Il Est à Moi Aucune Objection Autorisée |He’s Mine No Objections Allowed|他是我的不接受反驳
A+ a-
Chapitre 13 – Livestream

Chu Ying resta silencieux pendant moins de trois secondes, avant que ses lèvres ne se retroussent.

— D’accord.

Même après que l’arrière de la Rover ait disparu du parking, Su Yi était toujours là, à avoir l’air d’une idiote.

— Euh, vous montez ?

Une femme était entrée dans l’ascenseur, lançant un regard étrange à la personne qui tenait encore la porte ouverte.

Su Yi revint finalement à elle, s’accordant quelques essais avant de sélectionner son numéro d’étage.

— Excusez-moi.

Après avoir terminé sa phrase, elle baissa les yeux, cachant toutes ses émotions derrière ses cheveux.

Puis elle leva ses mains afin de couvrir fermement sa bouche, au cas où elle ferait trop de bruit.

… Que pouvait-elle faire ? Elle était presque submergée par ces sentiments inconnus.

Une fois rentrée chez elle, elle s’empressa de prendre une douche froide pour se rafraîchir.

Accrochant ses jambes au bord de la baignoire, elle réfléchit avant de passer un appel vidéo à Wu Xue.

L’autre décrocha très vite. Wu Xue portait un masque facial ; lorsqu’elle vit sur l’écran l’épaule à moitié exposée de Su Yi, elle ne put réprimer le “Bon sang !” qui s’échappa de sa bouche.

— Ma petite Xue, dépêche-toi de me dire, comment tu as séduit Liu Minghao ?

Su Yi appuya sa tête contre le bord de la baignoire, la fente de ses yeux apparaissant encore plus vive sous cet angle, semblable aux mégères séductrices du passé.

Bien qu’à ce moment précis, tout semblait dire que, à part le fait qu’elle ne faisait de mal à personne, elle n’était pas si différente des autres mégères. Seulement, l’autre n’était pas une faible érudite, mais une forte guerrière.

— Tu cherches à te faire frapper, ta cheville est déjà dans cet état et tu prends un bain ?!

Wu Xue la gronda d’abord, avant de dire :

— Qui t’as dit que je l’ai séduit ? C’est lui qui m’a séduite.

Alors Su Yi changea sa question.

— Alors comment t’a-t-il eu ?

— Pourquoi tu veux savoir ? Comment ça se fait que j’étais pas au courant que tu étais autant dans les ragots jusqu’à maintenant ?

Wu Xue réfléchit, puis expliqua :

— Il n’a pas essayé trop fort. Une fois, mon sac a été volé, et il l’a récupéré pour moi. Ensuite, il m’a emmené manger quelques repas, je ne le détestais pas. Il s’est confessé, j’ai accepté.

Su Yi fit la moue.

— Pourquoi es-tu si facile à avoir ?!

Wu Xue ricana.

— Quand tu dis ça, tu devrais d’abord penser à toi.

— Désolée, s’excusa Su Yi.

— D’accord, très bien. J’ai quelque chose à te dire.

Wu Xue sortit un livre.

— Comme ta couverture a été avancée d’une semaine, le livestreaming a été avancé aussi, je vais écrire toutes les réponses que tu dois donner et tu devras apprendre tout ça plus tard.

— Compris.

Su Yi demanda :

— Quand vais-je recevoir le nouveau script de ‘Undercurrent’ ?

— Je n’ai pas encore eu de nouvelles, répondit Wu Xue, va demander à Li Min plus tard.

— Ça marche.

Après avoir raccroché, Wu Xue envoya rapidement le fichier.

Su Yi faisait tourner le stylo oisivement dans sa main, se disant que ce n’était vraiment pas facile d’être une actrice. Non seulement elle devait mémoriser son scénario, mais elle devait aussi mémoriser ses discours.

Elle parcourut rapidement le document et son attention fut attirée par une question.

Vous avez un certain succès dans votre carrière, qu’en est-il de votre vie amoureuse ?

La réponse de Wu Xue était la suivante :

Non (secoue rapidement la tête), je mets du temps à me rapprocher des gens. Actuellement, je suis plus concentrée sur ma carrière, et je n’ai pas rencontré quelqu’un de convenable récemment de toute façon (sourire). »

Su Yi fit claquer sa langue, tapant sur le clavier et supprimant la réponse, proprement.

….

Le livestream avait lieu le dimanche dans un studio de cinéma. La séance photo avant le livestream s’était bien déroulée. Ces derniers jours, sa jambe était en grande partie guérie ; bien qu’elle ne pouvait pas encore marcher de façon naturelle, tenir certaines poses n’était pas un problème.

Ce magazine avait un compte sur une application de streaming, publiant une interview en livestream pour le modèle de couverture de chaque numéro.

Avant l’interview, pendant qu’elle retouchait son maquillage, elle vérifiait continuellement son WeChat également.

Les quelques messages qu’elle avait envoyés à Chu Ying le matin n’avaient pas encore reçu de réponse.

Depuis cette nuit-là, leurs conversations étaient vraiment… calmes.

Calmes comment ? Chaque message qu’elle avait envoyé n’avait reçu de réponse que plus d’une demi-journée plus tard.

Chaque fois qu’elle pensait à cela, Su Yi ne pouvait s’empêcher de laisser échapper un long soupir.

Wu Xue se tenait juste derrière elle.

— Pourquoi tu tiens tout le temps ton téléphone ces derniers jours ?

Su Yi ne répondit pas, mais demanda plutôt :

— Hé, combien de temps Liu Minghao met-il habituellement à répondre à tes messages ?

— Je suis tellement occupée tous les jours, comment aurais-je le temps de lui envoyer des messages ! Répondit Wu Xue. Quand son service sera terminé, il viendra me chercher.

Su Yi était encore plus triste.

Un employé arriva.

— Yi-jie, on peut commencer maintenant, tu es prête ?

— Je le suis.

Avant de se lever, elle utilisa l’eye-liner pour dessiner un grain de beauté juste sous son œil, puis elle suivit le personnel hors de la salle de maquillage.

Wu Xue était assise sous l’estrade, ressemblant à un membre d’encadrement scolaire assis au fond de la classe pour écouter le cours du professeur.

Aujourd’hui, c’était en fait son septième anniversaire avec Liu Minghao, mais Liu Minghao était en service et elle n’était pas trop rassurée avec Su Yi, alors elle l’avait suivie ici.

An Xuan lui tendit un verre d’eau.

— Wu-jie, prenez de l’eau.

Wu Xue prit le verre, demandant de manière désinvolte :

— C’est réglé à la maison ?

An Xuan avait dit que quelqu’un était décédé à la maison il y a quelque temps et avait besoin de quelques jours de congé.

— C’est le cas, dit An Xuan tout doucement. Merci de vous en soucier.

Wu Xue fredonna en approbation et ne dit rien de plus. Le problème de quelqu’un d’autre n’était pas quelque chose qu’elle pouvait gérer, alors autant ne pas trop demander. Tant qu’elle exprimait son inquiétude, c’était suffisant.

Cette interview n’était pas trop formelle : même l’animatrice n’était qu’une employée du studio.

Le personnel avait mis en place pour elle un filtre de lapin plutôt mignon qui comprenait des effets d’embellissement.

Une fois le livestream ouvert, un flot de personnes arriva.

Su Yi, tu sais que tu vas recevoir ton bento ce soir (Note du traducteur : dire que l’acteur/actrice a reçu son ‘bento’ signifie le rôle qu’il/elle joue dans la série est terminé avant la fin de la série elle-même, car son personnage est mort) hahaha.

Il parlait du personnage de Su Yi dans la série impériale de romance actuellement en vogue.

L’interview n’avait même pas débuté que les commentaires en direct avaient commencé.

— Le nombre de fois où j’ai eu le bento n’est-il pas plutôt faible ? Dit Su Yi.

Toute une série de “hahahas” flotta sur l’écran.

Les commentaires en direct étaient divisés en trois factions. L’une d’entre elles l’attaquait personnellement, en disant que si elle pouvait si bien jouer le rôle de ces femmes maléfiques, c’était sûrement parce qu’elle était comme ça dans la vie réelle. L’autre louait ses talents d’actrice, disant qu’à chaque fois qu’ils la voyaient jouer son rôle, ils étaient tellement en colère qu’ils feraient tomber les murs à coups de marteau s’ils le pouvaient. La dernière faction parlait de son apparence, faisant l’éloge de son visage et des compétences de son maquilleur.

L’animatrice reçut le script et commença finalement à poser des questions.

— Bienvenue, Su Yi, nous vous sommes très reconnaissants d’avoir accepté de faire la couverture de notre magazine.

— C’est un honneur, sourit Su Yi.

L’animatrice voulait clairement que cela aille dans le sens d’une discussion facile, de cœur à cœur, posant des questions comme s’il s’agissait d’une conversation de tous les jours.

— Avez-vous des séries en cours récemment ?

La réponse de Su Yi fut très directe et sèche.

— Oui, Qing Tao Weishi “XX légende”, deux épisodes tous les soirs à 20h, si vous êtes membre sur l’application Lapin de Chasse, vous pouvez regarder toute l’émission avant sa sortie complète.

A l’aéroport.

Un homme vêtu d’un blanc pur et portant des lunettes de soleil qui couvraient la majeure partie de son visage, sa silhouette imposante attirait l’attention des passants.

Bien sûr, l’autre partie de la raison était que derrière lui, il y avait quelques hommes en costume, donc tous ensemble, ils attiraient particulièrement l’attention.

Sous ses lunettes de soleil, ses yeux étaient complètement rouges ; Chu Ying se frotta les tempes et demanda, fatigué :

— C’est le dernier vol ?

— Oui, répondit l’assistant. La conférence a lieu demain matin à neuf heures.

— Très bien, dit Chu Ying sortant de l’aéroport. Réservez un vol de retour pour demain après-midi.

L’assistant accepta rapidement. Ils avaient tourné comme une beyblade ces derniers jours, il était presque complètement retourné rien qu’avec les voyages en avion qu’ils avaient faits, sans parler de Chu Ying, qui devait aller à toutes sortes de conférences en plus de cela. Il était probablement presque étourdi rien qu’en écoutant les rapports.

C’était quelque chose qu’ils ne pouvaient pas éviter ; la famille de Chu avait de nombreuses affaires dans toutes sortes d’industries et son patron avait dû tout reprendre, juste après avoir quitté l’armée. Ainsi, il s’était retrouvé occupé pendant un long moment, mais maintenant qu’il avait passé ce cap, les choses iraient mieux.

Alors que Chu Ying marchait, il ouvrit son téléphone, voyant immédiatement une multitude de messages.

Il en repéra le nom de Su Yi.

[Déesse Su Yi : Je me suis endormie hier, tu es vraiment occupé ces derniers temps ?]

[Déesse Su Yi : En train de manger mon petit déjeuner, photo]

[Déesse Su Yi : Je sors pour travailler, le temps est vraiment bon aujourd’hui.]

Puis il y en eut une qui venait d’être envoyée.

[Déesse Su Yi : Je me prépare pour l’interview pour le magazine XX, et c’est un livestream en direct. Je suis vraiment fatiguée, je ne peux pas m’empêcher de bailler [photo], tu as le temps demain ? J’ai vraiment envie de manger à nouveau dans ce restaurant de soupe Mala.]

Chu Ying bougea ses doigts, envoyant un message en retour.

Il y a quelques jours, Su Yi s’était… à moitié confessée.

Ses joues étaient toutes rouges, il se souvenait que ses oreilles l’étaient aussi, mais elle insistait pour avoir l’air vraiment imposante, comme si, s’il avait dit non, elle pouvait simplement hausser les épaules, dire au revoir et partir.

Il toussa doucement et demanda à la personne assise sur le siège passager :

— Où puis-je regarder un livestream ?

L’assistant qui se trouvait là se retourna immédiatement et dit :

— Utilisez votre téléphone ou votre tablette et vous pourrez le regarder, lequel souhaitez-vous voir ? Je peux vous le procurer immédiatement.

Chu Ying lui indiqua le nom du magazine.

Son assistant trouva immédiatement le livestream et lui tendit la tablette.

Sur l’écran, le maquillage de la femme était détaillé et il y avait même un grain de beauté sous le coin de son œil, ce qui ajoutait à sa beauté. Elle portait une paire d’oreilles de lapin, ses yeux se courbant en un magnifique arc de cercle lorsqu’elle souriait. Son sourire était extrêmement contagieux.

Chu Ying l’admira un peu plus longtemps avant de détourner le regard et de baisser les yeux sur les commentaires.

Si j’avais son apparence, je marcherais sur le côté même à l’extérieur.

Un vrai visage de mégère.

Mignonne, j’aimerais trop la baiser.

Chu Ying regarda ce dernier commentaire, et ses yeux s’assombrirent.

— Su Yi, demanda l’animatrice, vous avez du succès dans votre carrière, qu’en est-il dans votre vie amoureuse ?

L’attention de Chu Ying retourna sur le livestream.

Le sourire de la demoiselle s’accentua alors qu’elle écartait ses longs cheveux.

— Oui, dit-elle, le bord de ses lèvres se retroussant alors qu’elle continuait sans réfléchir : Il y a quelqu’un que j’aime vraiment.

Les commentaires en direct devinrent immédiatement très animés.

Woah, je crois que je suis amoureux !

Je veux… je veux me marier !

Qui a la chance d’être la personne qu’elle veut conquérir ?

L’animatrice était plutôt surprise lorsqu’elle demanda :

— Vraiment ? Seriez-vous d’accord pour nous faire savoir qui ?

Chu Ying observait très attentivement quand quelques bannières apparurent en haut de l’écran.

[Liang Bo Lb a envoyé un OVNI à l’hôte]

[Liang Bo Lb a envoyé un OVNI à l’hôte]

[Liang Bo Lb a envoyé un OVNI à l’hôte]

Sur l’écran, Su Yi avait clairement vu le cadeau aussi.

La bouche de l’animatrice s’ouvrit en un grand O. Elle ne s’attendait pas à ce que Su Yi réponde de cette façon, et ne s’attendait certainement pas à ce que Liang Bo soit si ouvert, même en venant dans l’émission à ce stade et en lui envoyant le cadeau le plus cher.

Les sourcils de Su Yi se levèrent un peu, la courbe de ses lèvres s’abaissa un peu également mais resta sous forme de sourire.

— C’est embêtant, dit-elle. Parce qu’il n’est pas de cette industrie.



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
Chapitre 12 – La chasse commence Menu Chapitre 14 – Embrasse-moi, étreins-moi et tiens-moi bien haut