Le Maître des Secrets | Lord of the Mysteries | 诡秘之主
A+ a-
Chapitre 193 – Une affaire qui touche à sa fin

Chapitre 193 – Une affaire qui touche à sa fin

L’article relatant ce qui est arrivé à Qilangos n’était pas long. Il ne faisait que mentionner le moment où l’événement s’était produit, le lieu, les personnes impliquées et ce qui s’était passé. Comme dit le dicton, plus le contenu est succinct, plus la situation est grave.

Voilà un événement qui s’est produit à Backlund à vingt ou vingt-et-une heures hier soir et déjà, la nouvelle est parvenue jusqu’à Tingen. Grâce à la contribution exceptionnelle de l’Empereur Roselle, l’information circule assez vite dans ce monde. C’est sans doute l’un des nobles ou des ministres présents au bal qui a divulgué cette nouvelle sensationnelle à un journaliste, qui lui-même l’a envoyée aux agences de presse des différents comtés par le biais du télégraphe…

Les journaux du matin étant généralement rédigés le soir et imprimés la nuit pour être distribués le matin, ils ont eu juste assez de temps pour apporter des modifications de dernière minute et publier cet article…

Cette nouvelle à elle-seule fera sans doute augmenter les ventes de l’Edition du Matin d’un millier d’exemplaires, et ceci rien que pour Tingen…

Les pensées de Klein, qui prenaient un cours de plus en plus distrait, s’apaisèrent enfin.

Puisque le Contre-amiral est mort, cela signifie que même si M. Azik a été blessé, ce ne doit pas être trop grave…

Dans le cas contraire, il aurait sans doute été capturé par les Punisseurs Mandatés ou les gardes du corps Transcendants du Duc Negan qui étaient à la poursuite de Qilangos. Et face à une telle situation, Mlle Justice et M. Le Pendu auraient certainement fait l’impossible pour me le faire savoir. Le fait que ce ne soit pas le cas suffit à penser que tout est sous contrôle…

Eh bien, si M. Azik ne me donne pas de réponse ou si Mlle Justice et M. Le Pendu ne me prient pas d’ici ce soir, je soufflerai à nouveau dans le sifflet de cuivre pour convoquer le messager et envoyer une demande de renseignements…

Tandis que Klein se détendait, il détourna son attention du journal, puis jeta un coup d’œil dans le véhicule.

La plupart des gens qui pouvaient se permettre ce type de transport savaient lire et, influencés par l’annonce ” éditions spéciale “, beaucoup avaient acheté Le Tingen Édition du Matin. Quelques-uns discutaient tranquillement de l’incident.

– « Voilà longtemps que le Roi des Pirates et les amiraux terrorisent les routes maritimes. Ils reculent devant des cuirassés en provenance de différents pays mais ne font pas grand cas des navires marchands… Même si cela faisait moins de dix ans Qilangos avait été intronisé comme l’un des Sept Amiraux Pirates, il est le premier que le gouvernement élimine… »

– « Franchement, je suis curieux de savoir ce qu’il faisait à Backlund. Lorsqu’un pirate quitte l’océan, la mort est une issue prévisible. »

– « Espérons que nous aurons un rapport plus détaillé dans les jours à venir. »

– « Saint Seigneur des Tempêtes ! Je voudrais vraiment savoir lequel parmi les gardes du corps du Duc Negan a tué Qilangos. La prime s’élevait à 10 000 Livres ! »

– « 10 000 Livres… Si j’avais 10 000 Livres, je quitterais immédiatement mon travail et achèterais deux ou trois pépinières de taille moyenne. J’investirais dans les actions de quelques sociétés coloniales et de chemins de fer, et percevrais un dividende fixe chaque année… »

– « Et ce n’est là que la prime offerte par ce royaume. Intis, Feysac, Feynapotter, et certaines organisations marchandes ont également offert des récompenses pour le Contre-amiral Qilangos. J’espère vraiment qu’un journal donnera la liste complète de ces primes. »

10 000 livres ? Pensa Klein, stupéfait.

Malgré son salaire déjà impressionnant, il lui faudrait vingt ans pour pouvoir économiser autant d’argent, et ce sans manger ni boire.

Si seulement… Laisse tomber, tu ne peux rien y faire de toute façon. Il n’y a aucun moyen de réclamer la prime… L’air dépité, il plia le journal et regarda par la vitre.

Pour l’heure, il en était venu à la conclusion que l’incident impliquant le Contre-amiral Ouragan était clos. Il ne restait plus qu’à régler les derniers détails, comme la pile de pages du journal de Roselle promises par Le Pendu.

Backlund, Quartier de Cherwood.

Fors Wall et Xio Derecha marchaient en direction de l’agence de la Banque Varvat la plus proche.

– « Mon argent semble disparaître sans que je m’en aperçoive », soupira Fors.

– « C’est vrai », approuva Xio qui avait la même impression.

– « Heureusement que mon livre, La Villa de la Montagne aux Tempêtes, est plutôt populaire et que je perçois encore sur mon compte des droits d’auteur, sans quoi je devrais rechercher une clinique ou un hôpital et redevenir médecin », dit Fors, à la fois satisfaite et inquiète.

Xio demeura un moment silencieuse, puis demanda prudemment :

– « L’enquête sur Qilangos affectera-t-elle votre statut d’auteur ? Après tout, nous pourrions être dans le collimateur des Punisseurs Mandatés, des Faucons de Nuit et des autres… »

– « Parlez pour vous », répondit Fors avec un petit rire. « C’est vous qui avez envoyé quelqu’un faire un rapport de police, vous qui avez envoyé la lettre, vous encore qui êtes célèbre dans les ruelles et parmi les gangs du Quartier Est. Quant à moi, je reste Fors Wall, auteur à succès de best-sellers. »

Xio en resta hébétée :

– « Alors durant tout ce temps, vous n’avez fait que me tenir compagnie ? »

Fors lissa ses cheveux et sourit :

– « Ne trouvez-vous pas que l’expérience était intéressante ? Elle m’a apporté l’inspiration dont j’avais tant besoin pour mon travail. Mon prochain roman portera sur un meurtre brutal et soudain. »

Prise de court, Xio ne savait comment poursuivre la conversation. Elle poursuivit donc son chemin, l’air maussade lorsque soudain, Fors la tira en arrière. Elle venait de manquer un virage.

Au même moment, elles entendirent un livreur de journaux crier :

« Édition spéciale ! Édition spéciale ! Le Contre-amiral Qilangos, dit Ouragan, tué à Backlund! »

Hein ? Quoi ? Toutes deux se regardèrent, confuses et ne reprirent leurs esprits qu’après avoir entendu plusieurs fois l’annonce du livreur.

– « Quoi ? Qilangos est mort ?! » S’exclama Fors qui ne pouvait pas croire ce qu’elle entendait.

– « Il est mort ? Comment a-t-il pu mourir si brusquement ? » Renchérit Xio qui fuyait depuis un moment ce pirate sans pitié, surprise et hébétée.

Cela… n’était-il pas censé suivre une procédure normale ? D’abord trouver des indices pour déterminer le mobile de Qilangos, puis rassembler de puissants Transcendants et lui tendre une embuscade. Ensuite seulement tuer le pirate… Or le Contre-amiral a été tué alors que la première étape n’était pas encore terminée… Il est mort comme ça…

Les deux femmes se regardaient. On aurait dit deux statues de marbre.

Une minute plus tard environ, Xio se précipita soudain vers le livreur de journaux et acheta un exemplaire du Tussock Times, l’un des trois quotidiens les plus vendus au Royaume de Loen.

– « Oh… C’est vrai, Qilangos est mort, tué par le garde du corps du Duc Negan. Par la Déesse, le garde du corps en question est… » Elle s’interrompit au moment où elle allait dire « un puissant Transcendant ».

Fors posa sur son amie un regard compatissant.

– « Dire que vous croyez tout ce que disent les journaux… »

– « Bon, peut-être que quelqu’un avait découvert le mobile de Qilangos et que les Punisseurs Mandatés, les Faucons de Nuit et la Conscience collective des Machines ont œuvré de concert avec les militaires pour lui tendre une embuscade… » Xio se figea et soupira : « N’ayant plus à nous en soucier, nous pouvons reprendre le cours normal de nos vies. Ceci dit, il nous faudra éviter la sphère d’influence de ce fameux poste de police. »

Elle regarda Fors, un peu inquiète : « Combien pensez-vous que Miss Audrey nous payera maintenant ? Je sais que quelques centaines de Livres ne sont pas grand-chose pour elle, cependant, nous n’avons pas vraiment terminé la mission qu’elle nous avait confiée… »

– « Au moins avons-nous contraint Qilangos à se montrer de son propre chef. S’il s’est empressé de passer à l’action et de tomber dans cette embuscade, c’est certainement en partie grâce à notre contribution », la réconforta Fors. « Connaissant la générosité de Melle Audrey, si elle ne nous règle pas la totalité de la récompense, au moins nous en donnera-t-elle la moitié. »

– « Espérons-le… » Xio prit une profonde inspiration et ajouta avec un regard d’envie : « Je me demande qui va toucher cette prime de 10 000 Livres. »

– « Il est certain que cela suscite l’envie. Si j’avais autant d’argent, je serais depuis longtemps passée Séquence 7 ou 6, mais j’ai manqué l’occasion à maintes reprises ! » Répondit Fors, elle aussi un peu dépitée, avant de conseiller : « Xio, ne contactons pas Miss Audrey pour l’instant. Laissons-la prendre cette initiative. Il y a trop de détails que nous ignorons autour de la mort de Qilangos, aussi serait-il risqué pour nous d’aller brusquement la trouver. »

Xio acquiesça puis, étonnée, demanda :

– « Comment saviez-vous que je pensais me rendre au Quartier de l’Impératrice ? »

– « À votre avis ? » répondit Fors en riant.

Après une matinée bien remplie, Klein retourna à la Compagnie de Sécurité de l’Épine Noire et fit son rapport à Dunn Smit :

– « Capitaine, les personnes liées à Lanevus sur lesquelles vous m’avez chargé d’enquêter ne sont impliquées dans aucun incident Transcendant. Ce sont simplement des victimes. »

Dunn posa ses deux coudes sur son bureau.

– « Alors arrêtez ça pour le moment. Nous nous concentrerons sur les suspects les plus probables lorsque les autres auront terminé leur enquête. Nous ne pouvons pas mobiliser tous nos effectifs sur cette affaire. Nous devons nous prémunir contre d’autres éventuels et soudains incidents ».

– « Très bien. »

Klein était sur le point de se lever pour aller déjeuner lorsque soudain, on frappa à la porte.

– « Entrez je vous prie », dit Dunn de sa voix douce.

La poignée tourna et Rozanne passa la tête par l’entrebâillement :

– « Capitaine, quelqu’un a une mission à vous confier. »

Une mission… Il semblerait que ce soit destiné à la Compagnie de Sécurité et non aux Faucons de Nuit. Qui est donc venu nous voir par erreur cette fois ? Se demanda Klein .

Dunn réfléchit :

– « Si c’est trop problématique, nous pouvons toujours refuser. »

Il arrangea sa chemise, son gilet et se dirigea vers la réception, suivi de Klein et de Rozanne, curieux.

Sur le canapé étaient assises deux dames vêtues de robes noires unies et de chapeaux de la même teinte.

L’une d’entre elles, une ronde à la peau claire, avait le visage totalement caché par un voile.

Klein eut le sentiment de l’avoir déjà vue quelque part.

Il interrogeait sa mémoire lorsque soudain, il entendit l’autre dame, plus mince, dire :

– « La mission que nous voudrions vous confier consiste à suivre et surveiller Madame Sharon, et à trouver des preuves de ses crimes. »

Madame Sharon… À ces mots, Klein se rappela brusquement et comprit le pourquoi de ce sentiment de déjà-vu.

La dame qui restait silencieuse était la femme du député Maynard, la fille du leader du Nouveau Parti.

Elle a du mal à accepter la mort de son mari et refuse les conclusions de la police, c’est pourquoi elle s’adresse à une société de sécurité privée pour demander une enquête complémentaire ?

Dire que c’est nous qu’elle est venue trouver…

Klein sourit en son for intérieur.

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Meifumado
  • 🥈2. matsu 1
🎗 Tipeurs récents
  • matsu 1
  • Meifumado


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 192 – Attention Menu Chapitre 194 – Infiltration