Le Quotidien d'un Prodige Immortel | The Daily Life of the Immortal King | 仙王的日常生活
A+ a-
Chapitre 136 – La chose la plus précieuse à propos d’un rêve.

C’était la voix distincte d’un adolescent; comparée au ton original de la chanson, elle n’avait pas la saveur d’une riche expérience, mais elle portait un air de jeunesse qui n’existait que dans les jours rafraichissant.

La chanson que Wang Ling jouait était d’une autre ligne du monde. Il s’agissait d’une chanson de couverture intitulée “Vieux Garçons” et chantée par un duo de musique appelé Chopstick Brothers.

Cette chanson parlait de l’incapacité d’un mec à avouer ses sentiments à la fille qu’il aimait de peur d’être rejetée. Elle exprimait le sentiment d’être incapable de revenir à sa jeunesse, et que même si les choses pouvaient rester les mêmes, les gens ne le faisaient pas.

Wang Ling aimait beaucoup cette chanson.

Il se souvenait quand il avait atteint la puberté, et il avait eu le béguin pour une fille. Mais pour des raisons personnelles, il n’avait rien dit, jusqu’à l’année où ils avaient obtenu son diplôme. ( tu nous a caché quelque chose )

Il avait eu peur de la blesser.

À ce moment, il y avait une sensation particulière dans l’air alors que Wang Ling se tenait dans ce restaurant délabré et jouait les “Vieux Garçons” à la guitare. Une fois qu’il eut ouvert la bouche, le Chef Tan et Tang Youning furent immédiatement enivrés par sa voix. . .

. . .

C’est la fille que j’aime profondément et qui me manque jour et nuit ~

Mais comment devrais-je professer mon cœur ?

M’acceptera-t-elle?

. . .

Peut-être que je ne pourrai jamais lui dire ces mots ~

Je suis destiné à errer seul dans le monde ~

Comment puis-je avoir de tels soucis?

Peut-être devrais-je abandonner ~

Les fleurs fleurissent et s’estompent dans une autre saison des pluies ~

Où est le printemps?

. . .

La jeunesse est comme un courant rapide ~

Allé, jamais pour revenir, et trop tard pour dire au revoir ~

Je ne fais que m’engourdir ~

Sans la passion d’avant!

. . .

En regardant un ciel plein de fleurs tombées ~

S’évanouissant au plus beau moment ~

Qui se souviendra de son passage dans ce monde? . .

C’était la première partie de la chanson, mais Wang Ling reposa la gratte après avoir chanté. Boss Tan était déjà complètement abasourdi, il eu un telle choque.

Pendant que Wang Ling jouait la chanson, Boss Tan avait nonchalamment vérifié les paroles, mais avait découvert qu’il n’y avait pas de recherches pertinentes sur Internet. C’était suffisant pour prouver qu’il s’agissait d’une chanson originale!

Ce n’était qu’un jeune Senior, mais il était capable d’écrire une chanson aussi émouvante et pleine de jeunesse. . .

À la fin de la performance de Wang Ling, les deux, Boss Tan et Tang Youning à ce moment-là furent émus dans leur cœur.

Ils ont immédiatement senti que ce jeune devait avoir une histoire derrière lui ! ( si tu savais… )

C’était une chanson qu’ils n’avaient jamais entendue auparavant. Le simple fait d’en entendre une petite partie était mortel!

Boss Tan était déjà devenu un fan de ce jeune homme. C’était probablement un prodige légendaire, non ?

Wang Ling: “…”.

Seul Wang Ling lui-même savait qu’il n’était pas du tout un prodige. . . il ne créait pas de musique, mais était juste un copieur de musique!

Il remit la guitare du jeune homme dans son coin et retourna tranquillement à son siège pour manger ses nouilles. D’après son attitude légère et facile, c’était comme s’il venait de faire quelque chose d’ordinaire, ce qui était un coup dur pour Tang Youning.

. . . Qui était cette personne?

Tang Youning était choqué. Il baissa la tête, se sentant complètement vaincu. . . à l’époque, dans sa quête pour apprendre la musique, il avait tout abandonné, et derrière le dos de ses parents, il avait volé les fonds de la famille et tout donné à un professeur de musique. L’argent avait été mis de côté pour son mariage. Lorsque son méfait avait été révélé, sa famille avait coupé leurs liens avec lui. Et ainsi, il est officiellement devenu un chanteur de rue.

Il semblait qu’il n’était vraiment pas fait pour ça. . .

S’il avait écouté la demande de ses parents à l’époque et n’avait pas utilisé les fonds du chaiqian, il aurait peut-être eu une femme maintenant; il pourrait vivre dans une toute nouvelle maison et peut-être jouer avec ses enfants. . . il aurait pu trouver un emploi stable et mener une vie stable.

Pour la première fois, Tang Youning sentit que quelque chose n’allait pas dans sa vie.

Allait-il s’y tenir ?

Après avoir écouté le morceau de Wang Ling, il se questionna sérieusement.

“Combien un chanteur de rue comme toi peut gagner en une journée?” demanda le père Wang.

L’arrogance de Tang Youning c’était déjà étouffées.

“…” Il y avait un silence de mort dans la boutique.

Tang Youning caressa sa gratte, les yeux un peu mouillés. “Je pensais que compte tenu de mes capacités, je n’aurais aucun problème à passer l’audition… maintenant, c’est la seule chose que j’ai.”

“Alors vas-tu continuer sur cette route? “Demanda le père Wang.

Tang Youning secoua la tête. “Je ne sais pas.”

“Tu ne sais pas ce que tu veux.”

Père Wang haussa un sourcil, sentant que ce jeune homme était encore très persistant. N’importe qui d’autre se serait rendu très tôt sous les assauts de sa langue empoisonnée, mais souvent ces personnes n’essayaient pas de faire de grandes choses. D’un autre côté, l’ hésitation de ce jeune homme prouvait qu’il ne voulait pas abandonner si facilement.

“Que penses-tu de la chanson de mon fils tout à l’heure?”

“Cette chanson était vraiment bonne!”

Tang Youning était excité et déprimé en même temps. “Je ne pense pas pouvoir écrire une chanson comme ça…”

“As-tu pensé que la raison pour laquelle tu as échoué à l’auditon pourrait être liée à la chanson que tu as choisie ?” Demanda le père Wang.

Wang Ling haussa légèrement les sourcils. Il sentait que l’attitude du Père Wang envers le jeune homme était un peu différente maintenant, alors qu’il était passé de mots empoisonnés à parler comme un prof. Père Wang avait toujours été un homme doué pour raconter des histoires, il avait une très bonne compréhension des différents sujets et aussi des compétences de premier ordre. . . Wang Ling l’avait déjà vu mener inconsciemment plus de quatre-vingt-dix pour cent d’un groupe de deux mille lecteurs qui relisaient des livres piratés.

Tang Youning cligna des yeux en regardant le père Wang. “Que veut dire professeur?”

“Ne m’appelle pas professeur, ça sonne bizarre, appele-moi simplement oncle.” Père Wang agita la main. “Je veux dire, si tu n’as pas détesté la chanson de mon fils, que dirais-tu qu’il te la vend ?”

Tang Youning se leva instantanément. “Oncle… vous voulez me vendre cette chanson?”

Mais très vite, son expression devint profondément amère. “Mais mon oncle… Je n’ai pas d’argent.”

Une œuvre originale d’excellente qualité était vraiment rare de nos jours! Tang Youning pensait que la chanson de Wang Ling serait en mesure de commander un prix de droits de vente élevé de n’importe quelle maison de disque!

Père Wang alluma silencieusement une cigarette et la fourra dans sa bouche. “Combien as-tu ?”

Tang Youning fouilla dans ses poches et sortit des pièces de monnaie qui, une fois mises en commun, s’élevaient à trente-trois yuans et soixante-dix cents.

Anxieux, Tang Youning regarda le père Wang, serra les dents, puis serra fermement sa guitare et l’embrassa avant de la tendre au père Wang. “Oncle… je n’ai que ça…”

Le père Wang leva les yeux au ciel.

Boss Tan était sans voix. “… C’était un peu trop franc!”

Père Wang: “Pourquoi est-ce que je voudrais ta gratte?”

“Sur ce…” le père Wang se tourna vers le boss. “Boss Tan, avez-vous un stylo et du papier?”

Boss Tan hocha la tête. “Oui!”

Père Wang avait toujours eu une bonne mémoire, et il avait aussi quelques connaissances musicales. Par conséquent, il avait fondamentalement déjà mémorisé les paroles et la mélodie après la version unique de Wang Ling. Même s’il laissait de côté quelque chose, Wang Ling l’aiderait à combler les lacunes par télépathie. . .

Dans un style fluide et rapide, Père Wang écrivit rapidement les paroles complètes de “Vieux Garçons” sur du papier, puis écrivit une autre note avant de remettre le capuchon.

Finalement, il donna le morceau de papier à Tang Youning. “La chose la plus précieuse dans un rêve est qu’il peut être reconstruit, peu importe la taille de ton revers!”

Tang Youning agrippa le papier d’une main tremblante.

Père Wang exhala de la fumée comme un dragon et alluma la cendre de sa cigarette. Il se leva, ramassa les trente-trois yuans et soixante-dix cents sur la table et les mit dans la main de Boss Tan. “Deux bols de nouilles de bœuf, trente yuans au total.”

Après cela, le père et le fils, accompagnés du Crapaud chien, quittèrent directement le magasin, laissant le Boss Tan en possession de trente-trois yuans et soixante-dix cents.

. . .

Après que Wang Ling ait téléporté le père Wang et Crapaud à la maison, le père Wang s’appuya contre le canapé et poussa un long soupir. “Ta mère a épuisé ma carte. Nous devons économiser autant d’argent que possible ces derniers jours!”

Wang Ling: “…”.

Le père Wang regarda sérieusement Wang Ling et lui donna des instructions sérieuses. “Regardez, avec juste un peu de sagesse aujourd’hui, j’ai pu économiser de l’argent sur deux bols de nouilles de bœuf !” ( WTF !!! je m’y attendais pas là !! tous ça pour sa ?! )

Wang Ling: “…” ( ton père … est exaspérant !! Il détruit un rêve puis le reconstruit pour 2 bols de nouilles… )

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Corentin
  • 🥈2. Alexis
  • 🥉 3. Ombre
  • 4. Thomas
  • 5. Cesar
  • 6. Cédric
🎗 Tipeurs récents
  • Cédric
  • Thomas
  • Cesar
  • Ombre
  • Corentin
  • Alexis


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 135 – Écraser un rêve avec une langue vénéneuse. Menu Chapitre 137 – Quelle est la spécialité de Tianhe du Sud ?