La Légende du Roi Dragon | The Legend Of The Dragon King | 龙王传说
A+ a-
Chapitre 11 : Je te protègerai à l’avenir

Les qualifications d’un génie diffèrent naturellement selon l’âge d’une personne.

Un enfant de six ans, qui était capable de balancer un marteau de métal mille fois, était absolument digne d’être appelé un génie.

Cependant, Mang Tian ne lui dit pas d’arrêter. Au lieu de cela, il se tint sur le côté et regarda silencieusement Tang Wulin continuer à marteler.

Ses mouvements étaient directs et puissants. Mais il n’y avait aucune atténuation de la force de rebond dans sa technique, tout était pris par ses bras.

Cinquante fois, quatre-vingt fois, cent fois.

La sueur commençait à se répandre encore davantage et la douleur qu’il ressentait maintenant était de loin plus intense que celles d’avant. Ses deux bras chauffaient. Chaque fois qu’il exerçait sa force, son cuir chevelu gonflait. Cependant, Tang Wulin continuait à serrer les dents et à supporter la douleur, il ne voulait pas cesser de marteler car il voulait passer le test quoi qu’il en coûte.

Après 150 fois, son corps se mit à vaciller. Sa vision devint floue, ses deux bras étaient enflés et douloureux au point de les sentir comme étrangers à sa propre personne, pourtant il continuait à persévérer avec les dents serrées.

En lui même il se disait qu’il pouvait persévérer, surmonter ce test car il était un homme et que seul la persévérance mène à la victoire.

Tang Wulin ne comptait même pas le nombre de fois qu’il martelait le fer, quand enfin Mang Tian lui demanda  de s’arrêter. Si son oncle ne l’avait pas demandé d’arrêter à ce moment , il se serait effondré sur le sol.

Alors avoir pris le marteau de ses mains, Mang Tian vit clairement que les mains de Tang Wulin avaient été usées par le marteau et étaient enflées.

Le maître forgeron féroce fut finalement ému. Non pas uniquement à cause des talents innés du petit garçon, mais aussi à cause de sa persévérance.

Sa force pouvait toujours être entraînée plus tard, mais une telle détermination inébranlable chez un enfant de six ans, c’était vraiment trop précieux.

– Vous avez tous les deux élevé un bon enfant. Je l’accepterai comme disciple. A partir de demain, fais-le venir tous les jours à la même heure qu’aujourd’hui. Une fois que vous serez rentrés, appliquait cette pommade sur ses bras. 

 Lorsque Lang Yue vint chercher Tang Wulin, elle fut accueillie par la douce expression de Mang Tian  qui lui passa la crème réparatrice.

Après une heure de repos, Tang Wulin avait déjà retrouvé sa vigueur. Seuls ses bras lui faisaient tellement  mal qu’il n’était pas dans la capacité de les lever.

L’explication de Mang Tian sur le forgeage persistait dans son esprit.

– Qu’est-ce que le forgeage ? Le forgeage et le moulage sont complètement différents. La coulée ne nécessite qu’un moule, et ensuite, l’utilisation de diverses machines pour produire la forme souhaitée. C’est la coulée. En ce qui concerne le forgeage, il faut un forgeron pour marteler le métal du début à la fin. Bien sûr, on peut utiliser une machine pour marteler le métal et le forger, mais le métal est une chose vivante. Une machine ne sera jamais capable de saisir les veines du métal. Ainsi, tous les composants de la machine de premier choix ont été forgés par un forgeron. Un bon forgeron est un véritable artisan qui possède un statut non moins élevé que celui d’un maître spirituel. »

Maître Spirituel et Maître de Machine étaient les rêves de tous les jeunes garçons.

– Ouch. 

 Tang Wulin pleura de douleur quand Lang Yue tira sur sa main.

C’est alors seulement qu’elle découvrit la blessure sur la paume de son fils.

– Ciel! Il t’a fait ça ? 

 Des larmes coulaient de ses yeux. Elle n’aurait jamais imaginé que son fils souffrirait autant en seulement deux heures.

Tang Wulin secoua la tête et répondit :

  Il n’a rien fait! Oncle Mang Tian m’a testé et j’ai réussi. Ne suis-je pas fort maman ? Ne pleure pas! Ça ne fait pas mal. 

– Rentrons à la maison 

 Dit Lang Yue en essuyant ses larmes, les yeux pleins de tristesse.

– Il n’y a vraiment rien de mal maman. En fait, je suis vraiment content. J’ai passé le test de l’oncle Mang Tian. N’es-tu pas heureuse pour moi ? N’est-ce pas le sentiment d’accomplissement dont papa parlait ? 

– Je suis heureuse, je suis vraiment heureuse. 

 Elle tapota la tête de son fils et une fois de plus, des larmes luisantes apparurent dans ses yeux.

La porte franchie et rentrés chez eux, Tang Wulin vit Na’er assise sur le côté. En un rebond, il courut immédiatement vers elle tandis que Lang Yue alla dans la cuisine pour préparer le dîner.

– Na’er, le sais-tu ? J’ai passé le test de l’oncle Mang Tian aujourd’hui afin d’apprendre à forger. Attends que ton grand frère gagne de l’argent avec le forgeage, alors je pourrais économiser pour acheter une âme spirituelle. Je pourrais aussi acheter de la nourriture pour toi… 

 Avec le tempérament d’un enfant, il avait déjà oublié la douleur dans ses bras alors qu’il parlait de son accomplissement à Na’er.

La petite fille écoutait attentivement, mais ses yeux révélaient parfois une trace d’absence.

– Na’er, tu ne te souviens vraiment pas de ta famille ? 

Il lui posa alors la question qui lui vint à l’esprit.

Elle secoua la tête : 

– Je ne me souviens vraiment pas. Je ne me souviens que de mon nom Na’er. Tout le reste est flou. Grand Frère Lin, suis-je stupide ? 

Tang Wulin répondit hâtivement :  Non. Bien sûr que tu n’es pas stupide, Na’er. Ce n’est pas grave si tu ne peux pas te souvenir. C’est ta maison maintenant. Ma mère et mon père sont tes parents. Tu es ma petite sœur. 

Na’er le dévisagea en révélant alors progressivement un doux sourire. C’était la première fois qu’elle souriait depuis qu’elle était arrivée chez eux.

– Sensationnel! Ton sourire est vraiment joli, Na’er. Je vais te dire un secret,  grand frère va travailler dur pour devenir maître d’âme, alors je serai en mesure de te protéger à l’avenir. D’accord ? 

– Oui. 

Quand Tang Ziran revint, le dîner était déjà préparé.

– Ziran, viens avec moi. Commencez à manger les enfants. 

 L’air serein, Lang Yue jeta un œil à Tang Ziran avant de se diriger vers leur chambre.

Ce dernier regarda distraitement son fils tout en s’interrogeant. En retour, Tang Wulin haussa les épaules, indiquant qu’il ne savait pas non plus ce qui se passait avec sa mère.

Tang Ziran suivit rapidement sa femme dans leur chambre, puis elle ferma la porte.

– Nous allons manger en premier, Na’er. N’as-tu pas faim ? 

En se basant sur ce qu’ils avaient mangé auparavant, Lang Yue s’assura de faire cuire beaucoup de nourriture aujourd’hui.

Na’er ne résistait clairement pas lorsqu’il s’agissait de manger. Elle hocha la tête et commença de bon cœur.

Après un moment, elle remarqua que Tang Wulin n’agissait pas de la même manière que la veille. Elle leva la tête et le regarda, et découvrit qu’il se tournait lamentablement et tordait son corps avec un visage douloureux.

– Grand frère, qu’est-ce qui ne va pas ? 

Demanda Na’er d’une voix crispée.

– Mes bras me font vraiment mal depuis mon test. Je ne peux pas les lever du tout. 

 Tang Wulin avait été particulièrement affamé ces derniers temps, avec son travail après l’école en plus, on ne peut qu’imaginer son envie de nourriture maintenant…

Na’er cligna des yeux plusieurs fois :  

– Je vais te nourrir alors. 

– Oui! D’accord! 

 Dit Wulin en exultant.

Par des mouvements instables, elle le nourrit maladroitement, une cuillerée après l’autre. 

Deux enfants, l’un âgé de six ans et l’autre de cinq ans et demi, s’amusaient avec la naïveté de la jeunesse. Dans cette petite maison, l’atmosphère rendait les lumières plus douces.

– Na’er, tu es la meilleure 



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre bonus sur Tipeee Menu Plus Rien