La Venue du Fleuve Céleste | 天阿降临
A+ a-
Chapitre 44 – Suppression silencieuse

Il était écrit : là où il y a de l’oppression, il y a de la résistance.

Le livre dit aussi : là où il y a de la résistance, il y a de la répression.

Les gens n’en voulaient pas vraiment à Chu Jungui. Après tout, pouvoir utiliser une mitrailleuse légère à ce point était vraiment admirable. Mais la détermination du lieutenant-colonel Hu à rendre les choses difficiles pour l’escouade d’infanterie tactique avait finalement provoqué une forte protestation.

Le nombre de classes d’infanterie tactique ayant échoué avait déjà dépassé la trentaine, et la proposition d’élimination du personnel dépassait depuis longtemps le plan de l’Académie, mais le lieutenant-colonel Hu ne voulait toujours pas s’arrêter.

Finalement, quelqu’un ayant une expérience approfondie poursuit les échelons supérieurs de l’Académie, essayant de faire pression pour que l’affaire soit close. Cependant, il ne s’attendait pas à ce que le lieutenant-colonel Hu soit étonnamment dur, et elle fit tomber la suggestion du vice-doyen.

Ainsi, les instructeurs des classes d’infanterie professionnelle commencèrent à protester sans cesse contre le fait que l’infanterie pure ne pouvait jouer qu’un rôle d’occupation et de police sur les champs de bataille planétaires, sans différence avec la police, et que l’enseignement et les tests de l’Académie ne pouvaient pas être centrés sur l’infanterie et les mitrailleuses légères.

D’autres personnes faisaient écho au sentiment que divers types de chars et de méchas étaient le roi de la guerre terrestre. L’infanterie tactique était censée être une force mécanisée secondaire, il fallait donc apporter quelques ajustements à l’objectif de l’essai.

En réponse à ces protestations, le lieutenant-colonel Hu ne pouvait pas les nier et devait accepter d’élargir Chu Jungui en tant que participant de l’Armée bleue au test. Une fois cette décision annoncée, les classes d’infanterie tactique qui n’avaient pas encore participé au test furent immédiatement ravies. Après toute, le trente-et-unième terrain d’entraînement où se trouvait Chu Jungui était un sujet obligatoire pour toute l’infanterie tactique, cette porte-fantôme, personne ne pouvait la contourner.

Pour être justes, la trentaine de classes d’infanterie tactique qui avaient déjà échoué au test auront une dernière chance de se rattraper. Ainsi, le transfert de Chu Jungui devenait le souhait commun de plus de 100 classes en 3ème année d’infanterie tactique.

Même si l’infanterie tactique était une profession qui prenait le dessus, le nombre de personnes représentait plus de la moitié du nombre total de ses étudiants, et la voie de l’intégration, même le doyen devait y prêter attention.

Ainsi, le lendemain de la résolution, Chu Jungui reçut une nouvelle affectation, non plus au trente-et-unième terrain d’entraînement, mais au trente-troisième terrain d’entraînement. Chu Jungui n’avait aucune objection et obéissait en silence.Même s’il avait des objections, c’était inutile. Le contrat stipulait que l’Académie avait le droit d’ajuster l’évaluation spécifique de la liste des projets à tout moment. Il existait sept autres clauses similaires, bref : l’Académie décide de tout, et si vous ne voulez pas le faire, sortez !

Bien sûr, Chu Jungui n’était pas satisfait de ces termes de contrat aussi contraignants, mais considérant que l’Académie ne lui était pas indispensable et qu’il n’y avait aucune raison de protester.

Le principal objectif du trente-troisième terrain d’entraînement était le combat synthétique terrestre à petite échelle, dans lequel les principaux types de troupes étaient des chars d’assaut.

De cette façon, le tir de précision de Chu Jungui serait inutile. C’était la raison pour laquelle il avait été transféré au trente-troisième terrain d’entraînement.

La norme d’évaluation était également de difficulté moyenne. Le côté attaquant était constitué de quatre groupes de combat composés de quatre véhicules de combat comme unité de base, et chaque force d’attaque était constituée de cinq groupes de combat, chacun étant accompagné d’environ 20 soldats de combat d’infanterie dans des véhicules de combat d’infanterie.

La force bleue était beaucoup plus faible, avec seulement quatre chars de combat principaux et une dizaine de véhicules de soutien de différents types, pour un effectif total d’environ 50 hommes.

Le thème de l’épreuve était d’encercler la petite force de reconnaissance blindée de l’ennemi.

Le jour de l’évaluation, tôt le matin, le trente-troisième terrain d’entraînement commençait à se remplir d’une vague atmosphère de tuerie.

Dans la zone d’attaque, le côté attaquant du char fut assemblé, délibérément disposé en une formation serrée, comme un carré d’acier.Tous les participants savaient que ce n’était pas un simple test, leur instructeur était venu pour superviser personnellement la bataille. Cet instructeur était également une figure légendaire de l’Académie à l’époque, établissant un record de sept victoires en une seule épreuve et les éliminant finalement. C’était également le record du duel de chars à l’Académie, que personne ne battait jamais.

En tant qu’instructeur, il ne pouvait pas participer sur le terrain lui-même, mais seulement superviser la bataille. Mais cela suffit à remonter le moral de toute l’équipe.

Devant la formation de chars, un char de combat principal était garé à l’horizontale, avec une marque de proctor bien visible peinte dessus. Au sommet du char se trouvait un solide instructeur. Il n’utilisait même pas de haut-parleur lorsqu’il donnait des conférences, et sa seule puissance pulmonaire suffisait à maîtriser le grondement des moteurs des dizaines de chars qui se trouvaient de l’autre côté de la rue.

“Les chariots sont rois, les méchas ne sont qu’auxiliaires. Regardez ce blindage, regardez ce tonnage, regardez ce canon ! C’est avec cela que les hommes devraient jouer !L’huile, les vibrations, le bruit, c’est le charme d’un char ! Contrairement à ces types qui vivent le visage caché dans leurs méchas et qui jouent des tours. Et maintenant, il y a un joli garçon à l’Académie qui s’est fait un nom en battant quelques infanteries tactiques, arrogant comme un diable ! C’est vrai, il est juste en face de vous maintenant ! De l’autre côté de la montagne, à moins de dix kilomètres de vous ! Pouvez-vous le supporter ?”

Chacun des charioteers était musclé et avait du mal à sortir de l’écoutille. En écoutant le discours de l’instructeur, leur sang bouillait et ils étaient impatients de charger.

L’instructeur regarda l’horloge, agita son bras avec force et grogna : “Le temps est écoulé !Maintenant, démarrez vos moteurs, mettez les gaz, chargez et utilisez vos canons géants pour montrer à ces lapins d’en face ce que signifie d’être un vrai homme !”

Un groupe d’hommes musclés levèrent les bras et crièrent “Allez, allez, allez !” Un sifflet strident interrompit soudain le groupe.

“L’obus anti-blindage!”cria quelqu’un .

Un grand coup de courant jaillit d’un des chars, un courant puissant qui fit que l’homme musclé de la trappe se mit à trembler puis à se froisser jusqu’à la tourelle, où il tomba inconscient.

Un laser rouge fut alors tiré par ce char, directement dans le ciel, ce qui fut très frappant. Les trois chars environnants furent également touchés, chacun tirant un rayon laser rouge.

Ce signal signifiait que le char avait été détruit pendant l’exercice et que tout l’équipement à bord avait été automatiquement verrouillé.

La scène qui se déroulait devant eux était familière à l’infanterie blindée : un véhicule de combat avait été touché par un obus anti-blindages. Mais la question était : d’où venait l’obus anti-blindage? Les chars de l’autre côté étaient encore séparés par une crête.

Les sifflements se succédaient. Les obus anti-blindages tombèrent les uns après les autres du ciel et frappèrent les escadrons de chars. Les chars étaient disposés trop près les uns des autres, et l’armée était certes majestueuse, mais les séquelles étaient également assez évidentes. Lorsqu’un seul obus tomba, plusieurs chars furent souvent détruits en même temps.

“Bougez-vous !”

“Courez !”

“Dégagez le chemin !”

Le canal de communication était en plein chaos et l’esprit de l’instructeur se trouva un instant vide alors qu’il regardait la scène chaotique qui se déroulait devant lui.

Les obus anti-blindage furent tirés à une vitesse très rapide et atterrirent à un point très stratégique. D’abord, ils explosèrent autour de l’escadron de chars, désactivant tous les chars extérieurs, laissant les chars intérieurs sans moyen de s’échapper et sans possibilité de se cacher, avant de bombarder les chars du centre, qui tournaient comme des mouches.

Avec une cadence de tir terrifiante de 30 coups par minute, toute la colonne de chars fut renversée en seulement deux minutes.

L’instructeur réagit enfin et se lança dans la communication :”Qu’est-ce qui se passe, bon sang !”

Avant qu’une réponse puisse être donnée, un sifflet inhabituellement strident retentit au-dessus de sa tête.

L’instructeur leva la tête et n’eut le temps que de hurler : “Maudit sois-tu ! Tu oses même me faire sauter …” avant que lui et le char sous ses pieds ne soient tous submergés par le raz-de-marée de la foudre.

De l’autre côté de la crête, Chu Jungui se cogna la tête : “Merde ! Tant pis pour vous, qui l’a laissé être si près du poste, considérez que c’est un raté.”

Il se consolait avec un peu de faiblesse.

Chu Jungui touchait avec bonheur un instrument dans sa main. Plus il le regardait, plus il l’aimait. L’enveloppe de cet instrument était une valise, qui était ouverte à ce moment et placée à plat sur la tourelle du char.

Au-dessus de l’instrument se trouvait une projection du terrain environnant, qui était mise à jour toutes les demi-heures. La projection du terrain était si claire que Chu Jungui pouvait simplement cliquer sur une position et les coordonnées détaillées étaient automatiquement chargées et transmises directement aux unités d’appuie-feu à longue portée pour les guider vers la couverture du feu.

En tant qu’armée bleue, Chu Jungui ne pouvait pas avoir de tir de soutien à longue portée, il transforma donc le canon principal du char en canon à longue portée. Le problème de l’élévation était résolu en soulevant l’avant du char avec des pierres.

Cela transformait le tir direct en tir courbe, et la portée était à peine suffisante pour atteindre la zone de rassemblement adverse.

Quant à la manière de déterminer la position exacte de son adversaire, il s’appuyait sur ce scanner imageur multifonctionnel du champ de bataille composé de classe légion. Ce dispositif de la taille d’une valise pourrait détecter avec précision tous les mouvements dans un rayon de 15 kilomètres, et pourrait scanner le sous-sol jusqu’à une profondeur de 50 mètres.

Si le drone auxiliaire était libéré, il pourrait tout voir dans un rayon de 50 km et diriger la puissance de feu du régiment à longue portée pour frapper avec précision.

Cette image du champ de bataille était la réfutation silencieuse du lieutenant-colonel Hu à toutes les protestations. Elle avait fait appel à ses sept niveaux d’autorité et avait ensuite donné à Chu Jungui une description bouleversante des caractéristiques pour qu’il l’achète sans contracter un prêt d’un demi-million de yuans.

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. PascalW
🎗 Tipeurs récents
  • PascalW


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 43 – Le printemps des tactiques Menu Chapitre 45 – Optimisation des ressources