Je Scellerai Les Cieux | I Shall Seal The Heavens | 我欲封天
A+ a-
Chapitre 290 – Cette vie

Deux ans plus tard, Meng Hao avait trente – cinq ans. Cela faisait neuf ans qu’il avait quitté sa maison. Cependant, pendant tout ce temps, il n’avait vécu que dans deux endroits, la rivière et la forêt.

Cette année, il a rencontré un gang de bandits.

Les bandits sont généralement des tueurs, mais ils n’ont pas tué Meng Hao. Peut – être était – ce à cause de la robe d’érudit ou du sac qu’il portait sur son dos. Il avait certainement méprisé sa fortune. Le chef des bandits était une femme magnifique et séduisante. Elle lui posa une seule question.

– « Pouvez – vous tenir des registres financiers? »

Meng Hao secoua la tête. Cependant, ils le prirent quand même. Ils l’emmenèrent à leur fort de montagne, qui était vraiment un village où vivaient plus d’un millier de personnes. La plupart d’entre eux étaient des membres de la famille des bandits, y compris quelques enfants.

Il avait été arrangé pour que Meng Hao devienne un enseignant, ce qui impliquait principalement d’enseigner aux enfants comment lire. Il n’avait pas besoin d’enseigner quoi que ce soit de très compliqué. Ils avaient juste besoin d’être capables de lire des billets de banque et de comprendre des messages basiques, des choses que n’importe quel bon bandit devrait être capable de faire.

C’était une exigence imposée à tous les bandits par la belle cheffe des Bandits.

Le temps passa. Meng Hao s’adapta, et se sentit rapidement chez lui. Il enseigna la lecture et leva les yeux vers le ciel. C’était presque comme dans le Comté d’Emergence de l’Est. Parfois, il pensait à son Maître, ou à son père, et comment il n’était pas retourné nettoyer sa tombe depuis très longtemps.

Des gens mouraient tous les mois au fort de la montagne. Pendant trois ans, le camp a déménagé deux fois. La quatrième année, l’armée arriva. Le fort de la montagne faisait face à un nombre écrasant; à un moment critique de la vie et de la mort, Meng Hao proposa sans hésiter d’utiliser du poison.

À ce moment la, un vent du nord soufflait, et l’armée était localisée au sud.

Meng Hao ne savait pas exactement pourquoi il avait pensé à utiliser du poison. C’était juste que, ces dernières années, il semblait avoir une abondance de connaissances dans sa tête. Le poison… était bien sûr concocté par Meng Hao.

Alors que la poudre de poison dérivait vers le sud avec le vent, Meng Hao ferma les yeux. Un long moment plus tard, il entendit des cris de joie. C’était un massacre. Le village de montagne avait gagné.

Meng Hao avait trente – neuf ans. Cette nuit – là, pendant la troisième veille, quelque chose comme un feu brûlant s’enfonça sous les couvertures avec lui. C’était la cheffe. Pendant la journée, elle était une femme sevére, mais à présent, elle était comme une maitresse docile.

Durant la nuit, la vie de Meng Hao changea. Il n’était plus un professeur, mais plutôt un soi – disant conseiller militaire. Il n’avait jamais vécu une telle vie auparavant. C’était frais et excitant. Bientôt, il eut quarante ans. Il avait dépassé la fleur de l’âge. Et pourtant, tout cela était… addictif.

Tuer. Piller. Pendant trois ans, aucun sang ne tacha physiquement les mains de Meng Hao. Cependant, avec son aide, le nombre de vies prises par les bandits avait décuplé.

Cet hiver – là, Meng Hao en avait finalement marre de tout ça. Il n’avait pas choisi cette vie, et il voulait partir. Mais maintenant, le fort de la montagne était devenu très grand. la belle Chef avait refusé qu’il parte.

Mais Meng Hao… persista, et quitta le fort de la montagne de toute façon. Par conséquent, ils ont essayé de le pourchasser et de le tuer.

Ils le poursuivirent pendant un an avant de finalement abandonner. Au final, Meng Hao n’a pas été tué. Épuisé, il se retourna, et là, à une centaine de pas derrière lui, se trouvait la Cheffe. Elle était assise sur un cheval, le fixant, un grand arc noir à la main. Elle était plus vieille, mais toujours belle, et dans ses yeux était une expression déchirée.

Le vent soufflait sur eux deux. Meng Hao prit le même sac que celui qu’il avait pris avec lui quand il quitta sa ville natale, se retourna et partit au loin.

Aucune flèche ne part de l’arc.

Cette année – là, Meng Hao eut quarante – trois ans.

Finalement, il aperçut un temple taoïste situé au sommet d’une montagne.

C’était l’automne, et les feuilles tombaient sur le calcaire vert du temple. Le ciel était couvert, et de temps en temps on entendait le grondement du tonnerre. La pluie arrivait.

Meng Hao s’installa dans le temple taoïste. Il regardait les Daoistes pratiquer leur culture religieuse, les observait vivre leur vie quotidienne, et jouissait d’une sorte de paix qu’il n’avait jamais connue auparavant.

Il avait la sensation inébranlable que ses mains étaient tachées de sang qui ne voulait pas disparaître. Peut – être que dans cet endroit, il pourrait trouver un moyen de le faire.

Deux ans plus tard, Meng Hao eut quarante – cinq ans. Il laissa échapper un léger soupir.

« Il s’avère qu’il n’y a aucun moyen de le nettoyer. Dans ce cas, je vais devoir vivre avec. » Secouant la tête, il fit ses adieux au temple taoïste et se dirigea à nouveau vers le monde.

Finalement, il atteignit la capitale. Après avoir vécu là – bas pendant un an, une guerre sanglante éclata avec une nation voisine. Malgré son âge, Meng Hao fut enrôlé de force dans l’armée, et devint un soldat dans l’armée. La guerre entre les deux pays venait juste de commencer.

Deux ans après le début de la guerre, Meng Hao utilisa du poison qu’il avait concocté pour gagner une bataille qui choqua les deux pays impliqués. Cela le rend important. Il n’était plus un simple soldat, mais un Spécialiste des Poisons.

Cinq ans après le début de la guerre, il fut nommé Général. Il mena une offensive spéciale, commandant une force de cent mille soldats, ainsi qu’une unité spéciale de cent Spécialistes Poison entraînés personnellement.

Huit ans après le début de la guerre, l’ennemi se retira du champ de bataille et se tourna vers la défense. Meng Hao avait plus de cinquante ans, et son nom était célèbre dans toute la nation. Il mena ses hommes dans la nation ennemie pour les détruire complètement.

À la dixième année de la guerre, Meng Hao eut cinquante – six ans. Cela faisait trente ans qu’il avait quitté sa ville natale. L’ennemi fut détruit. Il retourna dans son pays natal et fut accueilli avec une grande cérémonie.

Il était maintenant une légende, et à ce titre, il a reçu le titre de Conseiller Royal.

Tout était comme un rêve, et Meng Hao n’y était pas habitué. Peut – être était – ce à cause de lui ou peut – être à cause du pouvoir croissant de la nation, mais après être devenu le conseiller royal, la nation s’est transformée en un agresseur. Une nouvelle série de guerres commença.

Année après année passa, et finalement, Meng Hao eut soixante ans. Une fois de plus marre de tout, il quitta l’armée et retourna dans les zones qui avaient été brûlées par les flammes de la guerre. La peste y faisait rage. Il était capable de sauver la vie de quelques personnes, il n’était plus le conseiller royal, mais un médecin, le médecin alchimiste.

Il continua de voyager, poursuivant le rêve qu’il avait fait quand il était jeune, escaladant des montagnes et voyageant vers des contrées lointaines.

Quel que soit le nombre de personnes qu’il avait tué dans le passé, c’était le nombres qu’il voulait sauver.

Ses voyages durèrent vingt ans.

Tout au long de ces vingt années, Meng Hao voyage à travers d’innombrables nations et grimpa au sommet de qui savait combien de sommets. Il sauva de nombreuses personnes, et bientôt, le mot des mains miraculeuses du Docteur Alchimiste se répandit dans tout le continent.

L’année où Meng Hao eut 80 ans, il regarda pensivement le ciel. Son visage altéré était couvert de l’évidence d’une vie pleine de souvenirs.

« J’ai parcouru de nombreux chemins dans la vie, » se dit – il, « mais quant à mon choix… qu’est – ce que c’est…? Je n’ai pas choisi d’être le reflet dans l’eau de la rivière. Je n’ai pas non plus choisi de vivre la vie paisible d’un ermite dans la forêt. Je ne voulais absolument pas vivre la vie amoureuse d’un couple de bandits, ni choisir de devenir prêtre taoïste…. J’ai depuis longtemps renoncé à être un Spécialiste Poison ou un Conseiller Royal, à faire la guerre…. Je pensais que ma décision finale serait de devenir un Docteur Alchimiste. Mais maintenant que je regarde en arrière… ce n’est pas mon chemin non plus. Mais que vais – je faire dans cette vie? » Il leva les yeux vers le ciel, mais ne put trouver de réponse. La seule chose qu’il avait trouvée était plus de frustration et d’épuisement profond.

La maison lui manquait. Cette nuit d’automne, il était assis sous les étoiles en regardant le ciel. À côté de son pied se trouvait une feuille tombée. Il ne remarqua pas que le vent chuchotait à travers la forêt, le ramassa et le rendit à l’arbre d’où il était tombé. Pour le moment, il était un peu comme cette feuille. Il était loin de chez lui depuis presque un cycle complet de soixante ans. Maintenant, il devait rentrer.

Meng Hao commença à marcher. Après avoir quitté la maison, il lui avait fallu cinquante – quatre ans pour atteindre ce point. Le voyage de retour ne dura que six heures.

Le Comté d’Eastern était toujours là, plus florissant que jamais. Les cheveux de Meng Hao étaient blancs quand il entra dans la ville. Il était à peine capable de distinguer quelques traces du passé.

Le bordel avait disparu. Le mur avait depuis longtemps été renversé, et l’endroit abritait désormais un grand manoir.

La maison où il avait grandi avait disparu avec le temps. À la place se trouvait une auberge. Meng Hao se tenait devant lui pendant très longtemps, le fixant. Son visage était couvert non seulement par les ravages du temps, mais avec une expression complexe. Finalement, il se retourna et partit.

Quand il rentra chez le Maître, la personne qui avait ouvert la porte était un étranger. Après avoir fait quelques recherches, Meng Hao tourna la tête pour regarder la Montagne de l’Est au loin.

Son père avait été enterré il y a plus de cinquante ans. Le Maître avait été enterré il y a plus de vingt ans.

Meng Hao soupira. Tenant silencieusement un pot d’alcool sous son bras, il gravit la montagne. D’abord, il visita la tombe de son père, couverte de mauvaises herbes. – « Je sais que c’est une illusion », dit – il doucement, « et que vous n’êtes pas mon vrai père. Cependant… tu m’as laisses sentir l’amour paternel que j’ai pas eu. Ce n’était qu’une simple étreinte pour que je puisse dormir….» Environ trente ans auparavant, dans le temple taoïste, il avait tout compris. Ce monde n’était rien d’autre qu’une illusion, un test pour devenir apprenti.

Le vrai Meng Hao était encore dans le monde de la Terre Céleste dans la Secte du Sort Violet, au sommet de la Montagne Pourpre de l’Est.

Il ferma les yeux. Un long moment passa avant qu’il ne quitte la tombe de son père. Finalement, il arriva à la tombe du Maître. Il la regarda un moment avant de parler.

– « Devenir apprenti nécessite trois courbettes », murmura – t – il. « La première est pendant la période d’innocence. La seconde est celle de l’itinérance. Le troisième est en regardant le coucher du soleil…. Vous m’avez donné une vie entière pour décider de devenir ou non votre apprenti. Tout dans ce domaine d’illusions a été créé, pas par vous, mais par moi. Vous n’avez fourni que le point de départ. Chaque personne dans l’épreuve du feu créera son propre monde. »

« Dans ce monde, j’ai libéré mon cœur. Je… j’ai tout vécu. Au final, je suis revenu ici. Mais je n’ai toujours pas trouvé ce que je voulais poursuivre…. »

« Le Dao de l’Alchimie? De toute évidence, non.» Il leva la cruche d’alcool et prit un long verre.

– « La vie éternelle? » dit – il calmement. «Je ne suis pas qualifié.» Bientôt, le soleil commença à couler à l’ouest, et la cruche d’alcool était vide. Il ne commença pas le troisième nœud. Au lieu de cela, il se retourna et se dirigea vers le Comté d’Emergence de l’Est.

Il savait qu’une fois qu’il ferait la troisième inclinaison, il quitterait ce monde d’illusions. Mais il n’avait toujours pas trouvé sa réponse. Par conséquent, il ne partirait pas. Il resterait.

Dès lors, un très vieil homme s’installa dans le Comté d’Emergence de l’Est.

En dehors du monde des illusions, des larmes coulaient des yeux de Chu Yuyan dans la Terre Céleste du Destin Pourpre. Elle les ouvrit, et ils étaient remplis de chagrin, comme si être immergé dans son monde lui avait fait oublier la réalité.

Un long moment passa, puis un tremblement traversa son corps. Elle cligna des yeux. Ses yeux étaient remplis de confusion au début, mais ils devinrent rapidement plus clairs. Son expression était mélancolique. Finalement, elle leva les yeux et vit qu’il y avait deux autres personnes avec elle au sommet de la Montagne Violette Est.

L’un était Fang Mu. L’autre était Ye Feimu. Les deux avaient les yeux fermés. L’un avait un visage rempli de réflexion, l’autre, confus. Le premier était Meng Hao, le second était Ye Feimu.

Quant à elle, elle était encore à une dizaine de pas du sommet de la montagne. Plus loin derrière elle se trouvaient les deux autres candidats sans nom dans l’épreuve du feu.

Ce fut à ce moment que Ye Feimu trembla soudainement et commença à se réveiller.

🏆 Top tipeurs
  • 🥇1. Meng
  • 🥈2. matsu 1
  • 🥉 3. Cesar
  • 4. PascalW
  • 5. Alexis
  • 6. Martin
  • 7. AnthonyP
  • 8. Thomas
🎗 Tipeurs récents
  • Cesar
  • AnthonyP
  • Thomas
  • PascalW
  • matsu 1
  • Alexis
  • Martin
  • Meng


Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 289 – Quel chemin choisir? Menu Chapitre 291 – Mille Pilules Forment un Chaudron!