La Renaissance d’un Maitre Démoniaque | Reverend Insanity | 蛊真人
A+ a-
Chapitre 22 – La danse de la lame lunaire

Le ciel était bleu et clair, l’air aussi pur que s’il avait été lavé. Le soleil brillait comme de l’or.

Des amas de nuages blancs flottaient au loin et un groupe de perroquets paons gazouillaient tandis qu’ils volaient et s’élevaient sous le ciel bleu en formation évoquant une flèche sous les nuages.

Cette variante de perroquets colorés n’apparaissait que par grands groupes au printemps. Leur corps, de la taille d’un aigle, était parsemé de plumes aux couleurs similaires à celles d’un arc-en-ciel. Ces oiseaux avaient un bec de perroquet et une longue queue semblable à celle d’un paon.

Cela faisait dix jours que Fang Yuan avait réussi à acquérir la première place dans le test pour raffiner le vital Gu. La brise printanière soufflait sur l’herbe verte de toute la montagne, les fleurs sauvages fleurissaient abondamment,et les abeilles et papillons dansaient ensemble. Tout, dans cette merveilleuse scène printanière, respirait la vie.

Le souffle du printemps était si fort que les grands murs de bambou entourant les terrains d’entraînement ne pouvaient le retenir.

Ce terrain d’entraînement occupait une surface de 3 Mu*. Le sol était plat, pavé d’une épaisse et large couche de graphite gris. Sur ces quatre côtés avaient été plantés des bambous à lance verte. Placés côte à côte, droits et hauts, ces poteaux formaient un cercle de hauts murs verts.

(Ndc : le Mu est une ancienne unité chinoise correspondant à 666.67 m²)

Tandis que sous les coins des murs se trouvaient des pierres, à de nombreux endroits émergeaient des touffes d’herbe verte. Entre les bambous, on pouvait voir s’insinuer des roses sauvages venues de l’extérieur, quelques-unes escaladant même le mur.

Cinquante-sept jeunes adolescents de quinze ans se tenaient au centre du terrain d’entraînement et formaient un demi-cercle autour de l’aîné de l’académie, le regard rivé sur lui.

C’était une leçon pour enseigner aux élèves comment utiliser le Gu du Clair de Lune.

« Le Gu du Clair de Lune est le Gu symbolique de notre Clan Gu Yue, tout comme le Gu Puissance de l’Ours de de la Maison Xiong*, et le Gu Du Flux celui de la Maison Bai*. La majorité d’entre vous ayant choisi le Gu du Clair de Lune comme Gu vital, vous allez donc devoir observer attentivement. Bientôt, je vous montrerai comment utiliser le Gu du Clair de Lune pour attaquer. Que les étudiants dont le Gu vital n’est pas le Gu du Clair de Lune gardent, eux aussi, les yeux fixés sur moi moi car cette méthode classique d’attaque à longue distance peut également être utilisée avec d’autres Gu. Le spectre des méthodes possibles est en effet très large. »

Tandis qu’il parlait, l’ainé de l’académie étendit la main droite, ses cinq doigts largement ouverts. Il abaissa la paume pour que les jeunes adolescents puissent en voir le centre.

« Premièrement, utilisez votre esprit pour mobiliser le Gu du Clair de Lune et le déplacer au centre de votre paume. »

Suite à sa voix, la marque en forme de croissant qui représentait le Gu du Clair de Lune descendit le long du bras de l’aîné jusque dans sa paume.

« Ensuite, mobilisez l’essence primitive dans votre ouverture et versez-là dans le Gu du Clair de Lune. »

Un fil d’essence blanche argentée jaillit du corps de l’aîné – si fin qu’il était presque imperceptible – et entra dans le Gu du Clair de Lune qui se trouvait dans sa paume.

Le doyen de l’académie était de rang trois et seuls les maîtres Gu de rang trois pouvaient produire de l’essence primitive de couleur blanche argentée. L’essence primitive d’un Maître Gu de rang un était communément appelée essence primitive de cuivre cyan tandis que celle des Maîtres Gu de rang deux avait pour nom essence primitive de fer rouge. Une fois atteint le rang trois, elle devenait de l’essence primitive d’argent blanc.

Lorsqu’il eût absorbé le fil d’essence argentée, la marque en forme de croissant devint de plus en plus brillante. Bien qu’il fît jour, elle émettait une lumière bleu pâle brillante.

« C’est génial! »

« Comme c’est beau! » S’exclamèrent les jeunes sous l’effet de la surprise.

La lumière bleu pâle, claire comme de l’eau, vacillait légèrement dans la paume de l’aîné. Au premier coup d’œil, on aurait dit que la main du doyen de l’académie prenait une poignée de lumière lunaire. Celui-ci eut un léger sourire:

« Maintenant, regardez attentivement, la dernière étape, comme je vais le faire, consiste à le lancer. »

Alors qu’il disait cela, ses cinq doigts, largement ouverts, se fermèrent lentement puis il leva son bras et le déplaça lentement vers l’avant, bien droit. Pour finir, il agita légèrement la paume de sa main dans un mouvement de coupe.

Un mouvement calme et puissant.

Swoosh.

Les jeunes élèves entendirent un léger frottement près de leurs oreilles.

Suite au mouvement du doyen de l’académie, la lumière bleue pâle condensée de l’eau dans sa paume fut projetée.

Une fois dans l’air, elle se transforma en une petite lame en forme de lune pas plus grande qu’une main ouverte et dont le croissant brillait dans le ciel nocturne. Elle traça une ligne droite et vint frapper un pantin d’herbes à dix mètres de là.

Un bruit déchirant retentit, et la lame de lune trancha le cou le cou de la marionnette d’herbe qui mesurait environ trente centimètres d’épaisseur. Le corps de la marionnette oscilla et son énorme tête tomba soudain sur le sol.

La lame lunaire faiblit aussitôt.Cependant, elle continua à voler environ six mètres dans les airs avant que le croissant ne s’estompe progressivement pour finalement se dissiper.

En regardant le cou de la marionnette, on pouvait voir que la zone coupée était extrêmement plate, comme si elle avait été tranchée par la faucille la plus acérée.

Les jeunes furent tous choqués en voyant cela et écarquillèrent les yeux. Quelques-uns d’entre eux se touchaient même le cou, étonnés par la puissance offensive de la lame lunaire.

Après un court silence, les exclamations retentirent. Les adolescents avaient des yeux brillants tandis qu’ils fixaient la marionnette, certains d’entre eux regardaient la paume de l’aîné. D’autres regardaient leurs pairs, parlaient et chuchotaient avec enthousiasme.

Seul Fang Yuan se tenait caché dans la foule avec une expression froide, sa stature calme.

Dans sa vie précédente, Fang Yuan avait cultivé jusqu’au rang six, et il avait créé la Secte Démoniaque de l’Aile de Sang dans le Continent Central. Il avait enseigné à des dizaines de milliers de personnes, et était réputé pour être une grande figure de proue de la faction démoniaque à l’illustre renommée.

Le doyen de l’académie n’était qu’un Maître Gu de rang trois. Ce petit tour n’était qu’un jeu d’enfant pour lui; cela ne généra aucune onde d’émotion dans le cœur de Fang Yuan.

« Tous ceux d’entre vous qui ont raffiné le Gu du Clair de Lune, sortez le. Chacun d’entre vous prendra une marionnette d’herbe et lancera la lame de lune selon la méthode que je viens de vous montrer. Entraînez-vous à attaquer. »

Une fois le discours du doyen terminé, une trentaine d’élèves s’avancèrent.

Cette année là, une centaine de jeunes adolescents du clan entier participaient adolescents à la cérémonie d’éveil. Ceux qui avaient le talent nécessaire pour se cultiver étaient environ cinquante-sept, dont trente-cinq environ avaient choisi le nombre de Gu du Clair de Lune. Après ces quelques jours de dur labeur, ils avaient tous raffiné le Gu du Clair de Lune. Les autres étaient tous des talents de rang D. Non pas qu’ils ne veuillent pas raffiner le Gu du Clair de Lune, mais en raison de leur manque de talent, ils avaient dû se retirer après avoir appris la difficulté de l’entraînement.

Pour les jeunes du clan Gu Yue, le Gu du Clair de Lune n’était pas un simple ver Gu, mais le symbole de la gloire du clan.

Très rapidement, les trente-cinq formèrent une rangée, chacun face à une marionnette distante de dix mètres.

Fang Yuan se tenait au milieu de la rangée, mais il n’attira pas l’attention. La pratique commença.

Les étudiants tendirent la main droite, laissant le Gu du Clair de Lune se déplacer au cœur de leur paume. Une par une, les marque en forme de croissant bleu commencèrent à émettre une lumière bleue marine tandis que de l’essence de cuivre cyan se déversait.

Mais lorsqu’ils firent un mouvement de coupe vertical avec leur paume, seuls sept ou huit croissants s’envolèrent. Parmi ces croissants, certains ne restèrent visibles que quelques instants avant de disparaître. D’autres volèrent sur deux ou trois mètres avant de se désintégrer en un éclair bleu. D’autres encore volèrent plus loin, mais au lieu de viser la cible, filèrent droit vers le ciel.

Tous les adolescents froncèrent les sourcils. Quand ils avaient assisté à la démonstration de l’aîné un moment plus tôt, cela semblait assez facile. Mais quand ils commencèrent à s’entraîner, ils réalisèrent la dextérité requise dans cette action. Lancer une lame de lune et frapper la marionnette n’était pas si simple.

L’aîné les regardait avec un léger sourire. Chaque année, il assistait à ce spectacle, aussi n’était-il pas surpris. Les vingt-deux étudiants restants, contraints de rester à l’extérieur du terrain, les observaient jalousement.

Après cinq minutes d’entraînement, les jeunes produisirent peu à peu des lames lunaires. Pendant un certain temps, on vit voler partout des lames bleues sur le terrain.

Quelques unes disparaissaient à mi-chemin, d’autres s’écrasaient contre une autre. Certaines volèrent hors du terrain d’entraînement en se tortillant. Seules quelques unes parvinrent à frapper les marionnettes.Bien sûr, tout cela était dû à la chance.

L’aîné de l’académie se mit alors à conseiller et à guider chacun personnellement.

Il se concentra beaucoup sur Fang Zheng, Mo Bei et Chi Cheng et ceux qui avaient un certain talent latent. Il corrigea patiemment leurs postures, leur enseignant son savoir. Aux étudiants talentueux de grade C comme Fang Yuan, il ne mentionna que deux phrases.

Fang Yuan continua de condenser la lumière bleue dans sa main. Il trancha plusieurs fois l’air avec sa paume, mais il ne libéra pas la lumière: il faisait semblant. Le terrain étant en désordre à ce moment et personne ne faisant attention à lui, il déplaça ses pensées et relâcha son emprise sur le Gu du Clair de Lune. Sa paume s’inclina légèrement et fit un geste tranchant.

Afin de ne pas attirer l’attention, au lieu de se concentrer sur la marionnette qui lui faisait face, il visa celle de gauche.

D’un souffle, une lame de lune s’envola rapidement et traversa le centre du chaos, dessinant une ligne droite dans les airs et coupant avec précision la zone du cou d’une marionnette.

Celle-ci vacilla un moment, le cou profondément entaillé par la lame lunaire. Mais très vite, l’herbe verte taillée se mit à pousser et à guérir la blessure.

Bien sûr, cette marionnette n’était pas un épouvantail normal. C’était un Gu Épouvantail de rang un doté d’une capacité de naturelle de récupération.

À moins que la marionnette ne soit coupée en deux en une seule fois, elle retrouvait son état normal en peu de temps.

« Wow, regarde ce croissant! »

« Incroyable! qui l’a lancé? »

Les lames lunaires capables de frapper des marionnettes étaient rares. Fang Yuan venait juste d’en lancer une, mais il avait obtenu le résultat le plus significatif jusqu’à présent. Ainsi les étudiants à l’extérieur du terrain poussèrent aussitôt des cris de surprise. Cela attira même l’attention du Vénérable Maître de l’Académie qui, jetant un oeil curieux à un un étudiant talentueux de grade C qui se tenait juste en face de la marionnette et demanda:

« Cette lame lunaire à l’instant était plutôt bonne. Etait-ce la vôtre? »

L’ élève cligna des yeux, un peu perplexe face aux regards soudains de tous. Pour être honnête, le terrain était dans un tel chaos quelques instants plus tôt avec toutes ces lames lunaire qui volaient, que lui-même ne savait pas si c’était lui qui l’avait lancée.

Quoi qu’il en soit, c’est probablement moi, Pensa le jeune garçon. Puis il hocha la tête inconsciemment.

Les jeunes autour de lui le regardèrent avec admiration.

« Qui est-il, quel est son nom? » demandèrent certaines des étudiantes.

« Même s’il peut lancer une lame lunaire, je ne dois pas perdre! »

Les yeux de Gu Yue Mo Bei brillèrent avec une pointe de détermination.

« Ce n’est donc pas mon frère qui l’a lancée », soupira Gu Yue Fang Zheng, inexplicablement soulagé. Les réconfort d’Oncle et Tante lui avait permis de se remettre du coup précédent.

« Frère, si tu as gagné la première place la dernière fois, c’est parce que tu as eu de la chance en choisissant un Gu du Clair de Lune à la faible volonté. La culture d’un Maître Gu ne peut pas toujours compter sur la chance, je vais te battre. » Fang Zheng se réjouissait dans son cœur.

« Tu t’es bien débrouillé. Continue à essayer, saisis le sentiment que tu as eu plus tôt.» dit l’ancien de l’académie avec un sourire en tapotant l’épaule de l’étudiant.

Le jeune garçon, soudain plein d’enthousiasme, se mit à hocher la tête sans discontinuer. Ses yeux brillaient d’un éclat différent.

L’aîné saisit l’occasion et annonça:

« Écoutez tous, ce sera votre devoir. Pratiquez bien après le cours et dans trois jours, je vérifierai les résultats. Celui qui réussira le mieux recevra dix pierres primitives. »

« Oui! » Crièrent les jeunes étudiants d’une voix forte, tout excités à l’idée de recevoir en récompense des pierres primitives.

Cependant, à peine trois minutes plus tard, les lames qui volaient dans les airs commencèrent à s’amincir progressivement.

« Merde, chaque lame absorbe 10% d’essence primitive. »

« La consommation est trop importante, je ne suis qu’un talent de grade C, mon ouverture ne peut contenir que 38% d’essence de cuivre cyan. »

Tous ceux qui s’étaient arrêtés soupirèrent.

L’aîné de l’académie assistait à tout cela calmement mais il soupira intérieurement:

« C’est l’avantage de ceux qui ont un grand talent de cultivation. L’utilisation de la lame lunaire se résume en six mots: la perfection s’acquiert par la pratique. Ceux qui ont un talent de niveau supérieur sont capables de contenir plus d’essence primitive dans leurs ouvertures, et le taux de récupération est plus rapide, donc ils ont plus de chances de pratiquer. Ceux qui ont un talent plus pauvre peuvent utiliser des pierres primitives pour compenser cela et s’entraîner davantage. Les personnes aux talents de grade inférieur et qui n’ont pas de pierres, bien qu’ils aient le mental pour s’entraîner, resteront impuissants… Ah, le processus de cultivation des Maîtres Gu est cruel… Je ferais mieux de m’occuper des étudiants talentueux de haut niveau. »

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. PascalW
  • 🥈2. Maxime
  • 🥉 3. Cesar
🎗 Tipeurs récents
  • Maxime
  • Cesar
  • PascalW


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 21 – Comment se fait-il que ce frère soit numéro un? Menu Chapitre 23 – Élever un Gu, c’est comme entretenir une maîtresse