Le Plus Jeune Fils du Maître Épéiste | Swordmaster's Youngest Son | 검술명가 막내아들
A+ a-
Chapitre 115 : Renforts (5)

***

Traductrice : Moonkissed

Auteur : Emperor Penguin

***

« Bien que je ne veuille pas me battre contre vous, je ne peux pas laisser cela entacher le nom de mon clan. »

 

Boom !

Une autre explosion. Cette fois, Talaris réagit à temps avec un autre cristal de glace. Elle fronça les sourcils en signe de désapprobation.

À ce stade, Midor pensait qu’il était possible de gagner.

Cependant, c’était une illusion. 

 

« Hmph. Explosion Spatiale, hein. Tu es trop exubérant avec le pouvoir de Kelliark à portée de main. »

 

Bruit sourd !

Talaris tapa du pied sur le sol.

Grondement, grondement… !

La barrière des magiciens de Zipfel commença à geler. Trente magiciens avaient contribué à la barrière, et il suffisait d’une seule personne pour la faire tomber. Seulement trois secondes avaient été nécessaires pour la briser.

 

« Qu-Qu’est-ce que c’est ?! »

 

Tous les magiciens de la Septième Tour connaissaient le visage de Talaris, mais aucun d’entre eux n’avait vraiment d’expérience pour la combattre.

Si quelqu’un connaissait sa véritable force, il ne l’aurait jamais défiée.

Les visages des magiciens devinrent rouges. Les dragons émirent des gémissements faibles et silencieux.

Talaris commença à utiliser son véritable pouvoir ; ses longs cheveux volèrent dans le vent.

De nombreuses particules en forme de flocon de neige volèrent autour d’elle. Chaque cristal brillait, illuminant son environnement.

 

« Peut-être ai-je été trop inactive ces derniers temps. Oh là là, et vous, pathétiques péons, qui attaquez… Ça me semble un peu bizarre. Il semble que vous n’ayez jamais entendu parler de moi par votre petit patriarche ? »

 

Crackle-crackle-crackle !

Les cristaux de glace se rassemblèrent sur la main droite de Talaris et formèrent une longue silhouette.

Une épée.

Portant le nom de “Myriade de Glace”.

 

« Je vais vous donner une leçon. »

 

Swoosh… !

Talaris balança Myriade de Glace une fois, et un vent tranchant et transperçant la peau s’envola.

Le froid glacial était visible sous la forme de particules blanches. Le vent se précipita en avant, et les magiciens commencèrent à lancer leurs sorts défensifs.

Cependant, tant que Talaris tenait son épée, ses adversaires étaient impuissants.

 

« Urgh ! »

 

Midor laissa échapper un court gémissement, et bientôt, les magiciens derrière lui hurlèrent.

C’était comme si des milliers de couteaux se précipitaient vers eux au lieu d’une bourrasque de vent. En pénétrant leur barrière, le sang éclaboussa les magiciens.

Leurs robes tachées de sang furent déchirées et déchiquetées. Les baguettes et les bâtons se brisèrent. Leur chair et leurs os furent brutalement arrachés. 

Talaris se moqua de ce spectacle pitoyable.

 

« Je ne veux pas vous tuer complètement. »

 

Ce n’était pas une attaque pour laquelle elle devait se concentrer ou rassembler beaucoup d’aura. 

Ce n’était rien de plus qu’un coup d’épée, et pourtant, les magiciens avaient subi de graves dommages.

En fait, il y avait eu cinq victimes bien qu’ils soient 7 étoiles.

 

« Est-ce vraiment le pouvoir d’un humain… ?! »

 

Midor, qui était à peine conscient, trembla de peur.

La femme devant lui était incroyablement puissante.

Avec une telle différence de puissance, les magiciens des Zipfels étaient fichus avant même d’avoir pu lancer le prochain sort. De plus, la seule attaque qu’il pouvait faire était l’Explosion Spatiale.

 

« Oh, et tu es Midor ? Chéri, tu as fait une grave erreur. Je déteste vraiment l’Explosion Spatiale. C’est ce sort très ennuyeux quand je me suis battu contre Kelliark il y a quelque temps. »

 

Talaris combla rapidement l’écart entre eux et surplomba Midor.

 

« Urk ! »

« Pourquoi es-tu si surpris ? Tu n’as même pas remarqué que ta main droite est déjà partie. »

 

Midor baissa instinctivement les yeux vers ses mains. En effet, sa droite était proprement coupée et posée sur le sol.

De plus, sa blessure était déjà gelée, ce qui expliquait pourquoi il ne ressentait rien.

 

« C’est pourquoi je n’aime vraiment, vraiment pas les magiciens. Tu as eu le culot de vérifier ta main ? Quand je suis juste en face de toi ? Les chevaliers entraînés n’oseraient pas détourner le regard de leur ennemi. Ou alors, la prochaine chose que tu réaliserais, tu serais déjà décapité. »

 

Halètement !

Midor attrapa son cou et fit un pas en arrière. Voyant sa peur, Talaris fit claquer sa langue. Midor sentit son cœur s’arrêter.

Il ne pouvait plus rien faire.

 

« Vice-commandant de pilier ! »

« Protégez le vice-commandant de pilier ! »

« Vous, les personnages de l’arrière-plan, avez encore une sacrée loyauté. Mais comment allez-vous le protéger quand vos conditions sont comme ça ? Vous feriez mieux de vous enfuir. Votre chef est un imbécile. Se battre sans reconnaître la puissance de l’adversaire. »

 

Talaris afficha un sourire froid, et les magiciens serrèrent les dents.

Elle n’avait pas tort. Midor devait accepter la vérité ainsi que sa grave erreur. 

 

‘Merde. Je m’y attendais, mais même avec l’Explosion Spatiale du patriarche… ! À ce rythme, même si les autres renforts arrivent…’

 

Ils ne gagneraient pas. 

Soit Kelliark Zipfel devait se montrer, soit les meilleurs Magiciens du Crépuscule devaient arriver.

 

« Je n’ai pas de mots pour – Qu’est-ce que c’est que ça ? »

 

Alors que Midor sombrait dans le désespoir, des faisceaux lumineux percèrent les nuages du ciel matinal. La source de la lumière était un énorme vaisseau volant dans le ciel. 

Et Talaris savait ce que l’arrivée du vaisseau signifiait.

‘C’est le vaisseau du Crépuscule. Ce salaud de Kashimir. Il ne m’a pas dit que ces types allaient venir.’

 

L’expression de Talaris se crispa pour la première fois.

Midor et les autres magiciens regardèrent également avec incrédulité, mais pour une raison différente. Ils n’auraient jamais pensé que la maison principale des Zipfels enverrait de tels renforts. 

Woooom… !

Le seul vaisseau qui volait dans le ciel, le Kozak.

Dès que le dirigeable était arrivé en vue, Jin s’était levé.

 

‘Qu’est-ce qui se passe ? Pourquoi c’est là ?’

 

Le Kozak était le vaisseau du clan Zipfel qui ne se déplaçait qu’en temps de guerre. Jin en avait entendu parler à plusieurs reprises, mais c’était la première fois qu’il le voyait en personne.

Pouf.

Murakan reprit sa forme humaine et fixa l’énorme dirigeable. Les yeux de Syris s’élargirent.

 

« Ah, attendez. Le Kozak devrait être difficile à gérer pour cette femme. Ce Myuron était-il si important dans le clan Zipfel ? »

« …Je pense que les Zipfels sont devenus un peu sensibles après la mort d’Andrei. Et depuis qu’un autre Zipfel pur-sang a été attaqué, ils envoient probablement des renforts adéquats. En fait, cette région possède la relique qu’ils recherchent depuis des milliers d’années. »

 

Jin secoua la tête. 

 

‘Même s’il s’agit de Madame Talaris, combattre les Magiciens du Crépuscule sera difficile… À ce rythme, sauver les indigènes et récupérer la relique sera impossible.’

 

Avec l’entrée du Kozak, la bataille s’était arrêtée. Les indigènes, cependant, avaient continué leur rituel.

Il était encore quatre heures du matin lorsque le Kozak était entré, et il restait huit heures avant la fin du rituel. Exécuter la demande de Laosa serait impossible.

 

‘Même si Talaris peut combattre les Magiciens du Crépuscule, elle n’en a pas besoin. Elle pourrait simplement nous prendre, Murakan et moi, et s’échapper.’

 

Kashimir avait demandé explicitement le sauvetage de Jin et Murakan.

Il n’avait pas parlé de sauver les indigènes ou leur rituel. Après tout, s’occuper des indigènes était l’affaire de Jin.

Malgré tout cela, Jin ne voulait pas abandonner. Il voulait sauver tout et tout le monde. 

Non pas parce qu’il voulait avoir l’ancien chef-d’œuvre, mais parce qu’il voulait sauver les indigènes de Kollon qui avaient souffert pendant des siècles.

Cependant, s’ils s’échappaient de la zone en chevauchant le Crapaud des Neiges Mort, alors il aurait un fardeau éternel sur l’esprit.

 

« Où vas-tu, petit ?! »

« Je vais aller voir les indigènes. »

 

Jin activa la rune de Myulta et courut vers les indigènes. Voyant cela, Talaris abaissa la barrière de glace. Tika attrapa alors les mains de Jin, l’air très désespérée.

Elle, et tous les autres indigènes de Kollon, ne voulaient pas l’accabler.

 

« Ça n’a pas l’air très bon. Nous savons ce qu’est ce vaisseau. S’il te plaît, échappe-toi, Jin. Je suis vraiment désolée. Tu as tant fait pour nous… mais nous ne pouvons pas te rendre la pareille. Je suis triste que nous ayons une fin amère. »

« Tika. »

« …Après des siècles de torture et d’oppression, les seuls qui nous ont prêté main forte sont toi et Dino. Nos sauveurs, s’il vous plaît. S’il vous plaît, mettez-vous à l’abri. »

 

En vérité, les événements qui s’étaient déroulés ces dernières heures avaient été un miracle. 

La venue du groupe de Jin aux ruines de Kollon, la mort de Myuron, la création d’une tombe pour tous ceux qui avaient été tués, l’apparition de Talaris à la vue des magiciens…

Ils ne pouvaient pas souhaiter plus de miracles. 

 

« Je ne veux pas vous abandonner les gars. Pouvez-vous accélérer le processus du rituel ? Si je persuade Madame Talaris, nous pourrons gagner du temps avant qu’un combat contre le Crépuscule ne s’engage. »

« Ce serait possible si Dame Laosa n’avait pas perdu sa divinité. Mais comme c’est le cas, c’est impossible. S’il vous plaît, partez. Ils ne nous tueront pas tant qu’ils n’auront pas mis la main sur la relique. Peut-être. »

 

Peut-être.

Ses mots transpercèrent le cœur de Jin. Il avait ressenti les mêmes émotions lorsqu’il avait créé près de deux cents tombes pour les indigènes Kollon décédés.

 

« Dame Laosa n’a pas perdu toute sa divinité. Elle l’a utilisée quand nous l’avons rencontrée pour la première fois. »

« Mais… »

« Je vais l’amener ici. Si ça ne marche toujours pas, alors nous abandonnerons. »

« Non ! Il n’y a pas assez de temps. S’il vous plaît, fuyez. Vous n’avez pas besoin d’en faire autant pour nous. Vous en avez déjà fait plus qu’assez. Nous ne pouvons pas laisser une personne comme vous mourir. »

 

Vwoooooooom !

À la gauche de Jin, un portail dimensionnel blanc pâle s’ouvrit, et le Crapaud des Neiges Mort en sortit. 

Syris l’avait invoqué.

 

« Viens. »

 

Déjà sur Mort, Syris tendit la main à Jin.

 

« Hein ? »

« Viens ici. J’ai senti que je devais aider un Runcandel en droit d’aider quelqu’un dans le besoin. Mais je ne peux pas te faire gagner beaucoup de temps. »

 

Jin hocha la tête avec une expression sinistre.

 

« Je n’oublierai jamais cette faveur, Lady Syris. »

« Un ‘merci’ est suffisant. Ce n’est rien de difficile. Allons-y. »

____

N’hésitez pas à laisser vos impressions en commentaires et laisser une réaction pour que je sache si l’histoire vous plaît.

____



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 114 : Renforts (4) Menu Chapitre 116 : Renforts (6)