Vision Transcendante | Tranxending Vision | 超品透视
A+ a-
Chapitre 111 – Colère incontrôlée

Chapitre 111 – Colère incontrôlée

Le lendemain, Long Bing était allée s’occuper des informations qu’on lui avait données. Xia Lei partit visiter Jing Du avec Xia Xue, comme il l’avait souhaité. Le frère et la sœur s’étaient d’abord rendus à la Grande Muraille, puis à la Cité interdite dans l’après-midi.

« Grand Frère, c’est le trône de l’empereur. Imposant, n’est-ce pas ? »

Xia Xue désigna le trône dans le Palais de la Pureté Céleste.

Xia Lei regarda le trône et se mit à rire : « Ce n’est qu’une chaise en bois. C’est pas aussi confortable qu’un canapé. »

« C’est le symbole du pouvoir de l’empereur ! En 600 ans de dynasties Ming et Qing, d’innombrables personnes ont perdu la tête et fait couler le sang, tout ça pour s’asseoir sur cette chaise ! »

Xia Xue semblait sur le point de donner une conférence d’histoire à Xia Lei.

Curieusement, Xia Lei pensa soudain à la boussole qu’il avait réparée.

Cette boussole était un artefact de l’époque de Yongle, un produit de la même période que la Cité interdite.

La Cité interdite avait été construite par Zhu Di, empereur de la dynastie Ming. La boussole avait également été gravée des mots de Yongle. Compte tenu de la technologie et des capacités de production de l’époque, il fallait une personne ayant le pouvoir du rang de l’empereur pour réaliser un travail aussi miraculeux. Si cette boussole avait été conçue personnellement par Zhu Di, alors pour quoi l’avait-il utilisée ? Les réflexions sur la boussole avaient inondé l’esprit de Xia Lei. Il laissa alors vagabonder son imagination.

« Je vais aux toilettes un moment. Attends-moi ici, d’accord, Grand Frère ? », dit Xia Xue.

« Oui, vas-y. »

Xia Lei fit un signe de tête et regarda Xia Xue partir. Il pensait encore à la boussole, ses pensées étant alimentées par une simple curiosité. Il ne l’avait jamais revue après que Long Bing l’eut enlevée quand il avait fini de la réparer, et personne ne lui en avait plus parlé.

Il semblerait que Zhu Di soit celui qui en savait le plus sur la boussole. Xia Lei ne pouvait pas résoudre l’énigme, même en y repensant à plusieurs reprises. Il concluait ses réflexions avec un sourire dénigrant.

Ring ring ring, ring ring ring…

Son téléphone sonna soudainement – c’était Chi Jing Qiu.

Xia Lei sortit du Palais de la pureté céleste et prit l’appel : « Quoi de neuf, Jing-Qiu ? »

Chi Jing-Qiu alla droit au but :« As-tu pris une décision par rapport à notre affaire ? Mon client perd patience. Qu’est-ce qui ne va pas ? Penses-tu ne pas être assez payé ? »

Xia Lei avait déjà deviné ce qu’elle dirait en voyant son numéro et il avait préparé une réponse : « Ton client est-il pressé ? Désolé, j’ai été très occupé ces derniers temps. Tu sais comment c’est – ma société vient de démarrer, le supermarché vient d’ouvrir… Et si tu lui demandais de prendre quelqu’un d’autre ? »

Chi Jing-Qiu se fâcha aussitôt : “Xia Lei ! Est-ce que je serais venue te voir si quelqu’un d’autre pouvait faire l’affaire ? »

Xia Lei rit : « Alors pourquoi perd-il patience ? Laissez-le attendre encore un peu. Nous parlerons quand j’aurai fini mes affaires. »

« Vous… »

Chi Jing-Qiu opta pour une approche douce, sa voix était devenue incroyablement sensuelle : « Grand Frère Lei, mon doux Grand Frère Lei, s’il vous plaît aidez-moi ? Nous sommes de vieux camarades de classe, n’est-ce pas ? Aidez-moi cette fois-ci ? »

« Bien sûr que je vais t’aider – ai-je dit que je ne le ferai pas ? J’aurais rejeté l’offre il y a longtemps si je n’avais pas voulu aider », dit Xia Lei.

« Alors dis-moi ce que je dois faire pour que tu m’aides. »

« En fait… »

Avant que Xia Lei ne puisse dire son excuse, Chi Jing-Qiu le coupa : « Tu veux que je couche avec toi ? Pas de problème. Je viendrai chez toi ce soir et je me laverai bien partout pour que tu me baises. Je te traiterai comme un dieu. Ça te plaît ? »

Seule une femme comme Chi Jing-Qiu pouvait dire quelque chose comme ça.

De plus, ce qu’elle avait dit n’était pas une plaisanterie. Elle le ferait si Xia Lei lui faisait un signe de tête – se laver, sauter par-dessus toutes les barrières pour lui et le traiter comme un dieu. Xia Lei n’osa pas accepter une telle chose.

« D’accord, Grand Frère Lei ? Dis juste un mot. Je ferai n’importe quoi. Tu peux jouer avec mon corps comme bon te semble. D’accord ? »

Chi Jing-Qiu parlait d’une voix mignonne qui pouvait transformer les os en gelée.

« Ne plaisantons pas comme ça. Je suis à Jing-Du maintenant. Nous parlerons quand je reviendrai. »

Xia Lei ne pouvait plus supporter ses taquineries.

« Tu es à Jing-Du ? Que fais-tu là-bas ? »

La voix de Chi Jing-Qiu était revenue immédiatement à la normale.

« Je suis allé au Groupe Industriel chinois pour affaire. Ils ont un nouveau bon de commande pour moi », dit Xia Lei.

« Je vois… Ok, on en parlera quand tu reviendras. Je te dirai simplement que j’ai passé ma commande avant le Groupe Industriel chinois, donc tu dois d’abord finir la mienne », dit Chi Jing-Qiu.

Xia Lei rit : « Oui, oui, je vais d’abord finir ton travail. Bon, c’est tout. Je te contacterai plus tard. Au revoir. »

Xia Lei raccrocha avant que Chi Jing-Qiu ne puisse en dire plus.

La voix de Chi JIng-Qiu continuait de résonner dans la tête de Xia Lei, même après qu’il ait raccroché. Il réfléchit tranquillement à la conversation précédente et des doutes surgirent : « La réaction de Chi Jing-Qiu est tout à fait normale. Cela signifie-t-il qu’elle n’a pas peur que je découvre à quoi servent ces pièces ? Ou est-ce que c’était juste une transaction normale et que je suis trop paranoïaque ? Quel est le rôle de Gu Ke-Wen dans tout cela ? »

Il avait une série de questions, mais les réponses étaient profondément cachées et difficiles à découvrir.

« Grand Frère. »

La voix de Xia Xue le fit sortir de ses pensées.

Xia Lei leva la tête pour regarder Xia Xue et se figea.

Xia Xue avait une marque de gifle rouge sur la joue et des larmes dans les yeux.

« Rebroussons chemin, Grand Frère. Il n’y a rien de beau à voir dans cet endroit. »

Xia Xue ne regarda pas Xia Lei dans les yeux et l’exhorta à partir.

« Pourquoi as-tu une marque de gifle sur le visage ? Qui t’a frappé ? Dis-le-moi. Qu’est-ce qui se passe ? », dit Xia Lei, énervé

« N, non… rien. Ne demande pas, Grand Frère. Partons. », dit nerveusement Xia Xue.

Xia Lei réprima sa colère : « C’est bon, je veux juste savoir ce qui s’est passé. »

« A l’instant même… Wuuuh… »

Xia Xue semblait se souvenir de l’humiliation qu’elle avait subie et les larmes coulaient sur son visage, ses mots avalés par les larmes.

À ce moment, trois jeunes filles de 18, 19 ans et quatre jeunes hommes d’une vingtaine d’années s’avancèrent. L’une des filles pointa soudainement Xia Xue du doigt et dit : « Elle est là ! Cette petite salope ! »

Xia Lei regarda d’où venait la voix. Les trois filles étaient peu vêtues et très maquillées ; il s’agissait manifestement de hooligans féminins. Les quatre jeunes hommes étaient également très bien habillés et chacun d’eux avait des tatouages et des piercings. Xia Lei semblait avoir deviné quelque chose quand il vit ce groupe de jeunes. Son visage s’était immédiatement assombri.

Xia Xue tira sur la main de Xia Lei, effrayée.

« Grand Frère, nous, nous devrions y aller », dit-elle anxieusement.

Xia Lei ne bougea pas.

« Partir ? Pour aller où ? Ce sont eux qui t’ont frappé ? »

« Grand Frère, allons-y. Je t’en supplie… »

Xia Xue avait l’air de vouloir pleurer à nouveau.

Xia Lei ne bougea toujours pas, alors que plus Xia Xue avait peur, plus les flammes de sa colère brûlaient.

Les sept jeunes s’approchèrent et entourèrent Xia Lei et Xia Xue en un clin d’œil.

Une fille aux yeux maquillés pointa Xia Xue du doigt et gronda : « Putain, petite salope, qu’est-ce que tu as dit ? Pas de courtoisie ? Je vais m’assurer que tu me dises ce qu’est la « courtoisie » aujourd’hui ! »

Xia Xue se cacha derrière Xia Lei, tremblant de peur.

Ce dernier prit la parole : « Qu’est-ce qui se passe ? Qui réprimandes-tu, « petite salope » ? Lave ta sale bouche. »

La fille ne semblait pas s’attendre à ce que Xia Lei réponde. Elle riait de colère : « Ah ! Alors tu es allée te trouver une aide. Oh non, qu’est-ce que je fais ? J’ai tellement peur ! »

« Hahaha… » s’esclaffèrent les quatre jeunes hommes.

« Hee hee hee » les deux autres femmes hooligans se moquaient.

Leur rire était plein de ridicule et de mépris. Le regard de Xia Lei devint alors glacé.

La jeune fille montra du doigt Xia Xue, derrière son frère, et dit vicieusement : « Merde. Qu’est-ce que ça peut te faire si je jette la serviette hygiénique par terre ? Tu oses dire que je n’ai pas de manières ? Je vais t’enlever tes vêtements et prendre une vidéo de toi, puis la poster partout sur Internet, alors… »

Ses paroles avaient été coupées par la gifle de Xia Lei. Sa gifle lui fit tourner la tête à un angle de 90 degrés. Une dent sortit de sa bouche puis se colla au visage d’un des jeune homme.

La gifle avait rendu le groupe ridicule. Ils ne s’attendaient pas à ce que cet homme à l’allure de bouquiniste attaque soudainement, et avec une telle férocité aussi !

La jeune fille qui avait reçu la gifle fut stupéfaite, puis elle se mit soudainement à crier : « Qu’est-ce que vous attendez ? Frappez-le ! Celui qui le mettra au sol pourra dormir avec moi cette nuit ! »

Les quatre jeunes hommes échangèrent des regards et attaquèrent tous ensemble.

Xia Lei fit s’accroupir de douleur les jeunes qui arrivaient par-devant avec un coup de pied, puis il frappa les jeunes qui arrivaient par-derrière au visage avec son coude. Le jeune tomba au sol, en s’agrippant à sa tête. Avant que les deux autres jeunes hommes ne puissent réagir, Xia Lei s’était retourné pour donner un autre coup de pied au sol. Le jeune homme restant s’était enfui.

Trois des quatre attaquants avaient été vaincus en un clin d’œil et l’un d’eux s’était enfui. Les trois jeunes filles avaient maintenant peur. Elles voulaient s’enfuir, mais Xia Lei s’était avancé et leur avait bloqué le passage. Il balança sa main et les filles s’accroupirent en criant de peur.

À ce moment, un grand groupe de touristes s’était rassemblé, pointant Xia Lei et les trois filles et en chuchotant.

Xia Lei était toujours furieux.

« Qui a frappé ma soeur ? », demanda-t-il avec férocité.

Les deux autres filles regardèrent la fille aux yeux maquillés. Elles ne dirent rien mais leur regard donna la réponse – c’était elle.

« C’était toi ? » Xia Lei regarda la jeune fille aux yeux maquillés.

Elle répondit avec arrogance : « Et alors, si c’était moi ? Si tu oses me battre, je le dirai à mon Grand Frère. Mon Grand Frère amènera ses frères et se vengera pour moi ! Attends un peu ! »

Xia Lei ne pouvait plus retenir sa colère et lui donna un coup de pied dans la poitrine. La jeune fille aux yeux maquillés cria et roula plusieurs fois sur le sol avant de s’évanouir.

« Ce n’est qu’une petite fille. Pourquoi tant de violence ? », dit quelqu’un dans la foule.

« Oui, même si elle avait tort, il aurait dû la gronder. C’est trop, non ? », dit quelqu’un.

« Ce coup de pied pourrait l’envoyer à l’hôpital pour un bon moment », dit quelqu’un.

« Bien joué. Les femmes hooligans comme elle sont trop arrogantes. Rejoindre la pègre à un si jeune âge… Que lui ont appris ses parents ? »

Certaines personnes avaient approuvé le coup de pied.

« Ouais. Les filles de son âge devraient être à l’école, ne pas entrer dans la pègre et devenir des prostituées ou les maitresses de criminels. Comment peuvent-elles rendre compte à leurs parents comme ça ? »

Les commentaires de la foule entrèrent dans les oreilles de Xia Lei et celui-ci se calma lentement. Il n’aurait pas été aussi brutal si ce n’était pas sa propre sœur qui avait été frappée. Xia Xue était son trésor, le petit bébé de la famille depuis sa naissance. Ses propres parents ne pouvaient pas supporter de la gronder et lui-même ne lui avait jamais dit un mot dur. Xia Xue avait toujours été une bonne fille. Quand avait-elle donc déjà fait face à ce genre d’humiliation ? Pour lui, voir quelqu’un frapper Xia Xue était encore plus insupportable que d’être coupé avec un couteau !

« La police est là », dit soudainement quelqu’un.

« Retourne à l’école, vite », dit Xia Lei à Xia Xue.

« Mais, Grand Frère… »

Xia Xue ne voulait pas s’échapper d’elle-même à ce moment-là.

Xia Lei la regarda fixement : « Tu es encore une élève. Ne t’inquiète pas et continue d’étudier. Ton Grand Frère n’aura pas d’ennuis. Vas-y, vite ! »

« Grand Frère… »

Xia Xue voulait en dire plus mais Xia Lei la poussa dans la foule.

Xia Xue partit en larmes.

Deux policiers écartèrent la foule et s’approchèrent de Xia Lei.

Les deux filles accroupies sur le sol pointaient soudain du doigt Xia Lei et disaient : « C’était lui ! Il a fait du mal à notre Sœur. »

« Emmenez les blessés à l’hôpital. Toi mon gars, viens avec moi au poste de police », Dit un policier.

L’autre policier sortit les menottes, regarda Xia Lei et dit brutalement : « Les mains en l’air. »

Xia Lei hésita, puis tendit les mains.

Click ! Une paire de menottes en argent brillant entourait les poignets de Xia Lei.

Dans la foule, un homme d’âge moyen sourit étrangement. Il vit Xia Lei être emmené par les deux policiers et lorsqu’ils s’étaient éloignés, il sortit un téléphone de la poche de son pantalon…



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 110 – Bureau 101 Menu Chapitre 112 – C’était donc toi