureau. Le maître et le disciple s’exercèrent à pousser les mains pendant un moment, puis s’assirent et discutèrent. Liang Si-Yao fit deux tasses de thé et les apporta, puis se tint docilement derrière Xia Lei.

« Lei, le séminaire d’arts martiaux va bientôt commencer. T’es-tu décidé ? Veux-tu venir avec moi ? »

Liang Zheng-Chun regarda Xia Lei avec impatience.

« Où aura lieu ce séminaire d’arts martiaux ? », demanda Xia Lei.

« Sur le Mont Emei », dit Liang Zheng-Chun.

« Le Mont Emei est une montagne célèbre dans le Sichuan, n’est-ce pas ? »

Xia Lei n’y était jamais allé auparavant, mais il la connaissait bien.

« Je me souviens avoir lu des romans d’arts martiaux et beaucoup d’entre eux mettaient en scène des personnages de la Faction Emei. », dit-il en souriant.

« Il y a encore des Factions Emei aujourd’hui, mais pas aussi extrêmes que dans ces romans. Le Bureau culturel organise ce séminaire d’arts martiaux, il n’est donc pas étrange qu’il ait lieu sur une montagne célèbre comme le mont Emei. J’avais entendu dire qu’ils avaient prévu de le tenir au temple Shaolin à Lushan, mais un problème est survenu. Il a donc été organisé sur le Mont Emei. »

 

Xia Lei réfléchit un peu.

« Très bien, je vais aller avec vous, Maître. Je vais de toute façon demander à Si-Yao de diriger la compagnie et il ne me reste plus rien à faire. »

Liang Si-Yao fit la moue : « Je veux y aller aussi. »

Liang Zheng-Chun fixa Liang Si-Yao du regard.

« Pourquoi dois-tu y aller ? Lei et moi serons partis pour quelques jours. Tu ne peux pas supporter de le laisser partir pour quelques jours ? »

Le joli visage de Liang Si-Yao devint tout rouge, mais elle ne répliqua pas, c’était comme si elle l’avait admis.

« C’est réglé alors, Lei. Je vais mettre ton nom dans le formulaire. Tu vas pouvoir élargir tes horizons si tu viens », déclara Liang Zheng-Chun.

Xia Lei fit un signe de tête.

« Mm, il me reste encore du temps. Je peux aussi mettre de l’ordre dans l’entreprise en attendant. »

Liang Si-Yao s’appuya sur l’épaule de Xia Lei.

« Tu ne m’as pas donné ces gants mécha. Tu en as et papa aussi – et moi alors ? »

« Je te les ferai demain », dit Xia Lei en riant.

Liang Zheng-Chun ouvrit une armoire dans le bureau et sortit les gants que Xia Lei lui avait faits, en souriant : « Ces gants sont très compatibles pour nous, pratiquants du Wing Chun. C’est aussi la meilleure arme que j’ai vue. Je la laisserai certainement faire une apparition au séminaire d’arts martiaux et laisserai ces gens la voir, haha. »

« Papa, que diras-tu si quelqu’un te demande qui les a fabriqués ? », demanda Liang Si-Yao en plaisantant.

« Lei, bien sûr. »

Liang Zheng-Chun regarda Liang Si-Yao d’un air interrogateur. Quelle était cette question ?

« Les gens ne sauront pas qui est Lei. Ils vont certainement demander « Qui est Lei » et « Quel est le lien de parenté entre ce Lei et vous ? » »

« D… »

Liang Zheng-Chun allait dire « disciple », mais en voyant les grands yeux de Liang Si-Yao, il  changea ses mots et dit en riant : « Si on me demande vraiment, je dirai que c’est mon gendre. Haha. »

« Papa ! »

Liang Si-Yao changea encore d’avis.

« Es-tu si impatient de marier ta fille ?  Je n’ai pas dit que je l’épouserai ! Comment est-il devenu ton gendre ? »

Liang Zheng-Chun resta sans voix.

Xia Lei était gêné, mais cela n’avait pas entamé sa bonne humeur. Il pensait que ce n’était pas une mauvaise chose s’il épousait vraiment Liang Si-Yao et devenait le gendre de Liang Zheng-Chun.

« Je retourne dans ma chambre pour dormir. »

Liang Zheng-Chun n’avait pas envie de discuter davantage avec Liang Si-Yao et il partit après avoir rangé ses gants. Il ne voulait pas rester et être la troisième roue du carrosse.

Il ne restait plus que Xia Lei et Liang Si-Yao dans le bureau. Ils avaient plusieurs sujets plus tôt, mais ils s’étaient tus après le départ de Liang Zheng-Chun, se regardant et gardant leurs mains pour eux.

Quelques minutes plus tard, Liang Si-Yao se pencha soudainement près du cou de Xia Lei et  renifla, puis fronça les sourcils.

« Tu sens mauvais à cause de la sueur. Va prendre une douche. »

« C’est parce qu’il faisait chaud quand je faisais la cuisine. Je vais prendre une douche avant de dormir, c’est trop tôt maintenant », dit Xia Lei.

« Va te coucher plus tôt. Tu dois aller travailler tôt le matin. Je retourne dans ma chambre. »

Liang Si-Yao se leva et quitta le bureau.

Xia Lei était un peu déçu. Il avait pensé que Liang Si-Yao resterait dans le bureau pour parler un peu plus. Il ne s’attendait pas à ce qu’elle retourne dans sa chambre si tôt pour se coucher.

Liang Si-Yao s’arrêta dans l’embrasure de la porte de l’étude et s’appuya contre le cadre de la porte. Elle lui fit un clin d’œil coquin.

« Qu’est-ce qu’il y a ? », demanda Xia Lei avec curiosité.

Liang Si-Yao se retourna et partit sans un mot.

« Mais qu’est-ce que… », marmonna Xia Lei pour lui-même.

Il s’ennuyait après s’être assis quelques minutes et prit quelques livres médicaux sur les étagères avant de quitter la pièce.

Les lumières de la chambre de Liang Zheng-Chun étaient éteintes, c’était une habitude chez les gens de sa génération que de se coucher tôt et de se lever tôt.

Les lumières de la chambre de Liang Si-Yao étaient également éteintes, mais Xia Lei avait trouvé cela étrange. Pourquoi s’était-elle endormie si tôt ? Il n’avait pas réfléchi plus loin et avait ouvert la porte de sa propre chambre.

« Attends… »

Xia Lei se retourna soudainement pour regarder la porte de la chambre de Liang Si-Yao.

Il y avait un espace, et pas seulement un espace normal – c’était un espace dans lequel une personne pouvait s’insérer latéralement.

Le souvenir de Liang Si-Yao lui faisant un clin d’œil coquin en quittant le bureau refit surface dans sa tête. Un sourire excité s’était répandu sur son visage. C’est donc pour cela qu’elle m’a dit de prendre une douche… Je suis stupide ou quoi ? Pourquoi n’y ai-je pas pensé ? 

Xia Lei jeta les livres dans ses mains dans sa chambre et ferma la porte. Il se dirigea sur la pointe des pieds vers la porte de Liang Si-Yao…

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. j
  • 🥈2. PascalW
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW
  • j


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 196 – Qui est la plus belle, moi ou elle ? Menu Chapitre 198 – Prendre ses précautions