Relâchez cette Sorcière | Release that witch | 放开那个女巫
A+ a-
Chapitre 1321 – L’expérience des hautes énergies (2ème partie)

Quinze kilomètres plus loin.

La tour à armature d’acier se dressait au milieu de la plaine couverte de neige. On aurait dit qu’elle n’appartenait pas à ce monde : sa structure organisée et dense, les glaçons qui pendaient des poutres et des câbles, et les couches de fil de fer barbelé qui l’entouraient ne pouvaient que trahir la beauté de cette construction.

Des centaines de personnes se pressaient autour de la tour, faisant les préparatifs nécessaires avant l’explosion.

Parce que tout l’appareil pesait près de dix tonnes et que Colibri était parti en première ligne, ils avaient été incapables d’assembler le tout à la Cité Sans Hiver. À la place, les pièces étaient transportées sur le site de test séparément, puis assemblées sur place.

Heureusement, sa structure était très simple. Ils avaient considéré le besoin de transport pendant le processus de conception afin que l’assemblage ne soit pas compliqué pour les travailleurs.

C’était là aussi que la “Gloire du Soleil” différait des autres armes : même s’ils avaient déjà terminé la mise en place du site et de l’équipement, ils avaient encore besoin d’un ou deux jours pour terminer les derniers préparatifs.

À ce moment, Roland et Anna se tenaient au sommet de la tour, donnant des instructions pour le travail d’assemblage.

«Faites attention au sens du connecteur, faites attention à ne pas le cogner! »

« Tout le monde suit mes ordres! Trois, deux, un! »

Suite aux ordres du contremaître, un long cylindre blanc argenté fut lentement glissé dans l’appareil.

Ce n’est qu’à la fin de cette étape que Roland poussa lentement un soupir de soulagement.

À l’intérieur du corps du cylindre rond se trouvait la principale source d’énergie de l’explosion test: deux bouteilles séparées d’uranium-235, chacune pesant 20 kg. Lorsqu’elles seraient combinées, elles formeraient une masse totale de 40 kg. La masse devait être inférieure à la limite de 53 kg, la masse critique. Théoriquement, une réaction de fission extrêmement intense ne se produirait pas mais ressemblerait à quelque chose comme il l’avait décrit précédemment. Après tout, la masse critique n’était pas un nombre immuable.

Des conditions telles que la forme, la température et la pression pouvaient toutes affecter ce nombre. C’était aussi la raison pour laquelle une arme nucléaire créée à partir d’un simple empilement de matériaux n’avait fondamentalement aucune valeur pratique dans la guerre. Par exemple, une boule d’uranium 235 de 52 kg semblait assez stable, mais en réalité, c’était comme un volcan au bord de l’éruption. Même un petit impact ou une secousse pousserait la limite.

De même, bien que l’utilisation de plusieurs petits morceaux d’Uranium soit sans danger, cela multiplierait la difficulté à déclencher l’explosion. Elle dépasserait en effet la masse critique à l’instant où toutes les pièces se combineraient en une seule, mais les hautes températures produites par la réaction de fission provoqueraient une expansion rapide des pièces d’uranium et la distorsion réduirait leur densité. L’explosion intense pousserait les matériaux vers l’extérieur, provoquant l’arrêt de la réaction au centre.

En résumé, une configuration convenable nécessitait non seulement que l’uranium atteigne une masse supercritique, mais aussi qu’il devait être capable de maintenir cet état aussi longtemps que possible afin de libérer toute la puissance de la réaction de fission.

La configuration du canon était appelée ainsi parce que ses principes étaient extrêmement similaires à celles d’un canon à l’ancienne. Par la détonation d’un explosif, une boule d’uranium serait violemment projetée dans une autre boule d’uranium. Sous la force de la pression, la densité de l’ensemble augmenterait rapidement. Même si la masse de l’uranium était un peu inférieure à 53 kg, elle pourrait devenir supercritique.

Lorsque l’enveloppe extérieure de l’appareil fut connectée, Anna inséra personnellement une boîte avec une étiquette d’avertissement radioactif dans l’orifice du canon.

C’était le dernier élément essentiel de ce test d’explosion.

Roland sentit la sueur couler sur son visage malgré l’air glacé, il avait même cessé de respirer pendant que la boite était insérée.

«Source de neutrons polonium-béryllium. »

Tout comme son nom l’indiquait, il fournissait à la réaction de fission une grande quantité de neutrons libres, ce qui était le moyen le plus direct d’augmenter la masse critique. À l’intérieur de la boîte de métal se trouvait une rangée de sphères creuses. Chaque sphère était de la taille d’une balle de ping-pong et en leur centre une balle de polonium de la taille d’une bille enveloppée fermement dans une feuille d’or entourée d’un anneau de feuilles de béryllium alvéolées.

Lorsque les morceaux d’uranium entreraient en collision, ils briseront également la petite boîte au fond du canon et toutes les sphères creuses seraient compressées pour devenir plus minces que le papier. Après la rupture de la feuille d’or, les feuilles de béryllium colleraient étroitement aux boules de polonium et corroderaient ces dernières, émettant une énorme quantité de neutrons.

Ces neutrons participeraient à la réaction de fission de l’uranium-235 et, s’ils avaient de la chance, ce système permettrait que plus d’uranium soit touché par la fission avant que la réaction ne s’arrête, et d’augmenter considérablement la puissance de l’arme nucléaire.

Parce que la demi-vie du polonium 210 n’était que de 138 jours, fournir un port remplaçable était une étape essentielle. De plus, laisser les neutrons dans l’arme trop longtemps serait extrêmement dangereux, car après tout, le polonium libérait des neutrons par simple contact. Dès qu’il y aurait une rupture dans la feuille d’or, les conséquences seraient impensables.

Dès que la source de neutrons de polonium-béryllium fut chargée dans le dispositif principal, l’appareil passa d’un objet doux et inoffensif à un monstre qui pouvait engloutir chaque personne présente à tout moment.

Même si Roland savait que ce qu’il ressentait n’était que son imagination, qu’il était impossible pour les humains de sentir le changement du nombre de neutrons dans l’environnement, sa respiration devenait plus forcée.

Ce n’est qu’à cette étape que toute la préparation de pré-détonation fut achevée pour le dispositif expérimental.

Anna tint fermement sa main.

«Tu peux passer la commande maintenant. »

Sous son regard calme et stable, Roland hocha légèrement la tête.

Peu importe le résultat, au moins, le plan de la “Gloire du Soleil” était arrivé aussi loin.

Et après avoir fait cette dernière étape, l’humanité franchirait une toute nouvelle frontière.

Il regarda son garde personnel. «Prévenez le poste de commandement que nous allons commencer le compte à rebours de six heures jusqu’à l’explosion! »

[6h00 avant l’explosion.]

Un bruit de sirène se fit entendre.

« L’unité un est entrée dans la phase de tir, je le répète, l’unité un est entrée dans la phase de tir ! Tout le personnel sur le site doit immédiatement emballer ses effets personnels et quitter le site tel que pratiqué dans l’exercice! Tout le personnel doit évacuer vers la zone sûre en une heure! »

Très rapidement, des annonces d’évacuation et des sirènes envahirent tout le site.

«Dépêchez-vous, rassemblez-vous devant la tour, ne laissez personne derrière vous! »

«L’Équipe de Construction 2 rapporte les numéros, un, deux, trois…»

«Verrouiller la porte principale du site d’explosion! »

«Tous les membres de l’équipe des Sorcières du Châtiment Divin sont présents et commencent l’évacuation de groupe. »

La plaine de neige était maintenant mouvementée alors que les gens criaient au milieu des avertissements et des sirènes répétés. Cela rendait l’atmosphère tendue et sérieuse. Tout le monde savait qu’ils étaient sur le point d’assister à une expérience inédite.

[3h00 avant l’explosion.]

À l’intérieur du poste de commandement, Roland et Anna sortirent deux paires de clés et ouvrirent le couvercle de la console.

Ils baissèrent un à un tous les interrupteurs et les voyants verts correspondants sur la console s’allumèrent.

«Envoi de courant depuis le câble principal! »

«Lune Mystérieuse No.1 travaille normalement, la charge augmente de façon stable. »

«Passez à la première ligne maintenant. »

«Compris, la première ligne est connectée, le flux de courant vers l’appareil est normal! »

Les observateurs rapportèrent bruyamment la situation du système de détonation jusqu’à ce que le dernier voyant vert s’allume, ce qui signifiait que le courant avait déjà traversé plusieurs cycles de rappel vers la plate-forme à quinze kilomètres.

[1h00 avant l’explosion.]

Une alarme retentit au poste de commandement, ce qui signifiait qu’il ne restait qu’une heure avant la détonation.

Toutes les portes et les fenêtres du bunker furent fermées et des bougies pincées une par une afin d’éviter des accidents causés par l’explosion.

Les supérieurs de la Cité Sans Hiver entrèrent dans leurs observatoires. Selon les instructions de Roland, son extérieur était fait en forme de trapèze pour mieux résister aux ondes de choc, tandis que l’extrémité intérieure était plus profonde pour accueillir les corps massifs des supports d’origine.

Pasha et les autres sorcières de Taquila attendaient à l’intérieur depuis longtemps.

[0h15 avant l’explosion.]

Le ciel s’assombrit peu à peu.

La dernière vague d’alertes urgentes arriva enfin.

Que ce soit les supérieurs, les soldats ou les travailleurs de la construction, tous suivirent les instructions et portaient des lunettes de soleil noires pour bloquer la lumière, bien que beaucoup d’entre eux soient perplexes sur la raison pour laquelle ils avaient besoin de porter des lunettes qui obstruaient leur vision dans un tel jour sombre et neigeux.

Maintenant, ils ne pouvaient rien voir.

[0h05 avant l’explosion.]

«Compte à rebours de cinq minutes! »

Lorsque l’avertissement retentit, les environs étaient devenus extrêmement silencieux.

Toutes les conversations et discussions s’arrêtèrent. Tout le monde regarda la noirceur sombre devant eux sans détourner les yeux et retinrent inconsciemment leur souffle.

«Compte à rebours de trois minutes! »

Roland sentit la sueur couler de ses paumes.

Anna lui jeta un regard et lui tint la main.

«Compte à rebours d’une minute! »

Une autre main se tendit de l’autre côté et entremêla ses doigts avec les siens.

«Compte à rebours de dix secondes! »

«Neuf! »

Bien qu’il soit dommage qu’il ne puisse pas appuyer sur le bouton de détonation lui-même, Roland savait que la longue route de l’histoire ne faisait que commencer.

«Trois! »

«Deux! »

«Un! »

«Mise à feu! »

La plaine enneigée au loin était calme, comme si rien ne s’était passé. Le temps sembla se figer à ce moment. C’était comme si un long moment s’était écoulé, mais en même temps, ce n’était qu’un bref moment.

Après quoi, une lueur bleue éblouissante jaillit de l’horizon et déchira en un instant les ténèbres devant eux!

❤️Soutenez le novel sur Tipeee Je soutiens la trad de Galadriel ! Je clique ici ! 
🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Charon
  • 🥈2. K1nggor
  • 🥉 3. Jimmy
  • 4. Julien Martin
  • 5. Julien
  • 6. Guillaume Vomscheid
  • 7. Lawliet
  • 8. Xetrix
  • 9. Frederic
  • 10. Cesar
  • 11. Damou
🎗 Tipeurs récents
  • K1nggor
  • Xetrix
  • Cesar
  • Julien Martin
  • Frederic
  • Charon
  • Lawliet
  • Jimmy
  • Damou
  • Guillaume Vomscheid
  • Julien


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 1320 – L’expérience des hautes énergies (1ère partie) Menu Chapitre 1322 – La lumière qui brise les ténèbres