Le Restaurant d'un Père dans un Univers Extraordinaire | A Stay-at-home Dad's Restaurant In An Alternate World | 奶爸的异界餐厅
A+ a-
Chapitre 15 – Maître, donnez-moi une assiette de riz frit Yangzhou!

Mag secoua la tête en souriant et répondit calmement: “Ce n’est pas faux. C’est simplement que nous venons d’ouvrir, donc nous n’avons pas beaucoup de choix mais il y en aura plus de disponibles plus tard.”

Mobai secoua la tête, «Je ne voulais pas dire le nombre de plats. C’est le prix. Ce riz frit Yangzhou coûte 600 pièces pour chaque assiette ? Utilisez-vous de la viande de dragon géant ?”, dit-il en pointant du doigt la seule ligne de mots sur le menu, un peu agacé. 

Il avait trouvé que la décoration était superbe et que l’aubergiste n’était pas mal non plus mais il ne s’attendait pas à ce qu’ils veuillent l’arnaquer. C’était peu de le dire. S’il n’avait pas clairement vu leur manège et avait commandé directement, il aurait dépensé 600 pour rien. 

À la Friterie, 600 pièces de cuivre lui permettaient d’acheter une grande assiette de viande rôtie, deux pichets de vin et de remplir son outre lorsqu’il partirait. Sa bonne impression sur Mag disparut immédiatement. Les humains sont en effet les meilleurs pour se faire passer pour qui ils ne sont pas et sont les plus sournois. 

“Désolé, nous n’utilisons pas de viande de dragon. Mais le prix est correct. Je pense que ce riz frit Yangzhou vaut ce prix, voire encore plus. Vous êtes libre de prendre votre décision, monsieur“, répondit Mag, ni humble ni arrogant mais en ne donnant pas trop d’explications. 

Mag s’attendait à ce que certains clients remettent en question le prix mais il avait une confiance absolue en son riz frit Yangzhou. Il ne valait pas 600 pièces? S’il n’y avait pas eu la mission des 1 000 plaques, il aurait fixé le prix à 6 000 pièces de cuivre. Il s’agissait d’une assiette de riz frit à base de riz cher arrosé par le Printemps de la Vie, qui comprenait divers ingrédients rares, créé à base d’une compétence culinaire que les gens de ce monde ne pouvaient qu’apprécier. 

Mobai fixa Mag un long moment et se calma. Les humains sont en effet sournois. Ils peuvent rester si calmes en débitant de tels mensonges. Le style de ce restaurant était en effet très réussi mais, de toute évidence, il évaluait avant tout la cuisine. L’apparence du restaurant n’était pas aussi importante. 

Il ne pouvait pas comprendre du tout ce qu’était ce riz frit Yangzhou avec seulement ces quatre mots. Qu’est-ce que Yangzhou? Peut-on frire du riz? Il avait essayé tous les restaurants de la Cité du Chaos au cours de ces dernières décennies mais n’avait jamais entendu parler de ce plat. 

Mobay fixa Mag un long moment mais celui-ci restait très calme et ne montrait aucune once de culpabilité ni d’impatience, le regardant comme s’il attendait qu’il prenne sa décision.

Il dirigeait sa forge depuis des dizaines d’années et avait rencontré toutes sortes de gens mais peu avaient la même mentalité que Mag et aucun d’entre eux n’était un moins que rien. Il ne pouvait s’empêcher de se demander: Peut-être que ce riz frit Yangzhou a un goût particulier et vaut vraiment 600? Il hésita un moment, puis demanda: “Vous avez dit que le prix n’était pas erroné, mais pouvez-vous garantir que ce riz frit Yangzhou est bon?”

Mag secoua la tête. “Bon ou non, cela dépend beaucoup des goûts de chacun. Donc, pardonnez-moi, je ne peux pas le garantir.” Même la meilleure nourriture pouvait être jugée désagréable par certaines personnes. Mag soupira en silence regardant le visage agacé de Mobai. Il était fort probable que le premier client ne reste pas…

“Comment?”, demanda-t-il. D’autres restaurants se donnaient beaucoup de mal pour se vanter de leurs plats, mais regardez-le lui. Il a dit qu’il ne pouvait garantir le goût. Il ne peut même pas garantir que sa nourriture sera bonne! Il se pourrait qu’il soit un menteur. Si après avoir gouté, je lui disais que c’était mauvais, peut-être qu’il dirait que c’était mon problème personnel. Cet humain est si sournois. Je suppose que je vais passer mon tour. 

A ce moment-là, Amy, qui les regardait parler depuis tout ce temps, leva les yeux vers Mag et fit la moue. “Père, Amy a faim.” Puis elle jeta un coup d’œil à Mobai. Ce grand-père nain prend tellement de temps à se décider. Le riz frit arc-en-ciel est si délicieux mais il ne s’est pas encore décidé. Père en aurait fait un à présent. 

Il fut sur le point de se lever et de partir quand Amy lui jeta un regard. Il était bien trop embarrassé par son regard dédaigneux pour se lever. Le regard sur le visage de la petite fille disait si ouvertement qu’il avait pris sur son temps pour manger. 

“Très bien, je vais vous préparer le riz frit Yangzhou, Amy”, déclara Mag tout sourire en caressant la tête de sa petite fille. Puis, il regarda Mobai. “Vous pouvez prendre votre temps, monsieur. S’il vous plaît, dites-moi quand vous aurez pris votre décision.” Après avoir dit cela, Mag se retourna et alla dans la cuisine pour commencer à cuisiner. 

Amy retourna s’asseoir sur la chaise longue derrière le comptoir. Elle posa son menton dans ses mains, cligna des yeux et dit d’un air innocent: “Le riz frit arc-en-ciel est vraiment très bon. Amy l’adore. Etes-vous sûr de ne pas en vouloir une assiette, grand-père?” 

Elle est… si mignonne! A ce moment-là, Mobai sentit que son coeur de pierre fondait un peu. Il faillit crier, Bien sûr! Servez m’en un!

Cependant, il pensa à son visage interrogateur et agacé quelques minutes avant. S’il décidait de manger le riz frit juste à cause des paroles d’Amy, il perdrait la face, alors il s’abstint de prendre cette décision avec beaucoup d’efforts, croisa les bras devant sa poitrine et répondit d’un ton effronté : “Je vais y penser et prendre ma décision plus tard.”

“D’accord, de toute façon, vous tomberez amoureux de cette saveur dans un instant”, déclara Amy en haussant les épaules comme si elle savait tout. Elle détourna la tête de Mobai et regarda la cuisine avec impatience. 

“Je ne tomberai pas amoureux du riz frit Yangzhou”, murmura Mobai. Il sentit qu’il était à nouveau méprisé. Il avait été méprisé par la même petite fille deux fois en un jour mais en regardant son joli petit visage, il ne pouvait que lui pardonner. 

J’attendrai de voir si ce riz frit de Yangzhou est vraiment bon ou si cette petite créature a été corrompue par cet humain, pensa Mobai. Désormais, il n’était plus dans la précipitation de prendre ses jambes à son coup, mais s’assit patiemment. 

S’étant entraîné des dizaines de milliers de fois sur le terrain d’entraînement et deux fois dans la vie réelle, Mag ne prit que 10 minutes à faire cuire une assiette de riz frit Yangzhou. 

Quand il sortit avec l’assiette, Mag jeta un regard à Mobai, qui était toujours assis, avec une certaine surprise. Il pensait que ce client grincheux était déjà parti. 

Amy sauta de sa chaise, le regard fixé sur l’assiette de riz dans la main de Mag et clappa, gaiement, de ses petites mains . “Ça sent si bon. Père est si incroyable!”

“C’est ce que l’on appelle le riz frit Yangzhou? Ça n’a pas l’air très spécial. Ça a l’air bon mais je ne vois pas de viande dedans. Ce ne sera pas très satisfaisant”, se demanda Mobai qui se sentit un peu déçu en regardant l’assiette de riz frit arriver. 

Mag posa le riz frit sur la table en face de Mobai et, en souriant, il dit à Amy: “Lave-toi d’abord les mains, puis mange.”

“Très bien”, dit Amy. Elle trottina jusqu’à la cuisine, monta sur un petit tabouret et se lava les mains. Puis elle retourna à table. Elle monta sur la chaise, s’approcha de l’assiette et huma profondément. Aussitôt, ses grands yeux bleus devinrent encore plus brillants qu’ils ne l’étaient déjà. 

A cet instant, l’arôme du riz frit se retrouvait sur la table de Mobai. Il ne put s’empêcher de le humer puis ses yeux s’écarquillèrent sur-le-champ. Il regarda le riz frit qui se trouvait devant Amy, n’en croyant pas son nez. Cet arôme, comment peut-il être si appétissant? 

“A présent, Amy va commencer à manger”, dit elle, une cuillère à la main. Puis elle mit une cuillerée de riz dans sa bouche et la mâcha gaiement, en appréciant la bonne nourriture. Une cuillerée puis l’autre, elle ne voulait pas s’arrêter, le corps tremblant légèrement tout ce temps. 

-“Gulp…” Mabai s’entendit avaler sa propre salive. Sans hésiter, il regarda Mag qui se tenait près de lui. “Monsieur, servez-moi donc une assiette de riz frit Yangzhou!”

❤️Soutenez le novel sur Tipeee Cliquez ici pour lire les chapitres en avant-première


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 14 – Monsieur, il doit y avoir une erreur sur votre menu Menu Plus Rien