Le Système Technologique d’un Etudiant Hors Pair | Scholar's Advanced Technological System | 学霸的黑科技系统
A+ a-
Chapitre 132 – Le nouvel an à la maison

Une émission de télé réalité sur la science ? ça à l’air ennuyeux.

Tu comptes me faire me lever le matin pour cinquante mille ?

Peut-être que si tu y ajoutes un autre zéro, j’y réfléchirai.

Lu Zhou abandonna finalement la reporter et monta dans le métro.

Chaque fois qu’il rentrait chez lui, il ne pouvait s’empêcher d’apprécier à quel point la Chine était géniale. De l’avion au métro, du métro au train à grande vitesse. Le train à grande vitesse le ramenait directement à la maison.

Les transports en commun chinois étaient sans précédent.

Ce type de transport était impossible en Amérique.

Quand Lu Zhou descendit du train à grande vitesse, plutôt que de prendre le bus, il appela un taxi devant la gare.

Quand il arriva chez lui, il regarda les saules devant sa maison. C’était comme s’il n’était jamais parti.

Alors que Lu Zhou traînait sa valise jusqu’à la porte, il se sentait à la fois excité et nerveux. Il prit une profonde inspiration avant d’appuyer sur la sonnette.

Ding…

Immédiatement après, des bruits de pas résonnèrent derrière la porte.

Peu de temps après, la porte s’ouvrit et un visage familier apparut.

“Qui est-ce… Fils ?”

Quand Fang Mei vit son fils, son visage s’illumina. Elle dit : “Tu es déjà là ?”

“Je voulais te faire la surprise !”

Lu Zhou sourit et traîna sa valise à l’intérieur.

Fang Mei attrapa la valise et cria vers la salle de bain, “Chéri, dépêche-toi d’aller acheter du poisson, nous allons faire du poisson pour ton fils ce soir.”

“Quoi ? Mon fils est rentré ?”

La voix de son père traversa la salle de bain, suivie par le bruit des toilettes.

Lu Zhou agita rapidement la tête, “Maman, c’est bon, je me fiche de ce que nous mangeons, donc tu n’as pas à travailler si dur.”

Fang Mei sourit et dit : “Qu’est-ce que tu essayes de dire ? Je suis en pleine forme et j’ai envie de cuisiner !”

Le père de Lu Zhou se lava les mains. Quand il fut sorti de la salle de bain, il cria, “Fils ! Laisse-moi voir à quel point tu as grandi !”

“Grandi, grandi… Viens, papa, je t’ai acheté un cadeau, j’en ai acheté aussi pour Xiao Tong et pour maman,” dit Lu Zhou. Il ouvrit alors sa valise et sortit deux bouteilles de vin rouge et deux boîtes de produits de soin de la peau avant de les donner à ses parents.

Son père lui dit : “… Tu as acheté du vin, ne t’avais-je pas dit de ne pas gaspiller ton argent ? Combien ça coûte ?”

“Ce n’est pas cher, seulement quelques centaines de dollars, et ce ne sont pas des marques de luxe. Ce n’est pas mon argent de toute façon. C’est l’argent qui restait du financement de mon voyage”, dit Lu Zhou avec un sourire.

Il ne pouvait pas garder l’argent de l’école de toute façon alors il pouvait tout aussi bien le dépenser.

“Des dollars ?” demanda le vieux Lu. Il ajouta : “Tu… as acheté ça aux Etats-Unis ?”

“Ouais” dit Lu Zhou. Avec un sourire, il dit : “Je suis allé à Princeton pour assister à cette conférence, tu sais. Je les ai acheté là-bas.

Le Vieux Lu regarda Fang Mei et sourit en disant : “Je pensais que tu parlais d’un hôtel appelé Preston ou quelque chose du genre… Tu es allé en Amérique ? Pourquoi ne nous l’as-tu pas dit ?”

Lu Zhou 😕 ? ?

Comme il n’y avait aucun cours particuliers pendant les vacances d’hiver, Xiao Tong arriva à la maison vers six heures et demie.

Quand elle vit Lu Zhou assis dans le salon, ses yeux s’illuminèrent et elle cria : “Frère !” avant de se précipiter avec excitation.

Elle ne l’avait pas vu depuis longtemps.

Lu Zhou ne se souvenait pas qu’elle était aussi attachée à lui.

Cependant, ils ne s’étaient pas vus depuis un an.

Fang Mei préparait une table digne d’un nouvel an chinois.

Le vieux Lu sortit de l’alcool des placards et le posa sur la table.

“Viens, bois avec papa.”

“Santé !”

Xiao Tong regardait les deux hommes en train de boire, elle dit : “Papa, ne bois pas autant. Pareil pour toi, frère. Papa avait enfin arrêté de boire, et toi tu as ramené deux bouteilles de vin.”

“C’est bon. Ce sont les vacances. Allez, mange.” dit Fang Mei en souriant et en plaçant de la nourriture dans l’assiette de son fils.

“Maman, c’est bon, tu n’as pas à t’occuper de moi,” répondit Lu Zhou.

Sa famille était si enthousiaste qu’il était presque un peu embarrassé.

Xiao Tong dit : “Oh, je vois. Dès que mon frère est de retour, il devient l’enfant préféré. Il va falloir que j’aille dans une bonne université aussi.”

Lu Zhou connaissait trop bien sa personnalité compétitive, alors il ne répondit pas. Il attrapa du poisson et le plaça dans son assiette.

“Je te souhaite le meilleur. Allez, mange du poisson. C’est bon pour la mémoire.”

“Haha, frère, tu es trop bon avec moi.”

“Haha, je t’en prie.”

“…”

Le dîner était très animé.

La joie de ces retrouvailles tant attendues illumina la table à manger.

Lu Bangguo avait beaucoup bu cette nuit-là.

Il était rare qu’il soit aussi ivre.

Après le dîner, Lu Bangguo s’assit sur le canapé et regarda les informations. Il parlait avec émotion.

“Fils, le plus grand souhait de ma vie était de te voir devenir meilleur que moi. Je n’ai même pas obtenu mon diplôme d’études secondaires, je suis sans instruction. Tu l’as déjà réalisé ! À partir de maintenant, ta vie est entre tes mains, tu dois prendre tes propres décisions !”

Lu Zhou ne buvait pas beaucoup, mais il était aussi légèrement ivre. Il sourit et répondit : “Que veux-tu dire par manque d’éducation, tu es le père d’un mathématicien, cela te rends aussi instruit.”

“Hé, quand tu le dis comme ça… Ça a du sens,non ?”

Peu de temps après, Lu Bangguo se mit à ronfler sur le canapé.

Lu Zhou ramassa la télécommande et baissa le volume de la télévision.

Une fois que Xiao Tong eut fini d’aider sa mère à faire la vaisselle, elle courut vers le canapé et demanda avec impatience à son frère.

«Frère, tu es vraiment allé en Amérique ?!”

Lu Zhou leva les yeux au ciel, “Bien sûr que j’y suis allé. Ne me dis pas que toi aussi tu ne sais pas ce qu’est Princeton ?”

Xiao Tong saisit soudain son bras et sourit en demandant : “Alors frère, où est mon cadeau ?”

Lu Zhou connaissait bien ses tours. Il soupira et dit : “Ton cadeau est dans ma valise, mais est-ce que je dois te le donner ?”

Xiao Tong dit pitoyablement: “Qu’est-ce que tu veux dire ? Je suis ta chère et tendre sœur”.

Lu Zhou répondit, “Parce que j’ai peur que tu n’étudies pas aussi bien avec un nouveau téléphone.”

Les yeux de Xiao Tong s’illuminèrent et elle demanda : “C’est un nouveau téléphone ? C’est un Apple ?”

Lu Zhou répondit, “Quelle note as-tu obtenu à l’examen de mathématiques ?”

“145 !” répondit rapidement Xiao Tong. Elle ajouta : “Je ne mens pas !”

Lu Zhou répondit, “Tu en es sûre ?”

Xiao Tong, “Oui, oui, vraiment !”

Lu Zhou fit un geste de la main et dit : “Très bien, c’est dans ma valise. Prends-le”

“Wow ! Grand frère, tu es le meilleur !”

Xiao Tong embrassa Lu Zhou avant de descendre du canapé.

Lu Zhou regardait sa sœur sauter, il sourit.

Rien de tel que d’être à la maison.

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Cindy
  • 🥈2. Romain
  • 🥉 3. JOSEPH
  • 4. PascalW
  • 5. Lawliet
  • 6. Hichiri
  • 7. Meifumado
  • 8. Morris
  • 9. Cesar
  • 10. Thezwhd4210
🎗 Tipeurs récents
  • Cesar
  • Meifumado
  • Hichiri
  • Cindy
  • JOSEPH
  • Lawliet
  • Romain
  • Morris
  • PascalW
  • Thezwhd4210


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 131 – Faîtes comme si je n’avais rien demandé Menu Chapitre 133 – L’enfant reste à l’écart