Le Salon de Discussion des Cultivateurs | Cultivation chat group | 修真聊天群
A+ a-
Chapitre 182 – C’est une maladie incurable!

La serrure de la porte d’entrée de la maison du Maître Praticien avait été réparée.

À son retour, Song Shuhang parcourut presque tous les étages, mais ne vit ni Doudou, ni l’Aîné Blanc.

– « Est-ce qu’ils sont sortis s’amuser ? » se demanda-t-il, confus. Toutefois, en arrivant enfin au cinquième et dernier étage, il les aperçut avec la Jeune Maîtresse Candy.

D’un coup d’œil, il remarqua que le four à pilules du Maître Praticien avait été divisé en deux parties. La moitié supérieure était jetée sur le côté. L’autre abritait des flammes qui léchaient un chaudron.

La voleuse portait un tablier et faisait la vaisselle d’un air concentré.

Une longue table était couverte de nombreux plats différents. Ils faisaient vraiment envie.

– « Que se passe-t-il ? » demanda Song Shuhang, un peu perdu.

– « Ouaf. C’est grâce à mon dressage attent… Euh! Je veux dire, grâce à mon interrogatoire minutieux. Elle a tout avoué dès l’instant où elle a commencé à pratiquer ses talents cachés. Elle m’a même dit le nombre de ruines antiques qu’elle a fouillé récemment… Elle ne savait vraiment rien du statut du Cultivateur Tournesol dans la Secte Démons Sans Frontières, » dit Doudou en avalant un gros morceau de bœuf. « Et pendant son interrogatoire, elle a avoué être très douée pour la cuisine. L’Aîné Blanc et moi-même avons jugé bon de lui laisser une chance de montrer ses aptitudes. »

– « Ce n’est pas mauvais, » acquiesça son complice.

L’étudiant regarda, apitoyé, la Jeune Maîtresse Candy. Quel genre d’interrogatoire horrible – de dressage ? – avait-elle bien pu subir pour révéler qu’elle était habile aux fourneaux ?

Il lui sembla qu’elle leur avait dévoilé toute sa vie privée. Après cela, comment allait-elle faire face au pékinois ?

Ayant senti son regard, elle tourna la tête dans sa direction et laissa échapper un rire idiot.

Il se glaça. Son cerveau fonctionne encore ?

L’Aîné pointa une assiette sur la table. « Jeune ami Song Shuhang, cette pousse de bambou a été correctement cuite par Petite Candy. Une fois que vous l’aurez mangée, elle vous aidera à ouvrir votre Acupoint du Nez. N’en gaspillez pas la moindre miette. »

– « Je peux la manger directement sans la raffiner ? »

– « Inutile. Si vous en faites une pilule, vous augmenterez légèrement ses effets, mais au bout d’un moment, le corps développe une résistance aux pilules. Par conséquent, pour les trésors naturels comme ce bambou violet, il vaut mieux les manger directement. »

Song Shuhang mordit dedans. C’était bon. Il ne pouvait s’empêcher d’admirer la Jeune Maîtresse Candy, effectivement douée en la matière. À l’avenir, si elle se débarrassait de son statut de disciple de la Secte des Voleurs Sans le Sou et qu’elle se mariait, un certain heureux élu pourrait faire bonne chère tous les jours de son existence.

– « Hehe! » Elle tourna à nouveau la tête avant de rire stupidement.

❄️❄️❄️

Après sa pratique du soir, Song Shuhang se coucha rapidement.

Il avait ses examens le lendemain et devait être au meilleur de sa forme.

La pousse de bambou avait commencé à faire effet. Il avait l’impression qu’il lui était plus facile de respirer, comme quand on débouche enfin un nez embouteillé.

Mais il y avait un problème. Son odorat était beaucoup plus vif. S’il pétait, il se sentait six ou sept fois plus mal.

Après avoir pris un bain et s’être étiré, il s’endormit en un claquement de doigt.

Alors, le Vénérable Blanc se glissa subrepticement dans sa chambre.

Puis, il disparut lentement.

Au bout d’un moment, un sceau triangulaire se forma près du corps de Song Shuhang, et un visage laid en sortit.

– « Effectivement, c’est une malédiction à vie, » sourit le Vénérable en injectant doucement une partie de son Qi spirituel à l’intérieur de la malédiction.

Rapidement, une masse de fumée noire de la taille d’un poing se rassembla, émettant une forte aura de ressentiment.

– « Je te hais, je te hais, je te hais… Même si je ne peux être réincarné et que je dois rester un misérable fantôme pour l’éternité, j’aurai ma revanche! » hurla-t-elle avec colère.

Elle gonfla comme un ballon et atteignit une taille d’un mètre, vague représentation du Maître d’Autel. Mais par rapport à la dernière fois, l’esprit rancunier n’avait plus que 40% de ses caractéristiques.

– « C’est bon. Le consommer aidera l’Esprit Fantôme à revenir au rang intermédiaire. »

Ce dernier sortit de l’Acupoint du Cœur de Song Shuhang et goba l’ectoplasme.

Son corps devint plus grand, et il commença à muter.

Après cinq ou six minutes, il rugit, une faible couche de lumière le couvrant.

Le petit bouclier doré réapparut enfin, accompagné cette fois d’une petite épée.

Après une période de faiblesse, l’Esprit Fantôme avait retrouvé son rang intermédiaire.

Et puisqu’il avait alors un noyau, il avait une chance de devenir un Esprit Fantôme de haut rang avec le temps.

Il s’inclina respectueusement devant le Vénérable et retourna à l’intérieur de son propriétaire. Tout redevint calme.

– « C’est dommage que la cultivation de la personne qui lui a jeté cette malédiction ait été si basse. Cet esprit n’apparaîtra encore que quatre ou cinq fois avant de disparaître définitivement. Peut-être que l’Esprit Fantôme aurait pu être de haut rang sous peu… »

Puis il quitta la chambre, satisfait.

Il était entré pour aider le jeune homme parce qu’il avait démonté trop de choses et qu’il se sentait coupable.

Et puis, même après avoir découvert le pot aux roses, Song Shuhang ne l’avait pas critiqué. Il en avait conçu une honte encore plus intense.

Il ne pouvait pas s’empêcher d’ouvrir des machines. Par conséquent, après y avoir réfléchi un long moment, il décida de le rembourser de cette manière.

– « Demain encore, je l’aiderai dans sa cultivation. Je l’ai beaucoup dérangé ces derniers temps. »

Quant au Maître Praticien, il n’aurait que ses yeux pour pleurer… Après tout, c’était ses biens qui en souffraient, pas ceux de Song Shuhang.

❄️❄️❄️

Cette nuit-là, le jeune homme fit un rêve étrange.

Il s’agissait du cultivateur avec une tunique verte. Le résumé de la vie de Li Tiansu se poursuivit.

Peut-être a-t-il vécu si longtemps qu’il faut deux jours pour faire le tour ? pensa-t-il.

Après avoir terminé sa pratique, Li Tiansu enfila sa robe de daoïste et descendit de la montagne.

Il ne rencontra pas trop de difficultés dans sa vie.

Comme beaucoup d’autres cultivateurs solitaires, il cherchait des cryptes, des trésors, des objets précieux à l’intérieur de ruines antiques ou des cachettes de cultivateurs des temps anciens, et profitait de chaque occasion pour accumuler des richesses.

Ces souvenirs étaient de petits fragments qui passaient en un instant.

Song Shuhang eut un bon aperçu de son existence, une vie amusante et excitante.

Et chanceuse. Après avoir atteint le Cinquième Rang et condensé son Noyau d’Or, il avait accumulé suffisamment de biens pour être considéré comme un cultivateur aisé.

Mais pourquoi a-t-il fini comme ça ? Il n’avait rien à part cette épée volante et la bague de bronze.

Alors, de grands changements se produisirent dans la vie de Li Tiansu. Il rencontra une jolie pratiquante. Les deux tombèrent amoureux et devinrent des compagnons de Dao.

Elle était l’héritière d’une Secte de taille moyenne… La scène commune aux films du genre où des vieux croulants séparent le couple n’arriva pas.

Li Tiansu était un Empereur Spirituel du Domaine du Noyau d’Or. De plus, son Noyau avait sept Marques de Dragon! Même s’il était un Cultivateur Solitaire, son talent était exceptionnel. Même dans une grande Secte, il serait devenu un doyen avec le plus élevé des statuts. Une Secte de taille moyenne était plus qu’heureuse d’avoir un soutien aussi puissant.

La famille de la pratiquante leur donna sa bénédiction, leur permettant de se lier sans leur créer de problèmes.

Peu de temps après, ils eurent une fille.

C’était le moment le plus heureux de sa vie.

Dix ans plus tard, sa compagne de Dao fut réduite en cendres sous les feux de la tribulation céleste quand elle essaya de percer au Cinquième Rang. Ce fut un coup dur.

Dix ans autres années passèrent. Sa fille attrapa une étrange maladie. Du Qi froid se condensait constamment à l’intérieur de son corps. S’ils n’y prenaient pas garde, du givre se formait sur sa peau. Elle risquait de finir en statue de glace…

Li Tiansu ne pouvait compter que sur les pilules médicinales et son propre Qi spirituel pour chasser ce Qi froid.

Pour soigner sa fille, il dépensa toute ses richesses et contracta de lourdes dettes.

Après un certain temps, la maladie s’aggrava. Le Qi froid l’enferma soudainement dans un cercueil de glace.

Il n’eut d’autre alternative que de sceller sa fille à l’intérieur d’une crypte et d’aller dans une zone interdite pour trouver un remède à son étrange affection.

Puis… Il s’écrasa chez Song Shuhang, après avoir fui des milliers de kilomètres.

❄️❄️❄️

Le lendemain.

Après son réveil, l’étudiant se frotta les tempes. Son rêve était encore très clair dans son esprit, comme s’il avait lui-même vécu la vie de Li Tiansu.

Que signifiait tout cela ? Il resta pensif un long moment. Était-ce un signe qu’il devait accepter le karma lié au cultivateur ?

Il avait été un riche Empereur Spirituel réduit à la pauvreté en essayant de guérir l’étrange maladie qui affligeait sa fille. Il avait fini par y laisser la vie. Song Shuhang n’était qu’un petit cultivateur qui n’avait ouvert que deux Acupoints. Que devait-il faire ?

Était-il censé conduire la jeune femme à l’hôpital et l’y faire soigner ?

Il alla à la salle de bain pour se laver le visage. « Peut-être que je peux demander aux aînés du Groupe. Peut-être a-t-elle un physique spécial qui défie toute commune mesure, et que l’un d’eux la voudra comme disciple ? C’est toujours comme ça dans les films… »

Song Shuhang se connecta au Groupe des Neuf Provinces #1.

Stressé par une Montagne de Livres : « Aîné, il me semble avoir trouvé quelqu’un d’intéressant, une fille qui développe du Qi froid naturellement à l’intérieur de son corps. Et il est très puissant. S’il n’est pas évacué, le gel couvre sa peau, et elle finit par se transformer en bloc de glace. Si une vague de Qi éclate brusquement, un cercueil de glace se forme autour de son corps. Est-ce qu’elle a un talent caché avec l’élément glace ? Est-ce qu’un aîné spécialisé dans cet attribut serait intéressé de l’avoir comme disciple ? »

Rapidement, quelqu’un lui répondit.

Roi Chanceux Dharma : « Jeune ami Shuhang, selon votre description, cette fille n’est pas talentueuse, mais malade. Elle doit être soignée. »

Seigneur de Grotte Loup des Neiges : « En effet, c’est une maladie. Sans doute due à une blessure par du Qi froid pendant qu’elle était dans le ventre de sa mère. Les symptômes ont dû commencer quand elle avait environ 10 ans… Et d’après ce que vous avez écrit, il me semble qu’il est trop tard pour un traitement. »

– « Il n’y a vraiment rien à faire ? » Il se rappela la peine de Li Tiansu et posa cette question, espérant avoir la chance d’obtenir un retour positif.

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Thomas
🎗 Tipeurs récents
  • Thomas


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 181 – Ils aggravent leur cas Menu Chapitre 183 – Un voyage dans un autre monde ?