Le Maître des Secrets | Lord of the Mysteries | 诡秘之主
A+ a-
Chapitre 13 – La terreur de Xio

Vol 2 : L’Homme Sans Visage / Chapitre 13 – La terreur de Xio

Quartier de Cherwood. 15, rue Minsk.

Rassasié, Klein prit place au salon dans un fauteuil inclinable, près d’une cheminée où brûlait du charbon de bois.

Comme il faisait presque aussi chaud qu’en été, il portait une chemise blanche, un gilet noir et un pantalon fin. Il feuilleta le journal jusqu’à la rubrique où étaient regroupées la majorité des petites annonces.

Un nouveau type de véhicule de transport nécessite des investissements d’urgence. Détails négociables dans le cadre d’un entretien…

Il prit un crayon sur une petite table rouge sombre près de lui et entoura le message.

S’il n’y avait pas de commissions le lendemain ou le surlendemain, il irait voir si ce fameux type de véhicule avait une quelconque valeur d’investissement car faute d’informations suffisantes, il lui était impossible de le savoir par le biais de la divination.

J’espère que c’est un produit similaire à un vélo… marmonnait-il pour lui-même lorsqu’il entendit soudain une prière lointaine résonner à ses oreilles.

Qui est-ce ? Mlle Justice ? M. Le Pendu ? Le Soleil ? Un employé de la Banque de Backlund en train de reproduire mon code d’accès ?

Tout à ses pensées, Klein posa son journal, retourna dans sa chambre et ferma la porte derrière lui.

Il fit quatre pas dans le sens inverse des aiguilles d’une montre et entra dans le monde au-dessus du brouillard gris. Près du siège du Fou et sur le bord de l’antique table de bronze, un éclat lumineux émettait des ondes de rayonnement.

Klein, qui avait l’habitude, s’assit calmement, émit son énergie spirituelle et toucha les ondes lumineuses en réponse à la prière.

Il vit alors sous ses yeux l’image floue d’un canapé sur lequel était pelotonnée une petite femme en uniforme de chevalier stagiaire.

Elle n’est pas en train de copier mon code d’accès… Elle lit un bout de papier…

Le jeune homme comprit soudain :

Il doit s’agir de l’une des deux Transcendantes dont Mlle Justice m’a parlé et qui requièrent mon approbation…

Une vingtaine de secondes plus tard, Klein n’avait toujours pas vraiment répondu. Il attendrait la nuit pour passer à l’étape suivante et tester sa réaction, son attitude et sa façon de gérer les choses pour se faire une idée de sa personnalité et de ses capacités.

Bien entendu, il ne forcerait personne à rejoindre le Club du Tarot.

Le Fou qui n’appartient pas à cette époque… Xio, qui venait de prononcer la phrase en Hermès ancien, demeura quelques secondes figée sur place, puis se redressa brusquement et s’assit bien droite :

Cela ressemble au titre honorifique d’une entité cachée ! Réalisa-t-elle, horrifiée.

D’après ses connaissances en matière d’occultisme et les diverses rumeurs qu’elle avait entendues, il était fréquent que le fait de prononcer le titre honorifique complet d’une entité attirât son attention.

Le plus souvent, cela avait des conséquences néfastes, voire tragiques, bon nombre de ces entités étant des incarnations de démons ou de dieux maléfiques.

De plus, je l’ai prononcé en Hermès ancien et sans aucune protection… Que suis-je bête ! Pourquoi ai-je fait tant d’efforts pour identifier cette phrase et l’ai-je réellement lue mentalement ?

Xio regarda autour d’elle, terrifiée à l’idée qu’un monstre indescriptible fasse soudain irruption chez elle.

Le canapé, la table à thé, l’armoire, la table du séjour, les chaises, la peinture à l’huile et autres objets défilèrent devant ses yeux, inchangés.

Après près d’une minute de vigilance accrue, Xio se détendit un peu : Allons, pas d’inquiétude, se dit-elle, je n’ai fait que prononcer ce titre honorifique, je n’ai pas prié . Le rituel étant incomplet, il ne devrait pas attirer l’attention.

De plus, il y a de fortes chances pour que celui ou celle qui a laissé ce papier ait traduit ce titre à partir des symboles spéciaux laissés par l’Empereur Roselle. Il se pourrait donc qu’il contienne des erreurs.

Mais… mais j’ai entendu dire que si les dieux et les démons y trouvaient de l’intérêt, ils répondaient et ce même en cas de cérémonial incomplet… Que je suis stupide, vraiment…

A mesure qu’elle réfléchissait, le visage de Xio se crispa. Elle avait l’impression d’avoir commis une grave erreur.

La jeune femme attendit encore quelques minutes puis, constatant qu’il ne se passait rien, gonfla les joues et expira lentement.

Elle rangea le morceau de papier dans l’ Histoire de l’Aristocratie du Royaume de Loen, se rendit à la salle de bain, le cœur lourd, et ouvrit le robinet pour s’asperger d’eau froide dans l’espoir de s’éclaircir les idées.

L’eau, presque transparente, se mit à couler et Xio se pencha pour en recueillir un peu. Elle s’apprêtait à en tamponner son visage lorsque du coin de l’œil, elle aperçut dans le miroir une longue chevelure brune légèrement bouclée.

Elle-même avait les cheveux blonds, coupés à hauteur des épaules et mal peignés.

Soudain, ses poils se hérissèrent.

Prenant appui sur le sol, elle se propulsa en arrière avec ses mains, fit un demi-tour et vint frapper l’entité de son coude.

Elle entra en contact avec un corps chaud et entendit un cri familier tandis que son adversaire tombait au sol.

Xio s’arrêta net et regarda son amie se tenir le ventre de douleur, les larmes aux yeux.

Elle eut une grimace instinctive :

– « Fors ?! Depuis quand êtes-vous rentrée ? ».

Il fallut un certain temps à la romancière pour se remettre. Elle se releva lentement, s’appuya contre le mur et maugréa :

– « J’arrive à peine. Mais vous êtes folle, Xio! ? Pourquoi m’avoir attaquée sans même regarder ? Vous n’y êtes pas allée de main morte ! »

– « Mais par où êtes-vous entrée ? » Demanda Xio, embarrassée.

– « Par la fenêtre de la salle de bain. Pourquoi ? Il y a un problème ? En tant qu’Apprentie, il est normal que je ne prenne pas de clé », répondit Fors d’un air détaché.

Xio se redressa :

– « Pourquoi n’avez-vous pas traversé la porte ? Vous m’avez vraiment fait peur ! » S’exclama-t-elle, rejetant toute responsabilité.

Fors cligna des yeux :

– « Dans ce cas, je vais devoir faire un grand détour. C’est terriblement ennuyeux car j’ai l’habitude de marcher en ligne droite. »

Elle marqua une pause et demanda d’un ton méfiant : « Mais votre réaction n’était-elle pas un peu excessive ? ».

Durant trois secondes, Xio lutta entre perdre sa dignité ou perdre la vie.

– « C’est… c’est parce que j’ai commis une erreur, une erreur fatale », avoua-t-elle.

– « Quelle erreur ? » S’enquit Fors, perplexe et inquiète, en se frottant le ventre.

Xio s’empressa alors de lui raconter toute l’histoire, depuis le moment où elle avait découvert l’intercalaire dans la couverture du livre et y avait trouvé un vieux morceau de papier. Ensuite comment elle avait, accidentellement, prononcé l’incantation en Hermès ancien qu’elle suspectait d’être le titre d’une entité cachée.

– « Vous… Mais où aviez-vous la tête ? Il… il ne devrait pas y avoir de problème car d’une part, le cérémonial n’était pas complet et d’autre part, nous ne savons pas si c’est vrai ou faux. »

Fors regarda autour d’elle et ressentit un inexplicable frisson.

Elle suivit son amie au salon où elle vit la feuille de papier jaunie ainsi que les symboles spéciaux de Roselle et la phrase écrite en Hermès ancien.

Après un rapide coup d’œil, cette chercheuse professionnelle en occultisme hocha la tête :

– « Il ne s’agit d’aucun des dieux maléfiques, des démons ou des entités secrètes que je connais. Tout devrait bien aller, d’autant que rien ne s’est produit jusqu’ici. »

Voyant que Xio se détendait, elle eut une pensée pour sa douleur au ventre et, ajouta intentionnellement et malicieusement : « Mais il va de soi que si quelque chose devait se produire, ce ne sont pas nos petites capacités qui nous permettront d’en réchapper. »

Xio blêmit et lâcha :

– « Fors, restons ensemble ce soir. Oh et puis non, je vais dormir seule… »

Fors fronça les sourcils et eut un petit rire :

– « D’accord. Vous n’avez pas à vous inquiéter. Sachez qu’à chaque pleine lune, j’entends d’étranges murmures mais ne perçois aucun signe de folie ou de perte de contrôle. »

– « Eh bien… Nous devrions examiner les trois autres livres. Si nous y trouvons le même bout de papier et la même incantation, c’est qu’il s’agit très probablement d’une farce que nous a faite le Vicomte Glaint. »

Toutes deux s’empressèrent donc de feuilleter et d’examiner soigneusement Étude sur les Armoiries ainsi que les autres livres, mais elles ne trouvèrent rien qui sorte de l’ordinaire.

Xio regarda Fors qui lui rendit son regard et l’atmosphère redevint sombre.

– « Devrions-nous aller nous cacher dans la nef de la cathédrale Saint Samuel pour ce soir ? » Suggéra Xio sur un moment d’inspiration.

Il s’agissait du siège de l’Église de la Déesse de la Nuit Éternelle du diocèse de Backlund.

– « Pourquoi pas la cathédrale Saint Hierländ ? Je doute fort que la déesse daigne me protéger… » répondit machinalement Fors.

Cette cathédrale, qui relevait de l’Église du Dieu de la Vapeur et des Machines, était située dans le Quartier Saint-Georges, près des immenses usines du sud-est.

Ces deux dames aux croyances différentes redevinrent silencieuses et au bout d’un moment, Fors soupira :

– « En faisant ainsi, nous deviendrons la cible des Faucons de Nuit ou de la Conscience Collective des Machines. C’est peut-être précisément ce que souhaite cette entité. Alors allez-vous coucher. Nous aurons la réponse demain matin et si rien ne se passe d’ici là, ça voudra dire que tout va bien. »

Au milieu de la nuit, alors que la lune cramoisie était cachée par les nuages et les étoiles à peine visibles dans le ciel de Backlund, Klein se réveilla d’instinct, repoussa sa couverture, se leva et entra dans le monde surplombant le brouillard gris.

Il prit place sur la chaise à haut dossier réservée au Fou avec l’intention de répondre à l’amie de Mlle Justice et de lancer le “processus d’examen”.

C’est alors qu’il eut une autre idée.

Peut-être, étant donné les circonstances, pouvait-il essayer de la faire entrer dans le monde dans lequel il se trouvait !

La jeune femme est certainement endormie et en admettant que j’y parvienne, elle pensera certainement qu’il s’agit d’un rêve un peu plus réaliste que d’ordinaire… Voyons… si je réussis, je pourrai toujours couper la connexion en temps voulu pour l’empêcher de voir clairement ce qui l’entoure…

Après avoir mûrement réfléchi à la question, Klein tendit la main et tapota l’anneau de lumière ondulatoire pour établir une connexion avec lui.

Soudain, il sentit son énergie spirituelle jaillir de manière irrépressible, ce qui fit légèrement trembler l’espace mystérieux qui surplombait le brouillard gris.

Il se disait que son énergie allait totalement s’épuiser lorsque soudain, tout se calma. Une silhouette floue et indistincte apparut près de la longue table de bronze.

Dans sa rêverie et toujours endormie, Xio ouvrit les yeux sur un brouillard sans limites où, sur une antique chaise à haut dossier, une silhouette sombre l’observait.

Ravi, Klein coupa aussitôt la connexion conformément à son plan.

La petite silhouette brumeuse disparut tandis qu’apparaissait dans la brume d’un blanc-grisâtre une étoile cramoisie, irréelle.

A cette vue, Klein fut alors certain d’une chose : si une personne invoquait son nom, il était en mesure de l’attirer dans ce monde, l’étoile étant le symbole d’une connexion stable.

Il y a cependant certaines limites. Étant donnée ma puissance actuelle, tout au plus puis-je établir une autre connexion… A en croire mes précédentes expériences, mon énergie spirituelle peut, au maximum, attirer des Transcendants d’une Séquence supérieure à la mienne et il n’est pas dit que cela fonctionne. Comme ce ne sont que des spéculations, une personne de même Séquence que moi ou de Séquence inférieure ne devrait pas poser problème… se dit le jeune homme, satisfait.

Il n’était pas nécessaire qu’il réponde, l’expérience suffisait.

Xio se redressa dans son sommeil.

Elle n’avait cessé de s’inquiéter des dangers potentiels qu’elle encourait pour avoir invoqué un titre honorifique et voilà qu’à peine endormie, elle rêvait d’un espace mystérieux et d’une silhouette grise et brumeuse qui la regardait d’en haut.

Ce rêve était si clair, si clair que la jeune femme prit peur.

Elle regarda Fors qui dormait à côté d’elle et, toute tremblante, se demanda : Est-ce un cauchemar causé par la peur, ou est-ce parce que j’ai attiré l’attention d’une entité que je suis hantée par des esprits maléfiques ?

Voyons… Un rassemblement de Transcendants est prévu demain soir. En plus d’acheter la formule, je vais devoir trouver une personne capable d’exorciser les mauvais esprits et de me purifier.

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Meifumado
  • 🥈2. matsu 1
🎗 Tipeurs récents
  • matsu 1
  • Meifumado


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 12 – Un guidage discret Menu Chapitre 14 – L’inventeur Leppard