La Renaissance d’un Maitre Démoniaque | Reverend Insanity | 蛊真人
A+ a-
Chapitre 97 – Tue juste ceux qui bloquent ton chemin

Salle des affaires intérieures et salle d’interrogatoire.

La lumière du soleil d’hiver brillait sur le sol à travers la seule fenêtre.

De fines particules de poussière flottaient lentement sur le rayon de lumière.

Le rayon de lumière enveloppa une chaise.

Fang Yuan était assis dessus, baignant dans le soleil.

Dans l’obscurité devant lui se trouvait une longue table où trois aînés étaient assis.

L’interrogatoire avait duré une heure.

«Fang Yuan, tu es sûr qu’il n’y a pas d’erreur dans ton récit?» Demanda un aîné.

«Oui.» Fang Yuan avait les yeux baissés, regardant ses orteils. Le soleil brillait sur son beau visage, le faisant ressembler à une sculpture blanche.

Il s’attendait déjà à cette situation.

Après tout, tous les membres de son groupe étaient morts sauf lui.

En fait, chaque Maître Gu passerait par un certain degré d’interrogatoire, ce qui aiderait le clan à rassembler des statistiques de combat. Mais, Fang Yuan fut continuellement interrogé pendant une heure; de toute évidence, quelqu’un lui rendait les choses difficiles dans les coulisses.

C’était tout à fait compréhensible.

Tant que quelqu’un était humain et avait des relations sociales, il y aurait une série de personnes impliquées.

«Ensuite, raconte-nous exactement ce qu’il s’est passé.» Demanda l’aîné.

«D’accord, j’ai passé plusieurs jours de culture à huis clos pour atteindre le rang deux.» Fang Yuan raconta calmement.

Sans avoir de ver Gu pour dissimuler son aura de rang deux, il avait pris l’initiative de révéler sa percée.

Maintenant que le serpent et l’équipe étaient morts, il avait naturellement fabriqué les événements. Mais, il ne pouvait cacher que quelques détails principaux et raconter la majorité des événements tels qu’ils étaient.

C’était déjà la cinquième fois que Fang Yuan racontait les événements. Les trois aînés froncèrent les sourcils en écoutant.

Ils ne pouvaient pas trouver d’erreur, mais ils savaient que si c’était fabriqué, alors il y aurait des détails inutiles. Après avoir continué à en parler plusieurs fois, il y avait naturellement des oublis. Mais après cinq récits, bien qu’il y ait eu quelques différences dans la façon dont Fang Yuan racontait les événements, le contenu était le même.

“Ça semble être vrai.” Les trois aînés communiquèrent en se regardant dans les yeux.

Mais une aînée n’était pas satisfaite.

Sa fille était la Maîtresse Gu guérisseuse du serpent maladif. Elle l’aimait tendrement, mais elle était morte cruellement dans la gueule des loups. Ainsi, elle était très en colère et son regard était froid en regardant Fang Yuan.

«Fang Yuan, tu as coupé la toile de pointes tranchantes avec tes lames de lune, pourquoi?» Cette femme d’âge mûr parlait sévèrement.

«Parce que je voulais avoir quelques contributions, mais ça s’est avéré être une mauvaise décision.» Fang Yuan répondit.

«Dans ce cas, laisse-moi te demander si tu as intentionnellement utilisé ta coéquipière comme bouclier lorsque tu t’es caché dans l’estomac du sanglier?» Demanda l’aîné.

«Je ne sais pas. J’ai honte.» Fang Yuan répondit.

La femme d’âge moyen grinça des dents. La réponse de Fang Yuan était rusée, il ne faisait qu’énoncer les faits mais ne mentionnait pas du tout ses intentions subjectives. Cela fit que les aînés qui voulaient le réprimer ne trouvèrent aucun reproche à lui faire; ils étaient remplis de colère mais ils ne pouvaient rien faire.

Dans une telle situation, ils ne pouvaient pas juger Fang Yuan coupable.

Trois jours s’étaient déjà écoulés depuis le passage de la petite horde de bêtes.

Le nombre de blessés faisait grimacer tous les supérieurs.

Il y avait eu des pertes dans les marées de petites bêtes, mais elles n’étaient certainement pas aussi graves. Les pertes les plus lourdes étaient dues à la meute de loups. Auparavant, ces meutes de loups de foudre n’apparaissaient qu’après au moins trois vagues de marée de petites bêtes.

L’environnement était dangereux dans ce monde; la survie, difficile.

D’un point de vue humain, pour survivre, en plus de se battre avec d’autres humains pour des ressources, ils devaient encore lutter contre les bêtes féroces et les vilains temps.

Et ces luttes étaient souvent très difficiles.

La petite marée n’était qu’un prélude. La véritable terreur serait la grande marée de loups, un an après. Des dizaines de milliers de loups de foudre chargeraient vers le village avec le puissant Roi des Loups.

La femme aînée continua de poser plusieurs questions mais elle dut finalement abandonner face aux réponses invulnérables de Fang Yuan.

«Alors, Fang Yuan, que comptes-tu faire à partir de maintenant?» Demanda un autre aîné avec une profonde intention.

«Je prévois de demander les biens de ma famille, d’hériter et de perpétuer leur héritage.» Fang Yuan parla ouvertement, il n’avait pas besoin de cacher ses intentions.

Le groupe de serpents malades avait été détruit et il ne restait plus que Fang Yuan. Pour cette raison, il n’avait pas à utiliser le droit du Maître Gu de rang deux pour abandonner une mission et pouvait accepter la mission des biens familiaux.

L’aîné hocha la tête puis la secoua: «Tu n’as pas compris ce que je veux dire, à part toi, ton groupe n’existe plus. Il est très difficile pour une personne seule de compléter la mission d’héritage.»

Fang Yuan était silencieux.

Cet ancien continua: «Bien sûr, il y a une autre option. Tu es déjà un Maître Gu de rang deux. Tu as les qualifications pour devenir capitaine de groupe. As-tu un choix particulier?»

Fang Yuan cligna des yeux: «Je ne sais pas encore, j’ai besoin de temps pour y réfléchir.»

«Dans ce cas, tu peux partir, réfléchis le plus vite possible. Après quelques jours, il te sera difficile de rejoindre un groupe», dit l’aîné.

Fang Yuan ricana intérieurement, il ne choisirait aucune de ces deux voies.

Il avait beaucoup de secrets. Ce n’est que par lui-même qu’il pouvait être en sécurité et faire les choses correctement. Autrement, ne serait-il pas ennuyé s’il y avait tout le temps d’autres personnes avec lui?

En quittant la salle d’interrogatoire, Fang Yuan ne quitta pas immédiatement la salle des affaires intérieures mais demanda à obtenir la mission d’héritage familial. Cependant, il fut informé qu’il ne pouvait le prendre qu’après trois jours en raison des événements récents.

En sortant de la salle des affaires intérieures, il regarda le ciel. Ce n’était qu’un après-midi d’hiver ordinaire.

L’hiver était sombre et le vent mordant. Le ciel semblait imprégné d’une profonde douleur.

«Gu Yue Jin Zhu est mort, tu le savais, Fang Yuan ?» Mo Bei et un groupe de jeunes traversaient le chemin.

Outre Mo Bei, il y avait Fang Zheng, Chi Cheng et d’autres encore.

Mo Bei et Chi Cheng se haïssaient en général, mais aujourd’hui, ils semblaient avoir oublié ce grief et marchaient ensemble.

«Frère, Jin Zhu a étudié avec nous pendant un an. Viens avec nous.» Dit Fang Zheng.

“Gu Yue Jin Zhu…”

L’image d’une fille apparut immédiatement dans l’esprit de Fang Yuan.

Auparavant, elle avait été à égalité avec Mo Bei dans l’arène, mais avait perdu à cause de son manque d’endurance. C’était une fille travailleuse.

Mais la mort ne faisait pas la différence entre la beauté et la laideur.

La plupart des gens éprouvaient de la pitié, mais Fang Yuan était indifférent, comme d’habitude.

«Ah, elle est morte? Mais mourir de vieillesse ou de maladie, ce sont des événements normaux. Après l’avoir vu de nombreuses fois, vous en resterez indifférents.» Fang Yuan passa devant le groupe.

«Ce type!» Beaucoup parmi le groupe étaient en colère.

«Il est vraiment froid et sans cœur…»

«Il n’a tout simplement pas le sens de l’amitié!»

«Hehe, il y a une rumeur qui circule récemment. Vous auriez dû tous l’entendre, n’est-ce pas?»

«C’est vraiment une honte. Il n’a même pas les manières d’un homme.» Chi Cheng croisa les bras et rit froidement.

«Frère…» Fang Zheng baissa la tête et grinça des dents.

En entendant ces discussions, en tant que petit frère de Fang Yuan, il avait honte.

Ce dernier partit et alors qu’il marchait plus loin, les moqueries derrière lui ne purent plus l’atteindre.

Son esprit était calme.

“Pourquoi les insultes m’importeraient-t-elles?”

Les insultes étaient des insultes, que pouvaient-elles faire?

Une personne superficielle serait en colère à cause des malédictions et serait heureuse en raison des louanges.

Ce ne sont que des passants qui vous regardent. Ceux qui vivaient selon le point de vue des autres étaient vraiment pitoyables.

En fait, certaines personnes avaient délibérément répandu des rumeurs pour dégrader le nom de Fang Yuan.

Sacrifier une coéquipière pour se protéger ne serait pas puni, mais serait critiqué par un accord moral.

Mais, c’était exactement la situation que Fang Yuan voulait.

Une fois que l’on entre dans le système, on devient un pion sans liberté et il faut suivre les règles de celui-ci. Pour Fang Yuan, c’était un énorme obstacle, il avait besoin de ressources et encore plus d’isolement.

Donc, il voulait être un solitaire.

Et si vous étiez rejeté par la foule? Haha, seules les personnes au cœur faible auraient peur d’être rejetées.

Si cela arrivait sur Terre, peu importe qui, ils finiraient morts. Après tout, deux poings ne pouvaient pas battre quatre mains, les relations sociales étaient le moyen de survivre.

Mais dans ce monde, avec une forte culture, une personne pouvait en battre dix, voire des centaines et des milliers. Alors que faire lorsque l’on était rejeté? Il fallait juste tuer ceux qui bloquaient notre chemin. Si vous n’aviez pas de ressources, il fallait les saisir.

Chaque monde avait des règles et des règlements différents, la structure de la société devait également être différente, ce qui engendrait des différences dans les comportements humains.

Et dans un monde d’arts martiaux, les pensées du groupe étaient plutôt faibles.

Donc, dans ce monde, les Diables étaient fous.

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. PascalW
  • 🥈2. Maxime
  • 🥉 3. Cesar
🎗 Tipeurs récents
  • Maxime
  • Cesar
  • PascalW


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 96 – Pour ceux qui sont morts, je dois vivre encore mieux qu’avant Menu Chapitre 98 – Il est difficile de raffiner un Gu