Le Monde des Arts Martiaux | Martial World | 武极天下
A+ a-
Chapitre 257 — Bouclier de foudre

Naturellement, le vingtième participant invaincu n’était nul autre que Lin Ming.

La comparaison avec les dix-neuf autres ne se faisait clairement pas à son avantage. Il venait d’une famille parfaitement ordinaire et avait eu jusqu’ici une vie elle aussi ordinaire. Cela ne l’empêchait pas de susciter un très grand intérêt dans ce tournoi, bien au contraire, et tout particulièrement auprès des échelons supérieurs de la secte. Les aînés connaissaient déjà tout ce qu’il était possible de connaître à son sujet. Rarement un jeune de son âge avait fait montre d’autant de talent au cours des deux cents dernières années !

Le soleil ne pointait pas encore à l’horizon que des groupes de plusieurs personnes se rassemblaient déjà aux alentours de la place du Grand Hall des Sept Profondes Vallées.

Les différents aînés des petites sectes établies sur le territoire de la secte principale, les seize chefs de groupe des familles de cultivateurs martiaux, les nombreux Maîtres de maisons martiales et des nobles des trente-six pays ainsi que de grandes figures régionales ; tous attendaient ici le levé du jour.

« Ce Tournoi des Factions verra s’affronter les disciples les plus talentueux de ces trois derniers siècles ! » Maître Luo de la Nation Huoluo sirotait du thé, assis dans le public. En tant que maître de maison martiale d’un grand pays, il bénéficiait d’un traitement de faveur. Une table était disposée à ses côtés, avec du thé et aussi des fruits secs à grignoter.

« Eh ! eh ! absolument ! L’île du Phénix Divin n’ont-ils pas d’ailleurs envoyé un émissaire ? Quelle marque de respect pour nos Sept Profondes Vallées. Ceux de la Montagne du Paon font tout le temps les malins, mais personne d’une secte de grade quatre n’est jamais venu assister à leur tournoi ! 

     — L’île du Phénix Divin, dis-tu, répondit calmement Maître Luo en touillant son thé, de ce que j’ai entendu ils ne sont pas là pour le tournoi, c’est une tout autre raison qui les amène…

     — Hm, je ne sais pas. Au fait, à quelle place finira votre disciple Wang Mu d’après vous ?

     — Huh… » Maître Luo manqua de peu de s’étouffer avec son thé face à cette question soudaine. Wang Mu n’était même pas parvenu à terminer rang deux, et comme si cela ne suffisait pas, la Nation Huoluo allait en plus devoir laisser Lin Ming accéder au Bassin Séraphin…

Le soleil commença finalement à poindre à l’horizon. L’arbitre de la finale – un Aîné du Cercle Intérieur de la secte au milieu du Xiantian – attendait déjà au centre de l’arène principale où se disputeraient les matchs les plus importants.

« Les règles sont identiques à celles des phases de qualifications, je ne le répèterai donc pas. Vous êtes trente au rang un, et chacun d’entre vous devra combattre vingt-neuf adversaires. Ceux qui auront le moins de points à l’issue de ces vingt-neuf combats devront affronter les meilleurs du rang deux. Cela signifie que vous ne compterez peut-être pas parmi les trente premiers du Tournoi des Factions !

Et maintenant, que la finale commence ! »

La voix de l’arbitre résonna clairement et avec force à travers toute la vallée.

« Fais de ton mieux Lin Ming, et essaie de terminer dans le top dix. Surtout, pas d’imprudence, si tu te retrouves face à quelqu’un que tu ne peux pas battre, nul besoin d’être téméraire et de finir blessé. » Qin Ziya n’en finissait plus de répéter les mêmes conseils tandis qu’ils se dirigeaient dans la zone réservée aux combattants. Tuer son adversaire ou l’estropier allait à l’encontre des règles, mais lorsque le combat opposait deux artistes martiaux d’un niveau équivalent, aucun des deux ne pouvait se permettre de retenir ses coups. Les dérapages et les blessures graves n’étaient donc pas si rares.

« Je comprends. »

Une fois dans la zone des combattants, Lin Ming s’installa tranquillement sur une chaise. Le premier match ne tarda pas à commencer et opposa un disciple principal à un des participants parmi les moins bien positionnés du rang un. Cela n’en restait pas moins un combat impressionnant entre deux individus talentueux. Mais cela ne suffit pas à enthousiasmer la foule des spectateurs, qui souhaitait par-dessus tout assister aux matchs entre les disciples directs.

Alors que l’affrontement gagnait en intensité sur la scène de l’arène, Lin Ming vit un homme aux traits particulièrement fins approcher dans sa direction. Cet homme aux atours charmants et plein d’élégance tenait un éventail et donnait l’impression, avec son petit air satisfait, de regarder tout le monde avec dédain.

Lin Ming fronça légèrement les sourcils, son visage ne lui rappelait rien.

« Es-tu Lin Ming ? lui demanda-t-il immédiatement en arrivant à sa hauteur.

     — Oui, c’est moi.

     — Je m’appelle Ouyang Zifeng, un des disciples principaux de la Faction Acacia.

     — Suis-je censé le savoir ?

     — Peu importe que tu saches qui je suis, moi je sais qui tu es. Et à cause de toi, mon petit frère est en train de manquer son premier Tournoi des Factions ! »

Lin Ming se remémora aussitôt la mésaventure qu’il avait eue au restaurant la Fleur du Désert. Une altercation était survenue là-bas alors qu’il y déjeunait avec Qin Xingxuan, altercation à laquelle il avait mis fin en utilisant son inspiration martiale Samsara pour blesser un disciple de la Faction Acacia qui portait également le nom Ouyang. Ce sale type avait donc un grand frère, se dit-il.

En réalité, Lin Ming avait eu la main plutôt légère à ce moment-là. La cause principale des blessures d’Ouyang Ziyun était surtout à rechercher du côté de son incapacité à contrôler la compétence martiale qu’il avait employée ce jour-là – Lance d’Os de la Flamme Pourpre. Une fois la compétence contrée par Lin Ming, toute la véritable énergie accumulée avait été libérée d’un seul coup, le brûlant sévèrement.

Face à la vive hostilité de son interlocuteur, Lin Ming rétorqua froidement : « Eh bien tu n’auras qu’à dire à ton frère de ne pas utiliser des techniques qu’il ne maîtrise pas, ça lui évitera de se blesser lui-même avec sa propre énergie. Le fait que je sois intervenu ce jour-là n’y change rien.

     — Ça ne change rien !? Humph, comment mon frère aurait-il pu perdre le contrôle de sa Lance d’Os de la Flamme Pourpre si tu ne l’avais pas attaqué ?

     — Si je comprends bien, tu es en train de me dire que j’aurais dû tendre la joue et laisser ton frère m’attaquer comme ça lui plaisait ? Et si je n’étais pas assez fort pour me protéger de la Lance d’Os de la Flamme Pourpre ? Hein ! qu’est-ce qui se serait passé !? Eh bien j’aurais brûlé vif ! Était-ce réellement justifié d’utiliser une compétence qu’il ne maîtrise même pas pour essayer de me tuer alors que je n’avais pas cherché à le provoquer ? Si j’étais vraiment mort dans ce restaurant, il aurait au pire été consigné à demeure pendant un mois ou deux. Tandis que si je l’avais tué, c’est ma vie qu’il m’en aurait coûté. Jusqu’où votre arrogance ira-t-elle, disciples des Sept Profondes Vallées ? »

Ouyang Zifeng éclata de rire avant de reprendre sur un ton féroce : « Tout se décide par la force dans ce bas monde ! Il appartient donc aux plus forts de déterminer les règles, et puisque je suis plus fort que toi, c’est à moi qu’il appartient de le faire !

     — Parce que tu crois vraiment être plus fort que moi ?

     — Tu le découvriras bien assez tôt, notre match est le quatrième et ne devrait donc plus tarder ! » Ouyang Zifeng coupa court à la conversation et tourna les talons. Il avait eu en partie connaissance du tableau des matchs à l’avance, et savait par conséquent qu’il affronterait Lin Ming dès le début.

À peine était-il parti que le premier match de la finale du rang un s’achevait.

« Deuxième match, Zhang Yanzhao contre Yan Yandong ! »

La voix de l’arbitre résonnait encore que les spectateurs originaires des différentes familles de cultivateurs martiaux se mirent à pousser des cris d’acclamations. Zhang Yanzhao était leur dernier représentant. Il avait terminé dans le top vingt lors du dernier Tournoi des Factions et avait donc de grandes chances d’atteindre le top dix au cours de celui-ci.

Yan Yandong, son adversaire, avait déjà perdu deux combats durant les phases de qualifications. L’issue du match ne laissait pas vraiment de place au doute…

Zhang Yanzhao empoigna l’énorme sabre qui était attaché sur son dos, tandis que Yan Yandong sortait un fanion enchanté. En l’agitant, une centaine de symboles dorés s’élevèrent dans les airs.

« Matrice du Verrou Démoniaque ! »

Les symboles dorés filèrent en direction de Zhang Yanzhao telle une nuée de sauterelles. Les voyant arriver, il bondit en avant dans un bruit de détonation.

« Trépas du Tigre et Dragon ! »

Son sabre trancha avec la force du dragon et la vitesse du tigre. La lame remua la véritable énergie présente dans l’air sur son passage, déclenchant une tempête furieuse dans laquelle les symboles dorés disparurent comme des flocons tombant dans un brasier.

Le premier coup de sabre détruisit le sortilège de Yan Yandong, et le second brisa le bouclier de véritable énergie qui le protégeait. L’onde de choc de l’attaque fut suffisamment puissante pour l’envoyer voler sur plusieurs dizaines de mètres.

Son bouclier de véritable énergie avait été annihilé, et pourtant il n’était pas blessé. Le degré de maîtrise dont Zhang Yanzhao faisait preuve avait de quoi laisser pantois.

Une trop grande disparité les séparait.

« Zhang Yanzhao est vraiment incroyable ! »

« Je suis sûr qu’il est au même niveau que les disciples directs des Sept Profondes Vallées ! »

Les disciples des seize familles de cultivateurs martiaux saisirent aussitôt l’occasion de se rengorger. Alors qu’ils échangeaient entre eux, un disciple des Sept Profondes Vallées assis à côté d’eux finit par perdre patience et les interrompit avec mépris : « Vous dites ça parce que vous n’avez aucune idée de la force des disciples directs. Votre Zhang Yanzhao ne fera pas le poids ! Attendez un peu qu’il se retrouve face à Ouyang Ming ou Jiang Baoyun, il se fera rétamer en cinq coups !

     — Cinq coups ? Fais-moi rire ! Vous les disciples de la secte êtes tellement prétentieux que vous ne savez plus ce que vous dites !

     — On verra bien, mais il ne faudra pas venir pleurer ! » coupa le disciple des Sept Profondes Vallées avant de détourner le regard ; il ne souhaitait pas parler davantage avec ces ignorants.

Le troisième match fut sans grand intérêt.

Vint alors le quatrième, qui allait opposer Lin Ming à Ouyang Zifeng !

Il était troisième dans le classement des disciples de la Faction Acacia et n’avait pas perdu un seul combat pendant les phases de qualifications.

Naturellement, Lin Ming était lui aussi encore invaincu. Cependant, de l’avis général, ce dernier avait beau être talentueux, il ne pouvait pas pour autant rivaliser avec les disciples directs. Il avait pris tout le monde de cours en triomphant de Jing Chanyu en à peine deux coups lors des phases de qualifications, mais cela ne changeait finalement pas grand-chose. Jing Chanyu n’avait presque aucune chance d’atteindre le top vingt de toute manière ; alors quelle importance qu’il l’ait battue ?

En revanche, dans les hautes sphères des Sept Profondes Vallées, tous les regards étaient concentrés sur ce match, et plus particulièrement sur Lin Ming qu’ils attendaient tous impatiemment de voir passer à l’action. Il était déjà si fort pour son âge !

Shi Zongtian était même allé jusqu’à ordonner une enquête sur les trois dernières générations de la Famille Lin. C’est peu dire qu’il tomba des nues en recevant le compte rendu. Lin Ming venait d’une famille tout ce qu’il y a de plus ordinaire et possédait le profil typique de l’artiste martial banal. Le talent dont il faisait preuve était tout bonnement inexplicable.

L’entrée d’Ouyang Zifeng dans l’arène déclencha des cris effrénés à travers la foule, en particulier chez de jeunes disciples peu douées pour les arts martiaux, qui s’époumonèrent jusqu’à ce que plus aucun son ne veuille sortir. Leur manque de talent les poussait à rêver d’épouser un jour un disciple au statut important. Mais comme s’il n’était pas déjà assez difficile d’attirer leur attention, les disciples principaux de la Faction des Épéistes et de la Faction des Forgerons se dévouaient corps et âme à la poursuite de leur art, et ne se laissaient tout simplement pas attirer par les plaisirs de la chair. Ces filles n’avaient pas la moindre chance avec eux. Ce qui expliquait la popularité des disciples de la Faction Acacia, nettement moins vertueux…

Lin Ming reçut beaucoup moins d’encouragements en comparaison. Il faut dire que les disciples des trente-six pays n’étaient pas si nombreux parmi les spectateurs.

Les deux adversaires se tenaient à cent mètres l’un de l’autre.

« J’ai entendu dire que tu contrôlais la foudre, s’exclama Ouyang Zifeng en ricanant. Tu ferais bien de ne pas essayer de cacher tes capacités et d’utiliser tout ce que tu peux tant que tu le peux encore…

     — Je n’ai jamais cherché à cacher quoi que ce soit. J’utilise simplement ce dont j’ai besoin lorsque j’en ai besoin.

     — Ah ! ah ! tu parlais d’arrogance, eh bien tu n’es pas en reste ! Une seule personne m’a forcé à dégainer mon épée jusqu’à présent. Je me demande si tu seras capable d’en faire autant. »

Tout en disant cela, Ouyang Zifeng effleura son anneau spatial et en sortit une longue épée bleue qui reposait dans un fourreau en peau de serpent. D’apparence sobre, l’arme dégageait néanmoins une légère fluctuation de véritable énergie. C’était de toute évidence un trésor des plus extraordinaires.

Lin Ming sourit intérieurement, te forcer à utiliser ton épée ? Essaie déjà de me pousser à dégainer ma lance !

Inspiration martiale Samsara !

Ses yeux se transformèrent aussitôt en deux vortex noirs. Il cherchait toujours à élargir sa compréhension de son inspiration martiale Samsara. Ainsi, même s’il ne comptait pas là-dessus pour l’emporter, il continuerait de l’utiliser autant de fois que l’occasion se présenterait.

Ouyang Zifeng s’était préparé à ce qu’il utilise une attaque psychique. D’un ricanement, il fit trembler son fourreau entre ses mains, et la complainte gémissante d’un fantôme résonna alors dans l’air tandis que des spectres émergeaient en grand nombre de la lame de l’épée. Ils formèrent rapidement une espèce de voile autour d’Ouyang Zifeng, comme un brouillard glacial capable de geler l’âme d’une personne.

L’attaque psychique de Lin Ming sembla heurter un mur inébranlable en arrivant à leur hauteur.

Dès qu’elle frappait un des spectres, celui-ci gonflait comme un ballon avant d’exploser. Mais un nouveau spectre prenait aussitôt sa place, telle une nuée incoercible. La première attaque de Lin Ming en avait balayé plusieurs dizaines à elle seule, pourtant, Ouyang Zifeng restait inatteignable.

« Humph ! Ma force d’âme a beau être inférieure à la tienne, tes attaques psychiques sont inutiles contre moi ! Ces fantômes que tu vois danser autour de moi se forment à partir du Yin Qi accumulé dans mon corps. Lorsque tu en détruis un, il retourne tout simplement en moi où il peut se reformer inlassablement en se nourrissant de ma véritable énergie.

Ne sais-tu donc rien faire d’autre !? » s’écria-t-il, et une flamme violette recouvrit son corps comme s’il s’était embrasé spontanément. Cette flamme s’élevait de plusieurs mètres dans le ciel et l’enveloppa rapidement dans un brasier infernal. Étrangement, cette flamme violette ne dégageait pas la moindre chaleur. À vrai dire, c’était même tout l’inverse, et les pavés en dessous d’Ouyang Zifeng commencèrent à geler, formant un large cercle blanc à partir de lui.

« Lance d’Os de la Flamme Pourpre… » Lin Ming reconnut immédiatement cette compétence. Ouyang Ziyun avait déjà essayé de l’utiliser à la Fleur du Désert, se blessant dans le processus.

« Mon petit frère a perdu contre toi en tentant de manipuler la Lance d’Os de la Flamme Pourpre. Cette fois tu vas avoir l’occasion d’en apprécier toute la puissance ! »

Sur son bras, les flammes violettes prirent la forme d’une lance d’os à partir de laquelle on pouvait entendre des gémissements et des cris d’esprits tourmentés. Avec son niveau, Ouyang Zifeng était à même de déployer tout le potentiel de cette redoutable compétence martiale.

« Disparais ! »

La lance d’os fondit tout à coup vers Lin Ming. Dans son sillage, les flammes formaient comme une queue violette. La détonation qu’elle déclencha en franchissant le mur du son vint se mélanger aux cris des fantômes et faillit percer les tympans des personnes les plus proches.

Vouh !

Lin Ming fut transpercé par la lance avant même que les spectateurs aient eu le temps de comprendre quoi que ce soit. 

Ouyang Zifeng arbora un sourire diabolique. Tu penses pouvoir l’esquiver ? Imbécile !

Le corps de Lin Ming qui venait d’être transpercé par la lance d’os disparut brusquement, ce n’était qu’une image résiduelle. Au même moment, la lance changea tout à coup de direction pour poursuivre le véritable Lin Ming.

« Division ! » s’écria Ouyang Zifeng, et la lance d’os se sépara en douze fragments. Ces douze lances miniatures s’abattirent sur Lin Ming en lui coupant toute retraite – il n’y avait pas d’échappatoire.

Dans le public, les artistes martiaux de trente-six pays ne purent s’empêcher de penser au pire. Qin Ziya était sans doute le plus nerveux d’entre eux. Ils tenaient si fortement ses deux mains serrées l’une contre l’autre que son sang n’y circulait presque plus. Dans un combat aussi intense, un mauvais placement ou un mauvais coup et tout pouvait basculer, conduisant à l’amputation ou à la mort.

Bam bam bam !

Les douze lances miniatures frappèrent simultanément Lin Ming, et une gigantesque colonne de feu violet s’éleva dans le ciel. On aurait dit un magnifique lotus violet en pleine floraison.

Les lèvres d’Ouyang Zifeng se courbèrent dans un sourire vicieux tandis que les artistes martiaux des trente-six pays retenaient leur souffle.

Les mains de Qin Xingxuan étaient couvertes de sueur. Elle avait une confiance absolue en Lin Ming, pour autant, elle ne savait pas du tout où se situait la limite de sa force.

Alors que le brasier violet s’estompait, le sourire d’Ouyang Zifeng s’effaça à son tour.

Lin Ming se tenait fièrement au milieu de l’arène comme si de rien n’était, ses habits pas même chiffonnés. D’énormes serpents de foudre crépitaient en dansant autour de lui, s’enroulant et tournoyant le long de son corps.

Le visage d’Ouyang Zifeng s’assombrit immédiatement.

Il était capable d’utiliser la foudre comme bouclier ?

Cela suffisait à prouver que son degré de fusion élémentaire atteignait un très haut niveau, bien assez élevé pour annihiler le Yin Qi d’Ouyang Zifeng et le menacer directement.

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Guillaume
  • 🥈2. Léo
  • 🥉 3. Lionel
  • 4. Alexis
  • 5. Wakou
  • 6. Thomas
  • 7. Martin
  • 8. 94macadam
  • 9. Cédric
  • 10. PascalW
🎗 Tipeurs récents
  • Lionel
  • Thomas
  • Cédric
  • Martin
  • 94macadam
  • guillaume
  • Wakou
  • Alexis
  • Guillaume
  • Léo
  • PascalW


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 256 — La compétition finale commence ! Menu Chapitre 258 — Frappe tonnerre