Le Maître des Secrets | Lord of the Mysteries | 诡秘之主
A+ a-
Chapitre 118 – Août

Chapitre 118 – Août

Le temps s’écoulait et Tingen salua la fin de l’été. La température oscillait entre vingt-six et vingt-sept degrés Celsius.

Klein sortit de sa baignoire, projetant des gouttelettes d’eau sur le sol.

Il regarda ses abdominaux, les contracta et vit apparaître des muscles saillants.

C’était le résultat de son entraînement quotidien. De plus, il était visiblement beaucoup plus énergique.

Le jour même, Gawain, son professeur de combat, avait commencé à lui enseigner les bases du jeu de jambes associé aux coups de poing et les techniques pour donner de la force à sa frappe.

Pieds nus sur le sol, Klein glissa vers l’avant, recula, esquiva sur la droite et projeta son poing tout en assurant sa garde.

Puis, poussant un soupir de satisfaction, il prit une serviette posée près de lui et s’essuya.

Depuis deux semaines qu’il avait pris contact avec Daxter Guderian, le médecin de l’asile psychiatrique, Klein semblait avoir échappé aux coïncidences. Sans le déluge constant d’incidents surnaturels, sa vie s’était stabilisée. Il percevait son salaire en temps et en heure, faisait des recherches approfondies sur l’occultisme, s’entraînait au tir et au combat, travaillait sur de nouvelles recettes de cuisine, accumulait peu à peu, avec Benson et Melissa, de la vaisselle et du mobilier décent, interrogeait ses coéquipiers au sujet des cas surnaturels s’étant produits par le passé, menait des séances de divination pour les gens qui venaient le consulter au club et suivait strictement les principes qu’il avait découverts.

Cela l’apaisait. Sans ces moments où, tard dans la nuit, la Terre lui manquait encore, sans cette cheminée rouge qui n’avait pas encore été localisée ou l’image de la marionnette du Malheur qu’il voyait encore en rêve, il aurait pu s’habituer à cette vie et y prendre goût.

Durant cette période s’étaient tenues trois réunions du Club de Tarot sans que Klein n’obtienne de nouvelles pages du journal de Roselle. Cependant, aux dires de Justice, elle avait fait la connaissance de deux Transcendants avec qui elle était en contact régulier.  Lorsqu’elle serait entrée dans leur cercle de connaissances, il était très probable qu’elle puisse acquérir d’autres pages du journal de l’Empereur.

Le Pendu, quant à lui, lui avait fait savoir qu’il était de retour sur la terre ferme et avait certaines affaires à régler. Dès qu’il aurait du temps libre, il en chercherait d’autres.

Justice estimait que les deux Transcendants dont elle avait fait la connaissance étaient des candidats potentiels pour rejoindre le club. Tous deux avaient de bons statuts de couverture, des canaux d’informations spécifiques mais différents, des principes et des caractéristiques uniques. Ils n’étaient pas du style à vendre un secret. Seul problème : ils n’étaient que des Transcendants de Séquence 9, ce qui n’était guère approprié pour une organisation secrète haut de gamme comme le Club de Tarot.

Une organisation secrète haut de gamme ? Cela ressemble plus à un système pyramidal Klein se contenta de soupirer. N’ayant pas de mots pour répondre à l’autosatisfaction de Justice, il ne pouvait qu’accepter d’observer plus avant les deux Transcendants.

Certes, Justice n’était plus la jeune fille innocente et romantique qu’il avait connue au départ. Prudente, elle s’était bien gardée de mentionner les noms de ces deux personnages et de les décrire, de crainte que le Pendu ne puisse les identifier.

Mlle Justice a dit qu’elle ressentait nettement les signes d’assimilation de la potion. Il se pourrait que d’ici trois à quatre semaines, elle n’ait plus besoin de jouer son rôle de Spectatrice. Je vais devoir me hâter d’acquérir la formule de Télépathe… Se dit Klein en se remémorant la réunion de la veille tandis qu’il s’habillait.

Il n’avait rencontré Daxter Guderian qu’une seule fois en vingt jours. Comme il était d’avis que trop de précipitation peut parfois tout gâcher, il s’était contenté de discuter de l’état du médecin et de lui poser des questions sans importance au sujet des Alchimistes en Psychologie.

Vu la vitesse à laquelle Justice assimilait la potion, il se devait de réfléchir à la façon d’obtenir au plus vite la formule de la Séquence 8 de Télépathe.

Klein boutonna sa chemise et enroula une serviette sèche sur sa tête afin d’absorber l’humidité de ses cheveux.

Comparé à Justice, il assimilait sa potion de Voyant encore plus vite que prévu. Cette semaine-là, il avait cessé de voir et d’entendre des choses anormales lorsqu’il entrait en Méditation ou activait sa Vision Spirituelle.

Klein retourna la serviette, se frotta une seconde fois les cheveux puis leva les yeux vers la porte :

Les principes du Voyant que j’ai découverts sont vraiment efficaces. La semaine prochaine… Je devrais avoir assimilé totalement la potion d’ici la semaine prochaine. Je ne sais pas où trouver une corne d’une chèvre grise adulte de la montagne Hornacis ni la tige complète d’une rose à visage humain dont j’ai besoin pour la formule du Clown… Peut-être pourrais-je, comme Madame Daly, soumettre une demande spéciale ? Mais cela attirerait certainement l’attention des plus hauts placés et je tiens à progresser à mon propre rythme. Le croyant de l’Ordre Aurora du département de police a également été retrouvé, mais je ne sais toujours pas qui est ce monsieur Z…

Henry m’a dit qu’il aurait terminé ses recherches au sujet de la cheminée rouge avant la fin de cette semaine. Mes économies étant remontées à un peu plus de sept livres, je n’aurai au moins pas à me soucier du règlement du solde…

Certaines des informations qu’il m’a données sur les maisons et les locataires ne semblaient pas présenter d’anomalies, mais je n’ai pas le temps de les examiner une à une…

Peut-être pourrais-je voir quelles sont les maisons à cheminée rouge dont les locataires ont emménagé récemment ?

Hmm, c’est une façon d’envisager les choses.

Il s’assit silencieusement quelques secondes puis enfila son pantalon noir, son nœud papillon et plaça son étui sous son aisselle. Il ramassa ensuite son costume de chevalier trempé de sueur qu’il portait pour l’entraînement, le jeta dans le panier à linge, puis il quitta la salle de bain.

Il venait de terminer son entraînement du mercredi après-midi et se trouvait chez son instructeur.

– « Bonjour, M. Moretti », salua la domestique de Gawain qui passait par là en s’inclinant précipitamment.

Klein hocha légèrement la tête et lui montra du doigt la salle de bain en désordre :

– « Pourriez-vous nettoyer cela, s’il vous plaît ? »

– « Bien sûr, monsieur. La blanchisseuse passera à six heures pour récupérer les vêtements », lui répondit la domestique, tête baissée.

Les blanchisseuses n’étant ni logées, ni nourries, elles travaillaient généralement pour plusieurs foyers. Soit elles s’empressaient chaque jour de laver les vêtements d’un ménage avant de passer au suivant, soit elles rassemblaient les vêtements des différentes maisons et lavaient tout en même temps avant de les rapporter. C’était le seul moyen pour elles de survivre financièrement.

Klein n’ajouta rien et retourna au salon pour faire ses adieux au propriétaire assis sur son rocking chair.

Il trouva Gawain, une couverture marron clair étalée sur ses jambes, tenant la main les Nouvelles du Soir d’Awwa et hochant mollement la tête.

Klein savait pertinemment que l’homme baigné dans la lueur couchant avait la cinquantaine, mais son apathie donnait l’impression qu’il avait 80 ans.

Durant l’entraînement, Gawain gardait le silence et ne donnait des indications que lorsque c’était nécessaire. Il n’était pas du genre bavard et Klein était tellement épuisé par son entraînement quotidien qu’il n’avait aucune envie d’engager la conversation. Tous deux étaient donc restés très distants.

À en croire ses démonstrations, la force du professeur Gawain est encore impressionnante et ses pas rapides. À mon avis, il pourrait en battre trois comme moi… Il est payé par le poste de police et il a acheté un terrain dans un village de banlieue qui lui rapporte un loyer fixe… Il engage un chef, une servante et une blanchisseuse… Dans l’Empire de la Gourmandise, sur Terre, un homme d’une cinquantaine d’années possédant une telle richesse aurait parcouru le monde…

Klein détourna le regard, secoua la tête puis se dirigea vers le porte-manteau pour y prendre son haut-de-forme et son coupe-vent noir.

Après s’être arrangé, il prit sa canne, sortit et longea le chemin de pierre couvert de mauvaises herbes qui menait à la grille d’entrée.

Soudain, il vit une voiture à deux roues stationnée de l’autre côté de la clôture métallique et un homme au visage familier debout à côté.

« Léonard ? » marmonna Klein en regardant d’un air suspect son coéquipier aux cheveux en bataille.

Léonard vêtu d’une chemise blanche, d’un pantalon noir et chaussé de bottes de cuir sans boutons faisait tournoyer son chapeau entre ses mains. Voyant Klein sortir de la maison, il sourit et demanda :

– « Êtes-vous agréablement surpris ? »

Surpris oui, agréablement, c’est une autre affaire… Se dit Klein qui, ignorant le comportement inapproprié du faux poète, le regarda dans les yeux :

– « Que se passe-t-il ? »

Léonard remit son chapeau :

– « Le capitaine veut que vous coopériez avec Frye et moi. Nous en discuterons en chemin. »

– « Très bien », répondit Klein en montant dans la voiture.

Alors que le paysage défilait, Léonard prit le porte-documents posé près de lui et le lui lança.

Le jeune homme le rattrapa et en sortit un papier qu’il lut attentivement.

Le 11 août, à 23 heures, dans un hospice du Quartier Ouest, Salus, qui avait fait faillite, a tenté de déclencher un incendie criminel pour provoquer une tragédie. Il a fini brûlé vif, sans autres victimes…

Le 11 août, à 22h, Zid, un employé du port, a sauté dans la rivière Tussock et mis fin à sa vie de misère…

Le 11 août, à 20 heures, Rue Basse de la Croix-De-Fer, Mme Lauwis, qui gagnait sa vie en vendant des boîtes d’allumettes, est morte d’une maladie soudaine…

Les deux premiers incidents laissèrent Klein perplexe. De son avis, ce genre de décès était courant et très ordinaire. Non seulement ils n’auraient pas dû attirer l’attention des Faucons de Nuit, mais les forces de police elles-mêmes devraient éviter de gaspiller des ressources à enquêter sur des causes de décès aussi évidentes.

Mais à mesure qu’il parcourait la liste, il fronça les sourcils.

Au bout de deux pages, il leva la tête et regarda Léonard.

– « N’est-ce pas un peu trop ? »

Le nombre de décès ordinaires atteignant un niveau stupéfiant, il aurait été difficile de prétendre que c’était normal.

Léonard, qui pour une fois avait l’air grave, hocha la tête :

– « Le nombre de décès au cours des deux dernières semaines est cinq fois plus élevé que la normale. 

« Lorsque le quartier général de la Police de Tingen a compilé les données, il a pris conscience du problème et nous l’a rapidement transmis, ainsi qu’aux Punisseurs Mandatés et aux membres de la Conscience Collective des Machines.

« Même si, lors des premières enquêtes, ces décès semblaient normaux, le capitaine pense que nous devrions les réexaminer. Nous pourrions avoir besoin de la divination ou de la magie rituelle. »

– « Je vois », répondit Klein

Leonard claqua des doigts :

– « Vous et moi faisons équipe avec Frye. Il nous attend Rue Basse de la Croix-De-Fer. Seeka, Royale et le Vieux Neil forment une autre équipe chargée d’enquêter sur des incidents similaires survenus dans le Quartier Nord. Le Capitaine, lui, restera au bureau pour répondre à toute urgence éventuelle. »

– « D’accord », répondit gravement Klein. Mais quelque chose lui traversant l’esprit, il demanda : « Puis-je passer chez moi laisser un mot ? »

Il devait prévenir son frère et sa sœur qu’il ne pourrait pas dîner à la maison ce soir-là car quelque chose s’était produit.

Léonard eut un sourire :

– « Aucun problème, c’est sur notre chemin. »

Apaisé, Klein relut le document dans l’intention de trouver un lien entre les différents noms, heures et causes de décès.

Soudain, une pensée lui vint :

Est-ce là ma première mission de groupe depuis que je suis officiellement Faucon de Nuit ?

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Meifumado
  • 🥈2. matsu 1
🎗 Tipeurs récents
  • matsu 1
  • Meifumado


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 117 – Un contact Menu Chapitre 119 – Rue Basse