Le Quotidien d'un Prodige Immortel | The Daily Life of the Immortal King | 仙王的日常生活
A+ a-
Chapitre 134 – Salle à manger de minuit.

Un cultivateur normal volant sur son épée prendrait environ vingt minutes pour parcourir une distance de huit cents kilomètres. C’était un peu loin, mais Wang Ling pouvait couvrir cette distance en un clin d’œil.

Wang Ling tenait le père Wang et le Crapaud, et en un instant, deux personnes et un chien arrivèrent devant le restaurant.

Ce restaurant avait l’air un peu dépassé, les murs avaient été construits avec du bois et de la brique, et ils risquaient de tomber dans le vent. L’inscription sur le panneau horizontal qui était accroché à la porte du restaurant indiquait: «Salle à manger de minuit ». ce qui rendait ce restaurant plus ancien que n’importe quel vieux bâtiment de l’enceinte familiale Xiao. . . ( le p lus ancien clan du novel )

À l’entrée du restaurant, Wang Ling réalisa soudain qu’il était passé par là avant de se rendre à l’école. Mais, il allait beaucoup trop vite, il ne l’avait pas vu clairement. Aujourd’hui, il savait enfin avec certitude que cet endroit n’était pas une toilette publique!

“Ne pas juger ce restaurant par son apparence lugubre.” Père et fils se tenaient tous les deux près de l’entrée, et alors qu’un vent froid balayait, Père Wang lui tira le cou. Wang Ling pensa mais il ne semblait pas très confiant.

Le restaurant n’avait pas de porte, un morceau de tissu déchiqueté et blanchi par le soleil avait été accroché à l’entrée, et au-dessus se trouvait un volet roulant en fer à l’ancienne. Chaque jour, à la fermeture du restaurant, le propriétaire devait ouvrir le volet avec une longue poignée et le verrouiller.

Deux personnes et un chien tirent le tissu en lambeaux et entrèrent. Le magasin était si petit qu’il ne contenait que quatre tables en bois avec une pile de chaises en plastique sur le côté.

Tandis que Wang Ling entrait, il vit le patron du restaurant appuyé contre la porte de la cuisine, en train de fumer.

Le boss avait l’air d’avoir une quarantaine d’années. Il avait des joues creuses à l’apparence malsaine et des orbites profondes, et une cicatrice de couteau de dix centimètres qui descendait de son front sur son œil droit.

Il était très évident qu’il s’agissait d’un homme avec une longue histoire.

“Ah, il y a des gens si tôt aujourd’hui.” Voyant qu’il avait des clients, le patron sortit rapidement sa cigarette et pointa un menu fait main accroché au centre du magasin avant de mettre ses mains sur sa taille. “À part les nouilles de bœuf marinées au lao, prenez ce que vous voulez, aussi longtemps que je pourrai le faire.”

Père Wang: “Avez-vous des nouilles épaisses en boule de poisson?”

Le commerçant secoua la tête. “Pas de nouilles épaisses.”

Père Wang: “Alors des nouilles de riz aux boulettes de poisson?”

Le commerçant secoua à nouveau la tête. “Pas de boules de poisson.”

Père Wang: “Vous n’avez rien… alors pourquoi ouvrir ce magasin?”

Le boss haussa les sourcils en se disputant d’un air vertueux: “Tu ne peux pas dire que nous n’avons rien, c’est toi qui ne sais pas comment commander. Quand je pense à l’époque, Shifu m’a tout appris sur la cuisine et j’étais son disciple préféré.”

Père Wang: “…”.

Wang Ling: “…” Si votre shifu savait que son disciple préféré était en train de déconner dans un magasin aussi délabré, ne voudrait-il pas mourir?

Père Wang ne savait vraiment pas quoi commander, alors il montra directement le menu et dit: “Alors, servez-nous deux bols moyens de nouilles au chou mariné lao tan.”

Le boss ne dit rien et hocha simplement la tête. Il se retourna pour aller dans la cuisine. Après cela, Wang Ling le vit allumer le ventilateur d’extraction, qui grondait continuellement comme un tracteur. . .

Environ dix minutes plus tard, deux bols de nouilles au chou mariné lao tan étaient préparés. Un bol dans chaque main, le boss les plaça devant le Père Wang et Wang Ling. Il avait même préparé un os de bœuf spécialement pour le Crapaud.

Le Crapaud se tourna vers les os de bœuf avec un regard désintéressé, puis il jappa les mouches qui étaient venues se reposer sur les os avec une extrême satisfaction. . .

Boss: “…” ( a non… fait pas ton Wang toi aussi )

De façon inattendue, ces deux bols de nouilles avaient l’air plutôt bien, et les bols eux-mêmes étaient peut-être vieux, mais ils n’étaient pas sales.

Père Wang avala une gorgée de nouilles, puis leva la tête, un peu surpris, c’était vraiment bon!

Le seul défaut était que le chou mariné n’était pas assez aigre.

Père Wang fronça les sourcils. “Boss, ton chou n’a pas le goût d’un chou mariné dans un pot?”

Le patron répondit étrangement: “Qui a dit qu’il avait été mariné dans un pot?”

Père Wang pointa le menu. “Tu sais lire? Chou mariné Lao, laisse-moi te dire que je suis aussi une personne instruite !”

Le commerçant plissa les lèvres. “Je suis Tan Siming et ceux qui me connaissent bien m’appellent Lao Tan.”

Il était presque huit heures du soir, et lorsque le père Wang et Wang Ling étaient à mi-chemin de leurs nouilles, il y eut soudain des bruits d’activité à l’entrée.

Un jeune homme avec sa frange peignée sur le côté entra avec une guitare usée sur son dos; il ressemblait à un chanteur de rue sans le sou.

Parce qu’il ne pouvait pas se permettre de louer une place dans la ville, ce jeune homme ne pouvait que mettre en commun l’argent qu’il gagnait dans la ville pour louer une place à la périphérie.

Avec sa capacité de lecture de la mémoire, Wang Ling avait glané tout cela en un instant du cerveau de l’homme.

Wang Ling n’avait vraiment pas lu tout cela exprès; c’était instinctif pour lui, puisque certaines personnes aimaient porter leurs émotions sur leurs visages, Wang Ling pouvait facilement lire les souvenirs de ce type de personnes. Quant à certains hommes qui avaient évidemment des histoires, comme le vieux maître et le patron de ce restaurant, qui était actuellement dans la cuisine, il ne saurait jamais quel genre de passé, à moins de prendre l’initiative de lire dans leurs pensées. ( il peux l ire les souvenir automatiquement pour ceux qui sont ouvert comme le guitariste mais pas le vieux qui “cache” son passé )

Il était évident que ce jeune homme était un client régulier “Comme d’habitude?”

Le jeune homme hocha la tête silencieusement, appuya soigneusement sa guitare contre le mur, puis trouva un endroit pour s’asseoir.

Bien qu’il n’ait pas parlé, c’était comme si les yeux du boss pouvaient voir ses pensées. “Je sais que tu as passé une audition aujourd’hui.”

Le jeune homme baissa la tête.

Pendant que le boss préparait le dîner pour le jeune homme, il le réconfortait. “Jeune homme, tu as encore d’autres opportunités, ce n’est pas grave. Regarde, nous avons de nouveaux invités aujourd’hui. Que dirais-tu de leur faire écouter et de chanter ta chanson pour l’audition?”

Le jeune homme se leva soudain d’excitation. “Vraiment, je peux?”

Père Wang et Wang Ling posèrent leurs baguettes en même temps et hochèrent la tête.

En écoutant la voix d’un chanteur vagabond dans un restaurant du village reculé, Wang Ling sentait que c’était probablement une expérience magique unique dans une vie.

Le jeune homme s’inclina profondément devant le patron, le père Wang et Wang Ling. Puis, il s’éclaircit la gorge et se mit à chanter acapella.

“Vous remuez le vent et les nuages… et me balayez.”

“Vous soulevez les vagues… et m’abandonnez…” ( j’ai rien compris )

Père Wang: “…”.

Boss: “Petit frère… tes bibimbap célestes de patates de vers à soie sont finis, tu devrais peut-être manger maintenant.”

Ce chant extrêmement percutant et ce style de cuisine familier étaient un double choc pour Wang Ling. “…”

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Corentin
  • 🥈2. Alexis
  • 🥉 3. Ombre
  • 4. Thomas
  • 5. Cesar
  • 6. Cédric
🎗 Tipeurs récents
  • Cédric
  • Thomas
  • Cesar
  • Ombre
  • Corentin
  • Alexis


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 133 – Le petit Arachide a enfin grandi ! Menu Chapitre 135 – Écraser un rêve avec une langue vénéneuse.