Le Salon de Discussion des Cultivateurs | Cultivation chat group | 修真聊天群
A+ a-
Chapitre 187 – C’est comme frapper quelqu’un qui est déjà à terre!

Le Maître de Branche Jing Mo était stupéfait. Abasourdi.

– « Ai-je ouvert la porte dans le mauvais sens ? J’ai poussé la porte d’entrée, pourquoi suis-je dans un grand désert ? Ai-je activé par inadvertance la Formation protégeant la cour ? »

Il tourna rapidement la tête. Comme prévu… la porte n’était plus là.

Tsk. Ils sont vraiment prudents. Ils ont mis en place une telle mesure défensive. Heureusement que je n’ai envoyé qu’un pantin de bois, mon corps principal est toujours en sécurité .

Justement, à ce moment-là, le corps principal qui chevauchait l’épée volante se raidit. Ayant perdu le contact avec la poupée, il ne pouvait plus partager ses sens avec elle.

Ce désert coupait donc toute connexion avec le monde extérieur.

Bon sang. Ils ont juste trop de tours dans leur manche.

Mais la figurine n’était pas simplement une marionnette magique utilisable à distance. Pour s’en servir, il fallait y verser du Vrai Qi et de l’énergie mentale.

Par conséquent, même si le contact était coupé, la figurine pouvait toujours bouger, voir, entendre et enregistrer des données. Une fois la connexion rétablie, toutes les informations seraient partagées.

Cependant, ce n’était pas sans danger. Si le cultivateur contrôlait sa poupée, il pouvait la pousser à se cacher et ainsi éviter les ennuis. Mais si elle devait agir d’elle-même, elle ne pouvait compter que sur son instinct.

De plus, elle allait tout enregistrer. Même les choses négatives comme la douleur et les attaques mentales avant de les transmettre à son propriétaire le moment venu.

Par exemple, si elle était poignardée avec une épée, une fois la connexion rétablie, il aurait l’impression de sentir une lame le traverser.

Rien n’était parfait en ce bas monde.

Il s’agissait d’un trésor magique de bas niveau du type “clonage corporel”. Le fait qu’il pût partager ses cinq sens avec son utilisateur était déjà incroyable.

La seule raison pour laquelle elle était si bon marché était précisément ce défaut. Ce qui expliquait pourquoi même les pratiquants de Quatrième Rang pouvaient se permettre de l’acheter.

❄️❄️❄️

La figurine en bois, qui avait alors l’apparence du Maître de Branche Jing Mo, errait dans le désert. Un jeune homme en vert s’en approcha en tirant son cheval blanc.

– « Petit Blanc, où étiez-vous passé ? Je pensais que vous vous étiez perdu! » Il courut joyeusement vers elle, répétant exactement la même phrase, puis lui jeta un marteau. Tout excité, il ajouta : « Petit Blanc, utilisons quelques techniques au marteau! »

Le pantin n’avait même pas eu le temps de bouger qu’il fût frappé par l’arme contondante… La précieuse marionnette fut écrasée au sol!

Mais le cultivateur ne s’arrêta pas. Il continua à la battre avec régularité.

Après une heure…

Il conclut avec un sourire éclatant : « Aïe aïe aïe… Petit Blanc, l’entraînement d’aujourd’hui se termine ici. Je viendrais vous voir demain et nous pourrons continuer à jouer ensemble! »

Il monta sur son cheval et disparut à l’horizon, la cloche de l’animal tintant dans le lointain.

Il laissa derrière lui une pauvre figurine en bois, couchée sur le sol, tremblante et gravement endommagée. Tout redevint silencieux.

Seules les parties du noyau qui enregistraient émettaient encore une faible lueur.

Une fois la connexion avec le corps principal rétablie, elle transmettrait tout ce qu’elle avait vécu, accomplissant ainsi sa mission…

❄️❄️❄️

11 heures, le soir.

Les hologrammes près du Vénérable Blanc commencèrent à disparaître.

Même le vaste désert se rétracta lentement.

Il était sur le point d’arrêter de cultiver.

Doudou, couché sur le ventre au milieu du désert, leva les yeux au ciel. « C’est enfin fini. »

Heureusement, une Formation puissante gardait l’extérieur de la maison du Maître Praticien, empêchant la réalité illusoire de déborder alentour. Sinon, toute la Cité Universitaire de Jiangnan aurait été engloutie… Qui pouvait prédire ce qui aurait pu se passer ?

Peut-être que des fleuves de sang auraient coulé et que le lendemain de nombreux citoyens auraient été retrouvés morts.

Effrayant!

Doudou se décida. Le lendemain, il renforcerait la barrière défensive autour de la maison. Il était peut-être préférable d’ajouter dix couches supplémentaires, au cas où. Qui savait de quoi le Vénérable Blanc était capable ?

❄️❄️❄️

23h23

Le Vénérable ouvrit les yeux, un large sourire aux lèvres, et s’étira de tout son long. « Ça fait du bien! »

Le désert et le jeune homme au cheval blanc avaient disparu.

❄️❄️❄️

De son côté, la vision de Song Shuhang s’assombrit. Il était retourné dans le monde réel.

La lune et les étoiles brillaient dans le ciel. Il était déjà tard.

Il se tenait toujours devant l’entrée, un vent nocturne soufflant sur son visage. Plutôt rafraîchissant.

– « Je suis de retour ? »

Il traîna son corps épuisé au troisième étage, décidé à chercher Doudou pour l’interroger sur ce qu’il venait de se passer.

En passant, il remarqua une figurine en bois cassée sous ses pieds. Il la ramassa et l’emporta avec lui.

❄️❄️❄️

Au troisième étage.

La Jeune Maîtresse Candy était allongée sur le sol, faible, pleurant en silence. Sa souffrance ne pouvait être décrite avec des mots. Depuis le jour de sa naissance, elle n’avait jamais ressenti cela.

Doudou à côté, alluma fébrilement son ordinateur.

Peu de temps après, lui aussi se mit à pleurer. « Mon set de l’Overlord! »

❄️❄️❄️

Dans le quartier de Jiangnan, dans un hôtel.

Le Maître de Branche Jing Mo, assis jambes croisées, récupérait son énergie. Il ouvrit soudainement les yeux. Manquant de sortir de leurs orbites, ils étaient complètement recouverts d’une fine toile de veines injectées de sang. Il saisit fermement le drap du lit sur lequel il se tenait et poussa un cri d’agonie!

Il venait juste de rétablir la connexion avec la figurine lorsque la douleur d’être frappé au visage avec un marteau éclata.

Mais ce n’était pas fini. Son corps entier fut impitoyablement battu par l’énorme marteau, et cela continua pendant une heure!

La douleur était insupportable.

Ce porc! Après un coup, la figurine était déjà cassée! Mais lui… il a continué à la frapper pendant une heure!

C’est la même chose que frapper quelqu’un qui est déjà à terre! Seul un sadique qui s’ennuie serait capable de faire quelque chose comme ça. Qui d’autre s’amuserait à battre un pantin cassé pendant tout ce temps avec un marteau ?

Il aurait pu le détruire directement, mais il a délibérément gardé intact le noyau contenant les données, n’est-ce pas ?

– « Ah! Ouille! Aïe! Stressé par une Montagne de Livres, je me souviendrai – Arf! – de cette inimitié! Aïe! Je m’en souviendrai!!! »

❄️❄️❄️

Quelques minutes plus tard.

Song Shuhang apprit grâce à Doudou que le désert avait été créé par inadvertance par le Vénérable Blanc après avoir commencé sa session de cultivation. Le jeune homme ne savait pas comment exprimer ses sentiments.

Parce qu’à ce moment-là, il était incapable de ressentir quelque chose.

Le pékinois tapota doucement son épaule et essaya de le consoler. Puis il désigna la Jeune Maîtresse Candy qui gisait sur le sol de la cuisine en pleurant. « Au moins, vous allez à peu près bien. Regardez plutôt dans quel état pitoyable elle se trouve. »

Il lui jeta un coup d’œil. Elle s’était remise avec beaucoup de difficulté de “l’interrogatoire”. Et là, elle devait vivre une telle épreuve. C’était trop cruel!

Comme si elle avait senti son regard, elle leva la tête et le regarda de ses beaux yeux larmoyants, puis laissa échapper un rire creux.

C’est fini. Cette fois, elle a vraiment perdu la tête .

Pile à ce moment-là, le Vénérable Blanc arriva en s’étirant. « Ah! Bon retour, Shuhang. Comment se sont passés les examens ? »

– « Tout va bien, merci, » répondit-il avec prudence.

Le corps entier de l’Aîné était une arme de destruction massive. À l’intérieur de sa statue, il avait libéré son charme terrifiant, captivant une foule de gens. Distrait, il trébuchait et créait d’énormes cratères. Et quand il était dans son état normal, il donnait naissance à de nombreux phénomènes étranges générés par sa chance particulière. Et en méditant, il avait inconsciemment créé un immense désert…

– « Pourquoi me regardez-vous comme ça ? » Le Vénérable regarda ses vêtements et ne vit rien d’étrange.

Le pire était qu’il ne se rendait même pas compte à quel point il était dangereux!

– « Ce n’est rien. Aîné Blanc, vous semblez être de bonne humeur en sortant de méditation! » Il avait peur de le vexer et qu’il retournât méditer avant de les renvoyer dans le désert.

… Bien que finir dans un désert n’était pas si grave. S’il finissait dans les profondeurs d’une mer, il se noierait.

– « Haha! C’est aussi évident ? Quand j’ai médité aujourd’hui, je me suis replongé dans de nombreux et magnifiques souvenirs. C’était génial. Cultiver est vraiment ce qu’il y a de mieux au monde! » Puis il alla dans la cuisine. « Petite Candy, qu’y a-t-il pour le dîner ? »

Snif… Snif… « Je vais me mettre au travail immédiatement. »

– « Mais pourquoi pleurez-vous ? » demanda-t-il, confus.

– « Ce n’est rien. J’ai du sable dans les yeux. Et ça fait mal. » La Jeune Maîtresse Candy n’était pas idiote. Elle prit la même décision que Shuhang. Il ne fallait pas contrarier le Vénérable!

❄️❄️❄️

Song Shuhang ne cultiva pas et s’endormit directement. Il était tellement fatigué qu’il n’eût pas la force de s’entraîner.

Le lendemain matin, il se leva tôt.

Après avoir pratiqué sa technique de poing à quelques reprises, il se dépêcha d’aller à l’université. Il avait peur que l’Aîné ne commençât à cultiver. S’il était à nouveau piégé dans un désert, il pourrait oublier l’idée d’arriver à temps pour les épreuves.

Quand il arriva, il découvrit que Tubo, Gao Moumou et Li Yangde étaient déjà là.

– « Oh ? Vous êtes arrivés tôt! »

Gao Moumou remonta ses lunettes : « Tubo n’a pas fermé l’œil de la nuit, alors il nous a trainé ici. Parce que nous devons “rester ensemble contre vents et marées”. »

– « Haha. » C’était en effet son style, du Tubo tout craché. Il changea de sujet : « Alors, de quoi parliez-vous ? »

– « Des méfaits de la société, » déclara justement Tubo d’un ton grave. « Shuhang, il y a environ 300 millions d’étudiants en Chine, c’est bien ça ? »

– « Je ne sais pas. Mais comme il y a plus d’1 milliard d’habitants, je suppose que c’est une bonne estimation. »

– « Bon, supposons qu’il y en ait bien 300 millions. Supposons également que chaque étudiant sera noté sur cinq matières. Pour chaque matière, il y a deux épreuves. Et chaque année, nous passons ces épreuves deux fois. Cela signifie qu’il y a un besoin de 6 milliards de feuilles d’examens par an! Supposons maintenant qu’un arbre puisse produire assez de feuilles pour 1 500 épreuves. Pour 6 milliards il faut environ 4 millions d’arbres! Ce nombre suffit à remplir complètement Pékin! Par conséquent, pour continuer à développer un effort écologique, nous devons refuser de passer ces épreuves! Pas d’examens, pas de papiers, et la nature sera préservée! »

– « … » Song Shuhang hocha la tête. « Ne t’inquiète pas. Dans l’avenir, nous utiliserons de plus en plus les ordinateurs. Les arbres ne seront plus coupés. »

– « Merde! »

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Thomas
🎗 Tipeurs récents
  • Thomas


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 186 – Quand vos cheveux atteindront vos hanches, voudrez-vous m’épouser ? Menu Chapitre 188 – Le disciple d’un Prêtre est un Moine ?