Il Est à Moi Aucune Objection Autorisée |He’s Mine No Objections Allowed|他是我的不接受反驳
A+ a-
Chapitre 1 : Chu Ying

Su Yi s’était allongée paresseusement sur le grand canapé, posant ses longues jambes sur la table tandis qu’elle faisait défiler sans enthousiasme les commentaires Weibo. (Note du traducteur : Weibo est un réseau social chinois très populaire.)

[Salope, tu seras punie pour avoir comploté contre mon bébé !]

[J’espère que ta famille sera ruinée par un intrus et que tu mourras seule. 🙂 ] »

[Salope manipulatrice, quitte l’industrie du divertissement !]

……

Le post Weibo d’il y a deux heures avait depuis accumulé plus de six mille réponses, en grande partie peu aimables.

Son assistante An Xuan s’approcha d’elle et déposa le jus de pastèque frais devant elle.

— Yi-jie, pourquoi lisez-vous à nouveau les commentaires ?

Su Yi ne leva même pas un sourcil.

— Comment pourrais-je ne pas regarder les commentaires des fans ?

— …

An Xuan contempla son expression d’indifférence avec respect.

— J’avais peur que vous soyez affectée émotionnellement…

— Ils insultent le personnage, pas moi, répondit Su Yi.

Ces plus de six mille commentaires n’étaient pas dirigés contre Su Yi, l’actrice. Au lieu de cela, ils visaient explicitement l’ignoble rôle principal féminin secondaire Yu Ji, de la série de romance impériale en vogue, le personnage qu’elle jouait.

Cela exaspérait An Xuan.

— Oui, mais c’est juste un personnage dans une série télévisée. Comment peuvent-ils s’en plaindre sur votre Weibo ? Ne comprennent-ils pas la nature du métier d’acteur ?

Su Yi jeta un coup d’œil à sa nouvelle assistante personnelle, qui n’était là que depuis environ trois mois, et répondit calmement :

— Ne prenez pas ça trop au sérieux, voyez simplement ces commentaires comme des éloges.

— Des éloges ?

— Oui, leur haine reflète mes prouesses d’acteur, expliqua Su Yi.

— … 

Hmm ? Cela semble avoir du sens.

Su Yi sourit silencieusement. Elle prit le verre de jus de pastèque et en bu une gorgée.

Su Yi était en effet une curiosité de l’industrie du divertissement. Elle n’était peut-être pas célèbre, mais elle était plus connue et reconnue que certaines actrices de premier plan. Dire qu’elle était une célébrité n’était pas tout à fait vrai pour autant, étant donné qu’elle n’avait jamais joué un premier rôle féminin.

La première série dans laquelle elle était apparue était une production de grande envergure. Des réalisateurs aux acteurs, tout le monde appartenait au sommet de la chaîne alimentaire de l’industrie du divertissement, à l’exception de Su Yi, le second rôle féminin principal.

Elle jouait un innocent petit lotus blanc devenu méchant. Pendant des années après l’épisode dans lequel son innocence a été perdue, son Weibo a été submergé par les détracteurs. À la suite de cette émission, elle a gagné en notoriété du jour au lendemain, éclipsant l’émission elle-même.

En tant que débutante inexpérimentée, elle n’aurait pas dû faire partie d’une production aussi colossale, mais la réalisatrice Li Min avait résisté aux objections et avait continué avec elle.

Li Min n’avait jeté qu’un seul regard sur elle avant de se précipiter vers elle pour lui taper sur l’épaule et lui dire qu’elle devait incarner le personnage.

Surprise et confuse, Su Yi avait demandé :

— Pourquoi ?

Li Min lui avait souri doucement : 

— Ton visage amène les gens à croire facilement que tu es aussi méchante que détestable.

— …

Su Yi n’était pas laide. On pourrait même dire qu’elle était très jolie : des cils épais, des yeux ovales inclinés qui faisaient penser aux plus grandes beautés aux yeux bridés, un nez petit et haut, des lèvres pleines plutôt que grosses… C’était difficile d’essayer d’être laide avec des traits aussi parfaits. Elle ressemblait à la légendaire “beauté agressive”.

De plus, elle n’était pas seulement un joli visage. Elle avait aussi une silhouette élégante.

Su Yi mesurait un mètre soixante-seize sans chaussures, soit seulement deux à trois centimètres de moins que les top-modèles les plus populaires du pays. Elle avait également des proportions parfaites : de longues jambes, une taille fine et un cou mince. Mais surtout, elle avait une poitrine généreuse.

Un mannequin à la poitrine plate ? Ça n’existe pas !

Bien qu’elle en soit plutôt mécontente. Si sa poitrine était un peu plus petite, elle aurait eu plus d’options, car les stylistes préfèrent aujourd’hui les modèles à la poitrine plate, qui ressemblent davantage à des cintres.

À ce moment-là, elle baissa les yeux sur ses bébés et soupira.

— Savez-vous que vous avez entravé la carrière de votre mère ?

An Xuan était choquée. Elle balbutia :

— Yi-jie… Vous… Vous êtes enceinte ???

— Non, je parle à mes seins, expliqua Su Yi.

— …

An Xuan toussa doucement, ouvrit la tablette et récupéra le planning.

— Yi-jie, il y a un gala de charité demain soir.

Si Yi avait posé son téléphone et jouait avec ses ongles.

— Noté. Programmez une séance de manucure demain après-midi, j’aimerais changer de style.

Le lendemain, An Xuan et sa manager, Wu Xue, s’étaient précipitées au domicile de Su Yi, avec la maquilleuse et une robe de soirée dans le coffre.

Su Yi était allongée sur le canapé, un masque de beauté sur le visage. La personne chargée de la manucure, assise à côté d’elle avec un masque sur le visage, s’occupait soigneusement de ses ongles.

Wu Xue arracha son masque.

— Assieds-toi et maquille-toi !

Su Yi la regarda à travers des paupières entrouvertes et se redressa lentement.

— Qu’est-ce que tu fais là ?

— Je t’ai apporté les scripts.

Wu Xue était devenue sa manager peu de temps après que Su Yi soit entrée dans l’industrie et était depuis lors à ses côtés depuis plus de cinq ans. Leur relation avait depuis longtemps évolué au-delà de celle de collègues normales pour devenir celle d’amies très proches. Wu Xue s’assit à côté d’elle et lui jeta deux scripts.

— Jettes-y un coup d’œil, lequel tu veux ?

Su Yi les inspecta et réalisa que les deux étaient réalisés par de grands noms…

— Je ne peux pas prendre les deux ?

— Non. Les temps de tournage se chevauchent.

Su Yi sourit.

— Ce n’est pas grave, je n’ai pas peur de travailler dur.

Wu Xue ricana.

— Tu n’as pas peur de travailler dur mais ces gros bonnets ne sont pas d’accord pour te faire participer aux deux castings. De plus, ces deux séries, non seulement leurs temps de tournage se chevauchent… Mais leurs promotions et même leur calendrier de sortie sont à peu près les mêmes ; c’est comme si elles étaient jumelles…

— …Alors je jetterai un coup d’œil aux scripts et je te ferai savoir dès que j’aurai pris ma décision, accepta Su Yi.

— D’accord, mais fais vite. Les auditions sont la semaine prochaine.

Les ongles de Su Yi étaient faits, sur eux les roses en pleine floraison étaient aussi charmantes et délicates que leur propriétaire. Wu Xue la tira du canapé, et pressa les gens autour d’elle de la maquiller et de lui mettre une robe.

— Le bal de charité de ce soir est un peu plus… Tu sais. Il n’y aura pas que des gens de l’industrie, j’ai entendu dire… des gens plus importants viendront aussi. Fais attention, ne crée pas de problèmes.

— Ma petite Xue Xue, qu’est-ce que tu veux dire ? Gloussa Su Yi. C’est juste un bal de bienfaisance, quel genre de problèmes pourrais-je causer ?

— Hey, la dernière fois que tu es allée à ce bal, tu as fait les gros titres, n’est-ce pas ? “La célèbre actrice Su Yi s’exhibe sur le tapis rouge” ?

— Je ne me suis pas exhibée, la rectifia Su Yi, cet enfoiré de journaliste a inventé ça. Il a même flouté le coin de mon pantalon de sécurité qui était visible. Wow… Tu te rends compte à quel point il était sournois ?

— Si tu n’avais pas été méchante avec ce journaliste, comment aurait-il pu t’embêter ?

— Il a osé me demander si j’avais fait de la chirurgie plastique pour mon visage et si j’avais fait une augmentation mammaire, se moqua Su Yi. Honnêtement, s’il avait juste dit que j’avais fait de la chirurgie plastique, ça aurait été, mais il n’a pas le droit d’attaquer mes bébés. Est-ce que j’ai demandé à ce qu’ils deviennent aussi gros ? Il devrait être content que ça se soit passé devant les caméras. Si ça avait été en privé, je l’aurais tabassé.

— …

La maquilleuse avait un visage exprimant “J’ai l’habitude” et restait silencieuse. Son geste n’avait pas changé alors qu’elle continuait à maquiller Su Yi.

— Ma petite Yi, demanda-t-elle, quelle couleur veux-tu pour tes lèvres aujourd’hui ?

Su Yi réfléchit.

— Rouge vif. Les scènes récentes de Yu Ji étaient toutes de cette couleur, ça ramènerait l’attention sur elle.

Wu Xue sortit de sa boîte la robe sponsorisée par leur entreprise.

— Change-toi avant de te maquiller. Si ça se retrouve sur les vêtements, tu ne pourras pas te permettre de la rembourser. La société a dit que ce bal de charité était une affaire énorme, alors ils sont allés emprunter cette robe juste pour cet événement. Elle est très chère.

La robe dans les mains de Wu Xue était une robe longue avec une manche ouverte, colorée d’un rouge vif et passionné, et la jupe conçue avec des plis.

— Le rouge te va vraiment bien, commenta Wu Xue après qu’elle ait enfilé la robe.

Su Yi était naturellement pâle, et avec le tissu translucide rouge vif sur sa peau blanche, elle était ravissante. Grâce à l’incident précédent, la robe que la société lui avait offerte cette fois-ci avait beaucoup de tissu. Les manches offraient peut-être une ouverture sur sa peau, mais elles étaient encore longues.

Sauf que le tissu supplémentaire, qui enveloppait étroitement son corps bien proportionné, ne servait qu’à exprimer davantage sa silhouette, en particulier sa poitrine.

Su Yi, qui l’avait également remarqué, ajouta froidement :

— L’entreprise n’a pas peur qu’il n’y ait pas assez de personnes me soupçonnant d’avoir eu recours à l’augmentation mammaire ?

Il était trop tard pour changer la robe maintenant, alors tout ce que Wu Xue pouvait faire était d’essayer de la réconforter. 

— Ça va, moi je sais qu’ils sont vrais et c’est suffisant. Nous n’avons pas besoin de nous soucier de ce que les autres disent, d’accord ?

— …

Sur le lieu de l’événement, Su Yi descendit de la voiture, se présenta sur le tapis rouge et laissa les journalistes prendre des photos.

Le tapis rouge était l’endroit où l’on pouvait clairement voir si une célébrité était connue ou non. Les personnes sur lesquelles les journalistes braquaient leur appareil photo étaient les plus connues. Une rangée entière d’entre elles se tenait sur le long tapis rouge, chacune faisant un effort pour poser et inciter les journalistes à prendre quelques photos supplémentaires.

Su Yi ne se souciait pas trop de cela. C’était juste un bal de charité, était-il nécessaire de divertir les journalistes ? Elle resta simplement là, compta jusqu’à dix et se prépara à partir.

— Su Yi ! Attendez, encore un peu…

— Su Yi, regardez par ici !

— Su Yi…

Quelques journalistes l’interpellèrent, et Su Yi ne pouvait rien y faire. Tout ce qu’elle pouvait faire, c’était regarder derrière elle et sourire à la caméra.

— Su Yi ! Espèce de garce! …

Une voix aiguë résonna au sein du groupe de journalistes, haut et fort. Presque tout le monde sur le tapis rouge put l’entendre. Avec ce seul cri, non seulement Su Yi, mais aussi les journalistes et les célébrités autour, se tournèrent avec surprise vers la source.

La voix retentit une fois de plus :

— Tu as piégé Zhen Mi ! Alors que c’est une gentille sœur qui est entrée au palais avec toi ! Salope !!!

Su Yi n’avait même pas eu la chance de réagir lorsqu’un œuf fendit les airs, dessinant un joli arc vers elle.

Sérieusement ? Elle allait être frappée par un œuf ???

Ce fut la première réaction de Su Yi.

D’où vient cette bande de cinglés ? C’était juste une série télé. Ils avaient vraiment besoin d’être aussi sérieux à propos de ça ???

Ce fut la seconde réaction de Su Yi.

Même si elle devait être frappée par un œuf, il ne devait pas entrer dans ses yeux. Ce serait vraiment trop dégoûtant…

Ce fut la troisième réaction de Su Yi.

Au milieu des cris, elle ferma les yeux et attendit son destin…

Une seconde, deux secondes, trois secondes…

Elle garda les yeux fermés pendant un bon moment, mais la sensation gluante et collante qu’elle attendait ne vint pas.

Elle ouvrit les yeux à moitié, et réalisa que la lumière environnante avait diminué.

Une grande ombre se tenait devant elle. La personne qu’elle était en train de fixer était plutôt grande. Su Yi avait calculé soigneusement, elle portait des talons de six centimètres aujourd’hui, donc elle mesurait au moins un mètre quatre-vingt, mais le type en face d’elle était encore plus grand. Il avait un dos plutôt solide et ne semblait pas trop gros, donc ce costume ne contenait probablement que des muscles …

Une série de pensées inappropriées (perverses) défilaient dans son esprit.

L’homme se retourna.

Des sourcils épais, des yeux vifs, un nez haut, des lèvres fines et une peau couleur bronze.

Il fronçait légèrement les sourcils, un peu d’œuf restait sur sa main.

L’homme lui avait complètement bloqué la vue. Elle déglutit inconsciemment, puis se tourna prudemment sur le côté et vit la personne qui avait jeté l’œuf être emmenée par la sécurité.

Elle remercia cet idiot dans son coeur.

Puis elle leva les yeux, arborant le sourire qu’elle avait pratiqué dans le miroir d’innombrables fois; le bout de ses lèvres légèrement tiré vers le haut, formant une courbe vers ses yeux, et dit doucement : 

— Merci.

L’homme inclina légèrement la tête et, sans s’arrêter, fit un pas et partit.

Su Yi ignora les journalistes qui l’appelaient derrière elle et se redressa sur ses talons pour le rattraper.

— Mon nom est Su Yi. Pour être capable d’attraper cet œuf, vous devez être très agile. Quel est votre nom ?

La voix de Su Yi n’était pas très forte, mais elle était sûre que le volume était dans la gamme que cet homme pouvait entendre. L’expression de l’autre restait cependant inchangée, et il refusait de lui répondre par le moindre mot.

Elle ne se mit pas en colère, et tendit plutôt la main pour attraper sa manche. Bien sûr, elle était incapable de tirer vers elle un type aussi grand, mais il ralentit tout de même.

Su Yi put entendre le soupir presque inaudible de l’homme.

— Chu Ying.

Sa voix était plutôt profonde.

Quand il eut terminé, il retira les petites mains de Su Yi de sa manche avec facilité et partit à grandes enjambées.

Su Yi abandonna l’idée de le poursuivre. Un sourire était gravé sur son petit visage, quand elle avait suivi Chu Ying, son talon avait presque été frotté à vif par sa chaussure.

Satisfaite, elle ralentit et reprit sa marche vers son siège.



Rejoignez-nous et devenez correcteur de Chireads Discord []~( ̄▽ ̄)~*
à suivre... Menu Chapitre 2 : Il y a un homme que j’ai l’intention de conquérir